• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Visite d’un empire en ruine

Visite d’un empire en ruine

Si on en croit les médias, nous vivons l’âge de la globalisation. Bientôt un gouvernement mondial unifiera tous les continents. Les PIB des principales nations industrialisées n’ont jamais été aussi élevés. La crise de 2008 a vite été oubliée et les grandes banques n’ont jamais connu de bilans aussi flatteurs. Les leaders de l’industrie virtuelle sortent mois après moi des devices révolutionnaires qui vont changer la face du monde.

Principe de réalité.

JPEG - 243.9 ko
La gare de Detroit
Sainte-Sophie-de-la-vapeur

Mais le monde réel, lui donne à voir une face bien différente, celle de l’empire global en ruine, laissant à leur sort des milliards de pauvres qui refont lentement et à l’envers la migration des campagnes vers les usines qui avaient attiré à partir du XIX° siècle leurs aïeux dans une promesse vaine d’un avenir meilleur.


Les média nous parlent pas de ces gens simples pour qui le pic pétrolier est un concept inconnu mais qui vivent déjà leur vie quotidienne dans un monde de l’après pétrole.
Ils sont en Afrique et aux USA, en Asie et en Europe. Personne ne va recueillir leurs voix. Jusqu’au jour où, entonnant un cri à l’unisson, place Tarir, Omonia ou Puerta del Sol, certaines de ces voix se mettent à résonner à l’unisson et retentissent jusqu’au cœur douillet des intérieurs grand-bourgeois.

Voyage romantique dans les ruines de l'empire hydrocarbure

Je vous invite donc à un petit voyage, de Detroit à Dakar, visiter les ruines de l’empire.

Detroit était le cœur du mythe américain. C’est ici que se trouvaient les usines de tous les grands fabricants d’automobile américains, c’est là que se construisait l’American Way pavé d’asphalte et sentant les valeurs de gazoline...

JPEG - 308.5 ko

Aujourd’hui, Detroit est en grande partie une ville fantôme.
La grande gare centrale est fermée depuis 1988. Ce bâtiment néoclassique imposant se dresse au cœur de la ville avec la majesté d’une ruine antique, improbable Sainte Sophie en terre Algonquienne.

Cliquez là pour une édifiante visite en 3D :

http://www.photojpl.com/-/DDr7GdzQZ7/

 

Dans certains quartiers on peut y acheter une maison pour un dollar et pour les habitants qui restent le meilleur usage de ce dollar est souvent de détruire la maison pour cultiver un champ sur la place ainsi libérée.

JPEG - 44.3 ko
Un quartier fermier de Detroit


Ce phénomène est si répandu que des quartiers entiers sont devenus des zones agricoles. Detroit est peut-être le modèle d’un nouveau type de mode de vie américain, celui des fermes urbaines, un aboutissement imprévu à la plaisanterie d’Alphonse Allay qui proposait qu’on construise les villes à la campagne. Mais contrairement aux années 70, ce ne sont plus les citadins qui retournent à la nature mais la nature qui revient s’installer en ville.

JPEG - 233.3 ko
la ferme urbaine


En Afrique, la crise énergétique prend un autre aspect : Au Sénégal comme au Togo, du Bénin à la Cote d’Ivoire un grand nombre de pays d’Afrique noire connaissent au quotidien des délestages des réseau d’électricité. Ici on n’en est plus à débattre sur le développement les énergies durables. Ceux qui le peuvent s’achètent des groupes électrogènes, les autres se contentent de la fourniture intermittente de compagnies électriques asphyxiées par le cout de l’énergie, la baisse de l’eau dans les barrages hydrauliques ou le cout d’entretien des réseaux.

JPEG - 58.3 ko
Au Burkina...

La fourniture continue d’électricité étant de l’histoire ancienne, les particuliers comme les entreprises s’adaptent. On s’équipe d’appareil sur batterie (ordinateurs, lampes). Ou alors on se révolte comme à Dakar où des émeutes ont éclaté.


JPEG - 7.4 ko
Emeutes à Dakar

Une situation qui n’est plus réservée à l’Afrique, la Californie, la Floride, le Brésil et maintenant le Japon ayant connu une multiplication de blackouts depuis 2008.


Nous n’avons pas encore de problèmes d’énergie majeurs en Europe, sauf quand des mouvements sociaux bloquent l’approvisionnement. Mais pour de nombreux foyers, la note de chauffage ou d’essence augmente, représentant déjà une part importante dans leur budget. Les hausses qui se profilent vont progressivement transformer l’énergie en un produit de luxe difficile d’accès pour les plus défavorisés et pour qui les discours écolo sur le développement durable ne sont pas en prise avec les réalités.

JPEG - 31.1 ko
Nouvelle haute technologie

Des réalités qui ressembleront plus à Detroit et Dakar en espérant que ce ne sera pas Fukushima, qu’aux villes paléo-futures que nous promettaient les visionnaires qui anticipaient de l’énergie abondante et propre pour tous.


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 25 mai 2011 10:48

    La décroissance propose aussi de diminuer l’empreinte écologique de nos
    sociétés. Une société qui consomme toujours plus ne peut respecter
    l’environnement et épuise tôt ou tard les ressources essentielles à la vie. Il ne peut
    y avoir de croissance infinie sur une planète finie, les seuls qui peuvent croire cela, se sont des fous ou des...économistes ! Lire :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/03/de-quoi-avons-nous-besoin/


    • le_glaude 25 mai 2011 15:56

      Oui, mais comment imposer la décroissance à nos gouvernants ? Si nous ne réagissons pas rapidement nos enfants agoniserons sur la décharge que sera devenue la terre !


    • jef88 jef88 25 mai 2011 12:34

      Le PIB est une grosse arnaque :
      en gros il correspond à l’assiette de la TVA
      - Cas N° 1  : J’achéte un produit 10 euros je le transforme en mettant 10 euros de main d’oeuvre
      prix de revient 20 euros, je le vend 22 euros donc PIB= 2 euros
      - Cas N°2 : j’achéte un produit chinois 3 euros, j’ai 5 euros de frais de commercialisation, je le vend 22 euros donc PIB = 14 euros.

      Donc une augmentation du PIB est (trop) souvent un apauvrissement du pays, un trou dans la balance des payements mais la grande distribution se gave...

      PIB signifie produit intérieur brut, il fut un temps ou c’était produit industriet brut ... Enfumage quand tu nous tiens


      • Antoine Diederick 25 mai 2011 12:41

        En lisant votre article et surtout en voyant les photos, je trouve que la ruine c’est très beau.

        Un frisson esthétique . Ces bâtiments ? Un univers onirique.

        L’impression d’une cité perdue.


        • Aldous Aldous 25 mai 2011 13:28

          C’est cette beauté qui m’a fait penser à rédiger cet article sous la forme d’un récit de voyage un peu comme les voyages à travers les ruines classiques en Italie et en Grèce à l’époque romantique.

          Les similitudes avec les ruines de l’empire -je faisais référence à sainte Sophie- et celles de la gare de Detroit, effectivement très esthétique saute aux yeux.

          Ce qui est vertigineux, c’est qu’en 1988 j’avais 20 ans.

          Je n’imaginais pas que de grands bâtiments public contemporains dans une grande puissance industrielle pourrait finir dans cet état de mon vivant.


        • Antoine Diederick 25 mai 2011 13:53

          je crois que les américains vont devoir inventer la notion de la protection du patrimoine historique, ces bâtiments sont exceptionnels d’un point de vue architectural, historique.

          Les temples des dieux déchus.

          ....il n’y a plus qu’à laisser aller son imagination ....


        • Antoine Diederick 25 mai 2011 13:53

          plus beau que Disney-Land....


        • Aldous Aldous 25 mai 2011 14:41

          Et plus authentique.

          malheureusement il y a d’autres friche industrielle dans l’empire qui vont nécessiter des sommes astronomiques autrement que pour leur beauté...

          Je pense à Fukushima.


        • Antoine Diederick 25 mai 2011 14:47

          oui et là c’est un un enjeu vital pour les victimes, rappel nécessaire...on ne rêve plus....


        • bd-blogeur 25 mai 2011 13:06

          Il fut une époque où les hommes, chasseurs/cueilleurs, vivants dans de grandes forêts, en honnorant la déesse Mère symbole de fécondité. 

          Ils évoluaient en harmonie avec Mère nature et leur imagination et leur créativité s’abreuvaient aux sources même de la vie.

          Puis les vents de sable sont parvenus jusqu’a eux, et le désert s’est invité.

          Avec lui, des hommes de fer pour couper les grandes forêts et construire de grandes cités !

          Ils ont tout dénaturé et ils ont nommé cela civilisation, avec en haut de chaque pyramide, de chaque Alexandrie, l’oeil de Sauron, pour mieux éradiquer les rebelles associaux.

          Les premiers avaient le tribunal de dieu, les derniers les procès staliniens, inventions tyraniques d’esprits malades qui ne se plaisent qu’en tourmentant la vie et ses enfants.

          Du haut de leur orgueil ils ont construit un monde à leur image à grands coups d’évangélisation ou autres, invoquant sans cesse le dogme sacré pour justifier les pires exactions.

          De leur folie il ne reste que des pierres sur lesquelles repoussent les arbres et jamais l’inverse.

          Mais ils sont bien trop imbus d’eux-mêmes pour comprendre qu’avec ou sans eux ce sont les grandes forêts qui au final vont triompher...

          (très belles photos)




          • Ariane Walter Ariane Walter 25 mai 2011 14:51

            Cher Aldous,

            Encore un sujet sur lequel nous nous retrouvons !
            On m’a offert ce fameux livre absolument incroyable de beauté décadente sur Détroit !

            Cela laisse pantois. Comment est-ce possible ?
            On découvre en même temps la splendeur d’un temps passé (que l’on ignorait) et ce qu’il est devenu... En une seconde : cadence et décadence !

            Un des grands problèmes d’une civilisation et d’une simple vie est, bien plus que la création, l’entretien !!
            Or les hommes construisent des palais et laissent le temps faire son œuvre....

            Digestion à l’air libre.
            Un jour, New-York, pareil ??????

            Ce qui est terrible actuellement , c’est de connaître les racines du malheur, les fauteurs de trouble et de se sentir impuissant....
            On se dit « j’aurai vécu assez longtemps pour voir ça ».. (Vieux troglodyte, Montesquieu !)


            • Aldous Aldous 25 mai 2011 14:59

              « Un des grands problèmes d’une civilisation et d’une simple vie est, bien plus que la création, l’entretien !! »

              Bien dit Ariane.
              C’est exactement là qu’est le talon d’Achille de l’empire : le cout de l’entretien. Aux USA des ponts s’effondrent et des barrages cèdent à cause du laisser aller.

              Les Hollandais ont renoncé à de nombreux Polders à cause de ce problème.

              C’est aussi pourquoi il faut absolument sortir du nucléaire tant qu’on a encore l’argent pour démanteler ces saloperies.

              Une fois la pompe a fric à cours de pétrole, nous n’auront plus le choix que de laisser ça en fardeau aux générations futures, façon Bhopal.


            • Cocasse Cocasse 25 mai 2011 16:29

              On pourrait peut être fabriquer des ordinateurs à pédales...


              • Laratapinhata 25 mai 2011 17:54

                Super les images de Détroit... et j’aime beaucoup ce retour des champs dans la ville...C’est vraiment comme dans un film de SF : la vie prend un nouveau départ...


                • Crevette Crevette 25 mai 2011 23:07

                  Oui, ça me fais penser à « La planète des singes »

                  Ou juste la fin de Blade Runner :

                  « Tous ces moments se perdront dans l’oubli comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir. »
                  (la « civilisation »)

                  Il est temps de prendre des dispositions individuelles et collectives pour faire face à l’avenir.


                • Marc Bruxman 25 mai 2011 19:05

                  Oui c’est beau ces photos :)

                  Détroit c’est le symbole de la fin de l’ére industrielle. Mais derriére cela se cache le début de l’économie de la conaissance. Le coeur du monde s’est déplacé vers San-Francisco, vers Shanghai, vers Singapour, Londres ou Paris s’en tirent bien en Europe du même que la hollandaise Utrecht.

                  Le monde change c’est tout.


                  • Yvan 25 mai 2011 20:01

                    magnifique.
                    restons optimistes
                    croyons en l’Homme

                    le gouvernement mondial ?
                    -calmons nous

                    et si on parlait décroissance démographique ...


                    • aloha aloha 25 mai 2011 20:29

                      Bonsoir Aldous,


                      Oui ces photos sont sublimes. Elles portent en elles la nostalgie du temps qui est passé sans se conserver. C’est comme un arrêt sur image, comme si tout s’était arrêté soudainement, une sorte de Pompéi moderne. Etrange...

                      Mais si ces photos sont belles, il suffit effectivement de voir une des nombreuses vidéos de la ville parcourue en voiture pour réaliser pleinement à quoi sont livrés les derniers habitants de cette ancienne fierté industrielle.
                      Plus rien ne fonctionne, tout est laissé à l’abandon, les forces de l’ordre sont inexistantes et les quartiers livrés aux gangs. Il est beau le « rêve américain » !

                      Mais peut-être effectivement une porte entrouverte sur l’espoir : Voir se développer des jardins et des jardins qui nourrissent, c’est quelque part le signe de la puissance de la vie devant tout le reste.

                      Merci pour ce bel article.

                      • Yvan 25 mai 2011 21:01

                        aloha...c’est sur le fumier que poussent les plus belles fleurs

                        le printemps « arabe » ne donnera peut être cette année mais la graine est semée.


                      • Yvan 25 mai 2011 21:02

                        Musima

                        de quelle couleur le fascisme, rouge ou vert, coco ou islamo ?


                      • vinvin 26 mai 2011 03:21

                        (@L’ auteur).



                        Merci infiniment pour ce superbe article, ainsi que pour les animations en 3D, et les photos.

                        C’ est plus que magnifique, C’ est hallucinant, C’ EST ROYAL !

                        (Dommage que des peintres ne se penchent pas sur ses photos, car cela ferait de très belles « toiles ») .

                        Cette gare de Détroit est une ouvre d’ art, et c’ est dommage de constater qu’ avec temps tout est condamner a Disparaître, ou a tomber en ruine....

                        A cela une question se pose : d’ ici quelque décénies que restera t’ il da la maison blanche, du pentagone, de la statue de la liberté, etc.... ?

                        En France que restera t ’il de la tour éfél, du sacré-coeur, de notre dame de Paris, et Provence du Mont st Michel, ( plus près de chez moi,) de la vierge noire du PUY EN VELAY, de notre dame de la garde a MARSEILLE, etc, etc..... ?


                        Lorsque l’ on regarde les photos de cette gare, on a l’ impression que le temps c’ est arrêté, ( un peu comme dans un film de science fiction,) sauf que là c’ est réel, et c’ est ce qui fait peur, et qui est angoissant.



                        Cordialement, et encore un foi milles mercis pour ses belles photos et les animations 3D !



                        VINVIN. 

                        • Ruut Ruut 26 mai 2011 10:22

                          Bonne synthèse de la réalit

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires