• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


alinea alinea 5 avril 2016 14:00

C’est curieux Gabriel, qu’est-ce qui vous arrive ? Mais que se tissent ces liens invisibles et qui réchauffent et qui allègent...
Nous avons artificialisé la naissance, plutôt que l’assumer, nous avons étouffé la souffrance ; aujourd’hui nous nous laissons voler notre mort mais nous n’avons plus de gratuité pour nous accompagner.
Nous sommes sensés mourir à notre heure, et de bien des façons ; nous sommes sensés naître à notre heure. Aujourd’hui, les femmes programment leurs grossesses, en accord ou non avec leur conjoint, et le médecin programme l’heure de la naissance, en accord avec son planning.
Nous avons accepté l’artifice comme un progrès, nous en vivons les limites.
On trouvera la solution, mais, je suis convaincue que comme nous ne pouvons choisir le moment de notre naissance, nous ne pouvons choisir l’heure de notre mort ; ce serait mélanger des choses incompatibles : la vie et le mental.
On dit que comme on vit on meurt, c’est d’autant plus vrai aujourd’hui.
Il nous faut juste mourir quand on est prêt.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès