Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > Laboratoires pharmaceutiques, peur sur ordonnance

Laboratoires pharmaceutiques, peur sur ordonnance

Savez-vous que l’éjaculation précoce et la frigidité seront bientôt considérées comme des maladies ? Bientôt, pourquoi pas, l’infidélité conjugale en sera une également. On subodore que derrière la grippe A/H1N1 se cache un faramineux business. Mais savez-vous que le cancer de l’utérus ou le cholestérol sont des marchés également très juteux ?

En quinze ans, 200 nouvelles maladies ont été répertoriées dans le monde. 300 médicaments nouveaux ont été lancés sur le marché générant pour l’industrie pharmaceutique un chiffre d’affaire de 500 milliards de dollars. Notre santé les intéresse. Qui ? Les laboratoires pharmaceutiques, bien sûr

Les nouveaux jackpots des laboratoires pharmaceutiques, la passionnante enquête de Sophie Bonnet que diffuse Canal + (vendredi 5 mars à 22h45), fait le point sur les techniques marketing mises au point par les multinationales de la santé pour nous faire avaler la pilule.


« Nous consommons de plus en plus de médicaments » explique ce documentaire qui évoque d’entrée de jeu le Viagra. Lancée sur le marché en 1998, à dix euros pièce, la petite pilule bleue a rapporté 1,7 milliards de dollars par an à son propriétaire, le laboratoire Pfizer.
 
Un miracle ? Oui, mais économique. Depuis, les laboratoires planchent sur de nouveaux médicaments sensés guérir de pseudo maladies. Ne dite plus « frigidité féminine », mais « dysfonctionnement sexuel féminin ». Le laboratoire Boehringer-Ingelheim s’apprête à mettre sur le marché son « viagra féminin » en 2012.
 
Jackpot assuré. « Quand ils parlent de dysfonctionnement féminin c’est une façon de créer un marché explique Leonore Tiefer, sexologue à l’école de médecine de New York. Ils inventent une maladie ».

Des congrès médicaux sont organisés partout dans le monde par ces géants de l’industrie pharmaceutique. Les médecins y sont bien sûr conviés. Certains d’entre eux sont payés pour faire l’article dans des salles remplies de confrères. Quoi de mieux qu’un médecin pour convaincre de l’utilité d’un nouveau médicament ?

La tactique est sûre : on parle d’un nouveau remède avant qu’il obtienne son autorisation de mise sur le marché. On créé un bruit médiatique chez les professionnels de santé afin d’en faire un produit indispensable. On s’appuie également sur de prestigieuses revues scientifiques.

Le Journal of the American Medical Association a publié en 1999 un article expliquant que 43% des femmes américaines seraient touchées par le nouveau syndrôme du dysfonctionnement sexuel. Cette étude qui a fait grand bruit à l’époque, était menée par trois experts. Deux d’entre eux étaient « très liés » avec l’industrie pharmaceutique.

Les labos espèrent aussi classifier l’éjaculation précoce comme une pathologie. Le médicament est déjà prêt. Il s’appelle le Priligy. Problème : aux Etats-Unis il n’a pas été homologué car les autorités compétentes considèrent que son utilité n’a pas été prouvé, explique l’enquête de Sophie Bonnet qui cite deux études indépendantes menées en Europe en 2009.
 
Selon elles ce médicament serait inefficace à 70% et, pire, provoquerait des effets secondaires importants comme l’anxiété, des nausées, des syncopes, etc.

Ejaculation et frigidité féminine. Ces deux troubles sont étiquetés maladie mentale depuis 1994 dans le DSM, le manuel diagnostique de référence des maladies mentales qui en répertorie plus de 300. Vous êtes timide ? Le DSM donc la médecine, considère que vous êtes malade. Donc il faut vous soigner et prendre des médicaments.
 
DSM cela signifie Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. « Dans ce volume de cinq cents pages, explique Christopher Lane, auteur de Comment la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions » (Flammarion, 2009), l’individu introverti se trouve mécaniquement transformé en psychotique léger ; se montrer distant ou indifférent, ou tout simplement « être seul », sont au nombre des symptômes ».
 
Le DSM est régulièrement remis à jour avec de « nouvelles maladies ». Jeffrey Lieberman, psychiatre à l’Université new yorkaise de Columbia, dirige la rédaction du DSM dont il prépare la nouvelle édition pour 2012.
 
Pour lui, bien sûr, c’est « un outil formidable ». Ce qu’il ne dit pas c’est que les psychiatres qui rédigent ce manuel ont le droit de percevoir jusqu’à 10 000 dollars par an des laboratoires pharmaceutiques.

Pour Ray Monihan (lire ici également), journaliste au British medical Journal qui dénonce depuis longtemps ces relations dangereuses entre médecins et labos, « en élargissant les critères des maladies on fait en sorte que les hauts et les bas de la vie quotidienne deviennent les symptômes d’une maladie dans le but de prescrire plus largement des médicaments ».
 
Le rêve des labos, souligne-t-il : vendre des médicaments à tout le monde, pas juste aux malades. Car le marché des gens bien portants est bien plus large...

Le travail qu’a mené Sophie Bonnet avec ces Nouveaux jackpots des laboratoires pharmaceutiques est remarquable. Elle dresse un panorama complet du cynisme des laboratoires autant que des médecins, experts et politiques.

Elle évoque le cas de la fameuse pilule amaigrissante Alli. Cette dernière est en réalité un médicament recyclé, le Xenical, dont le brevet a été racheté par le laboratoire GlaxoSmithKline. Les pilules sont maintenant colorées, la dose contenue dans chacune d’entre elles est divisée par deux ce qui permet de l’acheter sans ordonnance.
 
Elle a été lancée à grands renforts de campagnes de pub qui ne parlent plus d’obésité mais de "solution pour maigrir". 140 000 boîtes ont été vendues en un mois après sa sortie. Chiffre d’affaire : huit millions d’euros.

Les laboratoires disposent d’une véritable armée pour conquérir les médecins : les visiteurs médicaux. Ils sont 20 000 en France. L’une d’elle, qui n’exerce plus, est interrogée par Sophie Bonnet dans son reportage : "le bon visiteur médical doit savoir décoder les signaux d’achats du médecin : hochement de tête, prise de l’échantillon, expression du visage, etc."
 
Ce n’est pas exactement ce que préconise la charte des visiteurs médicaux. Cette visiteuse parvenait à prescrire pour plus de deux millions d’euros de médicaments chaque année.

Seuls 3% de médecins, en France, refusent de recevoir les visiteurs médicaux. L’un d’eux confie que « l’industrie pharmaceutique c’est sûr que c’est intéressant pour eux, mais pas pour nous ». Il précise que cette industrie s’est immiscée partout dans le système médical français : dans les hôpitaux et chez les médecins de ville, dans les revues". Voire ailleurs.

Martin Winckler, médecin, écrivain (et même auteur sur Agoravox) tenait une chronique sur France Inter. Un jour il dénonce la campagne de communication de Pfizer à propos du cholestérol.
 
En France, cette maladie fait florès. Pourtant, en 1985, un million de personnes en souffrait. Aujourd’hui il y en a sept millions. Bigre, une épidémie ? Non. En 1985 le taux de cholestérol « admissible » était de 3 grammes. Aujourd’hui il est de 2 grammes. Avec la bénédiction des autorités sanitaires.

En 2003, Martin Winckler a été remercié de France Inter, par Jean-Luc Hees, pour avoir abordé le la campagne de Pfizer destinée à faire peur aux malades du cholestérol qui s’ignoraient.
 
Aujourd’hui il constate « Si on vous fait peur c’est qu’on a quelque chose à vous vendre. C’est intéressant de faire prendre des médicaments à des gens qui n’ont rien parce qu’ils vont vivre très longtemps et donc ils vont les prendre très longtemps ». La majorité des gens qui prennent des anti-cholestérols aujourd’hui les prennent pour rien.

Le problème c’est que ces médicaments provoquent des effets secondaires, voire peuvent tuer. Bayer a été ainsi condamné par des malades. En France souligne un avocat proche d’une association de victimes de médicaments (lire ici aussi) il manque de l’arsenal judiciaire des actions judiciaires collectives (lire ici aussi).

Autre jackpot : les vaccins qui « permettent de soigner toute la population, des bébés aux vieillards ».
 
Le cas de la grippe A est bien sûr évoqué. Mais en ce moment est diffusé un spot destiné à promouvoir un vaccin contre le cancer du col de l’utérus qui touche chaque année 3500 femmes et en tue environ un millier.
 
Le Gardasil, ce vaccin, n’est pas encore autorisé. Pour l’heure il s’agit d’inquiéter les populations avec des pubs qui ressemblent à des spots gouvernementaux mais qui sont en réalité entièrement financées par un laboratoire.
 
Sauf au Canada ou une étude indépendante est en cours, aucune étude d’ampleur n’a été menée sur les effets indésirables de ce médicament qui coûte une fortune (il nécessite trois injections coûtant chacune 120 euros et remboursées à 65%) et surtout produit des effets secondaires graves (paralysie, thrombose, etc.).
 
Trente huit personnes seraient mortes après la vaccination. Mais le directeur des affaires médicales de Sanofi ne croit pas à ces décès.

Le Gardasil a été mis sur le marché en France en 2006 par l’Institut Pasteur. Il a bénéficié d’un soutien actif du ministère de la santé. Pour qu’il soit remboursé il fallait que le comité technique des vaccination (composé de vingt médecins dépendants du ministère de la santé et dont certains ont des liens avérés avec le laboratoire Sanofi) rende un avis positif.
 
Cet avis devait être rendu en avril 2007, mais deux mois avant, en février, Xavier Bertrand, alors ministre de la santé, court-circuite tout le monde et donne son accord en urgence. Il partira un mois plus tard...

Que dire de Roselyne Bachelot qui remet à Sanofi/Pasteur le prix de la recherche scientifique pour son vaccin Gardasil. Roselyne Bachelot qui oublie de mentionner dans son CV qu’elle fut pendant douze ans visiteuse médicale pour le compte du laboratoire Astrazeneca...
 
Vous avez dit collusions ?
 





Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (77 votes)


Réagissez à l'article

171 réactions à cet article


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 mars 2010 09:35

    ha ha , aujourd’hui on a Sisyphe en dotor Knock ,

    ça vous gratouiiille ou ça vous chatouiiille  ?


    • zelectron zelectron 5 mars 2010 12:52

      Y a-t-il des gens bien portants ? Knock, Knock, Knock, ya quelqu’un ?

      Aujourd’hui la transcription de le phrase de Molière est :
      Tout citoyen après être entré bien portant dans un cabinet médical en ressort malade.

      En effet l’obligation de soins oblige ces malheureux médecins et pharmaciens à trouver coûte que coûte, que dis-je à innover en inventant des maladies « plausibles » pour obéir à leur serment respectif d’hypocrite (là j’me souviens plus du nom)


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 mars 2010 15:28

      @ Zelectron :


       La perte de confiance, c’est comme la gangrène. Si on attend, il faudra amputer davantage. Les pharmaceutiques ont vendu ce qui leur restait de réputation pour quelques milliards avec cette histoire de pandémie bidon. Si on ne nationalise pas cette industrie rapidement, c’est tout le secteur de la santé qui y passera. C’est triste de penser que les médecins ne sont peut-être pas au-dessus de tout soupçon.....



      Pierre JC Allard



    • HELIOS HELIOS 6 mars 2010 11:45

      L’etape suivante c’est « bienvenue a Gattaca » ??


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 mars 2010 09:42

      Sinon c ’est un très bon article décrivant un truc de pick-pocket ,

      d’ une main faire de l’ illusion pour attirer l’ attention , de la main gauche piquer le larfeuille se trouvant dans l’ autre poche .

      J’ aime bien le nom de Gardasil . ....... smiley


      • JL JL 5 mars 2010 09:49

        Bravo Olivier Bailly, pour cet excellent article sur ce sujet si grave.


        • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 10:03

          J’ai plus le temps de lire complètement ce très utile et désagréable article bien écrit qui nous en apprend sans nous surprendre de plus belle sur les dérives d’un système malade et contagieux qui produit les remèdes prolongeant la vie ou la raccourcissant. Que ne ferait-on pas pour le Dieu Argent ! Lui au moins, n’a pas d’état d’âme et ses fidèles lui sont dévoués corps et äme. 


          • Lucrezia 5 mars 2010 10:03

            Mais surtout vous avez omis de citer le fabuleux de la « connerie » !!!


            • sisyphe sisyphe 5 mars 2010 10:08

              C’est la méthode (comme l’illustre bien la photo en exergue) du bon Docteur Knock, : « Tout bien portant est un malade qui s’ignore » ; utilisée à l’échelle planétaire, par les labos pharmaceutiques, et leurs relais dans les médias et dans les sphères du pouvoir.

              On rigole en pensant à tous ceux qui continuent de défendre mordicus la médecine allopathique occidentale, renvoyant tous ceux qui posent de légitimes questions sur ses collusions avec les labos pharmaceutiques, aux gémonies de l’homéopathie, du charlatanisme, voire de la sorcellerie.. ; les pourfendeurs de la « cendre de mulot », qui se font, en fait, les complices d’une industrie à l’échelle fois 10.000, en se présentant comme des parangons de la raison raisonnante  smiley smiley

              Pendant ce temps, la médecine orientale (dont la médecine traditionnelle chinoise), elle, prenant en compte l’individu dans son ensemble ; physiologique, psychologique et anatomique (au lieu de découper l’individu en symptomes et en maladies), et à comprendre chaque être dans son ensemble, aussi bien sain que malade, tant les symptômes visibles qu’invisibles, par une gestion de l’équilibre de l’énergie interne fait, depuis plus de 5.000 ans, la preuve de son efficacité, en agissant en amont, pour éviter le déclenchement des troubles, par des méthodes naturelles (phytothérapie (les plantes : eeeehhhh oui.... smiley ) , diététique, acupuncture, gymnastique ; shiatsu qy gong, massages), mais qui ont l’énorme désavantage de ne rien rapporter aux mégalabos pharmaceutiques occidentaux.

              Pour la médecine occidentale, l’homme est, a priori, un être doté de nombreux troubles et maladies ; il suffit de les identifier, pour lui prescrire les médicaments (de moins en moins remboursés, of course) qu’il pourra prendre tout au long de sa vie : quitte à provoquer des peurs de pandémie imaginaire....

              Elémentaire, mon cher Knock !!
               smiley

              Merci pour l’article.


              • Gasty Gasty 5 mars 2010 10:19

                Bien vu ! la cendre de mulot en injection nous aura coûté très cher.


              • sisyphe sisyphe 5 mars 2010 10:50

                Ceci dit, il ne s’agit pas, pour moi, de dénier les bienfaits dûs aux progrès de la médecine occidentale ; tant sur le plan des traitements de maladies graves (sida, cancers), que sur le plan chirurgical, ou encore sur le plan de certains vaccins (antitétanique, notamment), ou médicaments éprouvés qui ont largement prouvé leur efficacité.

                Simplement d’essayer de faire la part des choses... et de rester vigilant..


              • JL JL 5 mars 2010 11:05

                Si la médecine occidentale excelle dans l’urgence, en revanche, sa nature rédhibitoirement capitaliste la rend à jamais incapable de faire de la bonne prévention.

                La médecine capitaliste est un oxymore.


              • Voris 5 mars 2010 11:15

                La médecine occidentale ne lutte pas plus efficacement contre le cancer que la médecine traditionnelle chinoise ou même africaine. Le crabe progresse plus vite que les pseudo découvertes scientifiques.


              • Gasty Gasty 5 mars 2010 11:22

                @ sisyphe

                Précision nécessaire qui soulagera Léon.
                 Dont les effets secondaires du vaccin h1n1 sont inattendus chez l’ individu. smiley


              • brieli67 5 mars 2010 11:27

                Môssieu JL

                Zu ihrer Prosa : Geschwurbel..... und sonst gar nichts !

                http://de.wikipedia.org/wiki/Geschwurbel


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 mars 2010 11:30

                En même temps si t’ es occis-mort t’ as plus besoin de médecine ...


              • sisyphe sisyphe 5 mars 2010 13:13

                @ Leon

                Vous savez aussi bien que moi que l’espérance de vie n’est pas essentiellement liée à la médecine, mais surtout aux conditions d’hygiène, de nutrition, au développement d’infrastructures sanitaires ; bref aux conditions SOCIALES de vie.
                Si beaucoup d’enfants meurent ; que ce soit en Afrique, en Orient, c’est, essentiellement dû à des problèmes de carence, de malnutrition ; donc lié à la PAUVRETÉ ; pas en raison du type de médecine.

                D’ailleurs, si vous consultez ce tableau de l’espérance de vie dans le monde, vous y constaterez, par exemple, que le Japon, Singapour et Hong Kong sont devant la France.

                La Chine est, certes, loin derrière, mais tout le monde sait les conditions précaires dans lesquelles vivent des centaines de millions de chinois dans les campagnes.

                Ne vous faites pas plus sot que vous n’êtes, Léon.


              • Fantômette Fantômette 5 mars 2010 13:47

                Zut Sisyphe, vous m’avez piqué ma citation Knock !
                Cela dit je plusse votre message et je le cosigne si vous permettez...

                Dautant que les « vieux » médocs n’étaient pas trop chers pour les plus anciens, mais que certains nouveaux traitements sont prohibitifs !

                Un petit complément : on a aussi à faire à des patients sous influence qui « réclament » le nouveau traitement miracle dont ils ont lu la pub (pardon, le reportage) sur leur magazine préféré !
                Et je vois aussi tous les jours des patients déçus de ne pas avoir d’ordonnance mais des conseils tout simples (maigrir, faire de l’exercice, arrêter de fumer, moins boire, manger des fruits et des légumes plutôt que de la rillette et du saucisson) comme si je leur donnais la liste des punitions ! « Docteur, vous m’interdisez tout ce qui est bon, donnez-moi une bonne pilule ce sera plus simple ! ».


              • brieli67 5 mars 2010 14:12

                Le sot dans l’histoire

                c’est Ziziff...

                traduit en justice par le Conseil d’Ordre des Médecins, très facile ! ça sera très instructif pour la pléthore d’intervenants d’Avox.

                Tu veux jouer au « bouc émissaire » ? Expat, rentre d’abord au pays... Pas évident que ton visa sera renouvellé.


              • marie81 5 mars 2010 14:15

                @ sisyphe
                concernant le vaccin antitétanique
                http://www.alis-france.com/download/Tetanos.pdf


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 mars 2010 14:19

                Y a aussi plein de pays où l’ espérance de mort ne recule pas trop ....


              • sisyphe sisyphe 5 mars 2010 14:25

                @ brieli67

                Mais keskidi ??
                 smiley


              • ZEN ZEN 5 mars 2010 14:28

                keskidi ?
                Il a bu trop de Gewürz...


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 14:38

                Sisyphe a farfaitement synthétisé le dilemme pharmacoabracabrantesque qui se pose en terme dual de gagnant / gagnant. Certains médicaments provoquent des effets secondaires qui sont classés à leur tour en troubles mentaux du comportement (frigidité, éjaculation précoce et tout un panel crée par nos émotions ou nos affects), et ainsi de suite jusqu’à l’infini. Nous sommes donc en face d’un système élastique qui tend à se généraliser jusqu’à l’absorption complète du corps et de l’esprit humain dans sa globalité. Un être sain est forcément pathologique dans un monde où la maladie tient lieu de normalité négative. 
                Je rejoins aussi le commentaire de krokodilo qui donne la mesure des problématiques et du bon usage de la science pharmacologique dont les dérives sont dues principalement aux organes politiques qui se soumettent au dicktat des lobbiystes qui représentent la haute finance internationale (elle est propriétaire non visible des grandes multinationales et de leurs autres groupements). 


              • JL JL 5 mars 2010 15:28

                La banque dit : « Votre argent m’intéresse »

                L’épiscopat dit : « Votre âme m’intéresse »

                Bigpharma dit : « Votre santé m’intéresse »


              • JL JL 5 mars 2010 16:10

                « dès qu’un pays »oriental« se développe il abandonne sa médecine peu chère pour une autre autrement plus coûteuse c’est bien parce qu’elle est infiniment plus efficace. » (léon)

                léon est un maître en sophismes !  smiley

                Plus coûteux pour les clients, cela veut dire plus lucratif pour les fournisseurs.

                les affaires sont les affaires, et ce n’est pas parce que les clients sont des « patients » que les fournisseurs, en l’occurence Bigpharma, sont plus philanthropes que les autres !Plus la santé coûte cher à la collectivité, et plus elle génère de chiffre d’affaires, donc de profits pour Bigpharma !


              • brieli67 5 mars 2010 16:16

                HI zizifff....

                à ta place je ne citerai pas Singapore....

                T’sais .. LA PEINE DE MORT sous ces tropiques....

                j’ai de gros doutes sur leurs stats


              • boris boris 5 mars 2010 18:16

                Léon serait un sot !


                Ben merde alors .


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 18:24

                Pour le Furtif

                On n’écrit pas pareil que untel, mais pareil à untel ou à lui.
                Ouvre toé un peu au bon usage du Français surtout que tu aimes pétarader en dévoilant ton beau ramage farci de mulots et autres histoires de cendre.


              • JL JL 5 mars 2010 18:43

                léon le sophiste a remplacé dans mon propos, lucratif par rentable. C’est une manie chez lui.

                Evidemment, si je dis qu’une activité ou un commerce est lucratif cela n’a pas du tout le même sens que si je dis qu’il est rentable ! Lucratif et rentable ne sont pas synonymes et ne sont pas non plus exclusifs l’un de l’autre.

                Mais léon l’autoritarien, rendons lui cette grâce, sait qu’on ne peut pas polémiquer honnêtement sur une cause malhonnête. Il ne lui reste plus qu’à donner à ses interventions une apparence d’autorité, il trompera bien quelques personnes. «  »Pas besoin d’être honnête intellectuellement pour faire Autorité« 

                 »
                Pff, quelle misère ! J’appelle ça de la mendicité.


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 19:13

                @ Renève
                Voilà le boudin gominé qui ramène sa fraise pour nous vendre une antienne connerie dont le cumul devient monticulaire.
                Je cite : ne dites pas pareil que moi, dites pareil à moi.
                Par analogie avec le même que, on emploie quelquefois que après pareil.
                C’est une grosse faute.

                Pareil
                a gardé devant un nom ou un pronom la construction à.
                devant un verbe sous entendu, le tour par que est également incorrect.

                Maurice Rat (grammairien agrégé de l’université)

                La parole est à Messire Renève le Renard.


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 19:24

                Il aurait mieux valu dire "je dis la même ânerie que untel. Entre mulot, nous sommes parés dirait Renève à son compère le Lion qui sommerait le furtif de lui rapporter les cendres du mulot. 
                 


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 19:49

                Dites celà à Maurice rat, vous l’oiseau chanteur qui arrivez comme marée en carême pour nous assener des leçons de grammaire alors qu’en vous lisant, on comprend aisément que vous n’êtes aucunement expert dans l’art ou la maîtrise parfaite du Français écrit. Vous citez le dico de l’académie pour renforcer l’illusion que vous êtes un fin grammarien, mais cette désinvolture par laquelle vous faites votre publicité, ne m’impressionne guère et ne me convainc pas. 

                L’emploi de la tournure « pareil que moi » est fautif selon Maurice rat, alors en est-il de même pour « pareil que lui » ? Votre humble serviteur est prêt à écouter et recevoir la leçon de grammaire que voudra bien lui enseigner votre grande Seigneurie des arts et des lettres. 
                 


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 20:17

                Incapable de citer un dico utilisant la tournure que défend l’oiseau chanteur !
                j’ai vu pareil à l’autre dans le Robert, par analogie ou équivalence, l’autre c’est untel, c’est à dire lui.
                Cessez de vous époumoner et de monter sur vos grandes pattes en tentant de m’accabler d’esbroufes. Inutile de nous dire qu’il est à la fois nom ou adjectif, celà ne fait nullement avancer le chmilblick. Vous n’avez jusque là fait que dérouler le tapis sur lequel vous parader, mais en ce qui concerne le sujet à traiter, nada, que nenni, walou, zéro. Toujours la même rengaine, du pareil au même.
                En tous cas, j’attends de trouver l’expression « pareil que... »pour m’incliner face à ce vilain perroquet.


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 20:25

                Il n’a rien expliquer le bougre, mais simplement fanfaronner sur ses convictions intimes.
                Peut-être a-t-il raison, mais il n’a pas su en faire la démonstration à partir d’exemples concrèts. Ce n’est pas en aboyant et en insultant qu’on peut se targuer d’être pédago-pédant, surtout quand on n’a si peu à dire. L’oiseau de mauvaise augure étant sorti pour vaquer à ses occupations solitaires, il ne me reste qu’à saluer ceux qui restent ou viendront sur ce fil.


              • brieli67 5 mars 2010 21:00

                Loulou von Volde
                Branche toi pour tes gammes diatoniques quotidiennes
                chez les universitaires http://www.cnrtl.fr/
                et va contribuer

                anecdotique :http://www.cnrtl.fr/definition/pareil


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 22:22

                Cela arrive très souvent : une société peut cumuler des dettes et tomber en déconfiture. La Rentabilité n’est pas un projet, mais un but objectivé alors que l’intérêt lucratif est un projet dont la réalisation dépend de nombreux facteurs. Il ya une nuance importante entre les deux termes.


              • lord_volde lord_volde 5 mars 2010 22:34

                Merci Brieli67. t’es un type sympa.

                À travers cette brume le soleil monte pareil à une grenade
                (Giono, Colline, 1929, p.64).


                Rem. Dans la lang. correcte, pareil n’admet que la prép. à comme corrélatif ; dans la lang. pop., en partic. dans la lang. parlée, on rencontre le tour pareil que : Chez lui c’est pareil que chez moi.m. Dans la lang. correcte, pareil n’admet que la prép. à comme corrélatif ; dans la lang. pop., en partic. dans la lang. parlée, on rencontre le tour pareil que : Chez lui c’est pareil que chez moi.

                III. Adverbe

                A.De la même façon (que). Deux jumelles habillées (tout) pareil. Je fais ce qu’on veut, je dis ce qu’on demande, on me tripote pareil une poupée en mastic (Bernanos, Imposture, 1927, p.476). Joseph est allé voir l’artilleur. Il est couché toujours pareil. Il a la figure dans la terre (Giono, Gd troupeau, 1931, p.56).
                Expr. Faire pareil (que qqn). Agir de la même façon. Le brigadier, il tenait plus par la chaleur... Il a tombé la tunique... Les autres ils ont fait pareil... (Céline, Mort à crédit, 1936, p.650).
                Rem. Cet empl., critiqué par la plupart des grammairiens, est fort répandu dans la lang. parlée.
                http://www.cnrtl.fr/definition/pareil

                Pour fermer le bec faisandé du maudit oiseau qui pince et roucoule au gré de ses humeurs. 

              • brieli67 5 mars 2010 23:52

                broute broute broutilles

                de la Josianne nous disions donc par là :


              • lord_volde lord_volde 6 mars 2010 02:51

                Allez, repens toi et baisse la tête Renève, sans quoi il t’en cuira de nouveau.
                Tu aurais pu me laisser le choix entre des alternatives moins humiliantes tout de même, bien que ta propension à la méchanceté gratuite et à la cruauté mentale en dise bien long sur tes méthodes de barbouze. Tu vas y laisser des plumes vilain cacatoes à huppe jaune.

              Ajouter une réaction

              Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

              Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


              FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès