Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Quand la France savait gagner

Quand la France savait gagner

Hinault détestait perdre. Il détestait renoncer. « Son plaisir était le KO », dira son entraîneur Cyrille Guimard. Le regard noir et les mâchoires serrées, Hinault combattait à la façon d’un boxeur. Surnommé le « Blaireau », comme l’animal qui ne lâche pas ses prises, le Breton pugnace a donné à la France son plus beau palmarès cycliste. Vingt-deux années après son départ volontaire, le pays attend toujours son successeur.

Avant de voir ce que dit Bernard Hinault du Tour de France actuel, faisons-nous plaisir avec une rétrospective de sa carrière.

Rétrospective Hinault

Quand, en 1978, Bernard Hinault entre en scène sur le Tour de France, on ne verra plus que lui. Hinault et ses exploits, Hinault et ses colères, Hinault et ses misères. Il n’a que 24 ans mais il est très, très déterminé. Il porte le maillot de champion de France sur les épaules : le maillot aux couleurs du drapeau français ! Beau comme un dieu, il triomphe sur les Champs-Elysées avec le maillot jaune, sous l’ovation de la foule conquise.

Sa carrière fut aussi émaillée de péripéties. Comme cette chute spectaculaire dans un ravin dans de la course du Dauphiné Libéré en 1977. Des millions de personnes retiennent leur souffle, frissonnent, puis dans un soulagement le voient gravir la pente, avec cette expression de rage sur le visage contre le destin qui vient de se mettre au travers de son chemin. Il enfourcha son vélo et prit une belle revanche en remportant l’épreuve. Les Français découvrirent ce jour-là un champion qui avait la "gagne", un battant exemplaire qui ne donnait pas dans la plainte mais dans l’esprit de conquête, de victoire, un courageux gladiateur du bitume.

Dès le Tour 1979, le Blaireau donne le ton en s’adjugeant sept étapes ! En 1980, pour gagner la course Liège-Bastogne-Liège, il effectue 80 kilomètres d’échappée en solitaire sous la neige.

Le Tour de France 1980 sera un calvaire à cause d’une tendinite tenace au genou gauche. Les spectateurs massés sur les routes et devant leurs téléviseurs voit un homme lutter avec sa souffrance et comprennent tout à coup que le Dieu Hinault est humain et c’est "Bernard" que l’on encourage. Bernard montrera toute sa détresse de devoir abandonner la course à Pau (12e étape), confronté à un mal plus tenace que lui-même. "Bernard" se retire discrètement pour ne pas montrer son chagrin. Cette pudeur qui ne cèda pas au voyeurisme irritera les journalistes qui lui en voulurent longtemps.

A Sallanches en 1980, Bernard Hinault est donc très critiqué en raison de son abandon dans le Tour. Comme toujours, il répond à la critique à sa manière : il enlève le titre mondial. Les détracteurs d’hier se pressent autour du dieu ressussité pour le toucher, recueillir quelques mots.

C’est donc avec le maillot arc-en-ciel que Hinault prend le départ du Tour 1981, avec l’intention ferme de prendre sa revanche sur le tour 80. Il gagne. La même année, il s’astreint à courir le Paris-Roubaix qu’il n’aime pas. Deux crevaisons et trois chutes n’entameront pourtant pas sa hargne. Il s’impose en solitaire. A l’arrivée, il éclate : "Paris-Roubaix est une connerie  !"

En 1982, il gagne le Giro et veut faire le doublé avec le Tour de France comme seuls l’on fait Coppi, Merckx et Anquetil. Et ce que Hinault veut... Donc, il remporte le Tour mais aussitôt de nombreux commentateurs boudent leur plaisir en déclarant que Hinault a écrasé la Grande Boucle. Quel dommage en somme d’avoir un si grand champion français ! Aujourd’hui, ils doivent repenser à cette époque avec nostalgie.

En 1983, Hinault doit subir une opération du genou et n’est donc pas présent au départ.

En 1984, les commentateurs amers de 1982 peuvent jubiler : le voici de retour comme challenger face à Laurent Fignon. Il va y avoir du suspense et un duel comme on les aime, en l’occurence entre un "Parigot tête de veau" et un "Breton tête de con" selon les expressions triviales qui puisent certainement une part de vérité quelque part... Ils voulaient du spectacle : Hinault leur en a servi ! Car il a "l’oeil du tigre", le Breton (l’oeil du blaireau si vous y tenez). Dans le rôle du maudit, il jette toutes ses forces dans le combat, ne voulant à aucun moment s’avouer vaincu. Son capital sympathie grandit alors dans le public tenu en haleine et qui l’encourage. Mais Fignon, frais champion de France, se montre le plus fort et prend le maillot jaune à l’Alpe-d’Huez. Hinault, deuxième, lâche : "Il était plus fort, mais ça ne m’a pas empêché de lui rentrer dans la gueule". Et déjà on comprenait qu’il allait prendre une sérieuse revanche.

C’est en effet ce qui se produit en 1985. Mais cette année-là, la malédiction le frappe encore. Dans une chute spectaculaire, il se fracture le nez et termine l’étape à Saint-Etienne le visage en sang. Encore une image impressionnante.

Puis en 1986, le quintuple champion renonce à devenir sextuple. Il se retire avec panache comme il l’avait prévu plusieurs années auparavant, en permettant à son coéquipier américain Greg Lemond de gagner le Tour. Dans l’ascension de l’Alpe-d’Huez, Hinault emmène Lemond vers un premier succès dans la Grande Boucle. Cette étape est restée mythique par la scène du franchissement de la ligne d’arrivée main dans la main. Au départ de ce Tour, Hinault avait fait la promesse de l’emmener vers la victoire. Promesse tenue ! Il s’était promis de quitter le cyclisme quelques années auparavant : promesse tenue aussi. Sa carrière de coureur professionnel s’arrête le dimanche 9 novembre 1986, après un cyclo-cross organisé à Quessoy, tout près d’Yffiniac, son village natal des Côtes-d’Armor.

Deux interviews récentes de Bernard Hinault

  • Interview par Eurosport - mardi 31 juillet 2007

_"A Londres, vous aviez fait part de votre optimisme. C’est toujours le cas aujourd’hui ?

_ Bernard Hinault : Oui, je reste toujours optimiste. Les organisateurs ont essayé de régler les problèmes. Ce Tour s’achève avec un jeune devant. D’autres nouveaux visages ont émergé. C’est ce qu’il faut retenir.

_ Vous aviez dit avant le Tour : "j’espère qu’ils ont compris". Ce n’est visiblement pas le cas pour certains...

_ Bernard Hinault : Manifestement, non. On a toujours dit qu’il fallait sanctionner les tricheurs financièrement. Ils ont tous signé un papier avant le Tour, où ils s’engageaient à accepter de verser de l’argent en cas de contrôle positif. Il faut aller au bout de cette logique et les pénaliser financièrement. Là, peut-être que ça en fera réfléchir certains... S’il n’y a que l’argent qui les intéresse, il n’y a qu’à le leur reprendre."

  • Interview en vidéo pour Armor TV :
Nous voyons dans cette interview que l’homme n’a pas changé. Son franc parler légendaire ne l’a pas quitté et il veut toujours la victoire, mais pour les jeunes cette fois...

Interview du 17 février 2007.

Documents joints à cet article

Quand la France savait gagner

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 3 août 2007 10:59

    Ainsi,il existerait un cycliste « français »,ici et Breton en plus,qui ne se serait pas jamais dopé ( smiley smiley smiley smiley smiley)

    Une sorte de Monsieur Propre ? ( smiley smiley smiley smiley

    A,franchement elle est bien bonne celle là !

    Et en plus,nous pourrions transcrire le même article d’un bof américain,à l’image du bof français,qui écrirait la même chose sur Lance Amstrong

    Le débat est lancé ici (sans dopage ! smiley)


    • seb18320 3 août 2007 11:37

      Pour une fois que je pense comme LERMA

      « [Le cyclisme] est le sport le plus sain de tous. Il ne faut pas avoir peur de le dire. Mais, dans tous les métiers, il y a des brebis galeuses. On ne peut rien faire contre elles. » (Le Sport - 17/01/1997, rapporté dans Sport & Vie n°41 de mars/avril 1997)

      1982 : au critérium de Callac, il prend la tête d’un mouvement de protestation contre les contrôles antidopage.

      « II devrait y avoir un contrôle systématique tous les mois. Mais les produits qui sont maintenant interdits seraient alors autorisés, en quantité raisonnable. Il y a certaines hormones qui pourraient être utilisées sans problème avec un suivi médical mensuel. Je rejoins le docteur François Bellocq, que j’ai eu comme médecin traitant, sur ce sujet. » (Dans le magazine « Tonus » le 6 décembre 1988, cité par François Bellocq dans Sport et dopage, page 122)

      http://cyclisme.dopage.free.fr/portraits/hinault.htm smiley


    • seb18320 3 août 2007 11:40

      Et pour en finir avec BERNARD HINAULT

      Interrogé en 2005 sur les faibles performances des coureurs français, il met en cause un problème de mentalité : pas assez de travail, pas assez de tempéremment ou tout simplement pas envie de gagner. Il récuse fermement l’idée qu’il y aurait moins de dopage en France : « Il n’y a pas plus de dopage ailleurs qu’en France. ». Il avance même que les contrôles antidopage seraient moins sévères en France qu’à l’étranger : « En France, pour un contrôle inopiné, on vous prévient une semaine à l’avance, ailleurs, on vient vous voir le matin à 6h pour aller au contrôle. » (Cyclismag, 03/10/2005)


    • maxim maxim 3 août 2007 11:57

      le blaireau ,c’était son surnom ,de la même race qu’un Anquetil ,orgueilleux comme un Merck ,la race des champions ,les mecs qui en veulent ,qui se battent jusqu’au bout ,parce quand on court ,c’est pour gagner .....sinon rien ....

      ça nous manque vraiment,espérons qu’on retrouvera un vrai ,un bon ,un qui nous fait dire ,« putain,que c’est beau le vélo .... ».....


      • La Taverne des Poètes 3 août 2007 14:28

        Eddy Merckx était un grand champion aussi. Hinault ne dit pas le contraire. Mais il voulait tout gagner d’où son nom de cannibale. Mais un très grand champion tout de même. Vive la Belgique !


      • La Taverne des Poètes 3 août 2007 14:51

        Quels mensonges ?


      • grangeoisi 3 août 2007 12:50

        Mort de rire... le chef de gare, Lerma a lancé le débat... et comme d’hab à côté de la plaque.Pas du dopage dont il est question dans l’article mais d’un breton têtu, pouvant être un exemple de ce mot dans les acceptions : opiniâtre, volontaire, courageux...etc ...etc.

        J’ai eu l’occasion de le voir, après avoir officié dans le protocole de remise des maillots, lors d’une arrivée d’étape à Avoriaz ; pas bégueule , pas m’as-tu vu, simple le bonhomme.On sentait que c’était pour lui l’occasion de se retremper dans une ambiance, de faire une cure de jouvence.

        Quant au dopage ! Bien sûr qu’il l’a sans doute employé.On dit que les coureurs avaient une expression pour cela : faire son métier.


        • La Taverne des Poètes 3 août 2007 14:35

          Il est comme ça Hinault, d’un caractère entier trempé dans un bain de granit ! On sent que le bonhomme en a encore sous la pédale et qu’il a envie de « crocher dedans ». Mais dans d’autres activités désormais. A voir son sourire sur les podiums aux remises de maillot, on voit qu’il aime à garder le contact avec les jeunes et l’ambiance du Tour. Sacré Bernard !  smiley


        • Djanel 3 août 2007 15:05

          Parigot tête de veau.


        • nephilim 3 août 2007 14:21

          je dirais ; heureux, paisible, en bonne compagnie.


        • La Taverne des Poètes 3 août 2007 14:44

          West : vous savez tout faux une fois de plus : le comité de lecture avait le choix entre mes deux articles proposés le même jour. L’autre article n’évoquait absolument pas la région. C’est le comité qui a choisi l’article sur la Bretagne ! smiley


          • La Taverne des Poètes 3 août 2007 14:46

            Enfin « sur la Bretagne » c’est vous qui l’affirmez, n’ayant pas lu le thème de l’article avec assez d’honnêteé pour voir qu’il traitait d’autre chose...


          • La Taverne des Poètes 3 août 2007 15:03

            « Mettre une expo en Bretagne plus haut que le musée du Quai Branly » : C’est faux.


          • La Taverne des Poètes 3 août 2007 15:04

            « fantasmes souverainistes de la Bretagne impérialiste » : c’est faux aussi.


          • La Taverne des Poètes 3 août 2007 16:44

            Détrompez-vous West, les visiteurs affluent mais ne commentent pas. Comme moi, ils constatent qu’il n’y a rien à ajouter à ce qui est dans l’article et dans les interviews. Hinault fut un très grand champion et reste un type formidable.


          • La Taverne des Poètes 3 août 2007 16:47

            Quant à mes articles, il sont changeants parce que j’aime surprendre et je ne fais pas comme vous dans le copié-collé en série travesti par du charabia grotesque.

            Avec vous on n’est JAMAIS surpris !


          • claude claude 4 août 2007 00:11

            vive la bretagne et les bretons bretonnants !!!

            vive le blaireau !

            vive les expos qui foutent la pâtée au quai branly !( je n’ai pas osé mettre ... branlée smiley )

            car sans la bretagne, il n’y aurait pas eu arthur et merlin, vivianne et morgane... donc pas de seigneur des anneaux... donc pas de star wars...donc pas de harry potter !

            cool, non ? smiley

            ceci dit,

            cher taverne poète,

            (je mets « cher » au masculin, parce que vous êtes un mec, petit aparté pour les ceusses qui sont pointilleux rapport à orthographe et à la grammaire, surtout quand ils sont buveurs d’eau saumâtre smiley smiley )

            merci pour cet article sur hinault, champion que j’apprécie car il m’a fait rêvé quand je fus jeune femme ( m’aurait pas déplu le bougre ! smiley )

            c’est vrai qu’il était teigneux, et c’est une qualité qu’on aimerait retrouver plus régulièrement chez les coureurs français. on avait bien pensé un temps que le petit thomas voeckler allait ressusciter le panache du blaireau, que jalabert, bonhomme comme lui, allait tenir jusqu’à paris et de troquer ses pois contre le jaune. enfin que notre ineffable richard, revenu du purgatoire, remporterait le tour rien que pour embêter les armstrong et consorts...

            mais voilà, hinault c’est un peu les 3 à la fois, et j’en oublie moreau, casar, vaseur et tant d’autres...

            continuez à nous conter les milles mystères de la bratagne et des bretons bretonnants dont les expos foutent la branlée au quai branly !!! smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


          • La Taverne des Poètes 4 août 2007 00:27

            Claude, je ne suis guère étonné d’apprendre que vous étiez amoureuse de Bernard Hinault. Il y a eu beaucoup de femmes qui voulaient le prendre par le maillot... smiley

            Je dis aussi « vive la Bretagne », à ma manière, en la faisant mieux découvrir à tous, comme j’aimerais que d’autres rédacteurs parlent aussi de leurs régions avec passion et nous apprennent des choses. Evidemment, je compte bien encore parler de la Bretagne et des Bretons, selon l’actualité et l’inspiration du moment. La matière est très abondante mais il faut choisir avec soin pour intéresser le lecteur. Fin août, je célèbrerai un breton mondialement connu qui est allé là où nous ne sommes jamais allés et qui nous fait tous rêver. Mais suspense...


          • L'enfoiré L’enfoiré 5 août 2007 21:26

            Bonjour,

            Je propose que le tour de France deviennent une sorte de Paris-Brest-Paris. Je vois cela d’ici. En suivant la Seine, Le Havre, Cherbourg, Brest, Nantes, Tours, Orléans, Paris. Quelle belle promenade de santé !

            Qu’en dites-vous ? Un Demian qui passe de West en Est avec un coup des Tavernes de poétes, des peintres parigos-bretons...

            Un Hinault à destination, un Merx qui abaisse le drapeau à l’autre bout avec son fils...

            Tous dopés à la Chimay bleue. smiley

             smiley


          • haddock 5 août 2007 21:57

            La Taverne ,

            On aimerait un article sur un des plus brûlants sujets d’ actualité bretonnante , je veux parler du kouine amant , vous savez , celui qui pousse de petits cris aigus quand madame bigouden lui fouette l’ Ouessant .


          • grangeoisi 3 août 2007 16:39

            Mais il mordrait le DW ! Oh ! Le vilain !

            Allez Demian viens partager la bolée, reprends une galette, pète un bon coup, le Quai Branly n’en souffrira pas ! smiley


            • Dalziel 3 août 2007 16:56

              II devrait y avoir un contrôle systématique tous les mois. Mais les produits qui sont maintenant interdits seraient alors autorisés, en quantité raisonnable. Il y a certaines hormones qui pourraient être utilisées sans problème avec un suivi médical mensuel. Je rejoins le docteur François Bellocq, que j’ai eu comme médecin traitant, sur ce sujet.« (Dans le magazine »Tonus" le 6 décembre 1988, cité par François Bellocq dans Sport et dopage, page 122)

              C’est le bon sens même, lorqu’on constate l’inextricable boxon auquel a conduit un antidopage à outrance, par ailleurs totalement inapplicable !


              • Dalziel 3 août 2007 16:58

                Un blog passionnant, plein d’informations, sur le dopage et l’antidopage

                http://soscoureurs.bleublog.ch/


              • jako 3 août 2007 20:21

                Bonsoir Mr Taverne cet article j’avoue ne pas accrocher car de déteste le sport en général et surtout le cyclisme mais bon c’est vrai que Hinault est une légende donc j’attends plus vos articles sur le côté plus terre à terre de la Bretagne (vous nous avez caché les festivals celtiques.......) j’ai plussé votre article bien sur car il y a un travail jacques


                • La Taverne des Poètes 4 août 2007 00:34

                  Jako : je ne parlerai pas forcément des festivals car ils sont très nombreux et puis je ne suis pas rétribué par l’office du tourisme ! Un rédacteur a parlé récemment des Vieilles Charrues. Le festival interceltique est hyper connu aussi.

                  Ce qui me plaît, c’est moins le côté touristique que la culture, l’histoire, l’âme bretonne. J’aime par-dessus tout écrire des choses qui restent ancrées dans la mémoire des gens et qui surprennent. Du moins, ceux que la Bretagne intéresse.


                • La Taverne des Poètes 4 août 2007 10:19

                  Les absinthes ont toujours tort. Pas la Bretagne.


                • La Taverne des Poètes 4 août 2007 10:23

                  A l’West, rien de nouveau. Jamais ! A l’Ouest par contre...


                • Christoff_M Christoff_M 4 août 2007 04:15

                  ce qui est dommage, c’est qu’on parle plus des affaires que du tour, comme on parle plus de faits divers dans les infos,peut-être pour combler un vide, on manque d’un héros comme Hinault qui animerait un tour moribond et qui occuperait la pleine page des couvertures avec sa gueule,son attitude de vainqueur et son sourire radieux...


                  • La Taverne des Poètes 4 août 2007 13:14

                    Pour les amoureux de musique celtique : sur France 3 dimanche à 14 heures 20 : « La grande parade du Festival interceltique de Lorient ». L’Ecosse est à l’honneur cette année dans cette parade des nations celtes.


                    • La Taverne des Poètes 4 août 2007 13:19

                      Pour tout savoir, rdv sur le site « Breizh touch » :

                      http://www.breizhtouch.com/

                      Pour ceux qui préfèrent la littérature bretonne, je leur donne rendez-vous avec mon prochain article (lundi sans doute) qui évoquera un très grand écrivain breton aux aspects ignorés. A travers une histoire étonnante. smiley


                    • La Taverne des Poètes 4 août 2007 13:36

                      Festival des Femmes d’Ouessant : sur France 3 Lundi 6 août 2007 de 23h50 à 0h05 (15’) : le Festival d’Avignon et le Festival des Femmes d’Ouessant, qui se déroule du 1er au 10 août 2007.

                      En savoir plus : http://www.evene.fr/culture/agenda/rencontres-de-musiciennes-a-ouessant-18268.php


                    • La Taverne des Poètes 4 août 2007 15:13

                      Vous êtes bien renseigné. Il est vrai que vous êtes sarkoziste idolâtre... Le Pen vient de Bretagne mais il vit toujours à Paris.


                    • La Taverne des Poètes 4 août 2007 17:19

                      Le cas Menthéour : Erwann Menthéour est un ancien cycliste professionnel breton. Fin 1997, après quatre saisons, il quitte la compétition et dénonce le dopage du cyclisme sans complaisance (il avoue s’être laissé piéger aussi) dans « Secret défonce : ma vérité sur le dopage » (Lattès). Avant de raccrocher, Erwann Menthéour carburait au « pot belge » - mélange de cocaïne, d’héroïne et d’antalgiques coupés avec des vasodilatateurs. Il ne balance aucun nom dans son livre qui s’est cependant bien vendu. Il est aujourd’hui romancier.


                      • La Taverne des Poètes 4 août 2007 17:35

                        West

                        Il vaut mieux être relativement connu comme Menthéour et vendre facilement 55 000 exemplaires d’un premier livre très utile que d’être un personnage totalement virtuel et inventé comme vous. Complètement bidon ! Doublé d’un troll qui se prend pour un rédacteur mais qui ne sévit que dans le copié-collé dépourvu du moindre style comme vous le dit pourtant Boileau que vous n’écoutez pas mais que devriez suivre dans son conseil lucide à votre sujet. Ce que vous prenez pour votre talent n’est qu’un pouvoir de nuisance, d’envahir tout l’espace d’Agoravox.

                        Il y a des trolls qui ont de l’esprit (Renève, Gasty et d’autres) mais vous vous êtes, parmi les troll, celui qui a le plus mauvais goût.

                        Enfin, je ne citais pas Menthéour pour des raisons pipolesques, futiltilés mondaines et médiatiques dont vous êtes avide, toujours prêt à lécher bétement les bottes de la première starlette auto-proclamée de la politique ou du show biz. Je citais cet exemple pour laquestion du dopage et en rapport direct et pertinent avec l’article. Cela tout le monde l’a compris. Tout le monde, sauf le cancre de la classe.


                        • La Taverne des Poètes 4 août 2007 17:42

                          West, vous n’existez pas ! Ou plutôt vous n’existez que sous la forme d’un troll, ou dans les moments où vous donnez dans le lèche-bottisme : Ségolène Royal, Quitterie Delmas et à présent Nicolas et Cécila Sarkozy pour lesquels vous ne dissimulez pas votre vénération sans bornes et stupide, bref demianesque, du nom de ce personnage sinistre inventé de toutes pièces....


                        • La Taverne des Poètes 4 août 2007 17:45

                          Sur ce, je pars plonger dans l’océan et vous laisse troller comme bon vous semble. Je ne vous écouterai pas plus que d’habitude. Vive la Bretagne, vivent les Bretons !


                        • La Taverne des Poètes 4 août 2007 20:36

                          « Tête de veau » on t’a déjà dit... smiley


                        • La Taverne des Poètes 4 août 2007 20:42

                          Léon, l’eau était excellente. Le plus dur c’est d’en ressortir tant on y est bien. Là, c’est la canicule ! Après toute cette pluie qu’on a eu, ça nous change beaucoup.

                          Vous dites plus haut que la musique celtique est nulle mais vous n’aimez pas les jolies danseuses en costumes folkloriques ? smiley Ce qui est important dans ces festivals ce n’est pas tant la musique que tout le reste : le spectacle et la communion des peuples celtes. Le festival Interceltique, c’est notre défilé du 14 juillet, mais sans esprit guerrier. Au contraire, c’est l’abolition des frontières de toutes sortes.


                        • La Taverne des Poètes 4 août 2007 20:45

                          Néant West, si le titre vous gêne ou le champion, faites un papier pour vanter le charisme débordant du parigot Laurent Fignon !

                           smiley


                        • snoopy86 5 août 2007 10:39

                          @ Léon

                          Pourquoi voulez vous empêcher Assurancetourix de jouer du biniou ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès