Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Signaler un abus

Par docdory (---.---.---.137) 24 février 2012 19:21
docdory

@ Bernard Pinon

Il serait peut-être temps que les adeptes et membres du clergé des religions anti-porc adaptent leurs croyances au réel.
Il est impossible de vivre en France sans avoir de contact direct ou indirect avec le cochon, sympathique animal où, comme chacun sait, tout est bon.
Par conséquent, pour les musulmans et juifs, deux attitudes sont possibles :
1°) l’adaptation au réel, qui consiste à se dire que , de toutes façons, par le simple fait de serrer la main à quelqu’un à l’heure des repas, on peut se retrouver avec quelques molécules de protéine de porc transmises par quelqu’un qui vient de manger un sandwich au saucisson, protéines que l’on portera ensuite à sa bouche par inadvertance d’une façon ou d’une autre. 
Donc, l’adaptation au réel consiste à se dire qu’il est impossible de respecter scrupuleusement ce type de règlement religieux en France, et donc que le mieux est d’abandonner les superstitions alimentaires de l’islam ( ou du judaïsme )
2°) L’attitude névrotique obsessionnelle qui consiste à s’empoisonner la vie à tenter d’éviter tout contact avec une molécule de protéine porcine, et d’empoisonner celle de ses concitoyens en réclamant, pourquoi pas, des « contrôles » au frais de l’état ( c’est à dire de ses concitoyens pour la plupart ni juifs ni musulmans ) concernant les gélatines alimentaires, le caractère halal ou casher des viandes, en refusant de serrer la main « impure » des « infidèles » etc ....
Dans ce cas là, le mieux n’est-il pas de prendre un aller simple pour l’Arabie saoudite ( ou Israël si l’on est juif ) plutôt que de s’emmerder et d’emmerder les autres avec des superstitions d’un autre âge que la plupart des Français trouvent ridicules ou grotesques.



Palmarès