• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Dans le tramway

Dans le tramway

Segpa ... Utile

En direct avec eux.

Ma merveilleuse classe est en balade. Nous avons un long trajet en tramway devant nous. J'ai le portable sur les genoux et je vais décrire leurs comportements pendant ce trajet. Tout a commencé à 8 heures. Au moment de l'appel, trois absents, dont les deux garçons habituels qui cumulent les retards et les jours de congés. Pour le troisième, c'est plus étonnant, il doit être malade.

Sur le chemin du tramway, j'écoute les conversations. J'apprends qu'hier soir, une des filles était sur les Champs Élysées pour célébrer la qualification de l'équipe d'Algérie puis celle de la France. Elle a dû rentrer fort tard. Un détail sans doute ou bien une habitude.

Juste au moment de rentrer dans le tramway, un des absents surgit. Il est si souvent en retard que 20 minutes de débours sont pour lui une aimable plaisanterie. Comme il ne s'excuse ni ne dit bonjour, je lui dis qu'il est trop tard, qu'il est marqué absent et qu'il n'est nullement question de l'emmener à cette sortie dont il ignore tout. Il faut parfois sortir du cadre pour affirmer des limites.

Puis nous effectuons notre premier trajet. Le niveau sonore monte dans le véhicule et les gros mots ricochent de bouches en bouches. Une jeune fille est assise sur la rambarde, d'autres s'isolent pour échapper à la honte de ces furies si mal-embouchées. Je les comprends, j'ai honte d'être leur responsable, des passagers me regardent d'un air accusateur. Qui puis-je ?

Nous descendons pour attendre la correspondance. Nous avons de la chance, le tramway suivant a connu un problème ; nous l'apprendrons plus tard. Pour l'heure, c'est une attente d'un quart d'heure par ce premier jour de froid, c'est agréable. Les esprits s'échauffent et le manque de communication ne fait qu'aggraver les choses.

Sur le quai, les grossièretés fleurissent sans qu'ils soient particulièrement agités. Une habitude désormais dont ils ne peuvent se départir. Un garçon va s'acheter des croissants, il en offre un peu à ses camarades, je l'en félicite. Finalement, les contrôleurs nous invitent à prendre le tramway sur l'autre quai. Il va faire demi-tour. Il y a donc une coupure de ligne.

C'est la suite du voyage. Ils sont vraiment calmes. Nous pouvons nous parler, je ne ressens aucune agressivité à mon égard, même un certain respect. Mais rien ne change au niveau du langage. C'est à désespérer. Cette fois cependant, nous sommes seuls et personne ne me montre du doigt. C'est bien plus supportable.

Finalement, ce sont toujours les mêmes qui occupent l'espace sonore. Ils parlent haut, ils ont toujours quelque chose à raconter, du coq à l'âne, sans véritable communication. Les interjections servent de ponctuation avant de changer de sujet. Une jeune fille m'interpelle : « Est-ce vrai qu'il va neiger sur Orléans ? » C'est possible et ils espèrent tous la neige qui pour eux suppose qu'ils n'iront pas au collège … J'en souris ! Nous les avons formatés ainsi avec nos précautions stupides.

La visite se passa, c'est du moins ce qu'on en peut dire. Il est peu probable qu'elle fut utile, qu'ils en retinrent quoique ce soit ! Il nous faut rentrer et je les trouve particulièrement excités. L'incident ne tarda pas. Le groupe monte dans le tramway, les jeunes parlent fort, pas plus ni moins que d'habitude. Une dame, vieille femme excédée, élève immédiatement la voix. C'est à moi qu'elle s'adresse.

Elle méprise ces gamins, elle ne voit en eux que les représentants d'une diversité qui l'insupporte. Elle évoque la France et la dégradation des valeurs. Le ton monte, je demande aux élèves de s'éloigner. Madame en colère a la rage au cœur. Je suis contraint à mon tour de lui donner le fond de ma pensée. C'est son intransigeance et son mépris qui ont provoqué l'incident. C'est encore cet air du temps vicié et si intolérant.

Nous retrouvons cette pauvre femme à la sortie du tramway. Elle ratiocine, elle vomit sa haine de la jeunesse, de la différence, de je ne sais quoi encore. Madame s'en va folle de rage, il n'est pas besoin de s'interroger sur son prochain vote. Les élèves sont en colère. Dans le dernier tramway qui nous reconduit au collège, ils évoquent ce racisme violent. Lamia me dit : « Mais nous sommes tous nés en France ! » Comment lui dire que ce n'est pas le problème, que le pays sombre dans ce mal douloureux qui séparent les gens, qui les isolent dans leur haine.

Ils ne font plus de bruit. La confrontation à cette réalité a calmé leur ardeurs. Sans doute eut-il fallu qu'ils parlent un peu moins fort. Mais doivent-ils s'excuser d'être jeunes ? Doivent-ils se cacher quand ils croisent désormais ce genre de personne atrabilaire ? C'est une fois de plus moi qui a pris la colère finale. Que ce soient les parents de ces gamins, les gens ordinaires, les élèves eux-mêmes, l'enseignant est celui qui porte toutes les responsabilités, tous les défauts aussi d'une jeunesse qui n'est que le résultat de ce qu'en a fait cette société folle …

Je retrouve le collège avec soulagement. Au moins, je suis revenu avec toute la mauvaise troupe. Dans nos murs, nous avons encore le bonheur de ne pas croiser le tenants de la nouvelle France, celle qui veut exclure et redresser la discipline …

Voyageusement leur. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 21 novembre 2013 09:32

    Drôle de classe que voila...Vous supportez sans rien dire..avec un regard accusateur sur la vieille dame par dessus le marché.. ?

    Les gros mots passent au dessus de votre tête (l’habitude sans doute) mais les invectives de la vielle dame ne passe pas.. ?
    Au fond dans votre article...y a que le tramway qui soit intéressant.. !
    Bonne journée.


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 09:40

      Claude-Michel

      Pensez vous que je ne fasse rien ?

      Les élèves ont lu ce billet, ils ont entendu la honte que j’ai eu de leurs propos, ils ont compris que ce langage provoque des réactions de rejet.

      Ils ont également admis que des adultes se sont écartés d’eux.

      Quant à la femme, dans ce contexte on peut comprendre sa colère sans justifier son racisme.

      Monsieur le contrôleur de Tramway, vous m’expliquerez comment changer leur langage d’un coup de baguette magique ? C’est la société toute entière qui les a fait ainsi et je fais ce que je peux, un petit peu chaque jour pendant que vous tenez des propos si faciles ...

      Venez un peu sur le terrain mon cher  !


    • claude-michel claude-michel 21 novembre 2013 10:20

      Par C’est Nabum

      Vous êtes dans le système ainsi que vos collègues...Alors elle est ou la révolution des profs pour que ça change.. ?
      (j’ai déjà dis que j’avais deux enfants dan l’EN)...ils sont comme vous...ils regardent passer les trains..et ne font rien pour évoluer...Vous formez (vous et les autres) des enfants pour qu’ils aient des diplômes pour aller au chômage.. ?
      Vous vivez dans le passé avec les gros mots du présent...Pas terrible comme situation.. ?
      La vieille dame c’est ma grand mère tout crachée...une vieille facho.

    • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 09:42

      Morvandiau

      Il suffit de confier le perchoir à notre ami le contrôleur


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 11:53

      morvandiau


      Ça c’est impossible

      Les députès se tiennent encore plus mal que mes élèves.

    • Bulgroz 21 novembre 2013 11:21

      Je comprends que vous avez du mal à enseigner au Mozambique

      Peut être n’en avez vous pas la compétence ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 11:54

        Bulgroz


        Vous devriez savoir qu’un enseignant par essence même n’a aucune compétence ! 

      • L'enfoiré L’enfoiré 21 novembre 2013 13:14

        Bulgroz,


          « Au Mozambique »
        avec un tram pour y arriver ?
        Ne vous souvenez-vous pas que Nabum n’a jamais pris l’avion.
        Distance 8700 kms.
        Nabum ignore ce que cela peut-être.

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 novembre 2013 13:36

        Un bonnet d’âne pour Nabum.

        Les gentils élèves de Segpa se désespèrent aujourd’hui car ils savent à présent ce que l’on pense d’eux. Incompris qu’ils sont ces malheureux.
        Mais qu’ ont-ils faits pour que tout le monde s’acharnent autant sur leur petite personne ?
        S’en prendre à une petite vieille ! pour dédouaner ces gentils enfants ! 
        Savez-vous, M. l’auteur, que dans le pays d’origine de vos enfants, les enfants ont reçu une éducation de la part de la famille des oncles des tantes. Je suis certaine que pas un n’aurait eu ce comportement grossier envers une personne âgée. Mais il faut voyager pour cela.

      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 21 novembre 2013 14:39

        @Prudence G.

        Cena vous a donné l’origine ethnique de ces adolescents ?

        En fait de tradition, j’ai l’impression que c’est tout bonnement celle des barre HLM...
        Et d’ailleurs, n’avez-vous jamais entendu se plaindre des parents de la révolte de leurs enfants contre leurs propres traditions ?Même les « souchiens » n’écoutent plus leurs vieux ! Enfin : certains...

      • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 16:23

        Prudence


        Âne certes mais bâté
        Je supporte tant de fardeaux ...

      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 21 novembre 2013 18:54

        @Morvandiau

        Lisez attentivement avant de réagir. Je m’adressais à une dame qui elle, faisait état de l’origine de ces jeunes !



      • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 novembre 2013 21:24

        Bonsoir M. Mourot,

        Qui parle de traditions ?
        Je parle moi d’ éducation ce qui est un peu différent.
        J’ai relu le billet de Nabum avant de vous répondre, relisez le également la réponse y est. 
        Je suis avec régularité les billets de Nabum sur ses enfants je peux donc affirmer qu’il y a bien des différences d’ethnies dans ses classes.
        Parce que l’on est d’une autre origine ou d’une autre religion, cela donne le droit d’ennuyer les personnes que l’on rencontre dans les lieux publics ? 
        Il s’agit d’éducation, Monsieur Mourot. 

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 novembre 2013 21:27

        Nabum

        Il ne s’agit pas d’âne bâté mais bien du bonnet d’âne ! 

      • marmor 21 novembre 2013 14:46

        Le Nabum, il fait fort !
        Non content de ne pas assumer cette éducation transmise à ses élèves, où aucune valeur de base n’est respectée, il refile la faute à l’ensemble de la société, et à la vieille grincheuse ! C’est vraiment dur d’assumer vos échecs à convaincre ces jeunes à un peu plus de respect. Dailleurs, pour être aimé, faut être aimable.


        • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 16:25

          Marmor


          Pensez donc que ce n’est que mon échec, ça vous évitera d’apporter les bonnes réponses vous qui savez si bien poser les bonnes questions !

        • alice au pays des merveilles alice au pays des merveilles 21 novembre 2013 16:00

          " Il n’y a personne qui ne désire réussir à l’école, mais beaucoup n’en savent pas le moyen », ( Descartes)


          Encore une fois la lecture de l’article indispose, quel est le but de l’auteur ?

          Cherche t-il la compassion (envers lui ) ?

          Il enseigne en SEGPA , il s’agit d’enfants en difficultés sociale , familiale ....

          Aider ces jeunes , c’est être positif, croire en eux , en leurs possibilités, c’est valoriser leurs performances plutôt que de pointer articles après articles leurs mauvais comportements.




          • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 16:27

            Alice


            Vous ignorez tout de mon travail ensuite

            si être positif c’est les laisser agir ainsi, je ne le suis pas
            si être négatif c’est me contenter d’écrire ça, pas plus encore

            Je dois être nul mais je sais ce que je fais

            Je refuse le silence et je décris un quotidien contre lequel chaque jour je me bats en expliquant à ces jeunes pourquoi ils ne peuvent rester en l’état.

            Pensez ce que vous voulez de moi, j’ai ma conscience 

          • alice au pays des merveilles alice au pays des merveilles 22 novembre 2013 09:43

            Et bien je fréquente des personnes qui travaillent aussi en SEGPA, leurs ressentis : c’est diificile effectivement, mais elles ont toujours la délicatesse de mettre en avant les progrès de leurs élèves, de comprendre la difficulté de leur quotidien. 

            Elles ne jugent jamais au travers des enfants les faiblesses éducatives des parents (elles ne sont pas là pour ça ).
            Elles instruisent .

            Instruire c’est construire, construire c’est guérir.

            Pointer à longueur d’articles leurs comportements ne fait que dévaloriser ces jeunes.
            Rendez les curieux aux choses et aux autres, 
            Transmettez leurs de l’enthousiasme, de la curiosité, de la joie, des passions, cela leurs permettra d’avoir une meilleur estime d’eux même, d’avoir confiance en leurs possibilités et de réussir leur vie personnelle et professionnelle. 
             


          • Graffias Graffias 21 novembre 2013 19:25

            Bonjour

            Il est très important pour Nabum de tenir un blog et de nous faire partager son expérience. Sa patience et sa persévérance finiront par etre payante. Il est navrant de lire des reactions épidermique sans avoir lu ses blogs précédent. Les jeunes sont ainsi car la société les écrasent et l’ascenseur social en panne.


            • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 19:33

              Graffias


              ëtre pris pour un imbécile est hélas consubstantiel à ma fonction en Segpa Qu s’occupe de ces élèves ne peut être lui même qu’à leur image !

              Alors en plus quand je raconte mes interrogations, mes états d’âme, les plus méchants se régalent, comme souvent. Je pense ne pas en tenir compte. Merci de votre soutien

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 novembre 2013 21:38

              Par Graffias,

              Devons-nous compatir ? devons-nous donner des conseils ? des solutions ? des interrogations ? 
              L’auteur n’en fait qu’à sa tête puisqu’il ne répond que rarement aux questions posées par les commentateurs.
              Faut-il être curieux pour continuer à lire ses billets ! vous reconnaitrez tout de même que lorsque l’on suit à la trace Nabum dans sa classe, on a envie de savoir ce que ses enfants ont encore inventé de nouveau.
              Pas de commentaires donc pas de lecteurs. Voulez-vous que Nabum nous fasse une crise d’angoisse avant la fin de l’année scolaire ?
              Nous sommes tous dans le syndrôme de Stockolm.

            • C'est Nabum C’est Nabum 21 novembre 2013 21:46

              Prudence


              Tête de syndrome ? Moi j’ai une tête de syndrome ?

              Non, je ne suis qu’un symptôme Celui du malaise enseignant

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 novembre 2013 21:53

              Composez le 18. Mais je crains que vous n’ayez une maladie orpheline donc pas de traitement.

              Pas de syndrôme mais vous pouvez toujours aller à Stockolm pour Noël, dépaysement garanti.

            • thierry3468 22 novembre 2013 05:15

              Je suis fan des aventures de cette classe car elles nous apprend beaucoup de choses sur notre société qui va mal.Aujourd’hui, le voyage en tram met en relief cet incident avec cette personne âgée qui réagit aux agissements de la petite troupe .Étrangement ,cette réaction doit faire comprendre à nos petits sauvageons (j’aime ce terme utilisé par Chevénement car il illustre à merveille cette perte des repères) qu’ils ne sont pas seuls au monde et qu’ils n’ont pas tous les droitsdont celui de déranger tous les autres passagers.Premier réflexe de ces jeunes :c’est du racisme ,c’est de l’intolérance mais qui n’a pas respecter l’autre en premier ????Contrairement à ce que vous pensez ,cette sortie est très pédagogique sur la liberté ,le respect de l’autre .Je ne dis pas que la mamie n’est pas raciste (elle peut comme elle ne l’est pas ) mais la première chose qui interpelle est le manque de respect des jeunes et donc le rejet qu’ils provoquent eux meme par leur attitude .L’excuse du racisme est très souvent facile car elle fait porter à l’autre toute la responsabilité du rejet mais les choses ne sont pas si simples Les exclus ,les parias sont parfois à l’origine de leur rejet .En somme ,une belle leçon sur le respect de l’autre ,la liberté ....


              • C'est Nabum C’est Nabum 22 novembre 2013 06:12

                Thierry


                La femme avait des raisons de se fâcher
                Elle a cependant pris immédiatement l’argument raciste en ne regardant que les deux jeunes filles « brunes » ... C’est sans doute par faiblesse ! 

                Elle aurait du s’adresser à tous de manière explicite
                « Vous faites trop de bruit, ça me dérange ! »

                C’est ce qui m’a mis en colère. 

                Maintenant, il est vrai qu’ils (surtout elles) ont compris que leur comportement est exhessif.

                Merci à vous

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès