• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen

Et si on disait Merde à la Chine ?

Par non666 (---.---.176.90) 7 janvier 2012 16:11
non666

Je suis tres etonné de voir qu’on envisage de dire merde à la chine, qui nous fournit du cash alors que nous sommes en bout de course et qu’on n’envisage pas depuis des decennies de dire merde aux etats unis qui imposent leurs probèmes au reste du monde.

Car enfin, le dollar monnaie d’echange obligatoire, imprimée comme autand de fausse monnaie, c’est eux, non ?

Les Junks bonds des années 80 , 90 c’est encore eux.
Les Subprimes refilées aux banques europeennes et asiatiques , sous couvert d’agences de notations a leur botte , au moment ou les grands acteurs de New york se retiraient du marché dans le plus gigantesque delit d’initié de tous les temps, cv’est encore eux non ?
Le maquillage de compte public (grecs) , puis la speculations contre la grece (delit d’initié) , puis la denonciation des procédés de camouflage utilisés (trahison de l’interet du client) c’est bien Goldman Sach ou ais je révé ?
Les agences de notation, toutes sous controle des anglo-saxons depuis le rachat de Fitch qui degradent les notes europeennes mais maintiennent la grande bretagne et les etats unis depuis longtemps insolvables, c’est bien eux ou pas ?

Alors je veux bien que les chinois soient , en ce moment , un peu irritants, un peu méprisant, un peu « nouveau riche » (on dit aussi « genre Sarkozy » pour signifier le comportement Rollex et chaussures compensées...) mais eux, eu moins ils essaient de nous aider et de mettre fin à un problème declanché outre-manche ou outre atlantique.

Si notre classe politique n’etait pas aussi corrompue, aussi au service du nouvel ordre mondial, nous n’en serions pas là.

Signaler un abus


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération