• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Le fabuleux restaurant étoilé « Dopolavoro Dining Room » sur l’île (...)

Le fabuleux restaurant étoilé « Dopolavoro Dining Room » sur l’île des Roses du J.W. Marriott à Venise

Vous avez envie d'un dîner hors du commun à Venise en dehors des lieux surchargés de touristes ? Le restaurant étoilé « Dopolavoro Dining Room » est fait pour vous.

Le resort J.W. Marriott a ouvert l'année dernière à Venise sur une île semi-déserte de la lagune un complexe hôtellier à faire palir d'envie bien des lieux du luxe international.

Pour le rejoindre, l'aventure commence en prenant place dans le bateau navette aux Giardini Reali (Place Saint-Marc) qui vous emmène sur ce lieu de paix et de sérénité toutes les demi-heures. En vingt minutes de croisière sur la lagune, on y est.

Ensuite, soit vous traversez l'île à pied jusqu'au restaurant étoilé, soit une petite voiture de golf vous y porte, sur un blanc chemin qui s'étend à travers d'admirables pelouses bien tondues, des oliviers à perte de vue et une petite église de style néo-roman de la fin du XIX ème siècle.

Ce restaurant moderne est situé en plein milieu d'un jardin potager, qui sert également à ravitailler le restaurant étoilé de denrées biologiques à kilomètre zéro, servant principalement à la décoration des plats : fleurs, herbes arômatiques, fraises du jardin, artichauts violets locaux etc.) les autres produits venant exclusivement du marché du Rialto ou des îles potagères environnantes comme Sant' Erasmo.

 

La décoration est sobre, zen, on y respire le calme et la tranquillité. Le personnel vous prend immédiatement en charge et vous propose apéritifs maison locaux comme le « Bellini » (Prosecco et jus de pêche blanche ou rose fraîche), ainsi que des amuse-bouches très originaux disposés dans le jardin comme ces faux radis disposés sur des troncs d'arbre qui sont en réalité des bouchées de foie gras. Puis on vous amène au restaurant. Là, vous pouvez choisir entre trois menus pour vous faire découvrir la gastronomie vénitienne, en plus de la carte. Il y a un menu avec quatre, cinq ou dix portées, ce dernier correspondant au menu dégustation du jeune Chef étoilé Federico Belluco, étoile montante de Venise.

 

Pour vous mettre en appétit des amuse-gueules telle que la Salade César : petit pain rond fourré ce jour-là à la pieuvre, servi avec de la salade et juste ce qu'il faut de fenouil, des croquettes de loup de mer avec une petite sauce au radis légèrement piquante, un cannolo de baccala (morue) mantecata à la farine de mais, crème de poivron et herbes du jardin potager, puis une mise en bouche incroyable : une cuillère de crème sabayon , avec un soupçon de sel fumé recouvert d'une noisette de caviar : complètement fou mais d'une bonté extrème. J'ai adoré !

 

On débute avec une assiette de poisson sériole cru servi avec une émulsion de moules gratinées décorées de minuscules asperges et laitue de mer : le plat est superbe, le goût très vénitien (il faut aimer les crustacés et tous les produits de la mer pour le menu dégustation).

Puis des raviolis de laitue de mer farcis d'une crème au pop-corn, accompagnés de ris de veaux en petits morceaux, saupoudrés d' un nuage de parmesan : un mélange surprenant au goût délicat.

 

Suivi de pâtes au noir de sèche et à la crème de tomate, l'une des spécialités gastronomiques de Venise revisité par le Chef.

Un risotto au doux fromage Asiago de la Vénétie, servi décoré de morceaux de filets d'anchois frais au céleri. Polenta et poisson : un incontournable de la cuisine vénitienne, ici en l'occurence une croquette de baccala à la polenta blanche accompagnée de trois sauces fraîches : blanche (céleri), rouge (tomate) et verte. Puis une série de desserts maison extrèmement originaux et curieux, significatif de la volonté du Chef à étonner et ravir ses hôtes : une macédoine de fruits frais du jardin servie avec « fraise surprise » : il s'agit d'une fausse fraise en chocolat fin, à l'intérieur du vin de fragolino sucré !

Un petit jardin potager vous est apporté : dedans, des fleurs du jardin, des petites meringues, des faux radis : en fait il s'agit d'une fine écorce de chocolat fourré d'une liqueur sucrée ! puis des carrés de pastèque et de melon recouverts de fines tranches transparentes de concombre.

Un dessert optical noir et blanc : sur un fond de crème au yaourt blanc, une gaufrette au chocolat blanc recouverte d'une gaufrette noire à l'encre de sèche ! Etonnant et excellent !

Le surprenant dessert appelé « Pistache et cerise  » qui ressemble à une pierre grise posée sur le fond de l'assiette, elle-même posée sur un fond de crumble au coco et à la griotte, le tout surmonté d'une petite fleur du jardin....Mais quant on brise la « pierre » avec sa cuillère - nouvelle surprise - il s'agit d'une délicieuse mousse à la pistache...On se régale.

Je précise que l'huile d'olive verte est celle du jardin (ils ont cinq typologies d'olives différentes sur l' île, uniquement pour le restaurant). Le pain est aussi fait maison : des petites baguettes françaises à peine sorties du four, craquantes à souhait, mais aussi des petits pains ronds aromatisés au citron avec une pointe de gingembre : tout simplement exquis ! Un ravissement pour les papilles gustatives... Avec le café, les petits macarons maison à la lavande (divin !)...

Voilà, je pense que vous l'avez compris : il s'agit d'une table d'une grande originalité, proposant une revisitation de la gastronomie vénitienne selon Federico Belluco. A mon avis : il mérite une deuxième étoile Michelin pour la qualité et l'originalité des saveurs proposées. Il s'agit désormais d'un restaurant vénitien incontournable.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 28 septembre 2016 16:23

    Prix moyen 130 €


    • François Vesin François Vesin 28 septembre 2016 16:59

      @foufouille
      OK mais :


      - pas un seul sans dents sur l’île
      - la garantie de retrouver nos zamis du Fouquet’s

      le bonheur, ça n’a pas de prix !

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 28 septembre 2016 17:38

      @François Vesin

      Il faut compter un peu plus de 200 euros par personne tout compris. Rien à redire, ça les vaut largement d’après un couple d’amis !

      J’ignore qui l’on peut retrouver dans ce genre de restaurants, je n’ai jamais songer à demander à la table voisine ce qu’ils faisaient là... La même chose que moi ? Profiter d’un moment de plaisir à 3 ou 4 ? J’ai encore le souvenir de saveurs d’il y a 20 ans...

      Mais, peut-être que cela tient au fait que je ne m’offre ce luxe qu’une ou deux fois par an... Vous avez probablement une meilleure expérience que moi...

      Un luxe qui me coûte 25 euros par mois et que je nous nous offrions déjà quand nous n’étions payés qu’à peine plus que le SMIC (à l’époque, c’était 100 francs par mois qui rejoignaient la tirelire-cagnotte collective. Tout augmente)

      25 euros... Même pas le prix d’un repas banal dans la gargote du coin où je serais obligé de subir la promiscuité avec des mastulu locaux et, en fin de repas, le numéro de clown du patron-accordéoniste et de la serveuse tatouée qui se prend pour Barbara...

      25 euros... Le prix d’un grand bonheur...


    • foufouille foufouille 28 septembre 2016 17:40

      @François Vesin
      c’est vrai que vu le prix moyen et le repas beaucoup plus cher de l’auteur bourgeois, les sans dents ne sont pas les bienvenus. la poubelle est réservé aux larbins.


    • François Vesin François Vesin 28 septembre 2016 23:16

      @Robert Lavigne
      « .. Vous avez probablement une meilleure expérience que moi... »

      Tout est possible et, lorsque l’on est en mesure de pouvoir se
      payer une expérience telle que celle là, tant mieux puisque de
      toute évidence elle le vaut bien.
      Mon expérience puisque vous vous y référez, c’est de cuisiner
      pour des proches, des amis ou de la famille des plats qui leur
      font plaisir.
      Mon plaisir, quand je ne cuisine pas, c’est de pouvoir m’offrir
      une virée en Corrèze et de déguster en bonne compagnie, une
      tête de veau de la maison Lachèze, à l’auberge des quatre Chemins
      à 19130 Saint-Aulaire...là, vous toucherez au sublime.


    • foufouille foufouille 28 septembre 2016 16:25
      Prix moyen à la carte
      130 €
      (prix moyen à la carte calculé sur une base entrée/plat ou plat/dessert hors boisson)
      Prix des boissons
      • 10 €
        Bouteille d’eau minérale
      • 14 €
        Verre de vin
      • 50 €
        Bouteille de vin
      • 25 €
        Coupe de champagne
      • 6 €
        Café


      • DTC (---.---.80.186) 28 septembre 2016 16:41

        N’oubliez pas de lever le petit doigt.

        Ah, les mondains ...


        • rocla+ rocla+ 28 septembre 2016 17:08

          J’ ai toujours pensé  que riche et en bonne santé   c ’est mieux que pauvre 

          et malade . 

          Ceci  dit  on peut «  aussi  » être heureux avec  une soupe  maison . 

          Le bonheur est une disposition mentale  .

          • Venise Venise 28 septembre 2016 17:25

            @rocla+
            Tout à fait ! Bien manger et se faire chouchouter est un vrai bonheur !

            Par les temps qui courent, ça fait du bien ! smiley


          • DTC (---.---.80.186) 28 septembre 2016 18:29

            @rocla+
            étant de la partie, je peux vous assurer que la bonne « bouffe » ne coute pas ça... C’est juste de l’esbroufe mondaine.


          • rocla+ rocla+ 28 septembre 2016 18:40

            @DTC


            Bien sûr que la bouffe ne coùte pas le prix affiché . 

            Se paye le standing  de l’ établissement  , dans le prix se trouve la TVA ,
            les amortissements  du matériel , le prix du loyer , les salaires du personnel ,
            la pub  , le mobilier , et de très nombreux autres postes . 

            Sur 100 euros de facture , le prix de la nourriture  doit se situer entre 10 et 15 %

            Ensuite  le client se paye un bon moment et repart chez lui . 



          • DTC (---.---.80.186) 28 septembre 2016 19:42

            @rocla+

            Oh je sais, mais c’est tellement surfait ...


          • rocla+ rocla+ 28 septembre 2016 19:54

            @DTC


            Vrai  , là on parle de prix élevés , mais chez Ducasse  c’ est encore bien plus . 

            Le mieux dans le normal c ’est de faire la cuisine soi-même  et il y a 
            d’ excellents plats  pour un prix abordable , à commencer par un bon pot au feu 
             avec ses légumes . Il y en a des centaines  des bons plats à pas cher . 

            Le plaisir d’ un restau chiquette  c ’est pour que madame pour une fois mette 
            les pieds sous la table et soit servie  elle aussi comme une reine .

            Bien à vous .

          • rocla+ rocla+ 28 septembre 2016 17:12

            Au Shang Palace  Paris , le menu à 128 euros 


            Ce menu comprend : Entrée + Plat + Dessert

            • ENTRÉES
              • Saumon « Lo Hei », fruits et légumes émincés, julienne de méduse, sauce aux graines de sésame
                Bouddha qui saute par-dessus le mur...
            • PLATS
              • Vapeur de coquilles Saint-Jacques, vermicelles de riz sauce à l’ail
                Boeuf sauté, sauce au poivre noir
                Poêlée de pois gourmands aux champignons, taro et patate douce
                Emincé de pigeon sauté servi en feuilles de laitue
                Riz sauté à la façon du chef
            • DESSERTS
              • Lait entier infusé au gingembre

            NB : Les plats ci-dessus sont susceptibles de changer en fonction des arrivages du marché et sont indiqués à titre d’exemple.


            Sans les boissons . 


            Un instant sublime .


            • foufouille foufouille 28 septembre 2016 17:44

              @rocla+

              Détails des menus Menus semaine
              • Déjeuner à partir de 52 €
              • Dîner à partir de 98 €
              Menus week-end
              • Déjeuner à partir de 98 €
              • Dîner à partir de 98 €
              À la carte
              • Carte 52 € à 280 €


            • Trelawney Trelawney 28 septembre 2016 18:23

              Les raviolis de laitues de mer, j’ai comme l’impression qu’elles ont déjà été mangé une fois


              • rocla+ rocla+ 28 septembre 2016 18:30

                @Trelawney


                Exact , dans ce genre de restaurant les aliments sont prémâchés  de façon 
                à ne  pas avoir besoin de mastiquer longtemps . 

                Des vieux chinois  dont c ’est le métier  sont assis à côté et prémâchent .
                En fait on sait exactement ce qu’ on mange ... smiley

                C ’est ce qui explique le prix élevé .


              • rocla+ rocla+ 28 septembre 2016 18:31

                Et les vins sont prébus .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès