• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Hervé Hum Hervé Hum 12 juin 2014 18:04

Philippe, vous passez complètement à coté du fond de mon commentaire.

Votre discours est celui bien formaté et ressassé à longueur de journée dans les médias meanstream.

¨Par exemple, j’écris bien que l’esprit de concurrence doit toujours exister, mais seulement apprendre à la canaliser, alors qu’aujourd’hui la concurrence ne sert pas l’humain au sens universel, mais seulement une élite. Le sens de l’histoire avec la mondialisation est de faire évoluer cet esprit de concurrence non pas les uns contre les autres, mais pour atteindre des objectifs définis et de différents niveaux. Mais là, il me faudrait écrire un article à minima.

Le progrès technique en ces plus grandes avancés n’est pas dû à la concurrence entre les humains, mais pour atteindre un même but, la connaissance. Et c’est en s’affranchissant de la tutelle religieuse que la science a permis le progrès technique, toujours pas à cause de la concurrence.

Autrement dit, c’est l’émulation et la liberté de penser qui crée le progrès technique, pas la concurrence seule. C’est un énorme mensonge et manipulation. reprenez l’histoire de la technique et dites moi les motivations de ceux qui ont fait avancer la science ! Les autres, c’est à dire les financiers et les industriels, ne font que reprendre ces avancés et se les approprier. La différence, c’est qu’un chercheur, un scientifique, est rarement un bon commercial, donc un bon vendeur et ne s’interesse pas directement à son usage domestique. D’ailleurs, demandez si dans une entreprise c’est la concurrence entre les ouvriers ou l’émulation qui est mis en avant. Dans un même organisme, la concurrence détruit, la coopération construit.

Pour ce qui est de la culture bio, à priori vous en connaissez encore moins que moi. Quand on parles de la malbouffe, il s’agit d’un point de vue sanitaire, c’est à dire que la nourriture industrielle est toxique et provoquerait plus de mort que le tabac ou l’alcool.
Et ce % ne peut qu’augmenter. Et là, je suis minimaliste. En fait, la culture bio est moins chère que la cuture industrielle sur le long terme et si on considère les économies d’échelle qu’elle permet. Moins de maladie, meilleure état de forme, moindre consommation pour un apport nutritionnel équivalent. Seulement encore et toujours, il s’agit de vivre sur un autre rythme.

Nous vivons dans l’urgence parce que nous nous faisons la concurrence, mais si la Terre n’a pas de risque majeur connu avant quelques milliers d’années, cela signifie que le progrès technique n’est pas une urgence en elle même, car jusqu’à ce jour, ce progrès technique n’a permis d’éviter aucune catastrophe mineure comme un tsunami, une éruption volcanique ou solaire. Par contre, ce même progrès technique, menace toute forme de vie sur cette planète.

Voyez, c’est une étrange inversion de la réalité que vous faites, que seule permet les oeillères !

Pour terminer, j’ai juste jeté un oeil à votre lien, et celui ci commence par de gros mensonges, en effet, le communisme selon Marx n’ayant pas été mis en oeuvre, celui ci ne peut être accusé d’avoir causé la mort de millions de personne opposés au communisme, mais uniquement ceux qui ont voulu le mettre en oeuvre. Bref, s’il faut parler de 100 millions de victimes du communisme, il faut les chercher chez les communistes eux même et non les autres. Quand à savoir si je suis communiste, oui et non, je ne suis pas marxiste, parce que celui ci à bien compris le fonctionnement du capitalisme, mais n’a rien compris au communisme. En effet, on ne peut pas supprimer le capitalisme et en même temps supprimer l’esprit de compétition et l’éthique du mérite. Sinon, cela ne donne pas le communisme, mais le totalitarisme à la soviétique. Car l’esprit altruiste est encore trop rare, l’humanité n’est pas assez évolué pour cela, il doit donc encore y avoir la carotte et le bâton. Sauf que l’humanité est assez évolué pour se passer de pères fouettards que sont les ploutocrates et les politiciens. La majorité des êtres humains ayant acquis le niveau suffisant à la responsabilité individuelle et donc à l’auto discipline. De fait, il ne s’agit pas de supprimer le capitalisme, mais de le limiter à l’individu seul et non de l’étendre aux individus et nations comme c’est le cas depuis que l’humain à divisé la terre en propriété, donnant naissance au capitalisme. Autrement dit, d’interdire de capitaliser le travail d’autrui à son seul profit, mais uniquement de capitaliser ce que vous pouvez par votre seul mérite capitaliser. Une entreprise ne peut donc plus appartenir à un individu seul ou un groupe restreint d’individus, ni même à ses employés, mais uniquement comme un bien commun où seul est considéré le travail produit, physique ou intellectuel. Cela renforce le principe du mérite, mais basé sur la réalité du travail et non sur sa manipulation et exploitation par tierce personne par l’appropriation des matières premières, des moyens de production et maintenant du vivant par sa transformation.

La liberté exige une grande discipline intérieure, la servitude un minimum et l’esclavage aucune, car elle est imposé de l’extérieur.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès