• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Les Français et la Californie

Les Français et la Californie

Les français sont le premier groupe de touriste étranger à visiter la Californie. San Francisco, après Londres est la ville qui comprend la plus grande communauté française. Ils seraient de 70 000 à 100 000 à San Francisco. Etudiants ou travailleurs ils ont fait un choix parfois temporaire, le plus souvent définitif. Le charme exceptionnel de la ville, la baie, l’océan Pacific et les grands parcs opèrent presque instantanément sur l’esprit du voyageur.

Les jeunes populations sont les plus captives. La ville regorge de lieux à leurs mesures et d’évènements incroyables. L’un d’entre eux a lieu chaque année à Pâques, il consiste en une phénoménale descente de tricycles sur Lombard Street, plus excentriques les uns des autres. Le quartier français n’y est pas bien important, contrairement aux autres nationalités. On le surnomme parfois Little France. C’est un espace qui se situe le long de Bush Street et autour de Belden Place et Claude Lane. Il comprend surtout des cafés, des restaurants et des hôtels.

Mais les français n’ont pas le réflexe de se concentrer urbanistiquement, ils se noient dans la ville, ils s’y confondent. Plusieurs repères sont nécessaires : le Minna, un mixte de bar, galerie d’art et boite de nuit est l’un des points fixes où se retrouvent les jeunes français, qui se trouve dans Downtown, à deux pas du Financial District. Ensuite il existe aussi des French Tuesday, soirées plutôt chics où se donnent rendez-vous les français les plus branchés. Selon Le Chronicle, principal journal de San Francisco, il y aurait une cinquantaine de restaurants français (Le Café Tartine, la Fringale, le Ticouz, le Garçon French Restaurant, le Café Claude,Le Florio Bar & Cafe …). Comme souvent à l’étranger, le 14 juillet est l’occasion de se rappeler à sa citoyenneté. C’est au Café de la presse que revient le soin d’y célébrer notre fête nationale, sur Belden Place, entre Plouf et le Café Bastille.

Le consulat de France recense environ 1 500 étudiants inscrits dans les universités de Berkeley ou Standford… ce sont aussi 8 000 français qui travaillent dans la Silicon Valley.

Mais ce temps présent est loin de refléter la réalité historique et l’importance que la communauté française joua dans l’établissement de la ville. La petite France, comme on dit couramment occupait dans le passé une zone géographique bien plus importante, que le quartier chinois contiguë n’a eu de cesse de grignoter. Ainsi existait-il un grand magasin City of Paris qui connut un succès notable jusqu’à sa disparition en 1981, on y visite encore la verrière centrale du magasin.

On ne peut passer sous silence l’église Notre-Dame-des-Victoires, qui date de 1856. Mais passablement détruite par le grand tremblement de terre de 1906, elle fut entièrement reconstruite en 1908. C’est aussi un rendez-vous important, chaque dimanche matin, on y célèbre une messe en français.

Au départ la baie de San Francisco fût espagnole du XVIIe au XVIIIe siècle. C’est à partir de 1776 que les colons espagnols ont commencé à bâtir la ville, essentiellement un village de toiles dans un premier temps au milieu duquel trônaient le Presidio et la mission espagnol (construite par Juan Bautista de Anza). Mais c’est déjà en 1741 que la première ruée sur le site se produit à l’initiative de navigateurs russes qui y trouvent nombre de fourrures de loutres de mer. Ceux-ci descendaient de l’Alaska pour peu à peu s’intéresser à la côte californienne. Ce sont les espagnols qui, les premiers, mirent fin à cette tentative russe en s’implantant sur la baie. Puis les anglais firent une percée en la personne de James Cook.

Les français franchissent le seuil en la personne d’inconnus : Pedro Prat, qui sera le chirurgien de l’expédition espagnol de Juniero Serra en 1769 et Pedro Roy (de Lorient) dont les archives indique qu’il sera le parrain d’un indien. Mais c’est en 1786 qu’il faut attendre l’arrivée du célèbre François Galaup de la Pérouse qui jette l’ancre dans la magnifique baie de Monterey au sud de San Francisco. Son récit de voyage démontre qu’il passa devant le promontoire de San Francisco et sa baie sans voir ni l’un ni l’autre, déjà cachés par une brume tenace. C’est donc un gouverneur espagnol qui lui fit un chaleureux accueil à son escale à Monterey, alors capitale de la Californie

La description de La Pérouse du site est enthousiaste : « "Nul pays n’est plus abondant en poisson et en gibier de toutes espèces"…, …"Nos cultivateurs d’Europe ne peuvent avoir aucune idée d’une pareille fertilité"…, parlant de la baie " couverte de pélicans, et emplie de baleines. On ne peut exprimer ni le nombre de baleines dont nous fûmes environnés, ni leur familiarité ; elles soufflaient à chaque minute à demi-portée de pistolet de nos frégates, et occasionnaient dans l’air une très grande puanteur." .

Cette arrivée de La Pérouse, avec son prestige et sa notoriété marquera les esprits en France. Le reporter de l’époque Gaspard Duché de Vancy, qui était l’artiste officiel de l’expédition fit un compte rendu magnifique de la réception de la Pérouse et de son entourage par la mission, franciscaine de Carmel, livrant à l’histoire la toute première image de la future Californie.

Il faudra presqu’une quarantaine d’années pour que les premières voiles françaises fassent leur apparition et que les colons français débarquent de toutes sortes : marins officiels ou déserteurs, trappeurs, baleiniers, artisans et commerçants. Le métissage est déjà à l’œuvre, la plupart arrivent célibataires et fondent leur famille sur place. C’est le Mexique qui contrôle alors la région, et son gouvernement facilite cette émigration en octroyant assez facilement des concessions de terre. Cette arrivée française se fait massivement sur Los Angeles, Monterey, Santa Barbara…

Mais du côté de San Francisco, tout reste à faire pour les français. On note tout simplement l’établissement de Victor Prudon sur un petit lopin de terre, avec juste une cabane en 1839. C’est à cette époque que les capitaines Abel Aubert Dupetit Thouars et Cyrille Pierre Théodore Laplace abordent la baie de San Francisco avec La Vénus et l’Artémise. . Leur description est éloquente : "Qu’on se figure un immense lac d’eau salée, séparé de l’océan par de hautes falaises et ne communiquant avec ce dernier qu’à la faveur d’un canal, large à peine de quelques centaines de toises et assez profond pour donner passage aux plus forts bâtiments." Cette petite Méditerranée, est un bassin "assez vaste, assez profond pour contenir à l’aise toutes les flottes du monde !"

Second chroniqueur connut de l’histoire, Edmond Paris, lieutenant de cette expédition fait quelques croquis qui rendent déjà compte du déclin de la mission espagnol.

Les années 1830 et 1840 sont celles d’une déferlante française qui se fixe et se convertit au mode vie local alors que l’Espagne perd définitivement pied, ceci au milieu d’un cosmopolitisme absolu, la Californie s’ouvre au reste du monde. 

Parmi cette population, hybride, un français surgit Louis Pichette, il franchit l’obstacle des montagnes en 1821. Autre nom français célèbre et controversé de cette période trouble, Michel Laframboise, ce trappeur canadien français avait pour base l’Orégon et faisait des incursions accompagné d’importants équipages, pour piller généralement la fourrure 

Le Général Sutter relate les intrusions du trappeur dans son territoire baptisé Nouvelle Helvétie  : "J’ai défendu à Laframboise à pêcher le Castor mais malgré cela il fait tout ce qui lui plait…. Ils font ce qu’ils veulent parce qu’ils sont cette fois 60 hommes, et cela est assez pour ruiner le Castor tout à fait ; parce qu’ils sont si forts, ils font ce qu’ils veulent et ne respectent pas du tout les Ordres du gouvernement et je peux vous assurer que mes Vaches sont en grand Danger car avec ces 60 hommes il y a au moins 40 femmes et une quantité d’enfant et des chiens et tout cela veut manger…" C’est le début de la légende du Grand Ouest américains. Près de Stockton, Laframboise organise une petite ville dite de French Camp, où s’organisent les premiers marchés d’échanges de fourrures contre de la nourriture, des chevaux et des armes.

Joseph Yves le Limantour est un, breton célèbre, qui posséda longtemps une large partie de San Francisco. Jean-Jacques Vioget fit en 1837 la première peinture de San Francisco qui s’appelait alors encore Yerba Buena. Témoignage exceptionnel puisqu’on y voit les collines encore sauvages avec en tout et pour tout deux maisons : Celle de William A. Richardson et de Jacob Primer Leesse.

Deux ans plus tard, notre aquarelliste s’installe dans la maison de Jacob Leese et parcourant les collines à cheval, il fit le premier relevé topographique du site. On lui doit un second compliment pour y avoir créé la première taverne. Possédant de nombreuses terres, ce suisse-français s’enrichit considérablement dans ce qui allait devenir la ruée vers l’or.

C’est par le traité de Guadalupe Hidalgo que les Etats-Unis achètent la Californie le 2 février 1848 au Mexique. Dans la foulée Johann Sutter, suisse allemand découvre de l’or sur ses terres… c’est la ruée à laquelle participent de nombreux français, on les estime alors à vingt-cinq mille. C’est considérable, ils prennent l’habitude de se regrouper dans les rues dites Montgomery et Commercial, surnommées French Town. La ville pousse, on comble les abords de la baie pour mieux s’établir. On construit, les espaces se définissent en fonction de leur usage économique, social, politique et très vite ethnique.

Revenons à Jean-Jacques Vioget, on le surnomme à l’époque Don juan Vioget. Il incarnera l’esprit et le costume californien : courte veste bleue, pantalons noirs, épaisse moustache. Il fait des émules : Don Luis, un bordelais du nom de Jean-Louis Vignes fonde les vignobles californiens, en améliorant les cépages des franciscains. En 1851 à la tête du vignoble El Aliso il produit 1 000 barils par an de vin, mais aussi des oranges et des pêches.

La Meuse fut le 1er navire en provenance directe de France qui atteint la baie de San Francisco le 14 septembre 1849. Puis ce sont des dizaines de navires français qui se suivent, le spectacle est insolite, un encombrement incroyable de bateaux jetés, pèle mêle, dans la baie, et une mer de tentes sur le rivage.

Voilà le témoignage d’un français participant à cette épopée :

« Peu à peu, l’horizon s’élargit, à travers la forêt de mâts, nous apercevons une partie de la ville et les camps d’émigrants établis sur les flancs de la montagne qui domine la baie, l’océan, le goulet et la presqu’île où s’élève San Francisco inconnue, déserte, il y a deux ans ; aujourd’hui couverte de maisons en planches, en tôle, de toutes formes et de toutes grandeurs, de tentes de toutes couleurs, s’étageant en amphithéâtre, abritant une population d’aventuriers, de vagabonds, de banqueroutiers, de repris de justice, de marchands, de banquiers, de marins déserteurs, de croupiers, de gens sans nom, sans patrie, clairsemée d’honnêtes chercheurs d’or, ouvriers ou spéculateurs venus de toutes les parties du monde. C’est donc en face, et à deux kilomètres de ce grand champ de foire cosmopolite, au milieu de 300 navires, arrivés, arrivants, forcés de stationner pendant de longs mois après le déchargement, faute de frêts et de matelots qu’à 5 heures 1/2, aujourd’hui 14 décembre, la Cérès jette l’ancre. »

San Francisco pousse encore, restaurants, cafés et maisons de jeux se multiplient. Les français sont essentiellement banquiers, importateurs et courtiers en gros, marchands au détail, artisans, médecins, mais aussi spéculateurs et manœuvres.

La communauté française est importante, elle acquière une renommée spécialement dans : la restauration (bien sûr), l’importation de vins (déjà), la coiffure, le commerce des fleurs… arrive alors le spectacle, et l’on attribue à un français la première représentation, théâtrale, en décembre 1849 par Jules de France et un acteur dénommé Jourdain. C’est une communauté essentiellement d’hommes qui s’installe, rejoint dans la foulée des salles de jeux et bars de toute sorte par les premières femmes : croupières, femmes dites galantes et actrices… le petit peuple des commerçants et artisans commence à avoir lui de son côté des épouses, essentiellement françaises.

Dans ce tournoiement passionnel et virevolté surgit encore un autre français célèbre de l’histoire de San Francisco, c’est Joseph-Yves Limantour. Face à cette ruée humaine, avide en terrains, il fait valoir ses droits sur la presque moitié de la ville, soit 17 756 acres ! Certains payent, d’autres non, les procès s’enchainent, il finira par perdre en 1858, lorsque la commission fédérale d’examen des titres lui donnera tort.

La ville s’installe de plus en plus durablement et les villages de toiles laissent la place à de jolies maisons en bois. Mais la ville est encore un centre de trafic, livré à la violence. En 1856, on relève la constitution d’un Comité de Vigilance chargé de remettre de l’ordre, 200 français y participent. Ils s’attaquent à tous les métiers. Les français réussissent plutôt bien et occupent le haut de la bourgeoisie naissante. On cite quelques noms célèbres comme Abel Henri Barthélémy Guy (Banquier), les frères Sabatiè et surtout François Alfred Pioche avec Jules Barthélémy Bayerque qui vont fonder une très importante banque.

Alfred Pioche est un exemple, c’est le 20 février 1849 qu’il débarqua dans le port de San Francisco. C’est un pionnier, il a tout juste 32 ans. Il débute comme commerçant en ouvrant une boutique à Clay Street de produits français. Cette activité lui réussit bien. C’est dans cette période, entre 1849 et 1851 que le nombre de français passera de 12 à 20 000 ! Il fait fortune et fonde ainsi la Pioche Bayerque & Co. Mais lancé aussi dans l’immobilier il investit et ouvre de grand chantier de déboisement pour créer des rues et des maisons dans le quartier qui deviendra celui de La Mission et la Hayes Valley. Il obtient en 1857 la concession d’un chemin de fer et construit en 1860 la ligne de Market Street Railroad.

La réussite de ces français conduit le gouvernement de Paris à ouvrir un Consulat en 1850 à San Francisco. Le premier consul français fut Louis Gasquet, d’abord établit en 1845 à Monterey. Jacques Antoine Moerenhout lui succède et contribue à répandre en France la ruée vers l’or.

Le vingtième siècle s’ouvre sur une large cité. François de Tessan s’exprime ainsi en 1912 : "Naguère, nos compatriotes étaient réunis dans un quartier d’un caractère nettement particulariste. De même, il y avait la colonie espagnole, où se rencontraient Mexicains, Chiliens, Péruviens hispano-américains et de véritables Catalans ou Andalous… et les Italiens aussi avaient conquis tout un district. La ville nouvelle a disséminé ces colonies ou les a obligés à fusionner plus ou moins avec les Américains. Seule la Chinatown a gardé intégrale son originalité asiatique.… Le charme de San Francisco réside dans cette étrange mêlée des races - mêlée audacieuse qui se poursuit dans l’admirable décor dont la baie est l’ornement le plus grandiose. Sans peine on pourrait abriter là toutes les flottes du monde. S’étendant sur 677 kilomètres carrés, elle offre dans l’échancrure même, au bord de laquelle se dresse la reine du Pacifique, un champ de 22 kilomètres carrés dont la profondeur va de 8 à 90 mètres. Les rivières de Sacramento et de San Joachim, navigables pour les bateaux d’assez fort tonnage, complètent harmonieusement le système des communications par eau."

Texte inspiré des travaux de Claudine Chalmers et Annick Foucrier sur l’histoire de la Californie française.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 11 septembre 2013 13:30

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique . Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

     

    François Mitterrand juste avant de mourir.

    (Source : Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou – Date de publication : 27/1/1997 – Editeur : Plon – Omnibus).



    • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 15:28

      oui.... et alors ? ces propos sont assez justes, ils désignent une puissance coloniale. Nous connaissons bien nous en avons été une...

       

      http://jmpelletier52.over-blog.com/

       


    • La mouche du coche La mouche du coche 13 septembre 2013 11:37

      Nous avez envie d’être un soumis ou un français ?


    • LE CHAT LE CHAT 11 septembre 2013 15:20

      ils la chantent aussi , entre Julien Clerc « la Californie » et Maxime le Forestier « San Francisco » 


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 15:33

        California dreamin’ est un des premiers succès de The Mamas & the Papas aussi

        http://youtu.be/r0C-PXIAvFk via @youtube

         

        ils ne sont pas français, bien sûr, mais c’est agréable à entendre...

         


      • Fergus Fergus 11 septembre 2013 16:41

        Bonjour à tous.

        A propos de Californie et de musique, ne surtout pas oublier le mythique Hotel California du groupe Eagles, morceau qui fait allusion à un célèbre établissement où l’on accueillait les drogués de cet état.

        @ Jean Pelletier.

        Superbe article, très intéressant.



      • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 16:46

        Merci fergus,

         

        mais j’ai du mal à avancer dans mon écriture, chaque moment me renvoie à un sujet de réflexion et donc j’en suis toujours à ma première journée de voyage...


      • cedricx cedricx 11 septembre 2013 15:58

        C’est comme toujours passionnant, j’ai seulement peur de rater un de vos article !


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 16:47

          Merci cedricx smiley


        • LE CHAT LE CHAT 12 septembre 2013 11:02

          SCOTT MC KENZIE est mort il y a peu ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès