• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 17:29

@Trelawney
héhé, il est important de prendre avec légèreté les sujets sérieux.

Je vais tenter de résumer votre histoire pour le mettre en face de mes propos afin de mettre en évidence les points de convergences et de désaccord.

Vous avez créé (ou repris) une entreprise. Vous l’avez fait prospérer (et c’est tout à votre honneur). Vous avez souhaité la vendre au moment de prendre votre retraite. Il me semble que c’est un choix à ce niveau. Il est envisageable dans une carrière, de préparer sa sortie en amont en formant un successeur, il est aussi possible au moment du passage de société individuelle à société anonyme de faire participer les salariés au capital. Voir au moment de la séparation d’avoir une reprise des salariés. Mais c’est votre choix.
En tout cas j’ai l’impression dans votre propos que vous regrettez que les investisseurs français n’aient pas accordé d’importance à votre entreprise. C’est aussi mon cas, la première partie de mon article signale que la perte de votre savoir-faire est une perte stratégique de long terme et une perte de compétitivité. J’ai l’impression que nous sommes d’accord pour dire que la France est perdante. Il aurait même mieux valu (pour le pays pas pour l’activité en elle-même) que la puissance publique française prenne le relais le temps de trouver un autre investisseur.

L’argent de la transaction est capitalisé de votre côté. Nous sommes passé d’un stade où de l’argent circulait dans l’économie par votre activité à un stade où l’argent stagne dans une banque suisse (je ne souhaite pas gagner un point Godwin en rappelant le rôle de ce pays dans l’économie européenne). Cet argent ne circule donc pas dans l’économie française. L’activité perdue a été remplacée par.... rien....
Ne me faites pas le coup de dire que votre argent travaille en suisse. L’argent placé ne travaille pas. Soit il s’agit d’actions ou d’obligations, dans ce cas vous vous servez de votre capital pour que d’autres personnes travailles et vous captez une partie de la valeur ajoutée en cultivant votre potager. Soit il s’agit de produits assimilable à des paris et c’est pire. Vous ne gagnez que parce que la bulle financière gonfle et si jamais vous perdez, vous le déduisez de vos impôts, en fait grâce au capital, vous ne perdez jamais...
Vous me dites que cet argent servira à vos enfants. Seules personnes qui méritent votre réussite. Vous me le dites sans complexe pour me dire que la formation, les soins que vous avez reçu dans votre vie, créés par la république, ne sont pour rien dans votre capital ?
Je pense que vous confirmez ainsi mon avant dernier point.

Vous me donnez un désaccord sur les emplois. Vous me dites que les investisseurs en ont créés. Certes mais visiblement pas en France. De plus ça n’est pas parce que le nombre de salariés est passé de 85 à 150 qu’ils ont créés de l’emploi.
Si le groupe a racheté votre entreprise c’est certainement pour utiliser cette activité au sein du groupe. Plutôt que d’utiliser plusieurs entreprises d’entretien, acheter la votre (qui était peut-être la meilleure) et réaliser tout l’entretien par une seule entité est plus rentable. Bref, il est fort possible que votre ancienne entreprise ait servi de point de départ à la création d’une entité qui a vocation à remplacer toutes les autres. Au final, rien ne prouve qu’il s’agit d’emploi créés plutôt que regroupés ou perdus ailleurs...

N’abusez pas des Nougats pour vos triglycérides mais continuez de publier sur agoravox, c’est l’échange qui permet de réfléchir.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès