• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Hervé Hum Hervé Hum 12 juin 2014 09:16

Philippe, on ne change pas de méthode de production, parce qu’on ne veut pas changer de philosophie économique, c’est à dire, basé sur la guerre, ici appelé concurrence a fin de contrôle et de contrainte des populations. La concurrence n’est pas plus efficace que la coopération, bien au contraire, mais cette dernière appelle à la conscience et fait porter le choix aux citoyens et non plus au consommateur qui lui, ne décide que ce qu’on lui présente à la consommation. Voyez la différence entre citoyen et consommateur ? L’action réfléchi et non conditionné.

Vous dites que c’est aux gens à faire attention à ce qu’ils bouffent, vous avez raison, mais les fonctionnaires et les politiciens ne sont ils pas payés par les impôts justement pour faire ce travail de contrôle et d’obligations tant sanitaires que sur la publicité mensongère ? Donc un consommateur ne peut faire véritablement attention à ce qu’il consomme, car c’est contre nature, seul un citoyen le fait.Mais dès lors que les consommateurs se changent en citoyens et demandent des comptes, ils sont traités de complotiste ou autres joyeusetés, parce que ce qui nous dirigent ne veulent pas de conscience citoyenne autre que celle d’aller jeter un bout de papier dans l’urne, mais rien d’autre. Donc un système faux, pervers et totalitaire.

Enfin, l’agriculture bio exige plus de main d’oeuvre, mais ne fait plus gagner d’argent aux industriels de l’agroalimentaire tels les semenciers, les fournisseurs d’engrais et de pesticide. Pour le système dans lequel nous vivons, ce qui importe n’est pas le contrôle des produits, mais des citoyens, de fait, les produits servent au contrôle des citoyens et non l’inverse.

Quelle est la contrainte qui n’en est une que par le fait de la domination d’une minorité sur la majorité ? Le temps ! Or, si tant est que la Terre ait encore quelques dizaines de milliers d’années sans risque majeur, cela signifie que la course au temps est fabriqué aux seules fins de contrôle d’une population dont on craint par dessus tout qu’elle puisse prendre le temps de réfléchir et de s’apercevoir qu’elle peut obtenir le même résultat en terme de qualité de vie et de progrès technique en travaillant deux voir trois fois moins. Le temps gagné étant dédié à l’activité sociale. D’où il en résulterait la fin des politiciens professionnels et la fin de la domination de la ploutocratie par l’argent. Et ce, sans changer les bases éthiques du capitalisme, c’est à dire le principe du mérite.

Bref, on peut tout changer sans rien changer, c’est à dire en modifiant notre relation au temps...
Alors pour en revenir à la malbouffe, d’un coté on di


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès