• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > Quand la finance fait la pluie et le beau temps

Quand la finance fait la pluie et le beau temps

Les Rendez-vous de l’Agora reçoivent Aurélien Bernier, auteur du « Climat otage de la finance Ou comment le marché boursicote avec les "droits à polluer" » (éditions Mille et une nuits).

Les lecteurs d’Agoravox connaissent Aurélien Bernier. Ex-membre d’Attac, spécialiste de l’environnement, il a travaillé dix ans pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Il est aussi rédacteur sur Agoravox et vient de publier Le Climat otage de la finance Ou comment le marché boursicote avec les "droits à polluer", un essai remarqué sur un aspect peu traité de la mondialisation : son impact sur le climat, donc sur nos vies. Pris séparément, la mondialisation et le changement climatique sont des thèmes ultra-récurrents et largement traités et commentés. Or, peu nombreux sont les experts qui lient l’un et l’autre, alors qu’ils sont pourtant indissociables.

C’est le sujet du livre d’Aurélien Bernier qui s’exprime dans
Les RDV de l’Agora.
Une interview réalisée par
Daniel Hoffman.

Agoravox : En quoi le climat est-il otage de la finance ?
Aurélien Bernier : Tout a commencé avec les négociations de Kyoto à la fin des années 90, où a été abordé pour la première fois, à l’échelle internationale, le problème de la lutte contre le changement climatique. Une logique de dérégulation et de désengagement de l’Etat a prévalu, en raison de la fameuse croyance dans l’autorégulation des marchés. C’est ainsi qu’est né le marché des « droits à polluer », dans la continuité de travaux d’économistes libéraux, dans les décennies précédentes. Concrètement, on a instauré des droits sous forme de titres ainsi qu’une bourse, où ces droits sont achetés et vendus. En faisant ça, on a ouvert la boîte de Pandore du libéralisme le plus débridé. La spéculation tourne à plein régime : les entreprises essayent d’acheter les droits le moins cher possible et de le revendre le plus cher possible. Et l’on se retrouve piégé dans un système financier qui pense que ce marché est porteur.

A : S’agit-il, de la part du pouvoir, tant économique que financier, d’un plan concerté afin de capter les thématiques climatiques ?
AB : Dans la logique libérale, la seule solution tolérable passe par les pouvoirs économique et financier. Il y avait deux grandes catégories de solutions qu’on pouvait apporter au problème du dérèglement climatique. La première était de réglementer, en contraignant et en taxant les entreprises. Mais ce n’était pas dans la continuité de vingt ans de politique de développement durable. La solution est donc tombée d’elle-même. La seconde option, qui a été choisie et qui est éminemment politique, a été l’adoption du marché.

A : Comment fonctionne ce marché des droits à polluer ?
AB : C’est assez simple : les Etats signataires du protocole de Kyoto se sont engagés sur une très petite diminution de leur émission de gaz à effet de serre. On a défini un volume global au niveau des Etats, au-delà duquel ceux-ci ne sont plus autorisés à émettre. On a ensuite octroyé des droits aux principaux pollueurs, en leur offrant la possibilité de polluer jusqu’à une certaine limite. Le problème c’est que les pays en voie de développement n’ont pas voulu entendre parler de ces critères, considérant qu’ils n’étaient pas les principaux pollueurs de la planète. Ils ne sont donc pas soumis à ces contraintes. Ce qui se passe, c’est que les pays occidentaux en ont profité pour délocaliser leurs entreprises dans les pays en développement : il y a eu un transfert de production vers les zones sans contrainte. Les résultats sont calamiteux : les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 35 % depuis 1997 et l’on estime que 20 % de ces émissions proviennent de la production dans les pays en voie de développement, issue des délocalisations.

A : N’y a-t-il aucun contrôle de ce marché ?
AB : Il y a une très légère intervention des pouvoirs publics au moment de l’allocation des quotas. L’État peut alors gérer la contrainte. C’est ce que les acteurs du marché expliquent pour défendre le système. Mais dans les faits, les gouvernements sont pris au chantage des plus grandes entreprises. En France, 100 entreprises détiennent deux tiers des quotas en circulation, et seulement 10 entreprises en détiennent un tiers. Il y a donc un très petit nombre d’entreprises qui dominent puissamment le marché.

A : L’État doit donc se plier donc aux pressions des entreprises ?
AB : Dans un système mondialisé, la pression des délocalisations fonctionne très bien. L’État peut toujours essayer de tabler en douceur sur la bonne volonté des entreprises, mais autant rêver ! Le problème originel est que les entreprises ont été consultées lors de la découpe du « gâteau » des droits à polluer. Et on leur a donné à peu près tout ce qu’elles voulaient : on se retrouve avec un marché long, ce qui signifie qu’il y a beaucoup trop de titres en circulation. Le prix du titre du droit à polluer s’est donc effondré. Mais les entreprises hautement concurrentielles ont continué à faire du chantage : si elles n’obtiennent pas assez de droits, elles délocaliseront. Dans l’actualité récente, il y a eu le cas d’Arcellor Mittal, qui a fait céder l’Etat belge de la sorte.

A : Que proposez-vous ?
AB : Je n’avance rien de phénoménal ni de très original. Le laisser-faire ne fonctionne pas. Il y a donc une nécessité de la part des Etats d’intervenir et de mettre de vraies limites. Il faut revenir à un système de contraintes qui fonctionne. Un exemple simple : je propose qu’on taxe les produits importés en fonction de leur impact social et environnemental. Pour cela, il y a des organisations comme l’OIT (Organisation internationale du travail), ou des groupes d’expert comme le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Une taxation non protectionniste permettrait ainsi une concurrence non faussée. De manière générale, il faut reprendre un contrôle politique sur l’économie, afin d’éviter que des multinationales ne délocalisent dans des pays où ça ne leur coûte rien. Je suis convaincu que si le libre-échange intégral ne cesse pas, on court à la catastrophe.

A : Ne croyez-vous pas à une solution intermédiaire consistant en un contrôle accru sur le marché des « droits à polluer » ?

AB : Je ne suis pas du tout favorable à une régulation des marchés : à chaque fois qu’on nous en parle, on accentue la crise. Quand on essaye de réguler, cela s’avère non seulement inefficace d’un point de vue environnemental mais aussi dangereux. Il faut redéfinir les règles sur une base plus cohérente. Aujourd’hui, les grandes entreprises jouent sur les externalités : Nike va en Chine parce qu’ils peuvent y exploiter de la main-d’œuvre pour presque rien, puis en Thaïlande parce que les coûts y sont encore moins importants. Leur objectif est de dégager du profit en polluant, mais sans en assumer la responsabilité.

A : Comment envisagez-vous l’avenir ?
AB : Je pense qu’une prise de conscience importante est en train de se faire. Plus grand monde n’a de doutes sur l’ampleur de la crise environnementale. Pourtant, si tous les indicateurs sont dans le rouge, la libéralisation et la dérégulation continuent. Mais la crise est tellement grave, qu’une modification profonde doit avoir lieu. Celle-ci se fera dans la douleur ou en tapant du poing sur la table. Je préconise la sortie immédiate de l’OMC. Quant à l’Union européenne, la logique institutionnelle se doit d’être bouleversée. Si un gouvernement vraiment de gauche venait à être élu, il devrait déclarer au plus tôt que les directives libérales actuellement à l’œuvre n’ont plus cours sur le territoire national.

A voir sur Agoravox.tv

A : L’opinion publique est-elle sensibilisée à ces enjeux ?
AB : La crise environnementale et ses principaux enjeux ont été bien compris. Lorsque Nicolas Hulot, qui vient quand même politiquement du centre-droit, dit que le capitalisme n’est pas compatible avec la protection de l’environnement, c’est quelque chose qui touche les gens. Ce qui manque encore ce sont de grandes perspectives de changements. On ne croit plus aux débouchés politiques. Au sein du M’PEP (Mouvement politique d’éducation populaire dont Aurélien Bernier est le secrétaire national. Ndr), nous nous efforçons de faire des propositions réalistes : donner un véritable espoir de sortir du système libéral tout en restant concret. Pour y arriver, il faut montrer où sont les verrous (à l’OMC, au sein de l’Union européenne) et créer quelque chose d’autre.

A : Comment expliquez-vous que les thématiques que vous abordez dans votre livre soient si peu débattues aujourd’hui ?

AB : Mon livre est le premier sur le sujet alors que le marché du carbone existe depuis 2005. Je ne veux pas me livrer à une critique facile des médias, car, s’il est vrai que des puissances financières possèdent certains groupes médiatiques, il existe des journalistes qui font leur travail de manière honnête. Le fond du problème, c’est que les négociations sont menées dans l’ombre. Le détail des modalités de la finance carbone a été occulté du débat public. C’est pourquoi les pouvoirs publics ont une bonne part de responsabilité dans la situation actuelle, du fait qu’ils ont très peu communiqué sur la réalité des politiques menées.

A : Va-t-on parler de ces enjeux dans les mois à venir ?
AB : Oui, probablement. La conférence sur le climat qui doit s’ouvrir à la fin de l’année en Pologne devrait attirer l’attention des médias européens. Par ailleurs, le processus post-Kyoto doit débuter à partir de 2013 (le cycle de Kyoto s’étale sur la période 2008-2012. Ndr). Un processus de réflexion a été lancé à Bali en début d’année. Ces négociations sont lentes et se font sur plusieurs années. Elles devraient arriver à terme vers la fin 2009, avec une rencontre intermédiaire prévue en décembre 2008. C’est donc décidément le moment de mettre ce sujet sur la table et d’en débattre.

A : Pensez-vous que la crise financière peut se propager au marché des « droits à polluer » ?
AB : En tout cas, rien n’est fait pour que ça ne puisse pas arriver. On ne peut vraiment pas se permettre d’avoir un marché qui joue avec un enjeu aussi énorme que le climat.

A : Vous avez publié plusieurs articles sur Agoravox. Quelle est pour vous l’utilité de ce média ?
AB : Ce qui est intéressant lorsque je publie sur Agoravox ou sur d’autres blogs, c’est la possibilité d’ouvrir un débat avec les lecteurs. Celui-ci a lieu dès qu’il y a un minimum d’honnêteté et, de ce point de vue, c’est un outil très intéressant. Je ne publie pas sur internet simplement pour que les gens lisent, mais aussi pour qu’il y ait des échanges derrière.

A lire et à voir sur Agoravox :

. Quand le changement climatique se joue en Bourse
. L’environnement, dernier alibi de l’Union européenne
. (MEM) Major Economic Meeting et Union européenne
. Crise financière : penser la catastrophe
. Environnement et rentabilité des entreprises
. Réchauffement planétaire ? Guerre du pôle !

Crédit photos :
Haut : 1 jour 1 photo (Le désespoir après le passage de Katrina)
Bas : Institut national des sciences de l’Univers (Khao Lak-Thaïlande, avant et après le tsunami. Image prise par le satellite IKONOS. © Space Imaging).

Documents joints à cet article

Quand la finance fait la pluie et le beau temps

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • joletaxi 9 octobre 2008 16:17

     Je trouve assez curieux d’illustrer cet article par un tsunami qui n’a strictement rien à voir avec un éventuel changement climatique ?
    Mais les tenants du dogme sont prêts à tout pour vendre leur "camelote" 


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 octobre 2008 17:00

      L’Islande vient de faire EXACTEMENT ce que je recommande depuis le début de cette crise que j’annonce depuis des années. Je suis fier de mes ancêtres les Vikings  smiley

      http://www.mail.com/Article.aspx?articlepath=APNews\General-World-News\20081009\EU-Iceland-Meltdown.xml&cat=world&subcat=&pageid=1

      http://nouvellesociete.org/H40.html

      http://les7duquebec.wordpress.com/2008/09/29/la-crise-dans-le-miroir/

      Pierre JC Allard


      • R.L. 10 octobre 2008 11:24

        Oui ben alors, juste pour ce point, car en matière de financiarisation ultra de la société et de l’économie, elle est championne du monde. Et on voit les dégats que ça va faire...
        Même en vendant ses droits de poluer, ce sera une goutte d’eau.


      • Jordi Grau J. GRAU 9 octobre 2008 23:45

        Bonne interview. Merci pour cette information de qualité.

        J’aimerais tout de même poser une question à Aurélien Bernier. Vous dites vouloir mettre fin au libre-échange intégral. Je suis d’accord avec vous, mais concrètement, comment y parvenir ? Supposons que, comme vous l’espérez, des gens vraiment de gauche arrivent au gouvernement en France. Auront-ils les moyens de contraindre les grosses entrepises à accepter davantage de taxes (sociales ou environnementales) ? Ne se livreront-elles pas, encore une fois, à un chantage à la délocalisation ? Je sais bien que la mondialisation n’est pas une fatalité, puisqu’elle a été le fruit de décisions politiques. Mais maintenant qu’elle est là, quelle stratégie adopter pour que les Etats reprennent leur indépendance sans pour autant chercher une impossible autarcie ? Et puis cette stratégie peut-elle fonctionner au niveau national ? Ne faudrait-il pas une entente entre Etats (soit tous les Etats de l’Union européenne, soit une partie d’entre eux) ? Voilà beaucoup de questions... Si vous pouviez un peu éclairer ma lanterne...


        • Aurélien Bernier abernier 10 octobre 2008 10:13

          Bonjour,

          Vous posez la question essentielle.
          J’explique dans le livre que le préalable à toute action politique est justement de casser le chantage aux délocalisations.
          Je propose de reprendre l’idée, développée par l’économiste Jacques Sapir, d’une taxe sur les importations qui soit assise sur le bilan social et environnemental de la production importée. Ainsi, le prix de vente du textile chinois refléterait son coût global, externalités incluses. Dès lors, les entreprises seraient dans l’obligation de relever le niveau des conditions de travail et de la protection environnementale, sauf à perdre d’énormes parts de marché. Les recettes de cette taxe pourraient même être reversées aux pays taxés afin de financer des projets réellement propres.

          Ensuite, il devient possible de réglementer et taxer la production sur le territoire, qui n’a plus à subir une concurrence internationale profondément faussée. Des outils comme le conditionnement des aides publiques et des marchés publics seraient également très efficaces avec un levier en France de 300 milliards d’euros par an (http://abernier.vefblog.net/1.html#_Environnement__un_levier_de_300_milliards_dans_le).

          L’objectif est évidemment de mettre en oeuvre ces modalités à une échelle qui soit la plus large possible. Mais je pense qu’il faut oser se lancer, si besoin au niveau d’un seul Etat, pour montrer qu’on peut inverser la tendance. Ensuite, l’élargissement devra se faire, et les accords bilatéraux seront un bon moyen de propager ces nouvelles règles.

          Je vous invite également à lire ou relire la Charte de la Havane, qui montre qu’un tout autre système commercial a failli voir le jour (http://www.m-pep.org/spip.php?article607). Il est encore temps je pense de revenir à ces notions de solidarité et d’équité.

          Bien cordialement,

          Aurélien Bernier



        • Jordi Grau J. GRAU 10 octobre 2008 08:17

          Cher Calmos,

          Je n’aime pas beaucoup votre ton condescendant. Vous dites deux fois la même chose, comme si j’étais un débile mental, et vous me tutoyez alors qu’on ne se connaît pas. J’ai donc l’impression que vous ne cherchez pas réellement à dialoguer : seulement à rabaisser quelqu’un qui ne pense pas comme vous à l’aide d’une ironie facile.

          Maintenant, j’aimerais tout de même revenir sur le fond. Il y a sans doute une part de vrai dans ce que vous dites. C’est sous la pression de gens qui n’avaient rien - ou presque rien - que des institutions ont été créées pour atténuer les inégalités (Sécurité sociale, impôt progressif sur le revenu, etc.). Seulement ce genre d’institution n’a pas seulement profité aux plus pauvres : elle a entraîné un enrichissement global de la société. On peut donc imaginer - sans être un bisounours - que les êtres humains puissent être un jour assez raisonnables pour comprendre qu’un minimum de partage des richesses n’est pas nécessairement contraire à l’intérêt personnel. Je signale au passage que les pays du nord de l’Europe sont à la fois riches et relativement égalitaires. Vous voyez qu’il n’est pas besoin de changer de planète pour découvrir d’autres logiques économiques : il suffit de sortir des frontières françaises.


        • herve33 10 octobre 2008 09:13

          Excellent article qui encore une fois met l’accent sur la folie de la dérégulation des marchés et de l’économie néolibérale , qui non seulement est entrain de détruire l’économie de la planète , mais surtout et c’est bien cela le plus grave , joue avec l’équilibre à long terme de notre vaisseau qu’est notre planète . 

          Rien que pour cela , les responsables de cette folie devrait etre hors d’état de nuire .

          Nos enfants et petits- enfants auront de sérieuses raisons de nous en vouloir et parleront de notre époque comme celle de l’irresponsabilité .

          Mais les tenants du dogme sont prêts à tout pour vendre leur "camelote"

          J’entend déjà les climats sceptiques qui sont entièrement manipulés par les lobbies pétroliers et industriels américains , au mieux que le réchauffement climatique est naturel , au pire qu’il n’existe pas . 

          Il faut etre aveugle ou de mauvaise foi pour croire aux foutaises des études bidons toutes issues des lobbies pétroliers américains qui comme par hasard sont de fervants défenseurs du capitalisme néolibéral .


          • Cug Cug 10 octobre 2008 10:18

            Avant de faire de l’écologie politique il faut faire de l’économie politique !


            • médy... médy... 14 octobre 2008 21:47

              c’est infesté de pro-mondialistes ici... 90% de votre argent tant chéri est de l’argent-dette, dû aux banques des Rothschild qui prêtent depuis 300 ans ce qu’elles ne possèdent même pas.

              Avant, elles pouvaient prêter (faire crédit à des taux usuriers) 2 en possédant seulement 1, ceci grâce à l’invention du papier-monnaie. Maintenant c’est un ratio de 30:1 donc l’endettement des états face aux banques est devenu colossal tout en permettant la "croissance" de s’être poursuivie exponentiellement jusqu’aujourd’hui.

              Et c’est l’environnement qui paye en premier les interets : le sol français est biologiquement mort , nos blés sont deux ou trois fois plus courts qu’avant , les légumes doivent être cultivés hors-sol (heu pardon fabriqués).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

DH


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès