• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Qui sommes-nous ? > On parle de nous > Dans la presse > AgoraVox compte sur le mécénat pour grandir

AgoraVox compte sur le mécénat pour grandir

Le site collaboratif se meut en fondation pour préserver son indépendance, malgré l’intérêt marqué d’investisseurs prêts à débourser 15 millions d’euros pour le développer. AgoraVox a choisi de faire appel aux dons des lecteurs et de grands mécènes.

AgoraVox, l’un des premiers médias participatifs et citoyens en France, annonce un changement de structure. Son fondateur, Carlo Revelli, transforme le site, actuellement détenu par la société commerciale Cybion, en fondation. « Les raisons sont multiples, mais le but principal est de garantir son indépendance et de préserver son avenir », écrit-il dans une tribune publiée sur le site. « Un choix difficile », concède-t-il.

AgoraVox revendique une communauté de près de 30 000 inscrits, 1 000 modérateurs potentiels et environ un million de visiteurs par mois. Un potentiel qui intéresse les investisseurs, comme le confesse lui-même Carlo Revelli : « Depuis le mois de février 2007, nous avons régulièrement été approchés par des sociétés souhaitant investir dans AgoraVox des fonds relativement importants ». La société aurait ainsi été valorisée « comme l’a été Libération lors de sa dernière augmentation de capital », soit environ 15 millions d’euros.

Une manne qu’a refusée le fondateur, qui préfére créer la fondation AgoraVox, dont le siège sera basé en Belgique ou en Italie. Selon lui, aucun « montage garantissant l’indépendance recherchée » n’est possible en France. Concrètement le site continuera à tirer ses revenus de la publicité, qui seront complétés par d’autres sources : des appels aux dons auprès des lecteurs à l’instar de ce que fait déjà Wikipedia, ou bien la recherche de mécènes « qui souhaitent favoriser la liberté d’expression ».

AgoraVox espère ainsi financer son développement et créer d’autres sites participatifs. Son objectif est de permettre la réalisation « d’enquêtes participatives », menées en coopération avec des journalistes d’investigation ou des experts reconnus. Carlo Revelli travaille également sur un « grand projet nommé AgoraVoices ». Sur le même principe que l’open source, il permettra à « tout un chacun de créer son propre média participatif (...) et de générer dans certains cas des revenus ».


PS:

ZDNet



Palmarès