Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Signaler un abus

Par goldorak (---.---.---.131) 25 mai 2010 17:42

Bonsoir,

Le « A la suite » peut aussi tenir compte des errements, voire d’amnésies, qui fait que l’on s’aperçoit bien plus tard des causes de son trouble. C’est même assez typique de la psychopathologie, mais je vous concède bien volontiers votre correction.

En revanche, il existe des psychanalystes, psychothérapeutes, qui exercent auprès d’enfants, par exemple dans les CMP, avec une rétribution bien moindre que celle qu’ils ont avec les adultes dans leur cabinet. Peut-être pas à cinq ans, mais pendant la période de latence par exemple, et surtout à l’adolescence.

Les méthodes utilisées sont bien différentes de la cure classique. Lorsque l’on s’adresse à des enfants par exemple, les psychologues utilisent plutôt le jeu, la peinture, le dessin... Lorsque l’on s’adresse à des adolescents, il n’est pas question de faire des retours directs vis à vis de la famille, puisque chacun sait que la plupart des adolescents sont en contestation vis à vis de leurs parents. Une telle attitude qui serait « copiée » sur l’analyse classique des adultes mènerait à l’échec.

Ceci pour expliquer que, depuis Freud, la psychanalyse a bien évolué et qu’il ne faut plus aujourd’hui la considérer uniquement sous les aspects traditionnels du divan, par exemple.



Palmarès