• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Qui sommes-nous ? > On parle de nous > Dans la blogosphère > Loïc Le Meur aimerait mieux comprendre...

Loïc Le Meur aimerait mieux comprendre...

Par Loïc Le Meur.

Carlo Revelli et son équipe lancent une intiative de media citoyen comme je le disais hier. Je n’ai pas vraiment envie de regarder les aspects négatifs ou perfectibles de cette initiative, il y en a, c’est vrai.

Ce que je ne comprends pas, mais alors vraiment pas, c’est le monde idéal de la communauté qui existe autour de Laurent. Je vais volontairement rester le moins polémique possible, ni critique vis à vis de cette note, pour respecter notre pacte tacite de non agression avec Laurent. Je respecte Laurent pour d’autres raisons, mais là tu me déçois. Je voudrais juste comprendre.

Vous aimez taper sur tout ce qui bouge de nouveau on dirait, ne parler que du négatif. Laurent et les embrumés (embrumisés ?), vous gueulez beaucoup et tapez beaucoup.

Un entrepreneur que je connais mal encore malheureusement, Carlo, lance un nouveau projet, ambitieux, et voici quelques extraits ce que vous en dites :

« c’est un peu du n’importe quoi qui surfe sur la vague »
« ça tient du miroir aux alouettes »
« Joël de Rosnay dans l’affiche c’est suffisant pour passer son chemin »

Laurent, tu aimes beaucoup critiquer et être négatif sur les nouvelles initiatives on dirait. Tu aimes mettre en valeur l’échec, ta note d’après est la liquidation d’une société.

Je ne comprends pas. Comment peut-on souhaiter le plus souvent l’échec aux nouvelles créations, aux entrepreneurs qui prennent le risque de lancer des projets, parler des liquidations, se concentrer sur le négatif et faire avancer les choses ?

Je reviens sur Agoravox. Bien entendu, c’est perfectible. Bien entendu, il y a des manques, des erreurs. Et alors ? Bien entendu, Carlo s’inspire de succès existants et « surfe sur une vague » : et alors ?

Je ne regarde pas ces aspects. Un entrepreneur lance son projet et c’est déjà fantastique. Il prend des risques, mobilise une équipe, investit du temps et des moyens, travaille jour et nuit, s’implique personnellement. C’est déjà énorme. Il devra adapter sans cesse son projet, apprendre de ses erreurs, continuer à créer et se remettre en cause.

Je ne peux pas m’empêcher de reprendre cette citation de Tolstoï malgré les critiques dont j’avais fait l’objet et je reconnais qu’elle est totalement hors contexte, mais je l’adore :

"Pour bien vivre, il faut se lancer, s’égarer, se débattre, se tromper, commencer et abandonner, recommencer et abandonner de nouveau, et lutter éternellement et se priver.

Quant à la tranquilité, c’est de la bassesse".

Laurent, sérieusement, je ne connais pas les détails de ta vie professionnelle et ils ne me concernent pas mais si tu es salarié d’une entreprise, la personne qui t’a embauché a elle aussi, a un moment, créé l’entreprise et créé les emplois, créé ton emploi.

Tu crois vraiment que si elle s’était concentré sur les aspects négatifs l’entreprise existerait aujourd’hui ? Tu crois vraiment que c’est en souhaitant aux nouveaux projets de se planter en mettant en valeur leurs faiblesses que cela nous fait tous avancer ? Admettons.

Je te lis depuis bientôt deux ans, depuis que je blogue, Octobre 2003. Tu as réussi quelque chose de superbe, les discussions trés animées et riches de ton blog, que je prends plaisir à lire même si je suis presque toujours d’un avis opposé à ce qui s’y dit.

J’y vois très souvent critiques et moqueries. Tu es le plus souvent relativement mesuré alors que tes admirateurs n’hésitent pas à taper fort.

Soit. J’y vois un plaisir de votre part à discuter négativement, pourquoi pas.

Ce que je n’y vois pas, c’est le monde idéal que vous aimeriez construire. Vous aimez détruire, mais qu’aimez vous construire ? Qu’aimez vous créer ?

Le mépris de tout ce qui est commercial est un thème récurrent, mais quel est donc votre idéal ?

Pourrais-tu éclairer ma lanterne afin que je puisse mieux comprendre, si possible sans animosité ? Que préconisez-vous et de quoi rêvez-vous  ? Quelle alternative à la création ? Quelle alternative au monde certes « commercial » et très perfectible dans lequel nous vivons ?

Tu te tromperais si tu interprétais cette note comme agressive ou critique de ma part, j’aimerais enfin... comprendre cette énigme pour moi.






Palmarès