• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Julien Tresse Julien Tresse 3 octobre 2012 15:32

Tout d’abord, étiez-vous obligé d’adopter ce ton ironique ? Cela fait-il plus rationnel ? Plus connaisseur ? Plus critique ? Je ne pense pas ... Je trouve que cela gâche un propos qui est pourtant intéressant. Mais bon, passons là-dessus ...

 

Vous dites : « Il est normal que « les résultats ne [soient] pas à la hauteur des attentes » puisque justement les élèves sont tous différents. » Cela me semble assez fataliste. Ils sont tous différents donc on peut rien faire …

 

Aussi, je sais très bien que le cerveau est plastique mais si un enfant rencontre des difficultés d’écriture, on ne va pas laisser cette difficulté perturber le bon déroulement des autres apprentissages (il n’écrira pas la consigne d’un exercice de maths sur la multiplication par exemple - il perdrait son attention sur quelque chose de non essentiel à ce moment d’apprentissage de l’opération). Cela ne veut pas dire qu’on ne fera pas écrire l’enfant. Mais cela sera fait en parallèle, de manière progressive afin qu’il rattrape son retard.

 

Pour ce qui est du sens de l’opération (et non du sens de la technique opératoire), je suis bien évidemment d’accord avec vous. Il faut mettre du sens derrière chaque apprentissage mais il s’agit là d’un exemple parmi d’autres. Le travail du sens ce fait en amont. Quant à l’évaluation de l’empans, ce peut effectivement être une source de difficultés mais c’est un cas qu’on retrouve assez rarement en classe ...

 

Pour le conflit cognitif : c.f. Vergnault …

 

En ce qui concerne les intelligences multiples, j’ai lu cela à la source même si j’avoue avoir également jeté un œil (intéressé) à ce que fait Bruno Hourst ... l’un empêche pas l’autre ...

 

Pour finir, à moins que je me sois mal exprimé (c’est fort probable), vous êtes passé complètement à côté de l’article. Il ne s’agit pas de faire écrire au traitement de texte (là aussi je vous rejoins sur l’importance d’écrire sur le papier – bien que, ici aussi il ne faut pas être manichéen l’un n’empêche pas l’autre) ni même de parler de l’utilisation de l’ordinateur de manière procédurale. Je parle des jeux vidéo (de consoles donc) qui peuvent être utilisés comme outils pédagogiques, de la même manière que l’on utilise un manuel (d’ailleurs un manuel d’exercices n’offre pas plus de réflexion qu’un ordinateur – on est là aussi dans du binaire). Cela ne veut pas dire qu’ l’on laisse l’enfant seul et que l’on ne l’utilise pas parcimonieusement. Cela sous-entend qu’on peut élargir les moyens utilisés de manière à rendre l’élève acteur de ses apprentissages (on est loin de l’apprentissage-robot qui mène au SAV selon vos dires) et d’offrir à chaque élève une voie d’apprentissage plus proche de sa stratégie intellectuelle.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès