Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Trois Italiens et un même défi : gagner...

Trois Italiens et un même défi : gagner...

Ancelotti, Di Matteo et Mancini. Clubs riches. Et la même pression. Enorme...

Ils sont bien payés, très bien. Carlo Ancelotti, Roberto Di Matteo et Roberto Mancini sont trois entraîneurs Italiens en poste à l’étranger et ils ont un peu de choses en commun. La plus encombrante est l’énorme pression qui les accable sur le banc : à Paris, Londres et Manchester souffle plus ou moins le même air. PSG, Chelsea et City sont des clubs de la même bande, celle du luxe. La crise économique n’est pas prête de les déranger. Le fair play financier prévu par Michel Platini non plus. Les millions des cheikhs et du milliardaire russe, transféré en Angleterre, jaillissent des puits sans fond. Dans toute l’Europe le marché estival des championnats est paralysé, presque dans le coma. Seuls quelques miettes bougent. Eux vont de l’avant comme si de rien n’était, sereinement. Le PSG, pour commencer, a jusqu’à présent dépensé une centaine de millions. Ils se sont servis pour mettre les mains dans les étagères de la Serie A et transporter Thiago Silva, Verratti, Ibraimovic et Lavezzi sous l’ombre de la Tour-Eiffel. Ancelotti a aussi en main la rafle faite l’année dernière par Leonardo : Pastore, Sirigu, Menez, Motta, Lugano, Maxwell. L’ex-technicien de Chelsea, Milan et de la Juve construit son puzzle avec l’obbligation de se transformer en un chef-d’oeuvre.

Les cheikhs attendent un décollage verticale et bien sûr ils ne pourront plus digérer une débacle comme celle de la saison dernière et le championnat perdu aux dépens de la modeste équipe de Montpellier. Les investissements devront changer les choses. Image, grandeur, succès. Avec cette équipe, Ancelotti doit gagner le championnat français en souplesse. Mais ce n’est pas tout. L’horizon s’élargit, place à la Ligue des Champions. En Europe aussi le PSG doit faire sa route, se battre avec les plus forts, mettre en place les fondements d’un cycle glorieux.

Roberto Mancini n’a pas encore dépensé un Livre Sterling, mais il a encore le temps et en a surtout profité l’année dernière. Lui aussi avec une vague de sous et un mercato ahurissant : Balotelli, Aguero, Nasri, Tevez, Dzeko, Yaya Touré. Le monde entier est à disposition. Le premier problème, dans ces cas, est de convaincre les grands joueurs d’épouser la nouvelle aventure. La seconde question est de savoir transformer tant d’individualités en un collectif. Mancini a commencé en gagnant la Coupe d’Angleterre. Puis il a remporté la Premier League et maintenant qu’il ne peut plus s’arrêter, il doit marcher sur la Ligue des Champions.

Di Matteo qui a conquis la coupe aux grandes oreilles en mai, taquine maintenant Ancelotti. Il dit que Carlo copie Mancini, et il y a quelque chose de vrai dans ses mots. Espérons, au contraire, que personne ne se mette à copier le jeu horrible de Chelsea dans la phase finale de la Ligue des Champions. Le football a besoin de beaucoup de choses, et bien sûr de ne pas rapeller le catenaccio : ça n’a pas de sens de dépenser autant d’argent pour jouer comme une petite équipe de province. Cet été Abramovich a déjà décroché 50 millions pour se prendre Hazard et Marin, deux baby à grandes perspectives. C’est aussi à Di Matteo de grandir : il doit démontrer qu’il n’a pas gagné par hasard. A lui de chercher d’autres succès dans un football plus plaisant, généreux. C’est une course en montée qui à la fin risque de devenir cruelle, une sorte de jeu de la tour : parce qu’il doivent gagner, mais que quelqu’un perdra. Inévitablement... 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • King Al Batar King Al Batar 26 juillet 2012 10:04

    Une chose est sure concernant Paris, c’est que Carlo Ancelotti n’est pas un homme qui joue le Cadenaccio... Pour preuve, lorsqu’il était entraineur de Chelsea, il a établit un nouveau record en Premier League, celui du nombre de buts marqués en une saison : 103 en 2009. Record depuis que le championnat d’Angleterre s’appelle Premier League, c’est à dire 1992.

    Il aime le jeu animé et offensif... Bref ce n’est pas le foot Italien que l’on connait. Di matteo, lui, développe clairement un jeu défensif très ennuyeux... Après c’est sur que quand on joue contre des équipes comme Barcelone ou le Bayern (et j’espère bientot le PSG) on a quand même interet a bien bétonner derrière...

    En tout cas, par le recrutement des Millairdaire, on voit que selon eux ce sont les entraineurs Italiens qui ont le plus la culture de « la gagne », et je vous avoue que ca ne me surprend pas. La bas, pas de chouchoutage, de favoritisme et de laxisme chez nous. Les mecs se battent sur le terrain, et s’ils ne le font pas assez, ils finissent sur le banc ! C’est peut être ça qu’il aurait fallu pour notre génération tricolore de joueurs perso...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès