• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Ramana Ramana 18 août 2014 17:19

Manu, on a dit que la prostituée monnayait du plaisir et non pas son corps. On a pas dit que c’était elle qui était censée trouver du plaisir dans l’échange. Si elle en trouve, du plaisir, tant mieux pour elle, mais si elle n’en trouve pas, le bon exercice de son art est de suggérer au client de façon crédible qu’elle en prend pour son plus grand plaisir à lui, puisque c’est lui qui raque et elle qui empoche. Moi, je fais avec ma tête et mes bras un boulot qui m’emmerde, mais je vends ma prestation en ne laissant pas paraître que je m’emmerde, et d’autre font le même boulot que moi et ceux-ci y trouvent du plaisir, ça dépend des mecs, comme dirait l’autre ! Quand à la pédophilie, elle n’a rien à faire là dedans. Qu’est-ce qui fait autant réagir au fait de vendre un plaisir corporel et affectif ? Est-ce la dimension corporelle, mais la masturbation n’est plus interdite, elle est même encouragée ? Est-ce la dimension affective, mais on dépense souvent plus que cela pour de l’amour ? Il conviendrait de rechercher plus en profondeur (hum !) les causes de cette aversion pour le sexe tarifé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès