Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Signaler un abus

Par Mais dans quel monde vit-on ? (---.---.---.236) 1er mars 2012 16:02

« C’est étonnant tout de même qu’un bonapartiste ne milite pas pour Sarkozy. »

On reconnaît trois familles au sein de la droite française, « légitimiste », c’est-à-dire pour simplifier monarchiste, « bonapartiste », que je viens de décrire et « orléaniste », c’est-à-dire conservatrice modérée (ex. : Bayrou).

Par son ultralibéralisme de matrice anglo-saxonne, Sarkozy ne se rattache à rien de français et, si on ne les connaissait pas, il trahirait par là ses origines étrangères.

Sarkozy, c’est l’homme qui a dit un jour à Gérard de Villiers : « Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. » et c’est très logiquement le même qui déclarait, le 16 janvier 2009 : « Nous irons ensemble vers ce Nouvel Ordre mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer. »

Alors, sa chance - mais c’est celle de la plupart des élus - c’est que les électrices et les électeurs ne votent ni sur ce qu’ils proposent, ni sur ce qu’ils promettent, ni sur ce qu’ils disent - de ce point de vue, Sarkozy n’aurait même pas été désigné comme candidat d’un parti réellement gaulliste -, mais sur l’impression globale qu’il laisse aux gens.

Ainsi a-t-il donné aux gaullistes de 2007, l’impression, juste au demeurant, qu’il était le seul de son parti à pouvoir parvenir à l’Elysée. Personne ne lui en demandait plus sur le plan de la personnalité, comme des idées et des convictions, que tout le monde savait à peu près inexistantes.

A partir de là, on peut bien essayer d’expliquer aux gens qui est réellement Sarkozy, donner des exemples, produire des citations, c’est définitivement inutile pour les dissuader de voter pour lui, s’ils sont résolus à le faire, parce que les éléments que vous produisez ne correspondent absolument pas à l’image qu’ils ont, ou qu’ils se font, du candidat. Alors, soit ils les refoulent, soit ils ne les croient pas.



Palmarès