• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Qui sommes-nous ? > On parle de nous > Dans la presse > AgoraVox se déclare fondation d’utilité publique

AgoraVox se déclare fondation d’utilité publique

Le média collaboratif change de statut. Pour protéger son indépendance éditoriale et trouver des financements, la société commerciale va devenir une fondation.

Le média participatif AgoraVox repousse les investisseurs privés potentiels. Afin de se prémunir contre tout risque de perte d’indépendance éditoriale, le site Internet va se transformer en fondation. AgoraVox, qui publie les articles d’une communauté de près de 30 000 internautes, est actuellement détenu par Cybion, une société commerciale spécialisée dans la veille et la recherche sur Internet.

«  Depuis le mois de février 2007, nous avons régulièrement été approchés par des sociétés souhaitant investir dans AgoraVox des fonds relativement importants. Cela nous a fait beaucoup réfléchir, car contrairement à ce que certains pensent, faire fonctionner AgoraVox coûte de l’argent à plusieurs niveaux (gestion du site, modération, promotion, communication, hébergement, juridique, procès, etc.). J’ai beaucoup hésité, car un apport financier de plusieurs millions d’euros aurait facilité le développement du site, en permettant notamment de professionnaliser notre démarche. En même temps, je perçois une incompatibilité intrinsèque entre un média dit citoyen ou participatif et une levée de fonds classique (...) », explique, dans une tribune publiée sur le site, Carlo Revelli, le cofondateur de Cybion avec Joël de Rosnay. Et d’en conclure : «  C’est donc pour préserver l’indépendance et la pérennité d’AgoraVox que j’ai envisagé de créer une fondation . »

« Une oeuvre d’intérêt général »

D’après l’European Foundation Center, une fondation est une personne morale à but non lucratif dont l’objectif consiste à accomplir une oeuvre d’intérêt général. Pour Carlo Revelli, il s’agit de la seule voie pour assurer, d’une part la liberté d’expression du média, et d’autre part son financement. AgoraVox envisage, au sein de la fondation, de trouver des ressources supplémentaires comme la publicité, les dons de lecteurs ou le mécénat. Tous les fonds trouvés seront attribués au média participatif ainsi qu’au développement de nouveaux projets.

Carlo Revelli, entend lancer prochainement AgoraVoices, une plate-forme open source qui permettra à tout un chacun de créer son média participatif. « Les modèles, qui permettront dans certains cas de générer des revenus sont encore à définir », explique t-il.

La fondation devrait voir le jour en février ou mars, à l’étranger. Les textes français sont trop contraignants d’après AgoraVox, et obligent notamment à ce que l’un des représentants du ministère de l’Intérieur siège au conseil d’administration de la structure.

PS:

01net



Palmarès