• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > 2 : La dure réalité des trimardeurs

2 : La dure réalité des trimardeurs

Orléans – Nevers – Orléans

Épisode 2

Vidéo 

Le voyage de l'insolite

JPEG - 96.7 ko

La soirée chez Bibi appartient aux secrets qui ne se disent pas. Quand l'accueil est à ce point chaleureux, il est bon de le garder au fond de son cœur. C'est donc au petit matin que nous reprîmes nos allures marinières. Il fallait préparer l'expédition, faire de menus achats pour subsister sans le confort élémentaire qui nous est désormais coutumier.

547040_495366753829837_2144571724_n.jpg

Cela prit du temps et nous appareillâmes seulement à 10 h 30 tout en découvrant le bateau avec lequel nous allions partager intimement nos prochaines heures. C'est une grande plate-forme métallique sur laquelle est posée une immense cabane de bois de 12 mètres de long par 5 de large. L'ensemble est très encombrant et passe juste dans les écluses.

544679_495379087161937_2085515578_n.jpg

Pour agrémenter notre équipée, quelques gredins oisifs ont brisé toutes les vitres du bâbord et de la proue. L'intérieur est vide, heureusement qu'il y avait quelques panneaux de bois pour permettre de nous construite une yourte ou un abri de fortune grâce à l'ingéniosité de Bibi. Ce capitaine-là se soucie du confort de son équipage !

543092_495378057162040_1680569401_n.jpg

La navigation de complaisance (nous convoyons un bateau pour une charmante dame …) pouvait débuter. Notre journée fut une succession lente et ininterrompue de biefs et d'écluses, de verres levés et d'huîtres avalées, de récit de Loire et de commentaires sur le devenir de sa nouvelle marine.

542575_495366993829813_302735153_n.jpg

Le froid, petit à petit, nous enveloppait. Nous avancions à 6 kilomètres par heure. L'ami Bertrand faisait feu de tous les clichés possibles. Bibi abandonnait rarement le gouvernail. Nous rêvions de voir la Loire dès ce soir. La réalité et l'heure de fermeture des écluses nous firent déchanter. C'est au pied de la bute de Sancerre que s'acheva notre course du jour : 8 heures 30 de navigation.

535416_495380273828485_408947905_n.jpg

L'heure était venue, dans un froid pinçant et la plus totale obscurité, de nous réfugier dans notre cabane. Des bougies nous offrirent une lumière blafarde et un peu de chaleur. Nous trouvâmes même moyen de faire réchauffer une choucroute avec deux grosses bougies d'église et une installation rudimentaire …

486317_495367210496458_333237112_n.jpg

Le repas pris, nous n'avions d'autre alternative que de nous enfiler dans notre amas de couvertures et de duvets. Il faisait 5 degrés dans notre « cabouin ». Hardi les gars, hisse le torchon et ferme les yeux. Que le sommeil te prenne avant les premiers frissons ! Mais que nenni mon bon monsieur, ma bonne dame, nous eûmes chaud tant notre caverne était parfaite !

387839_495384397161406_82267850_n.jpg

Puis vint l'heure des premiers ronflements, malheur à celui qui ne s'endort pas avant les sonneurs. Je fus celui-là et put alors apprécier le vacarme de ceux qui, la veille encore, me reprochaient ma respiration d'asthmatique. Les gens sont mesquins et les camarades pires encore ! Heureusement, je finis par m'endormir du souffle court de celui qui n'a rien à se reprocher.

311448_495367077163138_1864336380_n.jpg

C'est au mi-temps de la nuit que l'improbable se produisit. Des bruits de pas sur le rafiot. Une inquiétude sourde pour le dormeur surpris dans son sommeil. Je m'inquiète, que faire ? Je garde par-devers moi cette alarme ridicule, cela doit être un objet flottant qui est venu frapper notre coque...

74750_495392233827289_794548721_n.jpg

Non, le bruit reprend plus net, plus certain. Un individu marche sur le bateau. Je me dis qu'il y a quelqu'un sur le bateau, une remarque à moi-même pour me donner le courage de quitter ma douce torpeur et aller à la rencontre du visiteur. J'allume ma lumière rouge pour ne pas réveiller mes camarades ….

 

8781_495366813829831_1768878279_n.jpg

Et là, la remarque cinglante de Bertrand vient briser mon rôle de gendarme des flots. « Ben, on n'a plus le droit d'aller se soulager ! » Le bougre ne m'avait pas réveillé à son départ. Chacun notre tour, nous allâmes faire du bruit sur le pont. Notre tour de garde pris, nous pûmes retrouver nos rêves de confort et notre doux duvet. Voilà la vie d'un matelot à bord !

18325_495396120493567_244702469_n.jpg

Batelièrement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Brontau 13 novembre 2012 17:46

    Bonsoir Nabum. Vos récits de Loire murmurent toujours suavement à l’oreille de votre « cousin » d’Adour Garonne. Cette fois ce sont vos photos qui évoquent des images plus ou moins récentes ou lointaines (mais profondément ancrées...) du Canal du Midi, avant le « suicide collectif » (ou génocide imprévu de la folie humaine ?) des platanes bicentenaires qui en constituaient l’indispensable écrin, mais plus encore le canal de la Baïse, moins illustre mais tellement plus intime, plus divers et surprenant. Fraternité de l’eau, fraternité du beau, à vos prochaines découvertes... que nous pourrons nous approprier. 


    • C'est Nabum C’est Nabum 13 novembre 2012 18:49

      Brontau


      <Merci cousin de Garonne Qu’importe l’eau, il faut être d’une rivière !
      Suivez mes aventures, partagez les vôtres. Du canal ou bien de Loire, il faut aller sur l’eau pour savoir combien il faut préserver ce qui peut l’être encore !

    • Plus robert que Redford 13 novembre 2012 21:36

      Super !
      On y est !
      Dommage que les odeurs ne puissent encore se transmettre sur le t’ernet, ça manque au réussi du tableau, encore que le remugle puissant du silure mort au chapitre 1, je crois bien l’avoir dans les narines, là...
      J’attends impatiemment la suite, avec force clichés pris, bien sûr, sur le vif !
      Un Digoinnais.


      • C'est Nabum C’est Nabum 13 novembre 2012 21:39

        Plus robert que Redford


        Le numéro 3 est envoyé mais pas publié
        Le 4 est dans les tuyaux

        5 et 6 arrivent après

        Vive l’aventure ligérienne

        Merci à vous

        • Plus robert que Redford 13 novembre 2012 21:42

          L’aventure c’est l’aventure
          Elle est là qui vous attend ce soir

          Pas de pitié
          Il est trop tard il faut gagner et oublier

          L’aventure c’est l’aventure
          Elle est pareille à l’amour
          Elle est en moi pour toujours
          Oui pour toujours

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires