• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Cassiopée R 24 juillet 2012 18:49

Il y a des dettes qui sont financières, et qui ne sont pas citoyennes. Il est mathématiquement impossible de rembourser ses dettes, la Grèce ne peut pas les rembourser pas plus que l’ Angleterre ou le Japon qui sont surendettés.


Alors qu’en Islande, le peuple a pu voter la fin des dettes sur son territoire car elles allaient détruire leur niveau de vie sur des années avec après une situation très difficile à remonter, dans l’Europe des banques, c’est réduction des budgets, socialisation des dettes et nouveau traité avec 0,5 % au lieu de 3% pour le pacte d’ (in)stabilibité.


Celà fait des années que les banques sont renfloués avec 300 milliards en France, encore plus à l’étranger, avec de nouveau plan encore en milliards d’euros ou dollars qui ont réalisés, et cette privatisation des gains (dont une partie de l’argent ne va pas dans l’économie) aboutit à une socialisation des dettes et une hausse des prix par la spéculation. C’est un enrichissement minoritaire, et un appauvrissement des classes moyennes et populaires.

 

La dette des collectivités locales sont très importantes dans de nombreux pays comme la Chine, les Etats-Unis ou l’Inde, c’est un phénomène mondial. La hausse des revenus des citoyens est économiquement ou financièrement, théoriser ou libéraliser, comme un danger économique, ce qui est faux. C’est une concentration des richesses qui génèrent un mécontement populaire, lorsque les capacités de vivre en société diminuent par le revenu obligatoire pour y vivre, et que les services publics et le marché du travail sont cassés.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès