• lundi 21 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
Accueil du site > RDV de l’Agora > Laboratoires pharmaceutiques, peur sur ordonnance
3%
D'accord avec l'article ?
 
97%
(77 votes) Votez cet article

Laboratoires pharmaceutiques, peur sur ordonnance

Savez-vous que l’éjaculation précoce et la frigidité seront bientôt considérées comme des maladies ? Bientôt, pourquoi pas, l’infidélité conjugale en sera une également. On subodore que derrière la grippe A/H1N1 se cache un faramineux business. Mais savez-vous que le cancer de l’utérus ou le cholestérol sont des marchés également très juteux ?

En quinze ans, 200 nouvelles maladies ont été répertoriées dans le monde. 300 médicaments nouveaux ont été lancés sur le marché générant pour l’industrie pharmaceutique un chiffre d’affaire de 500 milliards de dollars. Notre santé les intéresse. Qui ? Les laboratoires pharmaceutiques, bien sûr

Les nouveaux jackpots des laboratoires pharmaceutiques, la passionnante enquête de Sophie Bonnet que diffuse Canal + (vendredi 5 mars à 22h45), fait le point sur les techniques marketing mises au point par les multinationales de la santé pour nous faire avaler la pilule.


« Nous consommons de plus en plus de médicaments » explique ce documentaire qui évoque d’entrée de jeu le Viagra. Lancée sur le marché en 1998, à dix euros pièce, la petite pilule bleue a rapporté 1,7 milliards de dollars par an à son propriétaire, le laboratoire Pfizer.
 
Un miracle ? Oui, mais économique. Depuis, les laboratoires planchent sur de nouveaux médicaments sensés guérir de pseudo maladies. Ne dite plus « frigidité féminine », mais « dysfonctionnement sexuel féminin ». Le laboratoire Boehringer-Ingelheim s’apprête à mettre sur le marché son « viagra féminin » en 2012.
 
Jackpot assuré. « Quand ils parlent de dysfonctionnement féminin c’est une façon de créer un marché explique Leonore Tiefer, sexologue à l’école de médecine de New York. Ils inventent une maladie ».

Des congrès médicaux sont organisés partout dans le monde par ces géants de l’industrie pharmaceutique. Les médecins y sont bien sûr conviés. Certains d’entre eux sont payés pour faire l’article dans des salles remplies de confrères. Quoi de mieux qu’un médecin pour convaincre de l’utilité d’un nouveau médicament ?

La tactique est sûre : on parle d’un nouveau remède avant qu’il obtienne son autorisation de mise sur le marché. On créé un bruit médiatique chez les professionnels de santé afin d’en faire un produit indispensable. On s’appuie également sur de prestigieuses revues scientifiques.

Le Journal of the American Medical Association a publié en 1999 un article expliquant que 43% des femmes américaines seraient touchées par le nouveau syndrôme du dysfonctionnement sexuel. Cette étude qui a fait grand bruit à l’époque, était menée par trois experts. Deux d’entre eux étaient « très liés » avec l’industrie pharmaceutique.

Les labos espèrent aussi classifier l’éjaculation précoce comme une pathologie. Le médicament est déjà prêt. Il s’appelle le Priligy. Problème : aux Etats-Unis il n’a pas été homologué car les autorités compétentes considèrent que son utilité n’a pas été prouvé, explique l’enquête de Sophie Bonnet qui cite deux études indépendantes menées en Europe en 2009.
 
Selon elles ce médicament serait inefficace à 70% et, pire, provoquerait des effets secondaires importants comme l’anxiété, des nausées, des syncopes, etc.

Ejaculation et frigidité féminine. Ces deux troubles sont étiquetés maladie mentale depuis 1994 dans le DSM, le manuel diagnostique de référence des maladies mentales qui en répertorie plus de 300. Vous êtes timide ? Le DSM donc la médecine, considère que vous êtes malade. Donc il faut vous soigner et prendre des médicaments.
 
DSM cela signifie Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. « Dans ce volume de cinq cents pages, explique Christopher Lane, auteur de Comment la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions » (Flammarion, 2009), l’individu introverti se trouve mécaniquement transformé en psychotique léger ; se montrer distant ou indifférent, ou tout simplement « être seul », sont au nombre des symptômes ».
 
Le DSM est régulièrement remis à jour avec de « nouvelles maladies ». Jeffrey Lieberman, psychiatre à l’Université new yorkaise de Columbia, dirige la rédaction du DSM dont il prépare la nouvelle édition pour 2012.
 
Pour lui, bien sûr, c’est « un outil formidable ». Ce qu’il ne dit pas c’est que les psychiatres qui rédigent ce manuel ont le droit de percevoir jusqu’à 10 000 dollars par an des laboratoires pharmaceutiques.

Pour Ray Monihan (lire ici également), journaliste au British medical Journal qui dénonce depuis longtemps ces relations dangereuses entre médecins et labos, « en élargissant les critères des maladies on fait en sorte que les hauts et les bas de la vie quotidienne deviennent les symptômes d’une maladie dans le but de prescrire plus largement des médicaments ».
 
Le rêve des labos, souligne-t-il : vendre des médicaments à tout le monde, pas juste aux malades. Car le marché des gens bien portants est bien plus large...

Le travail qu’a mené Sophie Bonnet avec ces Nouveaux jackpots des laboratoires pharmaceutiques est remarquable. Elle dresse un panorama complet du cynisme des laboratoires autant que des médecins, experts et politiques.

Elle évoque le cas de la fameuse pilule amaigrissante Alli. Cette dernière est en réalité un médicament recyclé, le Xenical, dont le brevet a été racheté par le laboratoire GlaxoSmithKline. Les pilules sont maintenant colorées, la dose contenue dans chacune d’entre elles est divisée par deux ce qui permet de l’acheter sans ordonnance.
 
Elle a été lancée à grands renforts de campagnes de pub qui ne parlent plus d’obésité mais de "solution pour maigrir". 140 000 boîtes ont été vendues en un mois après sa sortie. Chiffre d’affaire : huit millions d’euros.


Les laboratoires disposent d’une véritable armée pour conquérir les médecins : les visiteurs médicaux. Ils sont 20 000 en France. L’une d’elle, qui n’exerce plus, est interrogée par Sophie Bonnet dans son reportage : "le bon visiteur médical doit savoir décoder les signaux d’achats du médecin : hochement de tête, prise de l’échantillon, expression du visage, etc."
 
Ce n’est pas exactement ce que préconise la charte des visiteurs médicaux. Cette visiteuse parvenait à prescrire pour plus de deux millions d’euros de médicaments chaque année.

Seuls 3% de médecins, en France, refusent de recevoir les visiteurs médicaux. L’un d’eux confie que « l’industrie pharmaceutique c’est sûr que c’est intéressant pour eux, mais pas pour nous ». Il précise que cette industrie s’est immiscée partout dans le système médical français : dans les hôpitaux et chez les médecins de ville, dans les revues". Voire ailleurs.

Martin Winckler, médecin, écrivain (et même auteur sur Agoravox) tenait une chronique sur France Inter. Un jour il dénonce la campagne de communication de Pfizer à propos du cholestérol.
 
En France, cette maladie fait florès. Pourtant, en 1985, un million de personnes en souffrait. Aujourd’hui il y en a sept millions. Bigre, une épidémie ? Non. En 1985 le taux de cholestérol « admissible » était de 3 grammes. Aujourd’hui il est de 2 grammes. Avec la bénédiction des autorités sanitaires.

En 2003, Martin Winckler a été remercié de France Inter, par Jean-Luc Hees, pour avoir abordé le la campagne de Pfizer destinée à faire peur aux malades du cholestérol qui s’ignoraient.
 
Aujourd’hui il constate « Si on vous fait peur c’est qu’on a quelque chose à vous vendre. C’est intéressant de faire prendre des médicaments à des gens qui n’ont rien parce qu’ils vont vivre très longtemps et donc ils vont les prendre très longtemps ». La majorité des gens qui prennent des anti-cholestérols aujourd’hui les prennent pour rien.

Le problème c’est que ces médicaments provoquent des effets secondaires, voire peuvent tuer. Bayer a été ainsi condamné par des malades. En France souligne un avocat proche d’une association de victimes de médicaments (lire ici aussi) il manque de l’arsenal judiciaire des actions judiciaires collectives (lire ici aussi).

Autre jackpot : les vaccins qui « permettent de soigner toute la population, des bébés aux vieillards ».
 
Le cas de la grippe A est bien sûr évoqué. Mais en ce moment est diffusé un spot destiné à promouvoir un vaccin contre le cancer du col de l’utérus qui touche chaque année 3500 femmes et en tue environ un millier.
 
Le Gardasil, ce vaccin, n’est pas encore autorisé. Pour l’heure il s’agit d’inquiéter les populations avec des pubs qui ressemblent à des spots gouvernementaux mais qui sont en réalité entièrement financées par un laboratoire.
 
Sauf au Canada ou une étude indépendante est en cours, aucune étude d’ampleur n’a été menée sur les effets indésirables de ce médicament qui coûte une fortune (il nécessite trois injections coûtant chacune 120 euros et remboursées à 65%) et surtout produit des effets secondaires graves (paralysie, thrombose, etc.).
 
Trente huit personnes seraient mortes après la vaccination. Mais le directeur des affaires médicales de Sanofi ne croit pas à ces décès.

Le Gardasil a été mis sur le marché en France en 2006 par l’Institut Pasteur. Il a bénéficié d’un soutien actif du ministère de la santé. Pour qu’il soit remboursé il fallait que le comité technique des vaccination (composé de vingt médecins dépendants du ministère de la santé et dont certains ont des liens avérés avec le laboratoire Sanofi) rende un avis positif.
 
Cet avis devait être rendu en avril 2007, mais deux mois avant, en février, Xavier Bertrand, alors ministre de la santé, court-circuite tout le monde et donne son accord en urgence. Il partira un mois plus tard...

Que dire de Roselyne Bachelot qui remet à Sanofi/Pasteur le prix de la recherche scientifique pour son vaccin Gardasil. Roselyne Bachelot qui oublie de mentionner dans son CV qu’elle fut pendant douze ans visiteuse médicale pour le compte du laboratoire Astrazeneca...
 
Vous avez dit collusions ?
 







par Olivier Bailly (son site) vendredi 5 mars 2010 - 174 réactions
3%
D'accord avec l'article ?
 
97%
(77 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par sisyphe (---.---.194.8) 5 mars 2010 10:08
    sisyphe

    C’est la méthode (comme l’illustre bien la photo en exergue) du bon Docteur Knock, : « Tout bien portant est un malade qui s’ignore » ; utilisée à l’échelle planétaire, par les labos pharmaceutiques, et leurs relais dans les médias et dans les sphères du pouvoir.

    On rigole en pensant à tous ceux qui continuent de défendre mordicus la médecine allopathique occidentale, renvoyant tous ceux qui posent de légitimes questions sur ses collusions avec les labos pharmaceutiques, aux gémonies de l’homéopathie, du charlatanisme, voire de la sorcellerie.. ; les pourfendeurs de la « cendre de mulot », qui se font, en fait, les complices d’une industrie à l’échelle fois 10.000, en se présentant comme des parangons de la raison raisonnante  smiley smiley

    Pendant ce temps, la médecine orientale (dont la médecine traditionnelle chinoise), elle, prenant en compte l’individu dans son ensemble ; physiologique, psychologique et anatomique (au lieu de découper l’individu en symptomes et en maladies), et à comprendre chaque être dans son ensemble, aussi bien sain que malade, tant les symptômes visibles qu’invisibles, par une gestion de l’équilibre de l’énergie interne fait, depuis plus de 5.000 ans, la preuve de son efficacité, en agissant en amont, pour éviter le déclenchement des troubles, par des méthodes naturelles (phytothérapie (les plantes : eeeehhhh oui.... smiley ) , diététique, acupuncture, gymnastique ; shiatsu qy gong, massages), mais qui ont l’énorme désavantage de ne rien rapporter aux mégalabos pharmaceutiques occidentaux.

    Pour la médecine occidentale, l’homme est, a priori, un être doté de nombreux troubles et maladies ; il suffit de les identifier, pour lui prescrire les médicaments (de moins en moins remboursés, of course) qu’il pourra prendre tout au long de sa vie : quitte à provoquer des peurs de pandémie imaginaire....

    Elémentaire, mon cher Knock !!
     smiley

    Merci pour l’article.

  • Par Céphale (---.---.30.204) 5 mars 2010 12:16
    Céphale

    La peur est la principale arme du libéralisme : peur de la maladie, peur du réchauffement climatique, peur du chômage, peur des voleurs et des assassins, peur de tout. La peur devrait inciter les gens à s’unir pour lutter contre ceux qui la diffusent. Pas du tout, les gens sont de plus en plus individualistes. Le libéralisme a de beaux jours devant lui. Pauvre humanité !

  • Par sisyphe (---.---.104.60) 5 mars 2010 13:13
    sisyphe

    @ Leon

    Vous savez aussi bien que moi que l’espérance de vie n’est pas essentiellement liée à la médecine, mais surtout aux conditions d’hygiène, de nutrition, au développement d’infrastructures sanitaires ; bref aux conditions SOCIALES de vie.
    Si beaucoup d’enfants meurent ; que ce soit en Afrique, en Orient, c’est, essentiellement dû à des problèmes de carence, de malnutrition ; donc lié à la PAUVRETÉ ; pas en raison du type de médecine.

    D’ailleurs, si vous consultez ce tableau de l’espérance de vie dans le monde, vous y constaterez, par exemple, que le Japon, Singapour et Hong Kong sont devant la France.

    La Chine est, certes, loin derrière, mais tout le monde sait les conditions précaires dans lesquelles vivent des centaines de millions de chinois dans les campagnes.

    Ne vous faites pas plus sot que vous n’êtes, Léon.

  • Par boris (---.---.74.250) 5 mars 2010 12:13
    boris

    Super article !


    Bizarre que Léon le troll ne viennent pas nous assener ses histoires d’urines claires aprés vaccination adjuvantée.

    Les labos voudraient que nous soyons tous des malades en puissance, ils y arrivent facilement avec les surdoués du rationalisme à tous crins qui traitent les biens portants de soucoupistes et de suppots du charlatanisme à la « cendre de mulot » .

    Il est évident que notre société consumériste nous rend malades et permet aux grands groupes pharmaceutiques de s’empiffrer sur la crédulité (rationaliste) de certains.

    Les grands laboratoires avec les pétroliers sont les fossoyeurs de notre monde.

Réactions à cet article

Réagir à l'article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent
  • Par docdory (---.---.124.168) 5 mars 2010 23:18
    docdory

    @ Briel 6è 

    Aucun antidépresseur inhibiteur de la recapture de la sérotonine n’ a d’AMM dans l’éjaculation précoce, à ma connaissance . 
    Je n’ai essayé que la paroxétine , avec un résultat tout à fait remarquable dans 100% des cas chez lesquels je l’ai essayée, du coup, je n’ai pas pris la peine d’essayer les autres , mais il est probable qu’ils marchent également . A noter que l’effet persiste souvent plusieurs semaines après l’arrêt du traitement , mais parfois , il faut deux ou trois cures « de rappel » avant que le problème ne disparaisse définitivement .
    A noter que l’auteur ironise , à mon avis à tort, sur le marché « juteux » des médicaments pour soigner les troubles sexuels , tant le Viagra, et apparentés pour l’impuissance que la paroxétine et apparentés pour l’éjaculation précoce.
    Il oublie de dire qu’il y a encore une quinzaine d’années , il y avait un marché plus que juteux pour les psychothérapies et autre sexothérapies , alors qu’en 24 ans d’exercice médical , je n’ai jamais vu un impuissant ou un éjaculateur précoce amélioré, même un peu, par une psychanalyse ou une psycho ou sexothérapie ( de toutes façons les sexothérapies sont quasiment indisponibles en province ) , quand bien même ces traitements se prolongeaient pendant 10 ans ! La même constatation se fait pour les troubles sexuels féminins, qui malheureusement restent souvent incurables, du moins ceux qui n’ont pas de cause connue et soignable. 
    Ces troubles sexuels sont pourtant bien des maladies , contrairement à ce qu’affirme Olivier Bailly . Les gens qui en sont atteint sont en général malheureux, se retrouvent le plus souvent en divorce , voyant leurs enfants une fois tous les 15 jours quand ils les voient après le divorce, sombrant dans l’alcoolisme ou dans la ruine financière pour payer les avocats de leur divorce et les pensions alimentaires.
  • Par viva (---.---.122.153) 5 mars 2010 20:40

    Et toujours ces attaques récurrentes contre la médecine allopathique.

    Si les groupes sectaires pouvaient cesser leurs propagandes sur agoravox, la liberté d’expression y gagnerait et les articles sérieux sur la santé aurait un peu plus de poids.

    Je ne comprend pas que l’équipe de rédaction ne s’émeuvent pas un peu plus de ces opérations de lobbyisme

  • Par gpeur (---.---.238.216) 6 mars 2010 08:47

    Simplement un très grand merci pour cet article.

  • Par rocla (haddock) (---.---.46.84) 6 mars 2010 09:05
    rocla (haddock)

    tout ça c ’est psycosetoujoursomatique .

    c ’est la peur de ne pas avoir d’ érection qui engendre la non-bandaison , déjà faut avoir une partenaire qui te fait pas peur , si elles parlent trop choisir une sourde-muette , si elle te regarde de travers une aveugle , si tu es trop compliqué une malcomprenante .

    Sinon faire une prière intercessive vers la femme de Saint Fernand ( quand je pense à Fernande je bande )

    Si ça marche toujours pas , t’ as encore les dix doigts de la main , le nez , enfin tout ce qui dépasse , allez bonne bourre ...

  • Par Simulacredevérité (---.---.84.236) 6 mars 2010 10:02
    Simulacredevérité

    Bel article que nous avons là.

  • Par rocla (haddock) (---.---.46.44) 6 mars 2010 11:49
    rocla (haddock)

    Renéve , voilà un bel exemple d’obscurantisme rationaliste. Toutes les plantes sont nocives, c’est juste une question de posologie.

    Exemple totalement à coté de la plaque, comme d’hab.

    Et les plantes des pieds ?

  • Par djanel du viking-chaise (---.---.135.107) 6 mars 2010 20:04
    djanel Le viking-

    Par Trolléon (xxx.xxx.xxx.121) 6 mars 14:47

    JL, hou, hou :

    Sans vouloir vous vexer, « La seule chose que Bigphrama propose en matière de prévention, c’est la vaccination : autrement dit, traiter tous les individus en bonne santé  ». La prévention vous la faites en faites sur des individus déjà malade.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>=<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

    Léon commet un raisonnement d’hypocondriaque. Il se soigne quand il est en bonne santé pour ne pas tomber malade. Telle semble être sa philosophie. En tout cas ; je tiens à rappeler a ce triste sire qu’il s’est fait vacciner au squalène. Voici un petit florilège de ce qu’il risque sur le long terme. N’oubliez pas qu’il nous a promis de nous informer régulièrement sur son état de santé.

    Comme les effets secondaires du squalène ne se font ressentir que sur le long terme et que les symptômes sont difficilement détectables parce qu’ils se confondent aisément avec ceux d’autres maladies, je crains qu’à la lecture de ce commentaire Léon finisse sa vie à s’observer dans la crainte de voir un symptôme d’empoisonnement au squalène. Pauvre Léon, il ne faut jamais mépriser la nature..

    Voici donc un extrait de ce que dit le Docteur Mercola. A cette lecture Léon tu comprendras O combien tu as été un naïf. Je suis sûr que par lâcheté ou par fainéantise ce qui est pareil, tu n’ouvriras pas ce lien.

    http://www.tree2share.org/article-380-squalene-le-sale-petit-secret-contre-la-grippe-porcine-est-expose-par-le-dr-mercola.

    Voici un extrait du texte du Docteur Mercola :

    «  La plupart des organismes qui provoquent les maladies entrent dans votre corps par les muqueuses du nez, par la bouche, par le système pulmonaire ou par votre tube digestif - par le biais d’une injection.

    Ces muqueuses possèdent leur propre système immunitaire, appelé le système immunitaire IgA. Il s’agit d’un système différent de celui qui est activé lorsqu’un vaccin est injecté dans votre corps.

    Votre système immunitaire IgA est la première ligne de défense de votre corps. Son travail consiste à lutter contre l’invasion des organismes à leur point d’entrée, réduisant , ou même éliminant, le besoin d’une activation du système immunitaire de votre corps.

    Quand un virus est injecté dans votre corps dans un vaccin, et en particulier en combinaison avec un adjuvant immunitaire comme le squalène, votre système immunitaire IgA est contourné et le système immunitaire de votre corps passe à la vitesse supérieure en réponse à la vaccination.

    Injecter des organismes dans votre corps pour provoquer l’immunité est contraire à la nature, et la vaccination comporte un potentiel énorme pour causer de sérieux dommages à votre santé... »

    Léon la science essaie donc de contrer les arguments mais j’en suis sûr tu n’ouvriras pas le lien et tu ne sauras riens de ce qu’une injection de squalène peut provoquer comme dégât. Il faut te dire que le squalène existe déjà dans notre corps et que nous le trouvons dans notre alimentation ( dans l’huile d’olive par ex.). Le docteur Mercola dit qu’une injection de squalène est contre nature et provoque une réaction de notre corps qui détruira toute les molécules de squalène que notre corps contient. Tant pis pour le cerveau qui en a besoin.

  • Par djanel du viking-chaise (---.---.135.107) 6 mars 2010 20:47
    djanel Le viking-

    Par ninou (xxx.xxx.xxx.51) 5 mars 17:37


    Dans le gui, ce sont les baies qui sont toxiques.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<<<<<<<

    Non, c’est la graine et la plante elle même qui sont toxique ce que nous a dit ninou est faux. Le fruit est indigeste dans le sens qu’il résiste au suc digestif sans causer de traumatisme au tube digestif.

    La baie est donc seulement indigeste et conçu par la nature pour que les oiseaux la mangent. Et comme la baie est indigeste et quelle se comporte comme une gomme,

    __ soit il la recrache et la gomme se recolle avec la graine sur une branche d’arbre parce que les oiseaux vivent dans les arbres,

    __ soit ils arrivent à l’avaler et la redéfèquent plus tard en relachant un chapelet de graines relier entre eux par une gomme qui viendra se coller aux branches des arbres parce que les oiseaux vivent dans les arbres.

    Le système est infaillible. Ça fonctionne à tous les coups. Chaque fois qu’un oiseau décolle il défèque pour s’alléger. C’est ainsi que le gui se propage. Il est donc absurde de croire que les baies de gui sont toxiques. C’est la plante elle-même qui est toxique.

  • Par jack mandon (---.---.129.143) 7 mars 2010 07:50
    jack mandon

    @ L’’auteur,

    Le fondement plus ou moins conscient du positionnement médical de contrôle et de pouvoir, celui du commerce pharmaceutique lucratif, les phobies et les peurs des pseudos malades qui fabriquent de vraies maladies. Une hygiène de vie physique, mentale et spirituelle discutable, et l’horloge du temps qui dit oui qui dit non qui dit je vous attend
    « Vive l’anarchie non de Dieu ! »
    Merci pour votre article

  • Par paconform (---.---.231.231) 7 mars 2010 14:57
    Raymond SAMUEL

    Bonjour,

    Faut voir le caractère pernicieux de l’organisation (spécialement pour Troléon).

    Petit fait :

    Vu chez le pharmacien du coin un présentoir-pub qui dit :

    - « Spasmes, nervosité, angoisse, anxiété, troubles du sommeil,

    NE LAISSEZ PAS LE STRESS AFFECTER VOTRE EQUILIBRE »

    SCHARIF P.C. (c’est le nom du produit vendu qui est rangé au-dessous).

    Explication : L’action publique devrait normalement être de chercher à faire cesser les causes des spasmes, nervosité, angoisse etc...
    Mais pas du tout, la société met tous ses moyens pour inventer des quantités de médicaments pour masquer le problème et ne pas tarir la demande, qui est la source de la « croissance » (de la chimie), avec tva pour l’Etat, et éventuellement backchichs pour les « bien placés ». La corruption (sous diverses formes), ça existe.

    J’ai soulevé le problème avec la personne qui était auprès de moi à la pharmacie (et qui a des angoisses etc.). Réponse immédiate : -« et alors, les pharmacies c’est pour vendre des médicaments ! » En toute bonne foi.
    Voila comment ça marche, comme les médecins qui n’ont pas d’autre moyen d’action que les médicaments.
    Tout le monde est maintenant bien conditionné. Il y a peu de chances pour qu’on se libère pour être en mesure de raisonner logiquement.

  • Par vivien françoise (---.---.82.231) 7 mars 2010 15:35

    Bonjour,
    Je vais chez le pharmacien enfin les pharmaciens car j’ai mes pharmacies préférées, pour acheter régulièrement de la vitamine C, du dentifrice par lot et du sent-bon. Parfois, du doliprane 1000 pour soigner mes rares migraines et aussi des brosses à dents.
    Le médecin demande parfois de mes nouvelles à ma fille, qui la consulte et c’est très bien ainsi.
    Je n’enrichis personne et je ne creuse pas de trous. Pour l’instant, cela pourrait changer avec l’âge !
    Bon dimanche,
    VF

  • Par paconform (---.---.245.165) 7 mars 2010 16:08
    Raymond SAMUEL

    A propos du gui.

    La médecine homéopathique a tiré du gui le « viscum album » prescrit pour lutter contre des affections et notamment pour améliorer la résistance dans un traitement contre le cancer.
    J’ai été affecté dans mes ressources physiques après intervention chirurgicale pour un adénome hypophysaire. Mon médecin m’a prescrit ce viscum album en séries de piqures, puis encore pour soigner des douleurs à l’aine qui me faisaient boiter bas et qui persistaient après traitement par un rhumatologue.
    A chaque fois le résultat a été excellent.
    J’en profite pour recommander l’homéopathie, en particulier pour les jeunes enfants (mon fils n’a JAMAIS pris de médicament allopathique sauf trois ou quatre dolipranes et l’efficacité a été remarquable). Ce qui est encore plus intéressant c’est que l’homéopathie favorise la bonne santé...et évite ainsi la prise de médicaments allopathiques agressifs qui à leur tour etc...

  • Par paconform (---.---.245.165) 8 mars 2010 10:31
    Raymond SAMUEL

    bonjour BRIE Li67

    Merci. Je fais traduire.

  • Par Jean-Paul Richier (---.---.74.93) 31 mars 2010 05:36

    Je vois aujourd’hui cet article en faisant un tour sur Agoravox.
    Sans doute son auteur, et ceux qui l’on apprécié, seront-ils amusés par ce pastiche du « disease mongering » (la fabrication de maladie) telle que le dénonce Ray Monihan, cité dans l’article, et qu’on peut retrouver dans les excellents sites du Dr Dupagne ou du Dr Winckler.
    Stéphane Horel, interviewée ci-dessus, y fait référence dans la conclusion de son documentaire « Les médicamenteurs »

  • Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    Faites un don

    Auteur de l'article

    Olivier Bailly

    Olivier Bailly

    Journaliste, auteur de Monsieur Bob (Stock), récit biographique sur l’écrivain Robert Giraud.

    Voir ses articles, sa fiche et ses statistiques

    Derniers articles de l'auteur

    Tous les articles de cet auteur

    A lire dans la même rubrique

    RDV de l’Agora
    Voir tous les articles de la rubrique

    Les thématiques de l'article

    Palmarès

    Articles les plus lus

    1. Stop au remboursement de la dette !
    2. Réformer le millefeuille administratif ? Chiche Manuel !
    3. Ukraine : l’avion militaire déguisé en civil qui inquiétait, et celui qui ne s’est pas déplacé
    4. Tariq Ramadan, Edgar Morin : L’islamo-gauchisme pour les nuls
    5. Les arènes émergentes du refus du Nouvel Ordre Mondial
    6. Film sur Ilan Halimi : quand Arcady mettait les musulmans à l’index...
    7. Nigel Farage : le projet européen fondé sur un mensonge
    8. Une élection dans un fauteuil
    9. De l’impact des réseaux sociaux sur la vie publique
    10. Ukraine : l’accord de Genève entérine la stratégie russe

    Derniers commentaires

    Voir tous les derniers commentaires...

    RDV de l'Agora

    Voir tous les RDV...

    Enquêtes participatives

    Voir toutes les enquêtes...

    Les vidéos pop du web

    Agoravox.tv

    Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


    Site hébergé par la Fondation Agoravox

    Mentions légales Charte de modération