Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Signaler un abus

Par Galuel (---.---.---.139) 28 octobre 2011 08:05
Galuel

Je cite :

"Enfin autre défaut important, en admettant qu’une inflation constante et maitrisée soit possible, ce dont je doute fortement, cette méthode est une marche vers la croissance forcée. Un individu ou un ménage qui décide de lever le pied - congé - retraite volontaire, « tour du monde » etc sera pénalisé. Tout pécule sera pénalisé. Il faudra tout dépenser tout de suite ou bien l’argent se dévalorisera.« 

Tout d’abord rien ne dit que l’argent se dévalorisera, puisque si globalement la production de la même chose croit au même rythme ce n’est pas vrai. Pourquoi ce qui est vrai dans le sens où l’on prétend créer de la monnaie en regard de la production ne s’appliquerait dans le sens où les acteurs économiques ajustent leur production en fonction de la monnaie créée ? Ca n’a évidemment qu’un sens arbitraire et unilatéral. C’est un premier point.

Ensuite quand on affirme que l’épargne se dévaloriserait c’est archi faux évidemment. L’épargne n’a jamais été proprement monétaire. Ainsi l’écureuil épargne des noisettes, et les indiens ont pris pour habitude d’épargner en or, et celui qui prétend vouloir »épargner de la valeur« qui croit qu’une valeur quelconque a cette prétendue propriété, eh bien il épargne »dans cette valeur« . Il n’y a aucune obligation à tripatouiller l’outil d’échange économique pour en faire une pseudo réserve de valeur, activant ainsi deux propriétés contradictoires.

Qu’après un »épargnant« se rende compte que son épargne basée sur la pseudo »valeur" qu’il a choisie pour telle ne remplit pas son office n’est pas un problème lié à la monnaie. C’est un problème lié à l’ignorance fondamentale qu’il n’existe que des valeurs relatives dont l’échange relatif dépend du temps et de paramètres complexes entre les acteurs économiques, dont le stock, l’offre et la demande.

L’épargne est donc possible, a toujours été possible, mais il n’y a jamais eu d’obligation pour les autres acteurs économiques d’accepter de se priver de leur outil d’échange économique en faveur des épargnants pour défendre leur pseudo croyance en un droit privilégié à épargner sur le dos des échanges économiques d’autrui.

Il n’existe pas un tel droit, il est parfaitement incompatible avec la liberté qui est non-nuisance.

Que celui qui croit en des valeurs absolues épargne ces valeurs sans nuire à autrui, et ainsi il fera une épargne conforme aux libertés.



Palmarès