Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Romario, le grand « petit » tourne la page

Romario, le grand « petit » tourne la page

Il a fait rêver, il a fait jaser... Mais surtout il a marqué beaucoup de buts. Plus de 1000 comme le roi Pelé avant lui. A 42 ans, il vient (enfin ?) d’annoncer sa retraite.

Il s’appelle Romário de Souza Faria, mais il est plus implement connu sous le nom de Romario. Crampons aux pieds, celui que l’on surnommait Baixinho (en portugais, le petit, en raison de sa taille : 1,69m) a fait rêver les amoureux de football (et les autres) partout dans le monde.

Né dans un quartier de la banlieue de Rio le 29 janvier 1966, il est l’exemple même du footballeur brésilien devenu icône. Il apprend à jouer dans la rue et le ballon rond lui permet d’échapper à des conditions de vie "difficiles".

Son éclosion médiatique internationale remonte à la Coupe du monde 1994, aux Etats-Unis. Avec son compère Bebeto, à la pointe de l’attaque auriverde, il marque 5 buts en 7 matches et conquiert le titre de champion du monde (ah, le geste du bébé bercé, en l’honneur de Bebto justement). Un couronnement mérité et attendu.

Attendu parce que, dès son arrivée en Europe, au PSV Eindhoven, en 1988, Romario explose. En 109 matches dans le club néerlandais, il score à 98 reprises, soit une moyenne exceptionnelle de presque un but par match ! Son transfert au FC Barcelone en 1993 le propulsera donc au sommet. Là encore, il enfile les buts comme d’autres enfilent les perles (34 en 46 rencontres). Sous les ordres de Johann Cruyff, Romario devient l’idole de tout le peuple barcelonais, à qui il offre un championnat d’Espagne au sein de la légendaire Dream Team du Barça. Seule ombre au tableau, une finale de C1 perdue contre le Milan AC (4-0)...

Des déhanchements sur et en dehors des terrains

Qu’importe, il permet à la Selecao de conquérir le titre mondial, 24 ans après la dernière consécration d’une équipe emmenée par un certain Pelé. Pelé, le nom est lâché. Le roi Pelé, le meilleur joueur des années 1960-1970, et bien plus encore, a trouvé son successeur au Brésil. Toujours en 1994, Romario est d’ailleurs élu "meilleur joueur de l’année" par la Fifa.

Pourtant, la comparaison avec Pelé ne s’étend pas à l’infini. Car, au-delà de son talent naturel, Romario, c’est aussi un joueur imprévisible, au caractère bien trempé. Sur et en dehors des terrains. Ainsi, ses déhanchements ont régulièrement fait le bonheur des boîtes de nuit. Mais, comme il le dit lui-même, il est comme tout Brésilien : "J’aime les femmes, sortir, m’amuser. C’est pour ça que le peuple s’identifie à moi." Ce n’est pas Ronaldinho qui dira aujourd’hui le contraire. Ses liaisons successives, demandes de reconnaissance en paternité, ou procédures pour non-paiement de pensions alimentaires, ont fait les choux-gras des gazettes à sensation. Finalement, il n’est qu’une star de son époque. Et puis, cela n’altère pas toutes ses performances sur le terrain. Quoique...

L’après Coupe du monde 1994 marque en quelque sorte le "déclin" de Romario. Les mauvais gestes se multiplient : bagarre avec son ex-ami Edmundo, gifle à l’un de ses coéquipiers, coup adressé à un supporter à l’entraînement. Ses différents entraîneurs ne sont pas épargnés : il contraint Vanderlei Luxemburgo à quitter Flamengo, il fait peindre des caricatures de Zagallo et Zico assis sur les WC dans une discothèque de sa propriété, parce qu’il n’a pas été convoqué au Mondial 1998 et enfin, il se fâche avec Luiz Felipe Scolari, qui l’avait initialement convoqué dans le groupe brésilien et lui avait confié le brassard de capitaine, avant de se passer définitivement de lui pour former l’équipe qui remportera la Coupe du monde 2002.

La barre des 1000 buts

Finalement, Romario n’aura donc participé qu’à deux Coupes du monde. Frustrant... Depuis cette époque, il a enchaîné les clubs (9 depuis janvier 2003), au Brésil bien sûr, mais aussi en Australie, aux Etats-Unis ou au Qatar...

Cette carrière qui n’en finit plus n’est liée qu’à un objectif : passer la barre des 1000 buts en compétition et ainsi rejoindre (une fois de plus, est-on tenté de dire) Pelé. Entre ses calculs personnels et ceux de la Fifa, on pouvait noter une certaine différence, mais le dimanche 20 mai 2007, il marque enfin sur penalty, ce qu’il considère comme étant le millième but de sa carrière avec son club de Vasco de Gama contre l’équipe de Sport, dans le championnat brésilien. Un chiffre qui a bel et bien été par la suite reconnu par la Fifa, et qui le fait donc entrer un peu plus dans la légende.

Devenu entraîneur/joueur de son club de toujours, Vasco, en octobre dernier, il a finalement annoncé la semaine dernière qu’il partait à la retraite. Une petite phrase, qui colle bien au personnage, aura suffi : "A partir du 30 mars, je serai au chômage." Mais il n’y a pas à se faire de souci pour lui puisque, comme il l’a annoncé, Romario commencera par prendre des vacances dès lundi avec un grand groupe d’amis à Curaçao (Antilles néerlandaises). Il y a des pages plus difficiles à tourner. Et quoi qu’il en soit, le "petit" restera un grand à tout jamais.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Ceri Ceri 1er avril 2008 11:15

    marre des "articles" sur le foot, y’a l’Equipe pour ça


    • nick 1er avril 2008 11:39

      et ya également toute une tripotée de magazines qui traitent en long et en large tous les thèmes abordés par les autres articles d’Agoravox...tu proposes quoi alors ? On parle de rien ?


    • Ceri Ceri 1er avril 2008 11:45

      ben t’as der la chance si tu trouves des articles un peu objectifs sur le Bilderberg ; l’Europe, le Venezuela ou la Colombie, le chomage, les privatisations et les autres réformes de l’autre guignol dans la presse. On doit pas vivre dans le même pays.

      Le sport, par contre, y’en a à foison, pas le peine de le faire encore ici. Surtout que c’est très rare que les vraies questions comme le blanchiment d’argent ou le dopage soient abordées ici. Aucun intéret, donc.


    • ludchou 1er avril 2008 11:54

      Excuse-moi de parler un peu de sport... La retraite de Romario n’a pas forcément fait la une de l’Equipe, de même qu’il ne fait pas la une d’Agoravox non plus d’ailleurs. Sauf que, comme je le dis dans mon "article", Romario et Bebeto à la Coupe du monde 1994 m’ont fait vibrer... Alors oui, excuse-moi encore, je réagis en amoureux de football de base (j’ai pas dit supporter)... Mais, comme dirait l’autre, on ne peut pas plaire à tout le monde.

      Bref, certes le foot est un peu trop présent partout. Ce n’est pas pour ça qu’il n’a pas un minimum sa place sur Agoravox...


    • remjg 1er avril 2008 12:38

      Bonjour !

      Il me semble que Romario a arrêté sa carrière à cause d’un scandale de dopage... Qui a en tout cas défrayé la chronique ces derniers mois ! Ce serait bien d’en parler tout de même !

      Enfin c’est le genre détails qu’on préfère oublier à propos des grands joueurs !


      • ludchou 1er avril 2008 13:17

        J’avoue ne pas être revenu sur cet épisode, que je trouve plutôt grotesque... il faut dire que "l’affaire" peut prêter à sourire. D’ailleurs, cela aussi colle bien au personnage qu’est Romario :

        "Stupeur sur la planète football. Romario, 41 ans, a été contrôlé positif à une substance interdite, la Finasteride (agissant sur la testostérone) le 28 octobre dernier, à l’issue de la confrontation de son équipe du Vasco de Gama face à Palmeiras pour le compte de la 33e journée de série A brésilienne.
        Le champion du monde 1994 a justifié son état positif à la prise de produit ralentissant la chute des cheveux, qui contiendrait cette substance interdite."
         

        Voilà, "l’erreur" est réparée !


      • stephanemot stephanemot 1er avril 2008 18:02

        Ronaldo et Ronaldinho ont atteint des niveaux de jeu supérieurs au cours de leur carrière, mais Romario présente un parcours quasi unique sur la durée.

        Il a un profil et un jeu très proche de Maradona, avec une influence moindre sur le jeu de l’équipe du fait de son poste... mais quel talent !

        Romario aura également formé des duos fantastiques avec Stoichkov ou Bebeto, preuve de sa passion du beau jeu collectif.

        Indépendamment de ses frasques, il n’a pas vraiment régressé sur la seconde moitié de sa carrière. Sans ses bisbilles avec les sélectionneurs auriverde, il pouvait battre tous les records de la Selecao.


        • le pen la vie la vraie 1er avril 2008 18:46

          je regrette beaucoup de ne pas l’avoir vu jouer davantage malgré sa longue carrière car je garde de lui un grand souvenir. Il avait le talent à l’état pur ! autre chose à mon avis que ronaldo et ronaldino qui ne m’ont jamais vraiment convaincu. J’ai toujours préféré rivaldo, autre grand joueur, à ces deux là !


          • SlyTheSly 1er avril 2008 23:33

            Le coup des "1000 buts" de Romario c’est une vaste blague...en gros ça équivaut à 50 buts par an en 20 ans de carrière...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès