• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > Bienvenue chez les Ch’tis, le retour !

Bienvenue chez les Ch’tis, le retour !

Élise Ovart-Baratte, auteur des "Ch’tis, c’était les clichés" (Calmann Lévy), invitée des Rendez-vous de l’Agora.

Élise Ovart-Baratte est une femme en colère. Doctorante en histoire contemporaine, enseignante à l’Institut d’études politiques de Lille, cette jeune femme de 28 ans vient de publier Les Ch’tis, c’était les clichés (Calmann-Lévy).
Dans ce pamphlet, elle s’attaque à Bienvenue chez les Ch’tis de Dany Boon, blockbuster à la française qui avec ses plus de vingt millions d’entrées explose le record français du genre et talonne de près Titanic, champion toute catégorie.

Selon Élise Ovart-Baratte, Bienvenue chez les Ch’tis donne une image archaïque et misérabiliste du Nord et contribue à ancrer dans l’opinion l’image d’une région arriérée. Membre du conseil fédéral du Parti socialiste, elle s’indigne tout particulièrement de l’importante subvention accordée au film par le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Elle s’inquiète aussi du « masochisme » des habitants du Nord, qu’elle accuse de se complaire dans des poncifs dégradants à mille lieues de la réalité locale.

Bienvenue chez les Ch’tis  : phénomène de société, gros succès, revanche de Dany ou film juste trop poli pour être honnête ? demandait déjà Agoravox alors que la ch’timania n’en était qu’à ses balbutiements. Pour certains commentateurs, déjà, l’heure de la revanche avait sonné : enfin le reste du monde (ou, au moins, le reste de la France) allait enfin découvrir le vrai visage du Nord. Fini les clichés ?

Pour Les Rendez-vous de l’Agora, Elise Ovart-Baratte répond à nos questions dans cette interview réalisée par Daniel Hoffman et Olivier Bailly.

Agoravox : On sent du dépit à l’origine de votre livre…

Elise Ovart-Baratte : Oui et non. C’est complexe. Je n’en veux pas à Dany Boon. Je l’apprécie plutôt, c’est un personnage intéressant qui a des convictions et qui s’engage pour de nombreuses causes. Ça, ça me plaît. Et puis je ne suis pas compétente pour émettre une idée sur le film. En revanche, je suis déçue par l’image que le film véhicule. Un exemple : le directeur de l’agence postale Philippe Abrams (joué par Kad Merad, ndlr) repart dans le Sud à la fin du film, alors qu’il aurait logiquement pu être muté à Lille, puisqu’il s’y sentait si bien ! Dans la réalité, il arrive fréquemment que les gens restent et s’installent dans la région, pour sa qualité de vie, sa culture.

A : Pourquoi selon vous les gens du Nord ont-ils apprécié le film ?

EOB : Le film a été diffusé dans le Nord une semaine avant sa sortie nationale. Dans un contexte morose, marqué par la crise du pouvoir d’achat, ce film qui ne présente ni sexe ni violence répondait au besoin des gens de s’amuser, de se détendre et je le conçois volontiers. Le problème est que seuls les gens du Nord-Pas-de-Calais savent vraiment pourquoi ils ont ri. Mais les autres Français ont-ils compris ? Je n’en suis pas sûr. Parfois, il y a des moments où ça manquait de sous-titrage. Ça manque souvent d’explications sur les us et coutumes du Nord-Pas-de-Calais. En somme, il s’agit d’un film « nordiste », dans lequel on sent le besoin de s’excuser de tout.

A : La culture ch’ti ne serait pas exportable au reste du pays ? N’est-ce pas un cliché de prétendre ça ?
EOB : Le problème du film, c’est le manque d’explications, la succession d’images misérabilistes, archaïques et non réalistes. Par exemple, il n’y a jamais eu de mines à Bergues, comme le laisse croire le film. Et la dernière mine du Nord-Pas-de-Calais a fermé en 1990 !

A : N’accordez-vous pas trop d’importance à un film qui se veut avant tout une comédie simple et sans prétention ?
EOB : Je n’ai pas réagi par rapport au film lui-même, mais par rapport à la subvention de 600 000 euros qui lui a été accordée par le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Cette subvention, proposée par Daniel Percheron (président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, ndlr), était destinée à un film censé abattre les clichés sur la région… alors qu’il ne fait que les renforcer ! À cet égard, le premier effet boomerang a été la banderole du Parc des Princes, même s’il faut prendre cette affaire avec le recul nécessaire. On m’objectera que le film a eu un impact positif sur le tourisme et l’économie. Sans doute, mais cela reste un phénomène localisé et éphémère. Dans dix ans, on se souviendra surtout de Bienvenue chez les Ch’tis comme d’un film qui décrit un Nord-Pas-de-Calais alcoolo, simplet et qui ne parle pas français.

A : Cette subvention aurait pu être utilisée à d’autres fins ?
EOB : Ce montant correspond au budget de fonctionnement de la Maison du Nord-Pas-de-Calais à Paris et celle-ci a récemment dû fermer faute de financements… En plus, j’ai appris que la région allait produire des documentaires sur le Nord avec des images du film de Dany Boon pour l’illustrer. On croit rêver. Ou cauchemarder ! Je ne suis d’ailleurs pas la seule à m’être insurgée lorsque cette subvention est passée - grâce aux voix du Front national, il faut le rappeler. L’acteur Jacques Bonnafé ainsi que des journalistes de La Voix du Nord et de Nord Eclair ont eu la même réaction que moi.

A : Quelle comparaison faites-vous entre Bienvenue chez les Ch’tis et d’autres films sur le Nord comme Karnaval de Thomas Vincent ou Quand la mer monte de Yolande Moreau ?
EOB : On n’est pas du tout dans le même registre. Vous citez des films d’art et d’essai. Avec Dany Boon, on est dans la comédie avec des acteurs têtes de gondole, avec un gros budget alors que les films que vous citez sont des œuvres plus modestes, mais qui donnent une image du Nord bien plus conforme à la réalité.

A : C’est quoi, ou plutôt c’est qui, les Ch’tis ?
EOB : Le mot ch’ti me dérange un peu, car il est réducteur. Il y a en effet des Flamands dans la région : c’est d’ailleurs le cas à Bergues où l’on parle le flamand et pas le picard ! En quelques mots, je dirais que les gens du Nord sont courageux, ont toujours retroussé leur manche quand il le fallait. En 1945, par exemple, ou au lendemain de la crise pétrolière qui a vu s’effondrer l’économie du textile, les gens ont su se reconvertir. Ce sont aussi des gens gais, qu’ils ont des us et coutumes bien à eux, qu’il s’agisse du sport (notamment le cyclisme), du carnaval ou des braderies. Or, ces traditions ne sont pas mises en avant dans Bienvenue chez les Ch’tis

A : Vous imputez pourtant la responsabilité de la mauvaise image de la région Nord-Pas-de-Calais aux habitants eux-mêmes. En quoi, selon vos propres termes, peut-on les taxer de « masochisme » ?
EOB : Le masochisme consiste à s’excuser constamment du mauvais temps ou du chômage. Il est vrai que la région souffre du manque de travail, mais ce n’est pas en véhiculant les clichés d’un Nord-Pas-de-Calais d’il y a trente ans que des investisseurs vont venir ! De plus, il y a eu des réalisations économiques très intéressantes au cours des dernières années. Le Nord-Pas-de-Calais a su passer le cap de la modernité tout en ne reniant pas son passé. Aujourd’hui, la priorité est d’éviter la fuite des cerveaux qui quittent la région une fois leurs études terminées. C’est pourquoi je pense qu’il faut renforcer les partenariats avec les grandes écoles.

A : Comment votre livre a-t-il été reçu ?
EOB : Les ventes me disent qu’il est plutôt bien reçu pour le moment. Sur une centaine de lettres, je n’ai reçu qu’un seul courrier négatif (encore était-il anonyme !). Dans la majorité des messages, les gens se sont sentis humiliés par le film ou alors n’ont pas reconnu le Nord qu’ils connaissent. Je suis plutôt du genre franche. J’assume ce que je dis, j’accepte de participer aux débats, je ne fanfaronne pas. J’ai travaillé sur le sujet. Ces travaux ont été validés par des diplômes. Quand on lit ce livre, on voit que c’est un travail fouillé. Que mon propos plaise ou non, je pense avoir fait mon travail de chercheur.

A : Ce coup de gueule a-t-il déjà un impact ?

EOB : Pour l’instant, je n’ai pas eu de retour de la part des élus de la région, sauf en privé où ils me donnent le plus souvent raison. En revanche, il y a eu beaucoup de réaction chez les habitants, qui commencent à avoir le recul suffisant pour prendre conscience. Je pense donc avoir apporté, à mon niveau, une pierre à l’édifice.






Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (102 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • morice morice 18 septembre 2008 12:32

    Elle a raison aussi....


    • Gilles Gilles 18 septembre 2008 16:36

      Franchement faut être le dernier des noeuneux pour ne pas voir d’entrée que ce film est du tout au tout au nième degré.

      Moi qui suis originaire d’Aix en provence (non loin du Salon de provence du film), est ce que je me suis mis à brailler comme un porc qu’on égorge au canif sur les clichés galvaudés à propos des provençaux par le film ? N’empêche que même s’ils étaient exagérés, ces clichés, ont un certaine réalité, qu’elle soit vraie ou perçue, et c’est ça qui rendait le film sympa, entre autre.

      En Provence personne ne croit que le Nord de la France c’est l’arctique ni ne foutrait une doudoune dans sa voiture, par 35°C, pour 10 heures de trajet vers Lille ..... même si on croit que le Nord c’est la grisaille, le froid, la pluie et que l’on garnirait sa valise en allant à Lille, on est pas si con. Qui a gueulé contre cette ignominie faites au Provençaux ?

      Brfe, ça commence à faire chier grave que dés qu’un film est bon (du moins pas mal...), le ramassis de bien pensants viennent nous enmerder, sous prétexte que la bande de coincés du coin pourraient s’en sentir offensé ou que les QI d’huître n’ayant pas compris pourraient en tirer des conclusions erronées. Merde alors, on va pas devoir pour chaque oeuvre consulter les asso du monde entier et niveler la culture par le bas en donnant aux golios le droit de juger préalablement à l’aune de leur ignorance ce que l’on va voir.

      ça me rapelle les critiques méchantes faite au film LA Vie est Belle de Begnini, qui supposément banalisait la shoah en Italie ..... alors que ce film était génial


    • HELIOS HELIOS 18 septembre 2008 17:06

      et puis, oserai-je dire, si cette dame se sent touchée, là ou ça LUI fait mal, c’est justement qu’elle est un peu comme ça : ch’ti !

      Pour tout le reste du monde c’est une comedie rigolote, rigolote justement parce que c’est une caricature, et une caricature ce n’est pas la réalisté, c’est une exagération...

      Allons, allons, que toutes les huitres de la pensée unique, qui nous empêchent de rire d’un belge, d’un noir, d’un infirme ou d’un homo se regardent un peu dans un miroir, sortent de leur "quand a soi", ouvrent leurs esprits et par là même, nous foutent la paix.

      Bonne idée pour l’article, mauvaise pour le sujet.


    • Befana 18 septembre 2008 12:37

      J’ai l’impression que Mlle Ovart-Baratte a surtout envie de récupérer sa part du gâteau Ch’ti avec son livre... Ca me rappelle tous les ouvrages pro et anti Da Vinci Code qui ont pullulés après l’énorme succès du roman de Dan Brown.


      • sisyphe sisyphe 18 septembre 2008 15:44

        Absolument. 

        Quel autre intérêt à écrire un pseudo-bouquin sur une gentillette comédie, si ce n’est qu’elle a fait 20 millions d’entrées. ??

        On attend un livre de l’auteure sur un film qui aura fait un bide total .. smiley


      • chria chria 18 septembre 2008 16:04

        Faut vraiment voir le mal partout...


      • Trashon Trashon 18 septembre 2008 12:57

        Faut vraiment pas avoir grand chose à écrire pour pondre un bouquin sur ce film............


        • Yvance77 18 septembre 2008 12:57

          Il (ou elle) commence à me les brouter sévère avec leur politiquement correct à tire-larigot. Là ou elle ne voit que clichés, nous on y voit une comédie, pas la plus géniale de l’histoire du 7eme art, mais un bon moment pour échapper au merdier ambiant dans lequel on nous coince bien.

          Alors merde à ces pensées, merde car j’en ai plus qu’assez que l’on me dise ou il serait bien de faire ... laissez nous juge de ce qui peut être du ressort du cliché ou de l’image d’Epinal.

          On est pas dupe non plus. J’ai eu à bosser avec des gens d’Alsace que l’on disait shooté à l’esprit teuton, de vraies feignasses oui, là ou le niçois de base, adepte du farniente et de la sieste ordinaire, en faisait des tonnes, et quant au parisien que l’on disait préssé, ah c’est sur, pressé par le rien faire qu’il s’occupait à gérer à toute vitesse.

          Bon sang mais qu’on nous foute la paix, à part lerna, bruxman, pallas et autres calmos ... les autres ont un peu de cervelle qui reste





          • sisyphe sisyphe 18 septembre 2008 15:46

            @ Yvance

            Entièrement d’accord.
            Ce n’est que du vulgaire raccolage, pour essayer d’accrocher un mauvais wagon à une locomotive à vapeur..

            De l’air...


          • LE CHAT LE CHAT 18 septembre 2008 13:10

            chti bossant en provence , le film m’a bien plu car c’est vraiment les clichés que les provençaux ont des nordistes que l’on voit dans le film . quand je suis arrivé il y a 12 ans , j’ai même entendu que l’on venait leur " voler le boulot " ! alors , si ce film nous fait paraitre sympas , travailleurs et solidaires , je ne m’en plaindrai pas .


            • Frodon Frodon 18 septembre 2008 13:23

              On ne peut pas remettre en cause toute sa démarche de chercheuse en sciences politiques. Soit, elle a travaillé sur son sujet mais je pense que 1) ses hypothèses sont mauvaises à la base et 2) ses conclusions le sont tout autant...

              Déjà, il aurait fallu qu’elle regarde peut-être le film autrement que d’un oeil ou en lisant un résumé sur cinélive...Jamais, dans le film, on dit que les mines existent, on appelle ça du 2nd degré... La scène se moque bien plus des clichés qu’ont les "non-initiés" aux Ch’tis que des ch’tis eux-mêmes...

              De plus, c’est une comédie, pas un documentaire (!). Le but de film est donc de détendre, de faire rire et pas encore de faire du bobo-intellectuel sur la misérabilité du Nord-Pas-de-Calais.
              SAvoir rire de tout, c’est aussi savoir rire de ce qui est con..

              De là à dire que ça apporte une mauvaise image du Nord, je ne vois pas en quoi ça l’écorne plus que l’image véhiculée dans les médias...
              Pourquoi cette chercheuse ne fait -elle pas un bouquin sur les images véhiculées par des émissions comme " Confessions intimes" ou de l’interview systématique de "bons ch’timis au bon accent" lors des JT ?

              Je me demande si en réalité elle ne surfe pas sur la vague du buzz-ch’tis...tout simplement.


              • LE CHAT LE CHAT 18 septembre 2008 13:43

                en effet , le cliché des mines était juste une mise en scène pour faire fuir la femme du postier !


              • Viv 18 septembre 2008 15:23

                Oui, j’ai l’impression qu’elle n’a pas compris la blague !

                L’histoire c’est un mec qui aime pas le Nord au début à cause des clichés, et qui se rend compte au fur et à mesure que ses clichés de départ sont faux :


                - Les nordistes ne sont pas pauvres, n’habitent pas dans des mines...

                - Les nordistes sont pas tous chtis (scène dans le resto ou le serveur ne comprend pas).

                - Lille est une belle ville (cf lorsque la femme découvre Lille)

                - Les nordistes sont civilisés et amicaux !

                Et au final, il adore le Nord ! Quoi de mieux pour redorer l’image de la région ?

                Cette femme n’a tout simplement pas d’humour ! C’est de la masturbation cérébrale pure et simple.
                Elle oublie également de souligner que Dany Boon a remboursé une partie (la totalité ?) de la somme versée !

                Doit-on faire un film intelligent, chiant, dans le vieux Lille et à Marcq-en-Baroeul avec que des philosophes et les ptits bourges lillois, pour valoriser l’image du Nord, selon elle ?

                Biloute, va !

                ++


              • LE CHAT LE CHAT 18 septembre 2008 16:20

                @viv

                 eul ling d’eune femmm, eul keue d’un tien , cha berloque toudis !chelle là cht’une caterlin !  smiley


              • lavabo 18 septembre 2008 16:52

                Ouh la Le Chat tu y vas fort.........du pur Ch’ti dans le texte


              • Viv 18 septembre 2008 17:58

                HEINNNNNNNNNNNNN ??


              • WOMBAT 18 septembre 2008 13:47

                Pitié ! assez ! On a largement donné, y compris ceux qui, comme moi, n’en ont strictement rien à battre.


                • bede 18 septembre 2008 15:48

                  Encore une chercheuse qui cherche beaucoup mais ne trouve pas. Pourquoi ne pas chercher où passent les subventions à fonds perdus et sans résultats des généreux élus du Nord-Pas de Calais, plutôt que de faire un maroile avec une subvention efficace, rentable et remboursée en partie.

                  A quand "un euro investi égal x euros gagnés", comme avec Lille capitale européenne de la culture". Notre chercheuse ferait oeuvre utile. Mais il faudra le faire aussi pour toutes les subventions aux navets "culturels" et autres "choleries" trés prisés par notre élite.

                  Maintenant si elle veut nous faire rire et attendrir comme Bienvenue chez les ch’tis elle peut nous faire Bienvenue chez les socialistes. Il y a matière en ce moment. 


                  • Hermes esperantulo 18 septembre 2008 16:09

                    Cette femme n’a pas dut regarder correctement le film, il montre énormément de clichées, mais dans une telle exagération par moment que l’on doute fortement de l’existance réelle du cliché. Un bel exemple quand Galabru explique la temperature dans le nord de la France, le postier alcoolique, les gendarmes le long de l’autoroute, la pluie subite juste après le panneau "Pas de Calais", tous ses indices montrent de l’autodérision du second decgré et seul ceuxqui détestent vraiment le nord y verrons ce qu’ils voudraient que cela soit vraiment, un pays de désolation.


                    • Gilles Gilles 18 septembre 2008 16:23

                      Il y a un nouveau film sur les Cht’i qui devrait redorer leur blason

                      "Bienvenue chez les cht’ites copines" tourné a Bergue et avec baise dans la barraque à frite ou dans le plat à frite, j’sais plus !!!

                      Sinion cet article est paru dans la presse voici une quizaine................... que fait-il en Une ?


                      • CAMBRONNE CAMBRONNE 18 septembre 2008 16:27

                        LETTRE A ELISE

                        Détendez vous ma petite ! J’ approuve à cent pour cent ce que dit FRODON . Ce film n’est pas un documentaire ; Les références aux films d’art et d’essai sont mal venues car pour le coup ça donne un aspect franchement sinistre à cette région que j’aime et qui m’a vu naitre .

                        Ce film n’est pas un grand chef d’oeuvre mais j’ai aimé et bien ri que demander de plus .

                        Pétez un coup Elise , ça fait du bien !

                        Salut et constipation !


                        • Antoine Diederick 18 septembre 2008 23:59

                          Bonsoir Cambronne.



                        • grangeoisi 18 septembre 2008 17:00

                          Zavez pas vu que certaines têtes "pensantes" d’AV avaient une certaine réserve à l’égard du film ?

                          Me suis bien marré, bien que l’ayant vu un peu tard et malgré l’a priori habituel lié au battage !

                          Et ayant dû, pour satisfaire des visiteurs, le revoir deux fois j’ai apprécié de mieux en mieux smiley !


                           


                          • Gargamel Gargamel 18 septembre 2008 19:06

                            Hé bien voilà des commentaires qui me font plaisir, je suis entièrement d’accord avec vous tous, elle a pris dans le film ce qu’elle voulait y trouver pour écrire son bouquin et se faire connaître.
                            La dynamique du film c’est d’abord de balancer tous les clichés auquel nous autres sommes habitués, puis de les démonter. On ne me fera pas croire qu’elle ne l’a pas vu tout le long de la rédaction de son livre, manifestement elle n’a pas voulu en tenir compte. je trouve ça ridicule.


                            • ZJP ZJP 18 septembre 2008 19:20

                              MDR.

                              Ma situation plutôt particulière (Antillais vivant en Martinique avec une petite amie née a Lilles) me permet de voir les choses de manière plus objective. Nous sommes allés dans le Pas-de-Calais en Décembre (pire période, surtout pour un Caribéen) et je garde un souvenir EXTRAORDINAIRE de mon séjour. Habitué a d’autres mentalités métropolitaines (J’ai vécus a Paris, dans l’Essonne, à Orléans), j’ai beaucoup apprécié l’accueil des gens qui m’ont reçus, ainsi que l’attitude GENERALE des habitants du NOOOORDD.
                              Clichés ou pas (temps pourri en arrivant a la limite du département, si si si. ), ce film m’a fait mourir de rire et ce n’était pas arrivé depuis longtemps.

                              Marre de cette bande de JALOUX.

                              JP

                               


                              • walpole walpole 18 septembre 2008 20:52

                                Post sur la Poste ( vu du Nord)... Parmi d’autres, une brève de Walpole qui en dit long...

                                Ri-Poste : il faut bien entendu défendre le Service public postal, faire en sorte que le projet ne passe pas comme une lettre à la Poste. Du coup, se dit Walpole « Bienvenue chez les Ch’tis » va devenir un film historique sur l’épopée de la Poste française. Et Dany Boone, notre Facteur Chance dans le film, va devoir accepter sa mutation à Marseille. Pour le prochain film ?

                                Walpole (http://www.pensezbibi.com)


                                • Indo 18 septembre 2008 21:08

                                  Povres socialistes...
                                  C’est pitoyable. Ces gens ne savent plus ce qu’est la gauche, et cette bourgeoise bien pensante en est l’illustration parfaite. D’ailleurs elle n’aime pas ce qu’aime le peuple, elle ne vit pas dans notre monde, elle se croit supérieur. En tout cas, comme bonne représentante de la classe des nantis et de la gauche caviar, elle ne rate pas l’occasion de faire du fric sur un film populaire à succès avec un livre ridicule.



                                  • Antoine Diederick 18 septembre 2008 23:57

                                    Quand on va dans le nord, les picards sont les oubliés, ceux à qui personne n’a envie de faire de cadeaux, dommage....

                                    c’est une région très proche de l’esprit belge et nous sommes vraiment cousins....

                                    Allez le Nord...

                                    (je pensait faire un post plein de romantisme puisque mon arrière grand-père maternel est de par là, il a immigré en Belgique au 19 eme siècle, j’y ai renoncé cela fait trou du cul).

                                    On était rouge de chez rouge à cette époque tant les temps était dur pour les gens....

                                    Le picard est sans doute un des ancêtres de la langue française.

                                    Le Chat il cause bien picard et ch’ti.

                                    Ce parlé populaire a souvent été méprisé et interdit parfois.

                                    Les picards sont des descendant de Clovis si on en crois l’histoire....mais bon chuis pas spécialiste.

                                    J’irai pas voir le film parce que je pense aussi qu’il est plein de cliché certes marrants mais quand on cause avec les gens dans le coin, ils attendent autre chose....

                                    J’ai été faire de la rando vélo sur le plateau d’Artois, il y a deux ans, et on sent bien des deux côtés de la frontière que c’est une région oubliée alors qu’elle a été très dynamique jadis....

                                    Pour le renouveau du Nord , je bois quatre cervoises....et merde pour le roy d’Anlgleterre etc....


                                    • Antoine Diederick 19 septembre 2008 00:10

                                      mines, tradition du tissage jusqu’en Angleterre, joie de vivre, humour, esprit bon enfant et coeur chaud , mais coeur réservé avant de se donner à l’amitié.

                                      plein de qualités les gens du Nord.

                                      Matisse, Devos (renard en flamand), Renaud.....etc......des gens profonds....

                                      et j’en oublie.....


                                    • Antoine Diederick 19 septembre 2008 00:20

                                      moi je suis pour un rattachement de Lille Turcoing à la Belgique...au moins on pourrait de marrer un coup avec tous les hennuyers aussi....et renforcer la francité en Belgique.

                                      Comme l’Europe nous invite à redécouper les pays autant que cela se fasse entre gens bien smiley

                                      Non sans rire, mettons Paris à Bruxelles et tout ira mieux...cela sera chiant mais au moins on se prendra un peu moins au sérieux..... smiley


                                    • Antoine Diederick 19 septembre 2008 00:25

                                      Bonsoir au Chat ch’ti....

                                      qui devrait nous faire bientôt un cours de de patois vivant pour notre édification et notre éducation...

                                      Mais méfions nous la nuit tous les chats sont....

                                      ...et sur Avox ?

                                       smiley

                                      bonsoir à tous...


                                    • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2008 10:43

                                      @antoine diederick
                                      chalut tizote ! kmin cha va ? euj parl ch’ti am baraque , avec mes tiots , ichi i comprentent rin !

                                      Din ch’nord , in prin pas s’pronne tous les jours ! in’a qui chuchent pon l’lavette , mais pon tertous !
                                      chm’di euj maque un chicon gratin , in incrache pon ché pourciaux à l’iau clère !


                                      à l’arvoyure ! smiley

                                      EUL CAT  smiley


                                    • Christoff_M Christoff_M 19 septembre 2008 07:24

                                       un film d’un certain "milieu" du cinéma parisien qui présente les provinciaux comme des ploucs...

                                      il a sans fait beaucoup rire à Paris mais si on faisait un film sur la banlieue parisienne, cela dépasserait de loin beaucoup de "bleds" ou supposés comme de province...

                                      moi j’ai trouvé ce film un peu lourdingue...

                                      mr Boon, sympa pour certains, reprend les grosses ficelles du cinéma à la De Funès, sauf qu’il est loin d’en avoir le talent comique...

                                      Quan à la gentillesse, je laisse cela aux bons naifs, Boon et Merad font partie d’une caste du cinéma très parisienne, à l’image de l’ex nul, Alain Chabat, je parlerais plutot de cynisme... l’art étant de vous faire rire en vous tapant dans le dos...


                                      • Leveque 19 septembre 2008 09:48

                                        qu’on trouve ce film bon ou mauvais, c’est le gout de chacun.

                                        Ce qui est plus contestable, c’est de crier contre la description qui est faite du nord.
                                        Le réalisateur à choisit de montrer "son" Nord. C’est la liberté d’expression.
                                        Ceux qui veulent vraiment savoir comment est le nord n’ont qu’a y aller.

                                        Aprés tout, nous dans le Sud-Ouest, on passe systématiquement pour des gros faineants
                                        qui ne pensent qu’a faire les Férias de Biarritz et Bézier ( voir Félicien dans le Loft),
                                        a manger du gras de canard, à prendre l’apéro avant le match de Rubgy
                                        à la mi-temps et aprés.

                                        Et on nous fait toujours parler avec un accent ridicule, à la limite du débile mental ou de l’arriéré des montagnes.

                                        On appelle ça la liberté d’expression, et on a rien contre. Parce que nous on s’aime bien comme ça.


                                        • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2008 11:05

                                          @ludo

                                          ichi ché du parel ! in trouv granmin d’ maroilles ach’ Casino ! smiley


                                        • abelard 19 septembre 2008 13:08

                                          Et voilà, ça ne rate jamais.
                                          Dés qu’un film (ou un livre) a du succès il attire à lui une horde de vautour qui espère bénéficier de la lumière. Madame Elise Ovart-Baratte appartenant d’évidence au sous genre "Jeanne d’arc qui a vu le nez de satan en soulevant la soutane de saint Barnabé".

                                          Je n’ai aucune envie de défendre benoitement les "ch’tis" qui est très loin d’être un bon film. Mais il s’agit néanmoins d’un film sympathique à cause de deux éléments :

                                          - C’est un film de personnages en tant qu’il repose sur des caractères humains.

                                          - C’est un film sincère. Dany Boon exprime une véritable envie de parler à sa façon d’habitants du nord.

                                          Madame Elise Ovart-Baratte, malgré son jeune âge, raisonne comme une chaisière cacochyme. Elle est en ce sens tout à fait exemplaire de la clique politico-médiatique qui navigue d’échecs en reniements et de fascination pour le "bon goût naturel" bourgeois en mépris du ’peuple".

                                          Franchement, Yolande Moreau est rigolotte, mais dire que son film relève de l’art et essai est d’une stupidité sans nom. "Quand la mer monte" est seulement un pensum dépressif d’un ennui abyssal filmé avec une prétention déplacée. Un film vide et inutile exactement à l’image de ce quarteron de salonards parisianistes qui l’ont acclamé.

                                          Madame Elise Ovart-Baratte ne comprend à l’évidence rien au cinéma. A lire son entretien on saisit vite qu’elle a découvert le septième art en regardant en boucle Mimi Mathy et Louis la Brocante. Bien sûr, pour une chercheuse de sa qualité, validée par moult diplomes, rien n’est impossible. Et surtout pas de pérorer sur un sujet qu’elle ne connait pas...
                                          Ce ne serait que drôle, comme la lecture d’une critique cinéma du "Monde" ou de "Libération", si elle n’employait au fil de son discours creux un argument qui me fait bondir : les gens ne comprennent pas !

                                          "Mais les autres Français ont-ils compris ? Je n’en suis pas sûr. Parfois, il y a des moments où ça manquait de sous-titrage. Ça manque souvent d’explications sur les us et coutumes du Nord-Pas-de-Calais."

                                          Il est bien connu, surtout depuis le rejet de la constitution européenne, que la France est constituée d’un ramassis de crétins ignares envers qui une divine élite éclairée doit user de pédagogie. Que serions nous, en effet, sans les Ovart-Baratte de tous poils qui nous enseignent à nous les gueux à ne pas se moucher avec les pieds, à ne pas pisser dans la soupe et à baiser en mettant bien la zigounette dans le pilou-pilou !

                                          Il est clair que pour apprécier "Titanic" nous avons tous eu besoin de cours du soir intensifs afin de nous remettre à niveau sur :

                                          - La construction navale et l’ingéniérie des compartiments étanches.

                                          - La formation des icebergs de la dernière glaciation à nos jours.

                                          - La théorie des courants marins et de l’influence du Gulf Stream dans l’atlantique nord.

                                          - La nature et les rapports des classes sociales en Europe au début du 20ème siècle.

                                          - Les vagues d’immigration aux USA : métaphysique et économie.

                                          Mais laissons Madame Elise Ovart-Baratte à ses chères études diplomantes. Je suis même prêt à lui fournir un prochain sujet de thèse : "L’échec du parti socialiste aux prochaines éléctions" avec comme sous-titre : "Comment se fait-il que les Français refusent d’être pris pour des gamins débiles par des foutriquets infatués ?".




                                          • Christoff_M Christoff_M 19 septembre 2008 22:29

                                             Ayant vécu dans différentes régions de France, je suis frappé par la caricature facile et le catalogage d’une région avec des stéréotypes qui datent des films de de Funès...

                                             Alors évidemment c’est drole, cela fait rire la plupart des gens, le problème c’est qu’en 2008, beaucoup de jeunes specateurs prennet ça au premier degré... idem pour les spectacles de "comiques" style Boon, Bigard ou Djamel... moi je trouve ça limite...

                                            On a tendance à se moquer systématiquement dans des spectagles modernes parfois de manière limite et vulgaire.... par exemple à insulter les croyants !!

                                            Est qu’on réfléchis à l’impact sur des plus jeunes qui entendent cela depuis tout jeune, ne vous étonnez pas du développement du racisme et du communautarisme !! personne n’a trop osé parler d’une banderolle raciste dans un match entre le PSG et le Nord... le film n’y était pas pour rien...

                                            Sous un autre "régime" ce film serait resté un film comique, mais sous SARKOZY, c’est un film qui prète à confusion... et qui a un autre impact sans doute pas prévu par le réalisateur lui meme, dépassé par les évenements !!


                                            • Christoff_M Christoff_M 19 septembre 2008 22:32

                                               un impact pas toujours maitrisé et une vision que ne partagent pas visblement certains parisiens...

                                              http://www.quoidonc.fr/une-banderole-anti-chtis-de-30-metres-deployee-au-stade-de-france-2/


                                            • ARCHER 25 septembre 2008 07:23

                                              C’est vrai qu’il y a un petit côté "je défends mon steak" dans ce texte, mais tout de même, le montant est énorme.

                                              Aussi, cela veut dire que les producteurs/réalisateurs ont très bien compris la machine : comment aligner le "thème" en fonction du mental des technocrates qui gèrent une région. Ce qui est gênant dans le texte, c’est qu’elle se fout du fait que certains films ordinaires mais vendeurs pompent toutes les subventions. 

                                              Je doute que les gens qui ont fait la Grande vadrouille avaient l’esprit aussi commercial et aussi avide que certains producteurs actuels.

                                              Ceci dit, cela n’explique pas complètement le succès du film, même si la mise en marché a dû être colossale (bien plus colossale que les vieux films qui ont réussi). 

                                              Je l’ai vu finalement la semaine dernière : y a pas de quoi en faire un plat. Les situations pour les 2 premiers rôles sont assez développées mais celles des second rôles sont quasi inexistantes : c’est du carton pâte. Et j’ai très peu ri, tellement tout cela est prévisible. Et le barouf autour d’un film crée des espoirs toujours déçus. 

                                              Très bon pour le producteur et les salles ; très mauvais pour le vrai cinoche. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès