• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Groupe BLE Lorraine

Groupe BLE Lorraine

Le Groupe BLE Lorraine est le premier média indépendant et think tank de Lorraine. Composé d’un collectif de rédacteurs passionnés et d’un réseau d’informateurs présents partout en Lorraine, le Groupe BLE Lorraine rassemble plusieurs sites et plateformes sur internet. Il publie régulièrement des articles, des études et des idées pour faire avancer la Lorraine.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/12/2008
  • Modérateur depuis le 02/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 185 370 1999
1 mois 1 2 11
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 15 15 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires


  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 23 juillet 23:19

    L’ANDRA (Agence Nationale de gestion des Déchets Radioactifs a dernièrement annoncé le report d’un an du dépôt de la Demande d’Autorisation de Création (DAC) du projet CIGEO devant le gouvernement. Repoussée de mi-2018 à mi-2019, cette DAC est censée marquer une étape essentielle dans la construction du futur site d’enfouissement des déchets radioactifs dans le sous-sol meusien à Bure. Cette annonce intervient quelques jours seulement après la publication du rapport de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) qui évoque les risques d’incendie des colis d’enrobés bitumineux dans les alvéoles de stockage.


  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 17 juillet 20:03

    Dans son rapport d’évaluation du dossier d’options de sûreté du projet CIGEO de Bure, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) souligne « quatre points susceptibles d’entraîner des modifications de conception du stockage ». Il redoute notamment « les conséquences d’un incendie dans un alvéole de stockage de colis d’enrobés bitumineux », dans la mesure où « le concept retenu par l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) pour le stockage de ces déchets ne présente pas les garanties de sûreté suffisantes. Le nombre de colis d’enrobés bitumineux concernés est d’un peu plus de 40 000 (soit environ 18 % du total des colis destinés à être stockés dans l’installation CIGEO) et présente un risque d’emballement thermique si leur température augmente, notamment lors d’un incendie ».

    L’IRSN conclut qu’il est donc « nécessaire pour l’ANDRA, en relation avec les propriétaires des déchets, d’étudier la possibilité d’un prétraitement destiné à neutraliser la réactivité thermique des enrobés ou, à défaut, de revoir significativement les concepts, afin d’éliminer la possibilité qu’un incendie puisse se propager dans l’alvéole de stockage. A cet égard, les travaux que devrait conduire l’ANDRA sur ces sujets pourraient avoir un impact sur le contour de la demande d’autorisation de construction (prévue en 2018) ou les délais associés ».


  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 31 mai 22:35
    La Chambre Civile de la Cour d’Appel de Nancy a dernièrement confirmé l’illégalité du défrichement du Bois Lejuc mené par l’ANDRA près de Bure. La même décision avait déjà été prononcée par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Bar-le-Duc le 1er août 2016. Cette confirmation constitue donc une nouvelle victoire pour les militants antinucléaires, les huit associations engagées dans la procédure, ainsi que les quatre habitants de Mandres-en-Barrois qui ont assigné l’ANDRA en justice. Entre mai et juin 2016, l’agence avait en effet commencé à déboiser une parcelle de sept hectares du Bois Lejuc peuplée de chênes et de hêtres et construit un mur en béton long d’un kilomètre sans autorisation. Six mois avaient été donnés à l’ANDRA pour remettre le site en l’état, déconstruire le mur et replanter des arbres. Rien de significatif n’a jusqu’ici été fait. Le TGI de Bar-le-Duc avait assorti sa décision d’une astreinte de 100 euros par jour et par are à partir de ce délai de six mois. Cela fait donc depuis environ huit millions d’euros. Un arrêté préfectoral devrait néanmoins être pris dans les semaines à venir pour autoriser l’ANDRA à relancer les travaux. Cela dit, tout défrichement est interdit entre le 15 mars et le 31 juillet en raison de la période de nidification.

  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 31 mai 22:32
    La Chambre Civile de la Cour d’Appel de Nancy a dernièrement confirmé l’illégalité du défrichement du Bois Lejuc mené par l’ANDRA près de Bure. La même décision avait déjà été prononcée par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Bar-le-Duc le 1er août 2016. Cette confirmation constitue donc une nouvelle victoire pour les militants antinucléaires, les huit associations engagées dans la procédure, ainsi que les quatre habitants de Mandres-en-Barrois qui ont assigné l’ANDRA en justice. Entre mai et juin 2016, l’agence avait en effet commencé à déboiser une parcelle de sept hectares du Bois Lejuc peuplée de chênes et de hêtres et construit un mur en béton long d’un kilomètre sans autorisation. Six mois avaient été donnés à l’ANDRA pour remettre le site en l’état, déconstruire le mur et replanter des arbres. Rien de significatif n’a jusqu’ici été fait. Le TGI de Bar-le-Duc avait assorti sa décision d’une astreinte de 100 euros par jour et par are à partir de ce délai de six mois. Cela fait donc depuis environ huit millions d’euros. Un arrêté préfectoral devrait néanmoins être pris dans les semaines à venir pour autoriser l’ANDRA à relancer les travaux. Cela dit, tout défrichement est interdit entre le 15 mars et le 31 juillet en raison de la période de nidification.

  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 23 février 22:10

    Le sous-sol lorrain renfermerait encore 920 millions de tonnes de charbon après l’arrêt de l’exploitation des mines en 2004.


Agoravox.tv