• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Le petit livre rouge

Le petit livre rouge

Dans quelques jours premier rush, les"Juilletistes" vont envahir les sites touristiques, les établissements des bords de mer, les auberges campagnardes typiques et les restos de plus ou moins grande altitude vont faire le plein... les "Aoutiens" suivront.... tous vont "déguster"parfois dans le meilleur sens, souvent dans le pire, heureusement qu'il y a le petit livre rouge...

Au tout début de la seconde moitié du siècle dernier, notre famille émigrait une fois l'an des zones humides et rugueuses des Ardennes françaises pour le paradis de la Cote d'Azur, ou le reste de notre famille avait -guerre oblige-émigré pour ne plus jamais revenir (et on les comprend !)

Une fois la 11 Citroen bourrée, mon père se mettait au volant avec à portée de main son livre de chevet : le petit livre rouge : le seul, le vrai, le Guide Michelin. Bizarrement et au grand dam de ma mère qui était plutôt "Pic-nic dans joli cadre de nature" le rythme de conduite de mon père s'accordait à la distance des étoiles - non pas celles suivies par les navigateurs classiques- il s'agissait - et vous l'avez déja compris- des étoiles du fameux guide... Et comme par hasard nous arrivions toujours à l'heure du déjeuner dans un des fleurons de la gastronomie d'alors :

Troisgros à Roanne, la Mère Brazier vers Lyon,Point à Vienne, Pic à Valence, Baumanière aux Baux de Provence... je cite tout de mémoire, pardon pour les fautes et les oubliés...

Des années après, jeune adulte je voulus me servir du même guide, las, les étoiles n'étaient pas à ma portée et je dus me résoudre à me tourner vers d'autres guides plus en rapport avec ma bourse d'alors : Le Gault et Millau venait de naître, ça tombait à pic ( non pas à Valence). Suivirent d'autres guides, le Bottin Gourmand, le Champerrard et bien plus tard les Petits Futés et autres Routards vinrent compléter la gamme. Puis vint internet, l'Internaute, Trip advisor ( comme quoi vos tripes seront prévenues) plus tous les guides locaux...bref une surinformation croissante au fur et à mesure que la qualité générale de l'offre avait, elle, plutôt tendance à décroître...

Comment s'y reconnaitre dans cette offre pléthorique, comment éviter les arnaques et les boui- bouis bien crados si bien chantés par Perret, sans parler des E.Coli et autres staphylocoques plus ou moins dorés aptes à décimer d'innocents consommateurs...

Bons quelques petits trucs, je suis sur aussi que vous avez les votres : tout d'abord un point essentiel faire la chasse au frais, si il existe d'excellents surgelés et de très bonnes conserves, un restaurant digne de ce nom ne doit travailler que du frais ! Pour le reste il ne s'agit pas de gastronomie mais de répondre à une fonction essentielle à la vie et qui n'a pas de rapport avec.

Il faut manger pour vivre, bon OK...et non vivre pour manger, bon la plus trop d'accord quoiqu'il y ait aussi d'autres plaisirs... Autre point : privilégier les produits locaux : à St Malo une dorade grise péchée de la nuit vous enchantera beaucoup plus qu'un bar d'élevage espagnol (berck...) ou pire grec (deus fois berck). Bon je sais que malheureusement ces deux pays ont actuellement de grosses difficultés mais ce n'est pas une raison pour nous empoisonner... pour ceux qui pensent encore que l'Espagne et la Grèce sont le paradis des poissons d'élevage, poussez vos investigations... bon le saumon nordique, coloré au sang de boeuf n'est pas mal non plus...et en France on a les huitres triploïdes... mais je sors du sujet !

Ensuite il y a la propreté : des toilettes bien tenues et un moutardier frais rempli sont des signes qui trompent rarement, en général la qualité suit... Reste les guides, vous pouvez essayer de recouper les infos mais ça restera un peu loterie : le succès fait souvent perdre l'essentiel. Quand aux avis Internet : quand il ne s'agit pas de copinage éhonté cela dépend de tellement de critères personnels, temporels,saisonniers qu'il vaut mieux ne pas en tenir compte.

Ah ! un dernier point : pour le Michelin, le "Bib Gourmand" qui indique des restaurants d'un bon rapport qualité/prix ne m'a jusqu'à ce jour pas encore déçu.

Et si vous avez une bonne adresse, faites comme moi, gardez là pour vous !

 

Bonnes vacances quand même !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Clojea Clojea 28 juin 2011 10:46

    Globalement d’accord avec vous, sauf peut être sur le frais. S’il est indéniable qu’un restaurant se doit de travailler le frais, il n’est pas vrai de dire que le congelé n’est pas bien. Dans le sens bien sur d’un poisson non cuisiné, vidé et congelé. Pas d’incidence sur le goût. Les viandes pareil, tout dépend de la qualité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès