• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Transylvanie, territoire de légendes et sombres forêts en pays (...)

Transylvanie, territoire de légendes et sombres forêts en pays Dace

Transylvanie ! Ce mot sonne à nos oreilles, aussitôt Dracula nous apparaît. Derrière toute légende une part de vérité se cache. Qu’en est-il pour la Transylvanie ? Dans ce pays caché au milieu de la Roumanie, encerclé par les non moins légendaires Carpates, les légendes semblent toujours vivre. La vallée de la Mures est encastrée au milieu de hautes collines sylvestres peuplées des derniers grands animaux sauvages d’Europe.

Ma première impression fut d’entrer dans un monde préservé, où les nombreux villages sont toujours vivants. Les enfants occupent les rues où passent les vaches, les canards, les charrettes attelées et quelques voitures, tout cela sous le regard des vieux assis à l’ombre. Ici les villages sont habités et actifs au milieu de leurs champs et prairies. La comparaison m’attriste, car nos villages à nous, autrefois fleuris sont aujourd’hui désertés. Seuls quelques vieux et des anglais l’été…

Au royaume de Dracula, les forêts sont maitresses des lieux. Malgré les coupes illégales et les pressions humaines, vivent encore de nombreuses espèces animales sous de hautes et sombres frondaisons. Les collines et gorges bruissent des grognements des ours et des hurlements des loups.

bran-castle-aka-dracula-castle-from-transylvania200px-Portrait_Vlad_TepesLes traces du communisme sont encore bien visibles, aussi bien dans les mentalités que physiquement, chaque village possède sa ferme commune à l’abandon. L’influence turc n’est presque pas visible, il est vrai que le pays fut protégé par ses montagnes, mais aussi par sa réputation qui a suivit la vie de Dracula. Effectivement il a vraiment existé, Vlad Tepes est celui qui a inspiré l’auteur anglais Bram Stoker. Vlad III l’empaleur était connu pour sa violence sanguinaire, il n’a jamais vécu la nuit ni sucé le sang de ses victimes, mais il empalait ses ennemis, proches ou lointains. Sa réputation et son courage guerrier ont stoppé la horde ottomane au milieu du XVe siècle. Précédemment les romains envahirent la Transylvanie après beaucoup de mal. Effectivement, pendant longtemps le Danube a marqué la frontière de l’empire romain face aux mondes barbares. P1100526Les Thraces de la région : les Daces avaient fortifié les collines de Transylvanie et ils résistèrent longtemps et vaillamment face au rouleau compresseur romain, à la pointe de la technologie. Les traces de cet époque sont nombreuses, presque chaque colline possède son fort en ruine. Le pays Dace regroupait presque toute la Transylvanie, leur capitale, reprise par les romains se trouve dans la vallée de Hateg, à Sarmizegetusa(1). L’ancienne Sarmizegetusa(2), celle de Daces, était protégée par des forteresses construites sur des pitons rocheux. Une des ruines les mieux conservées se trouve à Costesti(3), les autres sont Blidaru(4), Piatra Roşie(5), Căpâlna(6) et Baniţa(7) , ces châteaux forts furent les derniers bastions de résistance face aux romains. Ce peuple inconnu des européens de l’ouest à pourtant pendant plusieurs siècles, occupé la zone en élevant du bétail et commençant une agriculture balbutiante dans le reste du monde.

Le_signe_des_dacesTrès bons commerçants, vivant dans une région riche en or et en argent, les Daces ont développé une société élaborée ou les mathématiques et la philosophie avaient une part importante. Ainsi leur calendrier était un des plus précis de l’antiquité. Leur richesse en or et leurs connaissances importantes en médecine en font un peuple réputé et craint, pour leur courage et leur droiture. Seul l’unité leur a manqué pour demeurer une grande nation.

dacian_warriorHabitant actuellement au cœur du pays Dace, j’ai eu la chance d’assister aux début d’une fouille archéologique. Elle se situe près de Ardeu(8), sur un piton rocheux. La fouille effectuée bénévolement par des étudiants en archéologie d’Hunedoara, met à jour une petite cité forteresse inconnue jusqu’alors. Les jeunes archéologues sont très excités par leurs fouilles, effectivement, cette région sauvage dans les collines est vierge, elle n’a jamais été fouillée et des découvertes sont attendues. L’histoire des Daces n’est pas très documentée et les Hongrois revendiquent l’antériorité de l’occupation de la Transylvanie. Ainsi les archéologues patriotiques sont heureux de faire de nouvelles preuves de l’occupation Dace et aimeraient expliquer d’avantage l’histoire de ce grand peuple.

hd-ulpia-amfiDonc, me voilà avec ma petite famille à regarder les fouilles en étages. Au sommet du piton où les recherches ont commencé, sous les fortifications romaines postérieures, apparaissent des bâtiments. Des manufactures de potiers, mais aussi les premiers fourneaux de l’histoire. Pour fondre l’argent des carrières avoisinantes, les Daces ont élaboré les premiers fourneaux dans des « workshops ». Ainsi cette cahute utilisée comme atelier adjacente à l’habitation de l’artisan. Des objets ont été retrouvés, des pièces de monnaie, une statue,… Mais le plus intéressant demeure les explications possibles de la manière de vivre de ce peuple.P1100378 En contrebas de la colline une zone mortuaire a été découverte. Une des principales découvertes est la confirmation de la cohabitation pacifique entre les Daces et quelques colons romains venus, antérieurement à leurs armées, habiter cette région riche.

Ce pays qu’est la Transylvanie possède aujourd’hui encore de formidables atouts que quelques décennies de communisme ont gardé cachés à l’occident. Le tourisme peut aujourd’hui exploser : Outre les nombreux châteaux médiévaux très bien conservés, la vie traditionnelle villageoise et les immenses forêts habitées de légendes et de grands animaux offre à la Transylvanie ce que le modernisme a détruit dans le reste de l’Europe. Des sites remarquables de l’histoire du pays témoignent de l’intérêt qu’a suscité laTransylvanie au cours des temps. Des ingénieux Daces jusqu’aux utilisateurs contemporain de brudinas écologiques, en passant par Vlad l’empaleur et et les conquérants de tout horizon, le peuple roumain possède autant d’attraits que leur pays.

sarmizegetusa_panoramasource : LGV

livre à ce sujet : Les Richesses des Daces et le redressement de l’Empire romain sous Trajan Signé Jérôme Carcopino


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • jako jako 7 septembre 2009 10:58

    « le peuple roumain possède autant d’attraits que leur pays »
    Merci de le rappeler, un bien bel article très interessant qur une région que je ne connais pas du tout mais j’ai bien l’intention de m’y rendre.
    J’ai entendu dire que la Roumanie se lançait à fond dans la production bio et possèdait déja des fermes modèles, pouvez vous confirmer ?


    • LE CHAT LE CHAT 7 septembre 2009 11:14

      des daces , ils restera toujours le nom de la bagnole roumaines , la Dacia !


      • Triodus Triodus 7 septembre 2009 14:34

        Attention : Chat écrasé craint même l’eau froide..


      • Triodus Triodus 7 septembre 2009 14:35

        P.S : « Dace Auto. ».


      • zelectron zelectron 7 septembre 2009 14:49

        Vlad a empalé environ 20 000 (et + ?) janissaires turcs le long du Danube sur plusieurs dizaines de kilomètres et leur hurlements ont duré plusieurs jours. Après cela étonnez vous que les soldats de ce grand empire musulman n’aient eu plus jamais envie d’y retourner.


        • JC Tirat 7 septembre 2009 20:05

          Bonjour,
          Merci de votre excellent article sur la Roumanie et sa vivante ruralité.
          Un bémol cependant, vous semblez associer la partie traitant de Vlad Tepes au château de Bran dont vous présentez une belle photo. Il est vrai que Bran est très souvent décrit comme étant le château de l’Empaleur, sans doute pour des raisons de facilité d’accès pour les touristes et de proximité des structures d’accueil. Ces mêmes touristes rechigneraient-ils àgravir les 1784 marches qui mènent àla forteresse de Poienari, au pieds des monts Fagaras ? C’est pourtant le site authentique mais en ruines.
          Bien cordialement
          JC Tirat


          • janequin 8 septembre 2009 06:53

            Un petit bémol cependant. La transylvaine est peuplée en majorité de hongrois, car elle a fait longtemps partie de la Hongrie médiévale, puis de l’empire austrohongrois. L’unification à la Roumanie ne date que du traité de Trianon en 1920 (je crois).

            Il n’est que de voir les deux noms portés par les villes (Timisoara et Temesvar, Cluj et Koloszvar, etc...)

            Et actuellement se pose la question de l’intégration de ces hongrois dans le cadre de l’Europe et de l’ouverture des frontières.


            • boddah boddah 11 septembre 2009 08:30

              Merci pour vos commentaires

              @JC Tirat, je n’ai mis que la photo du chateau de Bran, effectivement Vlad Tepes n’a jamais été l’occupant de celui-ci. Quand à l’autre avec les nombreuses marches, la chose n’est pas totalement avérée, bien que fort probable.
              @Janequin Il est important de souligner l’importance de l(influence hongroise, merci de l’avoir fait. Cependant les hongrois sont loin d’être majoritaires en Transylvanie (environs 10%). La Roumanie a été unifié 3 fois dans son histoire et la Hongrie a effectivement imposé sa langue et ses colons d’une manière impérialiste jusqu’au début du XXe siècle. Ainsi effectivement l’influence hongroise, je dirais d’avantage allemande, est importante en Transylvanie. Quand au sujet d’une intégration de je ne sais quoi dans je ne sais quoi, vous parlez sans doute d’un politicien d’extrême droite à la langue bien pendue. La Transylvanie, comme toute la Roumanie EST dans l’Union Européenne depuis 3 ans maintenant...
              Merci encore pour tout ces commentaires, il est aisé d’être intéressant lorsque l’on parle d’un tel sujet... lisez mes autres articles sur la Roumanie : http://legrandvillage.wordpress.com/tag/roumanie/

              • Corelys 17 décembre 2009 21:32

                L’article est interessant, surtout en ce qui concerne les Daces. Par contre, on voit à 10 kilomètres que soit l’auteur est roumain, soit il est d’affinités roumaines, lol. Je ris jaune, car l’histoire est faite par les vainqueurs, c’est connu. Que des archéologues « patriotiques » fouille le sol est bien dans un sens (cela enracine la culture roumaine dans son identité) mais est très mauvais de l’autre sens, car ils n’ont pas d’objectivité. Rien ne prouve le lien entre Daces et Valaques... pour l’instant. Et franchement si ils confirment des thèses, j’aurais du mal à ne pas croire qu’ils ne servent pas en réalité une cause politique.

                Bref bravo pour ton article pro roumain. C’est sinistre qu’il ne valorise pas la paix entre les peuples qui composent la Roumanie actuelle. Cela me fait penser au Kurdistan qui est partagé entre 3 pays étrangers et au génocide arménien toujours renié par les turques, malgré les témoins qui les ont « supporté » en quittant leur patrie ou encore à Chypre divisée en deux. Je ne dis pas que les roumains d’origine hongroise sont maltraités mais je dis que la Roumanie pourrait faire beaucoup mieux pour les accepter. Sans parler des enfants des rues... Bref, la Roumanie n’est à mon avis sur bien des points pas très belle à voir, même si heureusement elle a intégré l’Europe. Mais là dessus rassurons-nous, aucun pays de la planète n’est beau à voir, ni même le mien, la France, qui a des responsabilités dans divers massacres, responsabilités qu’elle refuse d’admettre encore aujourd’hui. J’aime la Roumanie, et j’aimerais que ce pays soit réconcilié avec son histoire sans se sentir obligé de sans arrêt frénétiquement défendre son droit à posséder la Transylvanie. La Roumanie est un pays riche dans son sous-sol, dans ses paysages, dans son histoire, dans ses cultures... et pour l’instant il ne le montre pas, il n’exploite pas ces richesses. Souvent, j’entends les gens se moquer sur la réputation de mendicité de la Roumanie, et ça me chagrine, car elle ne devrait rien mendier, mais briller.

                Et qu’on ne me parle pas de prétendues causes comme la corruption, ou le communisme, la Bulgarie, par exemple, y fait face plus férocement. A quand une Roumanie qui se ressemble (riche, belle...) ???


                • Corelys 17 décembre 2009 21:51

                  Je rajoute juste que je suis alsacienne. Dans ma région, les noms des villes sont de consonnances allemandes, les archives sont en langue allemande... Bien sûr, si on se calque sur une mentalité patriotique pro française, on peut raconter à qui veut l’entendre et surtout le croire que l’Alsace a toujours été de toute éternité française et que si elle conserve des traces germaniques c’est parce qu’elle a toujours été « occupée » par les Allemands !!!!! :) mdr

                  Mais la réalité est que l’Alsace était autrefois de culture et d’identité allemandes, et en tant que français, on l’accepte, que l’on soit anciennement une famille d’origine allemande ou française (ou même d’une culture algérienne...), on est content de notre histoire et on ne la falsifie pas, ou du moins pas de façon aussi ostentatoire que les roumains vis à vis d’un territoire qu’ils n’ont officiellement acquis que depuis 1918, après avoir retourné leur veste durant la seconde guerre mondiale (chose qui est bien puisqu’ils sont devenus nos Alliés, et d’ailleurs nous les avons bien récompensé). Aujourd’hui l’Alsace est française, aujourd’hui la Transylvanie est enfin roumaine. C’est terrible de voir un pays combattre son propre peuple et ses propres racines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires