• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Des vacances enfin libres

Des vacances enfin libres

A quelques jours du grand exode estival, pourquoi ne pas imaginer d’autres vacances que celles que la plupart d’entre nous choisissent habituellement ?

Si l’on se penche sur le sens initial du mot « vacance  », on s’aperçoit que les racines de ce mot viennent du mot vacant, synonyme de libre.
Or est-il raisonnable de considérer que passer quelques semaines en compagnie de milliers d’autres vacanciers, entre les 4 murs d’un centre de vacances, ou sous le toit d’une tente, entouré de centaines d’autres tentes, ait encore quelque rapport avec la liberté ?
Peut-on se sentir libre lorsqu’entassés à plusieurs centaines sur un lopin de sable, aux conditions sanitaires discutables, nous passons notre temps à l’abri d’un parasol, à nous enduire de crème solaire ?
Il nous faudrait donc peut-être retrouver au plus vite ce sentiment de liberté qui est le sens profond du mot vacances.
Oublions vite les centres de vacances ou l’on se propose de nous loger à quelques centaines, ou plus, afin de bénéficier d’animations plus ou moins ludiques, tristes caricatures du film « les bronzés ». vidéo et aussi
Oublions vite les campings ou chacun, au nom du dépaysement, veut retrouver à tout prix le même emplacement que l’année précédente (lien) et allons plutôt passer quelques nuits dans les habitations troglodytiques de Matéra, en Italie. lien, en Turquie, en Cappadoce ou plus près de nous à St Chamas dans les Bouches du Rhône.
Et si vous préfériez passer vos vacances dans une roulotte gite (lien), camper en plein cœur de la forêt en Perche. lien ou dormir dans la douceur d’une yourte charentaise lien ?
Ceux qui n’ont pas le vertige peuvent s’installer dans une cabane perchée au sommet des arbres, (lien)
Il existe aussi des locations insolites, comme cette Domosphère en Bretagne, ce colombier à Offranville, en Seine Maritime, ce bateau-gîte en Normandie, ce chapiteau dans l’Hérault, ces cabanes perchées en pleine foret des Landes pour y passer des éco-vacances, à moins que vous ne préfériez passer une nuit ou plusieurs dans un phare au Québec, ou mêmedans une grotte au cœur de l’Andalousie.
Mais le voyage peut être l’argument central de vacances.
négligeons la voiture, et les prévisibles bouchons qui vont avec, et partons en vélo couché, visiter l’Espagne, après un court stage d’une journée pour se familiariser avec ce drôle de vélo. lien
on peut bien sur préférer louer une roulotte et l’âne ou le cheval qui va avec, pour vous balader en Ardèche, Languedoc ou ailleurs. lien
Si, ni le vélo couché, ou la roulotte ne vous conviennent, prenez vos aises sur l’eau, en naviguant en péniche aux quatre coins du pays. lien
Pour des vacances qui ne manquent pas de sel, montons à cheval, et allons faire le tour des châteaux du Périgord. lien
Et si nous prenions de la hauteur pour visiter d’autres châteaux, à bord d’un ballon. lien
Ou alors, pourquoi ne pas tout simplement marcher et traverser la Haute Vienne à pied, en parcourant la voie limousine de st Jacques, faire le tour du Cantal pédestre. lien ou emprunter les sentiers de grande randonnée (les fameux GR) en traversant la France que l’on ne rencontre jamais au bord des autoroutes, et des routes ?
Pour les paresseux, amateurs de luxe, il leur reste la possibilité de prendre le Pullman Orient Express, voire de découvrir la grande navigation a bord d’un trois mats, le Belem
Vous êtes amateurs de culture ? faites le tour des festivals, mais négligez les grands rassemblements, optez pour les festivals alternatifs, comme celui d’Ecole, en plein massif des Bauges (Savoie).
En dehors des sentiers battus, ce festival autogéré et auto financé vous propose camping gratuit, concert, cirque, théâtre, performances. (30,31 juillet, et 1 aout).
Et ce n’est qu’un festival parmi tant d’autres. lien
Au delà de tous ces choix, il existe aux quatre coins du monde un concept nouveau et original, les écolodges.
Il s’agit de s’intégrer à la nature, en respectant l’environnement, utilisant les énergies renouvelables, et de rencontrer en douceur les habitants des lieux.
Ce sont des endroits calmes, à l’écart du bruit des grandes villes, souvent doté d’un confort plus que relatif, comme celui d’Adrere Amellal Desert Ecolodge, en plein désert égyptien. lien
L’environnement y est respecté et les murs sont fait de boue, sable et sel séché au soleil : on appelle ça le Kershef.
Ce matériau naturel permet aux occupants de profiter de la fraîcheur, même lors de fortes canicules.
Il n’y a pas d’électricité, et c’est à la lumière des chandelles que vous prendrez vos repas, grâce au jardin bio installé sur le site, en plein cœur d’un oasis.
Ces écolodges se multiplient un peu partout dans le monde :
En Equateur, au plus profond de la forêt amazonienne, terrain de prédilection du peuple Achuar, (appelés autrefois Jivaros) qui vous feront partager leurs gouts, connaitre leur tradition, et même gouter une bière de leur fabrication, la bière de manioc.
L’énergie solaire y est de rigueur, mais il faudra limiter vos douches à 25 litres d’eau chaude par jour.
D’autres écolodges existent, comme celui de Nihiwatu en Indonésie, dont l’originalité est d’être alimenté en énergie par les noix de coco dont est issu l’agro carburant nécessaire aux besoins énergétiques des vacanciers.
Les gestionnaires du site ont planté pas moins de 64 000 tecks sur un terrain de 12 000 hectares afin de compenser leur empreinte carbone.
Vous y verrez naitre des milliers de tortues sur les plages environnantes.
En Nouvelle Zélande, on peut découvrir un magnifique écolodge entre mer et foret, dans une zone classée patrimoine de l’humanité, refuge des pingouins à crête et des phoques à fourrure.
Pour ceux qui, par ces temps de crise, n’ont hélas pas les moyens d’aller si loin, ils peuvent découvrir des écolodges en France, comme celui du « Lac du Pêcher  », en plein cœur du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne.
Pour en découvrir d’autres, voici un lien.
Et puis il y a ceux qui sont vacants, c’est-à-dire chômeurs, et qui du coup, paradoxalement ne peuvent prendre de vacances.
Pourtant les temps changent, et on voit apparaitre depuis quelques années les Travellers.
Ces voyageurs perpétuellement en vacance sont souvent les organisateurs de free party, lesquelles rassemblent des milliers de teuffeurs.
Ils forment une tribu, d’esprit libertaire, parcourent le monde, ou seulement leur région vivant dans des camions aménagés, des bus, ou des caravanes, équipées de panneaux solaires, ou dotés des moyens leur permettant une autonomie énergétique.
Les solutions, on le voit, ne manquent pas, mais les meilleures vacances ne sont-elles pas celle que l’on passe immobile à regarder les vacanciers, perdus, sans leurs repaires, cherchant en vain un paradis qui était sous leur nez.
Il suffit parfois d’ouvrir seulement les yeux.
Mais cette envie de vacances n’est-elle pas la preuve que, le reste du temps, nous ne sommes pas libres ?
Car comme disait mon vieil ami africain :
« Le soleil n’ignore pas un village parce qu’il est petit ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • morice morice 25 juin 2010 10:30

    méfions nous des maisons dans les arbres, Olivier, méfions nous...


    http://www.lefigaro.fr/internationa...

    Tient comme c’est étonnant (lol) ... L’écologiste Laurent Ozon sera à la Convention des Identitaires à Orange aux côtés des journalistes du Choc du mois, de députés du FPO, de militants d’Alsace d’abord, de Nissa Rebella... et de tout le gratin de l’extrême droite régionaliste européenne.

      http://convention-identitaire.com/a...link
    Convention à laquelle on ne parlera pas de développement durable.

    Organisateur en 1999 du Collectif Non à la Guerre qui avait regroupé des personnalités aussi diverses qu’Alexandre Soljenitsyne, Peter Handke, Harold Pinter, Dominique Venner ou l’Abbé Pierre dans un commun rejet des bombardements de l’OTAN en Serbie, Laurent Ozon est aussi le fondateur de la revue d’écologie profonde « le recours aux forêts » et de l’organisation éco-activiste « Wildniss Club ». Il a travaillé plusieurs années avec Edward Goldsmith et Antoine Waechter pour structurer en France, une activité éditoriale naturaliste et bio-régionaliste.

    méfions-nous des faux écolos, Olivier...méfions nous....tel Laurent Ozon.


    ça ne vous rappelle rien ce « recours aux forêts » ?? moi, si...

    http://www.lerecoursauxforets.org/

    http://www.lerecoursauxforets.org/article.php3?id_article=10


    un dénommé... Wald...

    rent Ozon est né le 15 juillet 1972 à Pau (France). Il utilise les pseudonymes de William Reymonds et Frédéric Corbin.

    Lauent Ozon entretient simultanément des relations avec les milieux régionalistes militants, des auteurs de gauche de la mouvance alter-mondialiste du Mauss (Alain Caillé et Serge Latouche qui signent des articles originaux dans sa revue Le recours aux forêts), la branche « anti-libérale et communautarienne » de la Nouvelle Droite française , le parti écologiste indépendant allemand (UOD), avec Antoine Waechter le président du MEI, ainsi qu’avec le penseur écologiste Edward Goldsmith fondateur de la revue The Ecologist. Il est probablement à l’origine de la reprise en main du MEI (Mouvement écologiste indépendant) par Antoine Waechter en 1999 contre une opposition interne dirigée par Geneviève Andueza . Il compte de nombreuses relations dans la mouvance naturaliste en France.

    Laurent OzonPrésident, Storvision SAS
    Fondateur et dirigeant de PME, Investisseur en projets hi-tech (s) avec des préférences pour ceux liés aux technologies de contrôle (biométrie, vidéosurveillance, etc.), l’anthropométrie statistique, les projets économiques et culturels impliquant conjointement la fédération de Russie et l’Europe, l’intelligence économique. Ancien Pompier militaire (ancien responsable de la cellule de formation du centre d’instruction de la BSPP à Villeneuve Saint ...

    joli écolo hein...

    • cathy30 cathy30 25 juin 2010 11:22

      morice
      j’ai bien aimé votre lien recours aux forêts, cela me fait fortement penser au film de sean penn, : Into the wild. La consommation va bientôt atteindre toutes les limites. Du jamais vu dans toute l’histoire de l’humanité.


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 13:12

      morice,
      cette longue intervention mérite toute l’attention
      je vais la lire attentivement, et y répondre point par point
      mais pas tout de suite.
       smiley


    • Yohan Yohan 25 juin 2010 13:20

      Cabanel
      Si vous commencez à suivre ce vieux dément édenté dans ses délires paranoïaques, vous n’êtes pas sorti de l’auberge.
      Momo, au fait, il vit sur Avox (ça on le sait déjà) ou d’Avox ? Merci à la direction d’éclaicir ce point


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 13:23

      Yohan
      merci de tes conseils,
      je vais peut etre bien les suivre, et rester dans le fil de l’article,
      on verra.
       smiley


    • morice morice 25 juin 2010 14:24

      j’y compte bien et vous avez toute ma confiance : n’oubliez pas qu’au dessus de tout ce qu« on peut se dire ici je suis avant tout un FAN de votre groupe, dont j’ai acheté tous les albums et diffusé dans mon émission »Sanchons sans fraises" , titre emprunté à un autre grand bonhomme : Bialek ! 



      il vous ressemble beaucoup !

      voilà donc mon indicatif de 1983 :

    • Mark Mallow 25 juin 2010 15:20

      tiens, mon post a disparu...

      Je m’interrogeais sur les raisons qui poussent sans cesse Morice à dénoncer qui est qui.

      Car ne nous y trompons pas, sous couvert de longs copié-collés, il s’agit bien de dire que Wald serait Ozon.

      Peut-on admettre qu’un site citoyen puisse devenir un site où la discussion des opinions se transforme insidieusement en site où pour disqualifier un opposant, on le dénonce et on stigmatise sa pensée ?

    • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 16:34

      Morice,
      merci de m’avoir fait découvrir ce Bialek,
      il me fait penser un peu à Jacques Cerisier.
      un chanteur que j’aimais beaucoup.
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 19:08

      morice,
      le premier lien évoque un nommé oskar, et je ne vois pas le lien avec le ozon cité ?
      quant à ce laurent Ozon, je ne le connais pas perso, et je ne vois pas trop le rapport avec les vacances ? par rapport aux cabanes dans les arbres ?
      un peu tiré par les cheveux non ?
      on peut avoir envie de passer quelques jours au sommet d’un arbre, dans une cabane, sans etre pour autant écolo,
      bien sur, il y a des gens qui se prétendent écolos, comme francis lalane, ou nicolas hulot, et pour moi, ils ne sont pas une image crédible de l’écologie.
      mais ce n’est que mon avis.
       smiley


    • Hermetique 25 juin 2010 12:08

      Tiens, j’aurais dit un article a Momo au premier abord.

      Esthetiquement parlant.


      • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 13:12

        hermetique,
        je ne sais pas comment je dois le prendre ?
        pas trop bien j’imagine ?
        tant pis.
         smiley


      • Hermetique 25 juin 2010 14:07

        Non, mais cela dit, le contenu est peut-etre tres interessant.


      • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 16:40

        Hermétique,
        pour rester dans le fil de l’article, je m’aperçois que j’ai oublié d’évoquer les vacances à vélo,
        voici donc un lien pour du vélo original :
        http://pacte-contre-hulot.org/
        amusant, et logique
         smiley


      • le naif le naif 25 juin 2010 12:18

        Bonjour Olivier

        J’aurais pour ma part une petite pensée pour tous ceux qui ne partiront pas plus en vacances cette année que les années précédentes, faute de moyen et surtout, à tous ces enfants qui n’ont jamais vu la mer, la montagne, ou la campagne.
        Je me souviens de mes parents qui me parlaient avec émotion de leurs premières vacances en 1936..... nous sommes en 2010......retour vers le passé.  smiley

        Slts


        • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 13:15

          le naïf,
          ouf,
          merci.
          c’est bien dans ce sens que j’essayais maladroitement peut être, de donner envie d’envisager un sens différent aux vacances.
          d’autres destinations, pas seulement géographique, ou techniques.
          merci de l’avoir envisagé.
           smiley


        • Fergus Fergus 25 juin 2010 13:27

          Bonjour, Olivier, et bravo pour toutes ces pistes de vacances, aussi diversifiées dans leur offre que dans leur localisation.

          Personnellement, c’est la rando qui est au coeur de mes vacances depuis une... cinquantaine d’années. Notamment sur les côtes et dans différents massifs montagneux. Chacun ses goûts...

          Pour ce qui est de la notion de « liberté » que l’on attache en général au concept de vacances, il est surprenant de constater à quel point nos concitoyens sont grégaires et aiment à s’agglutiner en essaims bourdonnants. Ceux-là mêmes qui, pourtant, se plaignent le reste de l’année d’être tassés dans les transports ou mêlés à la cohue des grands magasins. L’Homme est décidément un curieux animal !


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 13:31

            Fergus,
            merci d’avoir compris le sens initial de ce post,
            en l’écrivant, j’ai découvert moi-même pas mal de solutions loin des sentiers battus,
            et je pense qu’il faut les privilégier,
            la rencontre, dans un « climat » disponible d’ouverture, et de curiosité doit être constructive.
            sinon à quoi bon perdre son temps dans des problèmes d’huile solaire ?
             smiley


          • Gabriel Gabriel 25 juin 2010 13:43
            bonjour Olivier,
            Le cul dans l’herbe d’un alpage, les yeux rivés sur le soleil levant pourprant le dos des bovidés, les oreilles pleines du bourdonnement des abeilles et du chant des oiseaux, la brise encore fraîche du matin dans mon cou, je suis ailleurs dans mon cœur et dans ma tête, c’est les vacances !

            • Fergus Fergus 25 juin 2010 13:54

              Bonjour, Gabriel.

              Encore deux semaines avant que le bourdonnement des abeilles reprenne le pas sur celui des vuvuzelas. Courage !


            • Gabriel Gabriel 25 juin 2010 14:21

              Bonjours Fergus,

              Bonne randonnées montagnardes ! sur les sommets, je souhaites que les anges vous accompagnent dans la sérénité.
              Amicalement

            • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 16:26

              Gabriel,
              bien vu,
              les vacances c’est d’abord dans la tête,
              vive les vacances perpétuelles, et pour çà, il ne faut surtout pas commencer à travailler,
              c’est çà qui gâche tout.
               smiley


            • gimo 25 juin 2010 20:00

              bonjour olivier

              oui effectivement  tout est dans la tête !! 
               non seulement pour les vacances
              mais pour tout et être heureux dans sa vie 
               malgré les situations que nous vivons à cause des sans vergogne (politico finance)
              un travaille n’est point un travail ((du latin tripalium, un instrument de torture)
              si on le fait sans contrainte et avec plaisir le jardin ou réparer ou autres
              il devient  !!!torture par son exploitation mal payer et l’arbitraire des des cons
              MËME DES VACANCES(loisir) PEUVENT être des tortures si on est victime de soi même
              vouloir frimer et épater les autres a trainer son angoisse avec soi
              idem pour la géographie des lieux «  bien nul part et mal par tout »
              si vous êtes bien dans votre tête vous serez bien par tout même au pire des choses
              et pour conclure la vacance et de laisser son travail sans la personne qui le fait
              vancante mais 
              vacances peut être aussi un sentiment humain de vide et d’absence (vague à l’âme, vacance de l’esprit, etc.).

              létymologie de « vacare » qui signifie ËTRE VIDE GRAND VIDE DANS SA VIE  vacant vient du
               latin « vacans », 

              BREF c’est pour cela que si vous êtes bien dans votre tête c’est les vacances dans le sens
              être bien et avoir du plaisir et délecte les choses de la vie c’est touts les jours heuuuu presque !!!
              cordialement

            • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 20:21

              bonjour Gimo,
              et merci pour ce plaidoyer lumineux que j’apprécie et que je partage,
              j’avais d’ailleurs en son temps fait un article sur le sujet,
              encore merci
               smiley


            • Fergus Fergus 25 juin 2010 23:25

              Bonjour, Gimo.

              « Etre bien dans sa tête », tout tient en effet dans ces quelques mots.

              Et être bien dans son corps, c’est également avant tout être bien dans sa tête. Car, n’en déplaise à nombre de gens qui s’en tiennent à l’écume des choses et prétendent soigner la fatigue accumulée durant les mois de labeur en jouant les varans sur une plage surchauffée, se reposer ce n’est évidemment pas ne plus avoir d’activité mais rompre avec les routines.

              Quand on a compris cela, tout va soudainement beaucoup mieux, et la fatigue d’une randonnée ou d’une activité sportive n’est finalement que la traduction perceptible du repos de l’esprit que l’on enmagasine.


            • gimo 26 juin 2010 08:38

              @ Fergus 

              oui tu as tout compris merci !!!

              les gens confondent la fatigue morale (névrose conflit psy )qui ne se récupère pas dans la nuit
              ni dans mois de« vacance » et qui de fait ils reviennent encore plus fatigués
              car vacance ne veut pas dire repos et récupération « des fatigues »

              Ainsi que la fatigue physique qui dans une belle nuit suffit  pour récupérer
              et  repartir de plus belle de même que cette fatigue est très saine 
              là  est la différence de savoir vivre 
              c’est pourtant simple mais les gens ne veulent pas le savoir 

              @ OLIVIER !!! merci pour ton appréciation d’humain averti


            • LE CHAT LE CHAT 25 juin 2010 15:00

              plus qu’une semaine et je serai en congés , avec enfin un peu de chaleur dans le 13 !
              c’est dingue , on est le 25 juin et pas encore le moindre chant de cigales !!! elles font grève ou quoi ? smiley ou alors elle regardent le foot à la téloche ..... smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 16:28

                Au Chat,
                le problème avec les cigales, c’est que leur calendrier fonctionne à la châleur,
                vu qu’elles n’en ont pas eu beaucoup jusqu’à aujourd’hui, normal qu’elles ne se manifestent pas, mais çà ne saurait tarder.
                 smiley


              • inès 25 juin 2010 18:50

                Cabanel

                Des jolis vacances mais pas à la portée de toutes les bourses.

                Une tente de camping peut faire aussi le bohneur à la ferme.En Dordogne, nous voyons encore des petits vieux anglais qui passent leurs vacances ainsi dans leur tente.

                Voulez- vous monter une nouvelle activité avec moi :

                « La cabane Cabanel,la cabane en l comme en aile. »


                • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 18:56

                  ines,
                  bonne idée, vous seriez au chaud sous mon « toi »
                  aucune tuile en vue...
                   smiley
                  alors ?


                • inès 25 juin 2010 19:16

                  Cabanel

                  Pour vos cigales, je les ai volé.

                  Alors ?

                  Il fait trés chaud.

                  Mais très bien sauf que les ouvriers travaillent la nuit pour effeuiller les vignes. Il y aura beaucoup de passes à faire pour les deux mois suivants. Beaucoup de feuilles, cette année.

                  Alors ce saucisson pinard, pas trop d’indigestion ?


                  • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 19:29

                    Ines,
                    moi qui pensait que leur absence était seulement due au manque de chaleur,
                    c’est donc vous !
                    pourtant la chaleur est enfin la,
                    et puis j’ai le chant des merles, des rossignols, le cri des pic épeiches, et même celui d’un paon qui appelle désespérément un certain Léon.

                    effeuiller les vignes, quel programme excitant ! en plus un effeuillage la nuit ! j’en rêve.
                    ici, j’ai juste un pied de vigne, mais quel pied,
                    la vigne couvre quasi la moitié de la facade.
                    et j’attends la récolte avec impatience.

                    question saucisson-pinard, çà dépend de la qualité des deux :
                    le vin que j’aime boire mérite mieux que le qualificatif de pinard,
                    et je suis exigeant pour le saucisson.
                    on en trouve de moins en moins de qualité.
                    je trouvais à Genève, dans une petite épicerie italienne un saucisson extraordinaire, dont je n’ai pas retrouvé l’équivalent à ce jour.
                    hélas.


                  • Clojea CLOJEA 25 juin 2010 19:48

                    Hello Olivier : Ca c’est frais comme article. Bon, le problème est que cela s’adresse à une minorité qui cherche autre chose pour les vacances car la majorité, elle, c’est bouchons, voiture garé en face de la chambre (on ne sait jamais, dès fois qu’elle disparaisse...), restaurant bondé et ils aiment, (coincé entre le petit dernier qui braille et le chien chien à Mémé qui se fait les dents sur le pantalon), les glaces dégoulinantes, les parfums de Monoprix, 3 heure de queue pour voir la grotte, ou bien nager dans la piscine le nez sur le tibia du voisin ou de la voisine etc... Caricature ? Même pas. 
                    En tous cas, je retiens quelques une de tes suggestions smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 20:23

                      Bonjour Clojea,
                      c’est tout à fait çà,
                      et pourtant, ils ont le choix et ils payent très cher pour de la m....e.
                      demain, surprise, je vais envoyer mon article sur Garnier-Mallet,
                      çà va être chaud ! (s’il est pris ?)
                       smiley


                    • no_move no_move 25 juin 2010 21:20

                      pour moi le mot « vacance » signifie tout simplement « faire ce qu’il te plait ». Donc c’est très subjectif « les vacances » et ça dépend des goûts de chacun... smiley


                      • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 22:15

                        no_move
                        je pensais que ce concept « fait ce qu’il te plait » était valable pour l’ensemble de nos vies, et pas seulement pour « les vacances » ?
                        quant aux gouts, c’est a l’appréciation de chacun.
                        on peut même choisir d’aimer l’innommable.
                        voire l’insoutenable.
                        bien sur.
                        l’essentiel n’est il pas d’avoir l’envie d’être libre ?
                        mais on peut aussi préférer la prison.
                        je parle de la prison « virtuelle », celle qui nous permet de petits arrangements avec notre morale.
                         smiley
                        vaste débat.


                      • no_move no_move 26 juin 2010 18:41

                        bien sur que ce concept est valable pour l’ensemble de notre vie mais c’est lors des vacances que l’on peux le mieux l’accomplir puisqu’on est libéré de nos entraves routinières....

                        Votre point de vue reste toujours très subjectif car ce que vous définissez comme une « prison virtuelle » peux être « le paradis » pour d’autres. et inversement smiley


                      • olivier cabanel olivier cabanel 26 juin 2010 20:23

                        no_move
                        bien évidement,
                        j’admets toute la subjectivité de mon raisonnement,
                        la prison des uns peut être le paradis des autres,
                        bien sur.
                         smiley



                        • olivier cabanel olivier cabanel 25 juin 2010 22:50

                          Herbe,
                          merci pour tous ces plans « vacance » proposés,
                          je les ai rajouté avec d’autres sur l’article de base, et ils seront intégrés au publications suivantes,
                          entre les stages survie, découverte des plantes, et découverte du chocolat, la liste commence a être passionnante.
                           smiley


                          • herbe herbe 25 juin 2010 23:08

                            Chouette !

                            Ah au fait, je viens de réaliser que j’ai oublié de dire merci pour votre article, une bonne idée !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires