Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Quand le hockey dépasse ses limites

Quand le hockey dépasse ses limites

Au cours des 6 derniers mois, trois joueurs de la Ligue Nationale de Hockey sont décédés. Ils avaient un point en commun, un travail difficile et ingrat, celui d’être un dur à cuire dans leur équipe respective. Ils ont tous connus une carrière semblable et, malheureusement, une fin tragique aussi. Il s’agit de Derek Boogaard, Rick Rypien et Wade Belak.

Le premier cas est celui de Derek Boogaard, des Rangers de New York et anciennement du Wild du Minnesota, qui était alors âgé de 28 ans. L’homme de 6 saisons avait une dépendance connue pour les analgésiques. Il a été retrouvé mort le 13 mai dans son appartement de Minneapolis. Sa mort accidentelle aurait été causée par un mélange d’alcool et d’oxycodone, un puissant médicament analgésique. Une consommation d’alcool jumelée avec des analgésiques comme l’oxycodone, dans le cas présent, peut entrainer des problèmes respiratoires ou encore des risques de surdose, comme ce qui s’est passé. De plus, selon la famille du jeune joueur, Boogaard aurait fait appel au service mis en place par la LNH ayant pour but d’aider les joueurs avec des abus d’alcool, de drogues et de troubles de comportements. Derek consommait beaucoup de drogue ainsi que certains analgésiques afin de pouvoir se détendre plus rapidement à la fin des parties. Il utilisait aussi ces médicaments pour soulager ces douleurs intolérables qu’il a subi tout au long de sa carrière, surtout à la fin de ses 70 combats dans la LNH, qui ont mené à une surdose d’adrénaline impossible à contrôler.

Le second joueur ayant perdu la vie au cours de l’été fût Rick Rypien, l’ancien homme fort des Canucks de Vancouver alors âgé de 27 ans. Le nouveau numéro 37 des Jets de Winnipeg avait signé un contrat d’une valeur de 700 000 dollars au mois de juillet avec cette dernière équipe. Il a été retrouvé sans vie le 15 août dans son domicile de Crowsnest Pass, en Alberta. Au cours de ces 3 années au sein de l’équipe de l’Ouest canadien, Rypien avait quitté l’équipe à quelques reprises afin de régler des affaires personnelles toujours gardées sous le silence. À son retour au jeu, il avait clairement affirmé que ces problèmes étaient derrière lui et qu’il voulait se concentrer sur le hockey. Dans son cas, la mort de Rypien serait un suicide, mais des recherches sont toujours en cours.

Le troisième et dernier cas est celui de Wade Belak. L’ancien homme fort des Prédateurs de Nashville avait annoncé sa retraite au courant de l’été alors qu’il était âgé de 35 ans. Le jeune père de deux enfants a passé 14 ans dans la LNH avec 4 autres équipes. Dans celles-ci il a dû, soir après soir, utilisé ses poings plutôt que de marquer des points. C’est le 31 août dernier que l’homme de 6 pieds 5 pouces a été retrouvé mort par pendaison dans une chambre d’un immeuble à Toronto. Tout au long de ces 549 matchs, Belak a accumulé plus de 1263 minutes de pénalités. Toutefois, la nature exacte de son suicide n’est toujours pas connue et une enquête est présentement en cours.

Ces tristes décès n’auraient jamais eu lieu si des comités avaient été mis en place par les dirigeants de la LNH. De plus, ils auraient pu mettre de l’avant une association qui vise à aider les joueurs qui prennent leur retraite et qui veulent rester dans le domaine. En effet, si des règles plus strictes ne sont pas mises en place par la ligue afin de protéger les joueurs, ces derniers continueront à se frapper violemment et de façon illégale. Malheureusement les hauts dirigeants savent que les batailles attirent le public. Tant et aussi longtemps qu’ils vont prôner l’entrée d’argent plutôt que la santé des joueurs aucun progrès ne pourra être remarqué.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Le Bordelleur Le Bordelleur 17 novembre 2011 16:17

    C’est chaud pour un sport de haut niveau.


    • jaja 17 novembre 2011 18:26

      on s’en fou totalement, tous ces gens qui courrent après la baballe m’indifférent



    • Traroth Traroth 17 novembre 2011 18:38

      Comment un sportif professionnel peut avoir « une dépendance connue aux analgésiques » ? Il n’y a jamais de test anti-dopage, aux Etats-Unis ?


      • restezgroupir44 restezgroupir44 17 novembre 2011 18:42

        Bonjour,

        Comme disent les ricains ok.

        • lenainbleu lenainbleu 17 novembre 2011 22:03

          Tout le monde aux USA sait que les sportifs de haut niveau sont drogués et dopés. Il ne faut pas leur appliquer notre référentiel culturel. 


          Chez nous on fait du sport professionnel pour la performance, chez eux c’est pour le spectacle. Peu importe que le joueur soit drogué tant qu’il y a le show. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hockeysam17


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès