Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile


En réponse à :

Par le journal de personne (---.---.---.212) 3 février 2012 16:47
le journal de personne

La pénombre

Je n’en reviens toujours pas, j’ai perdu toute chance de garder le pouvoir… Je ne suis plus crédible. Je ne suis plus ce que je croyais être… invincible.

L’ombre

Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même.

La pénombre

Tu vois, avec le temps, je me rends de plus en plus compte que la compétence n’y est pour rien… la politique ne peut être une science… mais un curieux mélange de grâce et de disgrâce…

L’ombre

En politique, c’est le peuple qui fait figure de propriétaire et il ne suffit pas de faire quelques aménagements pour avoir son assentiment… il suffit de quelques impayés pour se retrouver sur le pallier.

La pénombre

Je le sais. Je vais perdre les prochaines élections.
Mon devoir, tout le monde en parle parce que j’en ai parlé. Blanc sur blanc… Noir sur noir !
Mais ce que le peuple réclame de l’élu de son cœur, c’est du pouvoir… rien que du pouvoir, pour les dispenser de broyer du noir.

L’ombre

Tu veux que je te le dise : ce n’est pas avec ce genre de discours que tu as une petite chance de bien repasser ton ego froissé. En politique, ce n’est pas avec des cassures qu’on panse les blessures, parce que le rapport au monde est viscéral avant d’être verbal…

La pénombre

Si j’ai bien tout compris, tu me demandes d’en rajouter. Tu me trouves peut-être trop laid pour être vrai…

L’ombre

Oui, à quelque chose près. Tu es toi…
Un gentil, qui a la foi, pas le méchant qui allait mettre fin à leur désarroi.
Je vais t’énoncer un petit théorème : Les dupes ont horreur d’être dupés.
Tu n’es pas bonne sœur… ton job n’est pas de les inciter à se serrer la ceinture mais de les inciter à laisser tomber le pantalon.

La pénombre

Je suis pied dans le plat… c’est sans doute ça ! Il faut que je cesse de leur parler de menu, d’entrée, de plat de résistance ou de dessert, et que je leur apprenne à mettre les couverts… quand on voit les files d’attente devant certains restaurants… on se dit que les trois quart n’ont pas faim, mais juste envie de nourrir leur petite vanité.

L’ombre

J’ai l’impression que tu commences à bien distinguer entre ta puissance et ta volonté de puissance… pour le moment les deux sont réduites à néant…
Et avec ton récent remaniement, tu n’as fait qu’aggraver la disproportion… genre style… Petite reine à la traîne qui rappelle les vieux de la vieille pour paraître moins à l’antenne…
Mais ton peuple ne te suivra pas, parce que ce ne sont pas des friandises qu’ils réclament de toi, mais : du pain, du vin et du Boursin  ! Le peuple ne t’acceptera plus tel que tu es apparu, humble alors qu’il t’a connu superbe, mesuré après lui avoir inspiré la démesure, sage après avoir été la folle du logis.

La pénombre

Qu’est-ce que je fais, si je ne puis contenter ni les moins contents, ni les plus mécontents ? Me retirer du circuit jusqu’à la fin du temps qui m’est imparti ? Ce que tu me suggères, c’est une mort avant l’heure, puisque quoi que je dise, quoi que je fasse, ce sera la nuit où tous les chats sont gris.

L’ombre

Je n’ai rien dit de tel… Il ne suffit pas d’être en accord avec soi-même, ni de chercher de nouveaux accords puisque tout le monde connaît la chanson.

La pénombre

On dirait que tu as une idée derrière la tête ? Vas-y, tu peux y aller, mes conseillers ne sont même plus d’accord entre eux, il ne me reste plus que toi, tu t’appelles comment déjà ?

L’ombre

Ton alter ego. Ou si tu ne maitrises pas le latin, je suis ton double… ton apparence qui peut changer d’apparence, qui peut enfin remplir ton réservoir avec une essence nouvelle, qui te permet de rouler plus longtemps que tes poursuivants, les semer à l’occasion et leur donner enfin le coup de grâce qu’ils réclament de leur cheap leader.

La pénombre

Mais toutes mes apparences ont été trompeuses, des coquilles vides dénoncées par une presse hostile et une opinion versatile.

L’ombre

Il en sera autrement, désormais…
Parce que je ne suis ni ton masque, ni ta parure, mais le démon qui s’agite au fond de ton âme et qui va leurrer en beauté ceux qui t’ont abandonné et attiré tous ceux qui ne savent plus à quel saint se vouer !
Ton alter ego, sais-tu exactement ce que c’est ? C’est ta part démoniaque, qui n’a besoin ni d’un Guéant, ni d’un garant pour reconquérir les cœurs d’une nation qui a perdu la raison.

La pénombre

Tu as une feuille de route ?

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/je-ne-suis-pas-fol/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès