Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Signaler un abus

Par Mor Aucon (---.---.---.142) 18 février 2012 14:09
Mor Aucon

Le titre m’a attiré, la banlieue et nous, je pensais lire une analyse sur ce que représente la banlieue, au long de sa courte et agitée histoire, pour l’ensemble de la France mais non, une fois de plus on renvoie la balle dans le camp bétonné des banlieusards en leur demandant de faire un effort de sociabilité.

Monsieur l’auteur, auriez-vous oublié que dès leur planification, les banlieues ont été conçues comme un dépotoir humain ? Jetez-y n’importe quel groupe humain, n’importe quand depuis les années 60, et vous verrez fleurir toutes sortes de comportements autodestructeurs et de rationalisations de ceux-ci sous forme d’idéologies fortement opposées au reste des valeurs en usage dans la société. Nihilisme, libertarianisme, radicalisme religieux de tout bord ( les pentecôtistes ont envahi les banlieues bien avant les islamistes, par exemple ) et bien entendu la délinquance organisée, de surcroît souvent politisée. Soit dit en passant que chercher à dresser les bons habitants des banlieues face aux caïds maffieux qui les dirigeraient, ressemble beaucoup trop à ce que fait la police militaire brésilienne dans les favelas : diviser pour mieux régner. Les bons habitants n’ont pas à faire la police d’un État qui les a abandonné à leur sort depuis belle lurette. Ils sont, ainsi que leurs tortionnaires délinquants dont ils sont à la fois les bourreaux, les victimes de cette situation que le reste de la France observe sans rien faire depuis 50 ans.

Je trouve franchement indécent de réclamer un effort de citoyenneté aux habitants de quartiers conçus pour les en éloigner. Quand aura-t-on le courage de faire face aux erreurs commises dans l’effort d’absorption du boom démographique et de les corriger, tant que faire se peut, avant de demander aux gens de faire un effort qui correspond à l’État ?



Palmarès