Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile


En réponse à :

Par morice (---.---.---.83) 17 février 2012 08:47
morice

condamnation automatique de propos au lieu d’y répondre :


la réponse est simple : doutez vous de l’existence du Colisée ? NON

Alors les chambres à gaz ont existé, puisqu’elles sont encore visibles, malgré toutes celles dynamitées par les nazis pour ne pas être inquiétées. Et ça c’est aussi indiscutable que le Colisée.

faut-il condamner ceux qui comme Faurisson tentent de répandre l’idée comme quoi ça n’a pas existé ?

OUI, car derrière ça il y a une AUTRE IDEE :celle de réhabiliter HItler.

Un Hitler sans chambre à gaz et sans four devient plus présentable, et leurs MENSONGES ne servent qu’à ça..

Ce crétin de Reynouard l’a écrit lui-même, tant il est BETE :

« Vers quatorze ans, j’ai pu contempler les photos du IIIe Reich. J’ai rapidement compris que le vrai socialisme, celui auquel j’aspirais, avait été réalisé par Adolf Hitler. Ce fait m’apparaissait comme une évidence. Lorsque je m’en ouvrais aux adultes, ils répondaient en invoquant les “atrocités nazies”. Pendant longtemps, j’y ai cru. Mais j’admirais tout de même Hitler pour ses réalisations sociales et je disais : “Il faudra refaire un État national-socialiste sans les camps.” On me répondait que c’était impossible car le national-socialisme menait naturellement aux camps de la mort. Dans ma tête pourtant, je n’arrivais pas à comprendre comment un tel régime, si bon pour son peuple, avait pu mener à de telles atrocités. La franche dichotomie me troublait et m’amenait à douter parfois. Mais tout le monde me le disait… Alors je restais seul, un peu honteux, avec mon “national-socialisme” — sans les camps. (...)
Je me croyais donc seul au monde, seul à avoir compris qu’on pourrait faire un national-socialisme sans les camps, seul avec les petites croix gammées que je dessinais sur des feuilles. Je n’en tirais nulle fierté, mais plutôt une angoisse abyssale. Devrais-je passer toute ma vie sans personne pour partager mes vues ? On comprendra pourquoi la découverte du révisionnisme et la certitude qu’il disait vrai fut pour moi une libération. Ce que je n’osais pressentir était exact. La franche dichotomie était effectivement un symptôme du mensonge ambiant. J’étais enfin décomplexé. », citation de Vincent Reynouard, dans son bulletin Sans concession(n°30, avril 2007).


il l’a ECRIT : pour faire avaler sa pilule du national-socialisme, il faut un Hitler propre.

Toute leur entreprise est dans cet AVEU.

les négationnistes sont PAR DEFINITION des Hitlériens. Blanrue, Faurisson, Meyssan, Dieudonné, et, etc... des Hitlériens ; car sans camp d’extermination leur HEROS devient PRESENTABLE.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès