Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Tour de France 2009 : un premier bilan après une semaine de (...)

Tour de France 2009 : un premier bilan après une semaine de course

Le Tour de France 2009, parti de Monaco samedi 4 juillet, qui marque le retour au plus haut niveau du héros américain Lance Armstrong, septuple vainqueur de l’épreuve, en a fini hier avec la traversée des Pyrénées, et c’est un Italien, Rinaldo Nocentini, qui a le maillot jaune. Après une semaine de course éprouvante dans le Sud de la France, quels enseignements devons-nous tirer de ces premières étapes ? Que peut-on espérer pour la suite du périple ? Surtout, Lance Armstrong est-il en mesure de s’imposer sur les Champs-Elysées pour la huitième fois ?

 
Le spectacle au rendez-vous
 
 Incontestablement, le parcours tracé par les organisateurs était propice à de nombreuse passes d’armes entre baroudeurs et puncheurs, mais aussi entre les principaux favoris. Dès le contre-la-montre à Monaco (première étape), le ton était donné : les deux principaux favoris de l’épreuve, l’Espagnol Alberto Contador et l’Australien Cadel Evans, se tenaient en cinq secondes, l’un arrivant second et l’autre cinquième de l’étape. Quant au revenant Lance Armstrong, il entamait son "show" en prenant la dixième, tout près des meilleurs.
La deuxième joute du Tour 2009 opposait deux jours plus tard, entre Marseille et La Grande-Motte, un groupe d’une trentaine de coureurs, détaché du peloton à 25 kilomètres de l’arrivée, et dans lequel figurait Lance Armstrong, aux équipes des principaux leaders qui n’avaient pas parvenu à prendre la roue des meilleurs (Evans, Contador, Menchov, Sastre, les frères Schleck, Kreuziger, etc...). Finalement, le peloton rejoignait La Grande-Motte avec un retard de 40 secondes, ce qui replaçait Lance Armstrong devant ses principaux adversaires au classement général.
La quatrième étape renouait avec la tradition du contre-la-montre par équipes, oublié depuis 2005, et s’avérait très spectaculaire, entre les très nombreuses chutes (sur les 178 coureurs du peloton, 17 sont tombés sur un parcours très sinueux, dont le Russe Denis Menchov, récent vainqueur du Tour d’Italie) et la démonstration de force de l’équipe Astana (qui compte dans ses rangs Lance Armstrong, Alberto Contador, Levi Leipheimer, ou encore Andreas Klöden...).
La première explication entre favoris était attendue à la station de ski d’Arcalis, ville d’arrivée de la septième étape, vendredi 10 juillet, mais l’ascension finale, pas assez pentue pour que de réels écarts se créent, n’eut d’autre intérêt que de voir Alberto Contador placer une attaque à deux kilomètres du sommet, attaque à laquelle personne ne réagit, même Lance Armstrong qui, coéquipier de Contador au sein d’Astana, ne pouvait se permettre de ramener le reste des favoris sur l’Espagnol. A l’issue de cette étape, Contador prenait la deuxième du classement général et devançait Lance Armstrong de deux petites secondes.
Les deux étapes pyréennes de samedi et de dimanche, escamotées par la passivité et le manque de jugeote des adversaires de l’équipe Astana (evans, Menchov, les frères Schleck...), ne furent pas le théâtre d’un grand bouleversement au classement général.
 
 
Astana : l’extase avant l’ecstasy ?
 
 Quatre ans après la disparition de l’équipe Discovery Channel, véritable arsenal chargé entre 1999 et 2005 d’accompagner Lance Armstrong dans les cols, baptisée "dream team" ou "train bleu" en raison de sa remarquable efficacité, il semble que le Tour de France 2009 soit le témoin de la renaissance d’une très grande équipe capable de contrôler la course et d’imposer le respect auprès du peloton, Astana. En effet, alors que trois de ses coureurs figurent dans les quatre premières place du classement général après la traversée des Pyrénées (Contador deuxième ; Armstrong troisième ; Leipheimer quatrième), Astana paraît intouchable, à tel point que le second des éditions 2007 et 2008, l’Australien Cadel Evans, parle déjà d’une troisième place comme objectif à Paris.
De cette façon, le premier concurrent sérieux pour Astana, Andy Schleck, figure déjà à une minute et quarante secondes d’Armstrong et Contador... Ce début de Tour aura donc sérieusement réduit le nombre de vainqueurs potentiels, qui semble maintenant se résumer aux deux leaders d’Astana. L’Espagnol et l’Américain, dont il se murmure qu’ils ne s’adressent guère la parole, sauront-ils privilégier l’intérêt de l’équipe sur leur ego personnel ? Rien n’est moins sûr, d’autant plus que Lance Armstrong, fin tacticien et le plus expérimenté des deux, a confié qu’il se sentait mieux chaque jour : "Il faut un peu de temps pour que la forme vienne. C’est mon plan", a-t-il assuré aux journalistes à l’issue de l’étape d’hier.
Outre l’intérêt de savoir lequel des deux coureurs d’Astana pourra l’emporter au bout, il est important de signaler que cette année 2009 marque probablement la fin de la période nette et insoupçonnable de l’équipe sous licence kazakh. En effet, Alexandre Vinokourov, coureur contrôlé positif pour dopage sanguin sur le Tour de France 2007, et qui bénéficie du soutien du gouvernement du Kazakhstan, véritable propriétaire de l’équipe, a récemment annoncé son intention de rejoindre l’équipe Astana. "Je compte profiter de ce départ à Monaco pour rencontrer et négocier avec Johan Bruyneel. En décembre 2008, il n’avait rien contre mon retour. Si aujourd’hui il ne le veut pas, il devra partir, quitter Astana même si son contrat porte aussi sur l’année 2010.", a-t-il ainsi annoncé le 2 juillet lors d’une conférence de presse. Or si l’équipe actuelle est un exemple de ce que la mondialisation peut faire de mieux (deux coureurs américains, un coureur kazakh, un coureur ukrainien deux coureurs espagnols, un coureur portugais, un coureur suisse et un coureur allemand), il est presque certain que "Vino" voudra renationaliser son équipe, son "bébé", comme il l’appelle, et les affaires louches et divers trafics devraient se multiplier. Cette dimension politique, en marge de ce tour 2009, rend la course plus palpitante encore et nous rend déjà nostalgiques de cette formidable équipe qui ne manquera de se dénaturer avec le retour de Vinokourov.
 
 
Un cyclisme français conquérant
 
 L’autre élément à retenir de ce début de Tour 2009 est la grande forme des coureurs français. Déjà victorieux trois fois (Thomas Voeckler le 8 juillet, Brice Feillu le 10 juillet et Pierrick Fédrigo le 12 juillet) -ce qui ne s’était pas produit depuis 2001-, ceux-ci se montrent sans complexe et promettent beaucoup pour la suite du Tour. Ainsi, ils ne sont pas moins de neuf dans les cinquante premiers au classement général, et c’est la formation française Ag2R La Mondiale qui fait la course en tête au classement par équipes, juste devant Astana.
Cette première semaine a donc été marquée par la domination outrageuse de l’équipe Astana, mais aussi par la rivalité ostensible entre le jeune Alberto Contador, vainqueur en 2007 et Lance Armstrong, le vétéran septuple vainqueur de l’épreuve. Les deux hommes ont déjà disputé un Tour de France en commun, c’était en 2005, année où Armstrong prenait sa retraite après un septième succès. Son rival, alors âgé de 22 ans, avait fini trente-et-unième, très loin de l’Américain. Qu’en sera-t-il cette an 2009. En tous les cas, les deux hommes sont en forme et devraient en découdre dans les Alpes en troisième semaine. En attendant, place aux étapes vallonnées et aux attaquants !
 
 
 
Pour plus d’informations :
florentingastard.blogspot.com/
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 13 juillet 2009 10:03

    Astana a decide de maintenir le suspense artificiellement en ne tuant pas la course des la premiere epreuve de montagne et en laissant quelques miettes aux tricolores.

    Leur objectif est de remporter le Tour, pas de le tuer des cette annee.

    C’est un compromis sympa pour les organisateurs : tout le monde est content, meme le public qui fait semblant de croire a une epreuve ouverte et sans artifices.


    • tonton raoul 13 juillet 2009 10:24

      Le bilan actuel, c’est : nada ...

      Les pyrénées ont été escamotées, il ne s’est rien passé.
      Et cette semaine, il n’y a platement rien au programme
      C’est dimanche prochain que le tour va peut-être commencer avec 4 étapes de montagne et un contre-la-montre en 6 jours de course.
      D’ici là, blablabla et cacahuètes aux frenchies ..

      • ZEN ZEN 13 juillet 2009 10:27

        Article touchant
        « rendre la course plus palpitante... » ?
        Depuis longtemps, sachant ce que je sais, grâce notamment aux bons soins du Dr De Montenard, j’ai décroché...
        Les coureurs ne sont pas des chiens !...

        Mieux vaut le foot amateur, n’est-ce pas , Stéphane ?


        • TSS 13 juillet 2009 10:47


          a part les paysages,rien d’interessant !!

          ah si !quelques « biques » surdopées qui s’escriment sur des velocipèdes acclamés par

          des veaux qui n’ont pas encore compris que tout est dejà programmé,y compris l’achat

          d’ASO par Armstrong et ses copains.circulez..etc... !!


          • Fergus fergus 13 juillet 2009 10:52

            Le spectacle au rendez-vous ? Ce tour est probablement l’un des pires qui ait été organisé. Pour une raison simple : les intérêts sont tellement grands désormais que plus un coureur ne prendra le risque d’une attaque au long cours sur un parcours de montagne.
            Tout se joue désormais sur une ou deux étapes dans un affrontement sur 3 ou 4 kilomètres d’ascension. Lamentable.
            Comment le public, en constatant cela et en sachant que tous les principaux protagonistes courent « chargés », peut-il encore s’intéresser à cette compétition ?

            On est décidément bien loin des rivalités Merckx-Ocana. Les comptables ont désormais largement et définitivement pris le pas sur les romantiques !


            • Florentin Gastard 13 juillet 2009 11:09

              Vous oubliez tout de même les deux journées sans oreillettes à venir. Et s’il n’y a pas d’attaques, c’est bien parce qu’une équipe est suffisamment forte pour impressionner tout le monde, sauf sur la deuxième étape des Pyrénées et l’offensive de Cadel Evans et d’Andy Schleck.
              Je vous rappelle que nous ne savons toujours pas lequel des deux, voire même des quatre, Astana va s’imposer.
              Certes, la semaine qui vient devrait être d’un intérêt limité, mis à part pour les Français, mais la troisième s’annonce grandiose.


              • Fergus fergus 13 juillet 2009 12:44

                Cela fait dix ans qu’on annonce un final grandiose à un public de cocus qui constate qu’il ne se psse rien ou presque mis à part quelques rares escarmouches en fin d’étape lorsqu’est programmée une arrivée au sommet.

                Naguère, les leaders prenaient leurs responsabilités, parfois en attaquant sur plusieurs cols au risque d’exploser. Un scénario désormais banni pour cause d’intérêts par les boutiquiers qui gèrent les équipes non en formations sportives mais en simple vitrine marketing !

                Un vrai Tour, c’est un Tour où il y a des écarts, des rebondissments, des défaillances et des élmininés aux arrivées. Bref, tout ce que l’on ne voit plus depuis belle lurette !


              • tonton raoul 13 juillet 2009 13:39

                exact fergus ...

                il reste l’innovation du Ventoux en arrivée au sommet juste avant Paris
                curieux de voir ça quand même, c’est une première

              • Paul Cosquer 13 juillet 2009 11:42

                On attribue à la chute de Schleck le ralentissement des poursuivants du peloton sur les deux échappés d’hier mais peut-être est-ce en raison du sponsor (Caisse d’épargne) de l’équipe poursuiveuse que cette opportunité a été saisie. En effet, imaginez la victoire du français « escamotée » (je reprends le mot bien à la mode cycliste) par un sponsor français !

                Pure hypothèse évidemment. Quoique...


                • ZEN ZEN 13 juillet 2009 12:09

                  On nous a déjà fait le tour...
                  (à prendre dans tous les sens)
                  Amaury and Co veille au Vélo-business

                  Lance Armstrong revient. Le septuple vainqueur du Tour de France, l’homme qui a vaincu le cancer, sera, à compter du 4 juillet, face au « plus grand défi de sa carrière ». Telle une superproduction hollywoodienne, ce retour promet un sacré spectacle : du sang, de la sueur, des larmes. Est-ce pour autant une bonne nouvelle pour le sport ? Dans leur livre Le Sale Tour, qui paraît ce 4 juin, les journalistes Pierre Ballester et David Walsh apportent une réponse sans équivoque. "C’est une catastrophe : Armstrong symbolise tous les dérapages, toutes les perversions du sport business : dopage, manoeuvres d’intimidation, affairisme...", assure Ballester, ex-journaliste à L’Equipe.

                  C’est parce que j’aime le vélo que je suis cynique (?)


                  • brieli67 13 juillet 2009 14:02

                    ah le bon vieux temps
                    http://ilyaunsiecle.blog.lemonde.fr/2009/07/07/7-juillet-1909-un-tour-de-france-bien-arrose/

                    bien arrosé de vin de noix vomique  coca

                    que DU BO ! DU BON !! DUBONNET !!


                  • Zkyx 13 juillet 2009 12:40

                    Ce qui est sur, c’est que cette semaine il ne va rien se passer au général.
                    Les astana sont très bien où ils sont : en embuscade sans avoir à assumer le maillot jaune, et avec leurs adversaires derrière eux.
                    Dommage pour les pyrénées quand même, une arrivée au sommet zappée par les favoris et puis deux vraies fausses étapes de montagne...
                    Bref, peut-être en effet que la dernière semaine sera captivante, mais toutes ces stratégies d’équipe verrouillent totalement la course. Ca n’est vraiment plus rock’n roll le cyclisme !


                    • ZEN ZEN 13 juillet 2009 14:12

                      Questions sur un curieux tracé...

                      "..quelques questions déplacées au sujet de cet inqualifiable parcours. Fallait-il à tout prix éviter la Bretagne et le Nord ? Fallait-il impérativement visiter des paradis fiscaux (Principauté de Monaco ; Principauté d’Andorre ; Confédération Suisse) ? Fallait-il absolument installer le circuit du contre-la-montre par équipes de Montpellier sur des chemins de grande randonnée ? Fallait-il obligatoirement faire une halte chez un des sponsors, à Vittel ? Fallait-il d’urgence aller s’incliner devant les huiles du Comité international olympique (Albert II à Monaco ; Juan Antonio Samaranch, l’ancien président si influent, à Barcelone ; Jacques Rogge, le président actuel, en Suisse) ? Enfin, fallait-il réellement organiser un départ d’étape à Vatan (Indre) ? Oui, ça, c’était obligé." (Mediapart)


                      • Lapa Lapa 15 juillet 2009 16:57

                        Ce tour est d’un ennui mortel et même les commentateurs n’arrivent même plus à masquer l’emmerdement profond du spectacle.

                        Le tracé est minable, les étapes de montagne n’en sont pas excepté peut être l’arrivée au Ventoux ou éventuellement on aura une attaque à 2 km de l’arrivée. Sans parler de la sempiternelle dernière étape où il ne se passe jamais rien et où le vainqueur peu peinard siroter le champagne. Comme d’hab ça se jouera sur du contre la montre. avec une équipe leader que personne n’attaque (Astana) , voire que deux autres équipes aideront dès qu’elles sauront que leur leader aura droit au podium.

                        bref c’est complètement verrouillé et inintéressant au possible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès