Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Quand Federer fronce les sourcils...

Quand Federer fronce les sourcils...

Vendredi 9 juin, il y avait du tennis à la télé. J’ai regardé le match qui opposait Nalbandian à Roger Federer en début d’après-midi, et en ai tiré quelques enseignements, dont je vous fait part.

Pour ceux qui aiment suivre le tennis à la télévision, Roland-Garros, et Monte-Carlo dans une moindre mesure, sont les seuls rendez-vous retransmis par le service public (à des horaires raisonnables s’il s’avère que l’Open d’australie l’est aussi, même sans tricolores dans la dernière ligne droite) qui permettent de suivre un match de tennis dans sa dynamique, ses moments clés... en deux mots, en direct.

Le cas Federer m’a toujours interrogé (Federer, oh oh). En effet, ce chic type aux airs impériaux s’est toujours vu voler la vedette sur terre battue, souvent en finale, souvent par Nadal, à tel point que je me suis demandé en quoi il avait l’ascendant, le reste de la saison. Sans prétendre répondre tout à fait à cette question, je crois avoir vu quelque chose, saisi quelque trait de la personnalité de cet immense champion, vendredi, qui justifie son rang.

L’entame de match est spectaculaire, le Suisse et l’Argentin se jaugent au cours de longs échanges très appliqués, et c’est rapidement l’Argentin qui prend l’ascendant, faisant céder "Rodjeure", qui commet alors beaucoup de fautes "directes", provoquées par l’intensité de jeu de son adversaire. Celui-ci ne se fait pas prier pour empocher la première manche, 6 jeux à 3. On sent l’orgueil du numéro 1 mondial très touché, il se livre à l’agressivité de son adversaire qui continue sur sa lancée pour mener bientôt 3 jeux à rien dans le second set. Federer prive le public, et surtout lui-même, de cette confrontation qui s’annonçait passionnante. Les gens voulaient jauger Federer à l’aune du grand combat prévu dimanche contre Nadal. On ne voit que passivité et orgueil...

Ne rentrons pas dans les détails de ce qui suivit sur un plan comptable, mais notons que dès lors qu’il s’est engagé, investi dans ce match, le Suisse a donné l’impression qu’il était imbattable. De sa colère, de sa frustration, de l’agressivité et de la pugnacité de Nalbandian, des rumeurs dans le public... De tout ça, Federer s’est inspiré pour écraser le jeu de l’adversaire, non pas en changeant de tactique, mais simplement en jouant son jeu. Il a donné l’impression étrange que ce match se déroulait entre lui et ses états d’âme. Une fois domptés, c’est lui qui racontait l’histoire, qui l’écrivait. Nalbandian n’avait plus vraiment son mot à dire.

Aprés avoir perdu la deuxième manche et s’être fait breaker dès l’entame du troisième, l’Argentin fit appel à un médecin du sport, un kiné, pour lui expliquer longuement (les commentateurs de France télévision soulignaient malicieusement le caractère prolyxe de l’Argentin) de quoi il souffrait... Il avait son mot à dire, donc, mais plus sur le terrain. C’est ainsi qu’il abandonna, assez pitoyablement à mon sens, après la perte du troisième set. Roger avait déjà remporté le match psychologiquement, et son ascendant était définitif, visiblement. Je me suis régalé à voir ce combat de coqs remporté par mon favori. Merci Roger, qui, dans ta bulle, derrière ton masque de gravité, a su humilier, le plus sportivement du monde, un grand qui aurait bien vu ta tête de série tomber. Après t’être assuré de son funeste dessein, tu as fait plier le réel par la seule force de ta volonté, et avec la manière.

A noter, une tendance, durant cette quinzaine, à abandonner des matchs, même en fin de tournoi, quand les évènements tournent en faveur de l’adversaire, au mépris des spectateurs, et pour des blessures plutôt morales, à mon sens.


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Lucie (---.---.240.42) 12 juin 2006 12:26

    Nadal est espagnol.....Guignol


    • jalidamia 12 juin 2006 12:57

      Moi aussi. Trés éclairant.


    • BarryAllen (---.---.17.100) 12 juin 2006 13:12

      Lucie, guignolette ! L’article parle du match contre Nalbandian, qui est argentin...


    • Ara (---.---.97.91) 12 juin 2006 13:13

      L’argentin de l’article c’est Nalbadian.

      Toi pas savoir bien lire.


    • simplet simplet 12 juin 2006 14:03

      bon pareil que les autres.. avant de répondre on lit et on relit si on comprend pas, pas la peine de devenir agressif pour rien... pourtant çà parraissait clair !!

      sinon après le premier set de la finale ( hallucinant... ) j’ai remarqué la même chose que toi durant le set contre nalbandian, federer s’est laissé completement bouffer par nadal et commençait à balancer des balles dans tous les coins... j pensai qu’il commençait à perdre psychologiquement avant de perdre... ben vraiment !!

      je n’ai pas regardé toute la finale vu qu’ensuite çà faisait plus redif des matchs de Nadal de la quinzaine...


      • Sam (---.---.248.228) 12 juin 2006 15:35

        Il a donné l’impression étrange que ce match se déroulait entre lui et ses états d’âme. Une fois domptés, c’est lui qui racontait l’histoire, qui l’écrivait. Nalbandian n’avait plus vraiment son mot à dire.

        C’est l’impression que j’ai eu également, durant ce match comme durant la finale. Sauf que le lift de Nadal était plus performant que celui de Nalbandian et qu’il faisait plus chaud...

        Quoiqu’il en soit, et Nadal l’a souligné durant le discours de remise de la Coupe, Féderer est un joueur comme je n’ai jamais vu pareil quand il joue à son niveau.

        Même Sampras n’a jamais donné une telle impression de talent inouî exprimé avec une facilité magnétique pour nous, et carrément insupportable sans doute, pour le pauvre gars en face...


        • kokolobo (---.---.39.220) 13 juin 2006 01:55

          federer est énorme ,c’est sur, mais contre nadal ,il avavait vraiment un revers de débutant franchement ...il devrait utiliser plus son shop de revers et prendre d’assaut le filet .Sur aucun de ses retours,il n’a utilisé son shop pour remettre en profondeur la balle ,quitte à attaquer ensuite !!! beaucoup trop de retours fautes voire dans les baches !!nadal l’a vite vu et il n’a jamais servi une seule fois sur le coup droit...


          • Sam (---.---.215.185) 13 juin 2006 10:22

            Oui, c’est vrai..D’un autre côté il aurait dû faire des shops très longs, et ça flotte...De plus Nadal serait qd même rentré dans ses balles comme un furieux...Moi, je crois qu’il aurait pu monter plus à la volée...

            Mais je reste persuadé que c’est lui-même qu’il a combattu dans sa tête. Peut-être un comabat qui n’avait rien à voir avec le tennis. Genre Sampras qui s’est mis à pleurer en plein match parce que son entraineur était mort, ou condamné, je me souviens plus bien...


          • passe par là (---.---.150.251) 13 juin 2006 07:26

            Ma petite théorie pour expliquer la défaite de Federer contre Nadal, c’est que Nadal est un gaucher très puissant qui a systématiquement matraqué le revers à une main de Federer (d’ailleurs il n’a servi que sur son revers) : ça doit être très compliqué à maîtriser pour celui qui reçoit, surtout à la longue... Me suis dit que si Nadal avait été simplement droitier, le match aurait pu en être changé.


            • niluom (---.---.93.37) 13 juin 2006 09:08

              Très intéressant votre commentaire. J’ai constaté le même phénomène contre Nadal. En fait, Ce n’est pas Nadal qui élève son niveau de jeu, mais Roger qui baisse le sien. comme s’il en avait marre de jouer.Il est là à regarder l’autre faire, et tout à coup il se reprend, enlève des points, et rechute dans sa souffrance.


              • Chadakine (---.---.188.194) 13 juin 2006 10:32

                C’est aussi une sensation que je ressent dans le tennis moderne : une pression trés accrue qui porte trop atteinte au moral des joueurs ! Serait ce lié aux énormes chèques de fin de tournoi ? Aux sponsors de plus en plus génereux et par la même occasion exigeant ? Quoi qu’il en soit je trouve (mais je ne suis qu’un amateur) que le niveau est tellement relevé dans ce sport qu’il suffit d’une petite baisse de régime au meilleur pour être balayé par un joueur moyen (selon le classement officiel)en pleine confiance ! Et ça c’est dommage pour le spectacle ! Aaaah aller je fais mon vieux (de 25ans :) : un Sampras-Agassi de plus de deux heures... C’etait mieux avant !


                • Caïus (---.---.32.160) 14 juin 2006 12:44

                  Sachant qu’il a tous les coups du tennis dans sa raquette, c’est vraiment l’emmental qui a fait défaut au suisse


                  • Françoise (---.---.184.127) 17 novembre 2006 20:42

                    J’aime beaucoup ce jeu de mot mais je ne suis pas entièrement d’accord avec cet article. Roger Federer est un des joueurs les plus impassibles du circuit,quand il joue, il manifeste rarement ses émotions ; dès lors il semble bizarre de tirer des conclusions sur son mental. Chaque joueur a ses mauvaises passes et chaque joueur aime gagner...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès