• lundi 21 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen

Qui arrêtera l’hémorragie financière des PME ?

Par easy (---.---.42.174) 28 janvier 2012 13:56
easy

Je comprends votre souci et croyez bien que j’ai eu le temps de méditer sur 3 ardoises que mes clients m’ont laissées après m’avoir trimballé pendant des mois

Mais en bonne holistique, il faut considérer le tout dans l’objet et l’objet dans le tout.

Mis à l’épreuve par mes remarques, après seulement deux rounds, vous en êtes déjà à dire qu’au fond, il faudrait payer au cul du camion

C’est à ça que je voulais que nous en venions.

Le paiement au cul du camion devrait être le principe central autour duquel les aménagements doivent être faits


Or, dans cet échange idéal au cul du camion, il y a deux éléments : la marchandise, bourrée de moisissures en cours de développement (j’espère qu’on me comprendra) et l’argent.
Cette marchandise livrée, parce qu’elle n’est pas aussi parfaite que des biftons, est entachée de doutes.
Le livreur a beau exiger vite vite le tampon de réception conforme parce qu’il est garé en triple file et n’a pas que ça à faire, lui accorder ce tampon avant de vérifier la marchandise, c’est très imprudent.
Il y a donc toujours et depuis que le commerce se pratique avec de la monnaie, une garantie absolue de conformité sur l’argent donné au marchand alors qu’il n’y a pas de garantie absolue de conformité sur la marchandise livrée

Ce point est essentiel à admettre par toutes les parties, au moins implicitement pour ne vexer personne.
Et si l’on convient de cet implicite, on peut convenir d’un décalage en « Aujourd’hui tu livres, demain je te paye »

Et une fois ce décalage convenu...la porte s’ouvre aux abus


On est donc coincé par les abus non par le principe incontournable du décalage
Il nous faut donc légiférer sur le moment de l’abus et c’est il y a à bouger les curseurs. La Chambre de Commerce n’est pas sourde à cette nécessité et sa Cour de Justice non plus.


D’autre part, il y a un autre implicite du commerce qui consiste à considérer que le choix du fournisseur, le choix du client, en termes de fiabilité, fait complètement partie du commerce et lui est donc consubstantiel.

Le commerce ne peut se réduire à un tableur car il comporte le paramètre confiance

On saura écrire la formule de l’incertitude du « chat de Schrödinger » mais jamais celle de la confiance
Les agences de notations qui sont obligées de varier leurs notes de jour en jour après bien des examens, pesages et soupesages ne me contrediraient probablement pas

Signaler un abus


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération