Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 11 septembre 2001 : le nouveau film qui dérange l’Amérique

11 septembre 2001 : le nouveau film qui dérange l’Amérique

On a peine à le croire : un jeune réalisateur de 22 ans, Dylan Avery, a été l’invité de Fox News, la chaîne TV pro-Bush, pour présenter son film contestant la version officielle fournie par la Maison Blanche sur les attentats du 11 septembre 2001.

Dylan Avery va beaucoup plus loin que Michael Moore. Presque cinq ans après les attentats qui ont le plus influencé les rapports internationaux dans l’après-guerre, les critiques sur le manque de transparence de l’administration américaine semblent retrouver un second souffle grâce à la réactivité des blogs, des vidéo-blogs (ou vlogs), et surtout à l’effort constant des familles de victimes, de jeunes journalistes, de professeurs d’université ou d’hommes et de femmes politiques téméraires.

Depuis quelques jours en effet, non seulement la blogosphère, mais aussi les grands médias et le monde politique s’enflamment suite à la diffusion impressionnante du deuxième volet du documentaire américain Loose Change sur les attentats du 11 septembre (diffusion assurée au début via des réseaux P2P, notamment Emule et ensuite par les sites de diffusion de vidéo comme Google Video et Daily Motion). Comme je l’ai décrit dans un article récent, avec l’explosion du phénomène de la vidéo sur Internet, « nous allons voir apparaître prochainement une nouvelle catégorie de vidéo-blogueurs que l’on pourrait appeler les ’activistes’ ou, si on veut enlever toute connotation politique, les ’témoins citoyens’. Il s’agit de tous ceux qui auront décidé de témoigner de certains dysfonctionnements graves de notre société en les filmant ». Bref, une vidéo-surveillance à l’envers est en train de voir le jour, non plus du haut vers le bas mais du bas vers le haut. Jusqu’à maintenant la vidéo-surveillance permettait aux hommes politiques de surveiller les dérives potentielles de leurs citoyens. La « vlog surveillance » permettra de faire l’inverse comme l’a très bien compris à un niveau local Christophe Grebert, le « Putéolien qui a décidé de l’ouvrir ».

Cela dit, il est évident que ce processus n’est pas sans risques, et les dérives potentielles sont importantes notamment vers la désinformation, ne serait-ce qu’en raison de la facilité pour tout un chacun de manipuler des images ou des vidéos. Néanmoins, ce phénomène est inéluctable et c’est à nous de trouver les garde-fous nécessaires pour minimiser ces dangers. C’est pourquoi il faut prendre le temps de regarder ce film jusqu’au bout pour se faire son opinion.

Ainsi, dans le cas de ces nouvelles vidéos qui circulent sur plusieurs médias et blogs anglophones et désormais aussi sur certains sites francophones (AtMoh, Nuesblog, etc.), force est de constater qu’un véritable travail d’enquête a été mené par les réalisateurs même s’il n’est pas exempt d’imprécisions ou d’interprétations subjectives. Leur méthode est simple, factuelle et se base exclusivement sur les bandes vidéos des grandes chaînes, les témoignages qui ont été filmés à l’époque, les différentes enquêtes mises en place. A la différence de Michael Moore, qui enrichissait ses films à charge à partir d’une vision préconçue, les réalisateurs de Loose Change nous donnent des instruments pour forger notre propre opinion.

Et comme le dit le célèbre journaliste de Radio-Canada, Bruno Guglielminetti il s’agit là « d’un documentaire troublant, qui ébranle les théories bien établies concernant les événements du 11 septembre. J’ai rarement vu un reportage aussi bien documenté sur le sujet et surtout, avec autant de reconstitution. (...) Un documentaire à voir absolument ! »

Et c’est en effet notre devoir de citoyen de visionner, analyser, décortiquer, et éventuellement critiquer ou dénoncer ce genre de document. Voilà la mission d’un véritable "pronétaire" à l’ère du numérique. Sans rentrer dans une paranoïa conspirationniste, force est de constater que la version officielle semble être contredite sur plusieurs points notamment en ce qui concerne l’écroulement sur elles-mêmes des tours jumelles (ainsi que la tour WT7 dans l’après-midi, alors qu’elle n’a été touchée par aucun avion). En effet, la grande improbabilité de l’écroulement des tours, consécutivement aux incendies et sans utilisation d’explosif, a été dénoncée par des nombreux chercheurs, universitaires et ingénieurs, spécialisés dans la démolition contrôlée de bâtiments (cf. vidéos en fin d’article).

Par ailleurs, comme le montre bien cet article de Jarret Murphy, de plus en plus de citoyens souhaitent l’ouverture d’une nouvelle commission d’enquête et des chercheurs, comme le professeur David Ray Griffin et le physicien Steven Jones (Department of Physics and Astronomy - Brigham Young University) s’interrogent sur les faiblesses scientifiques de la théorie officielle. Griffin fait également partie d’un groupe récemment créé (Scholars for 9/11 Truth) fédérant une cinquantaine de chercheurs universitaires qui contestent la théorie de l’administration Bush et parmi lesquels on retrouve des journalistes, des scientifiques, des universitaires, des philosophes. De plus en plus d’observateurs s’accordent à penser qu’il reste encore beaucoup de zones d’ombre sur les événements du 11 septembre 2001.

Bien évidemment, toute attaque à la théorie officielle sur le 11 septembre provoque des réactions immédiates. Ainsi, la neutralité des articles qui concernent ce groupe est remise en cause par certaines personnes même directement sur la Wikipedia. Et comme on pouvait s’y attendre, les bruits les plus fous commencent aussi à circuler sur Dylan Avery, le réalisateur américain auteur des deux documentaires que nous publions ici. En effet, vient de démarrer sur Internet une campagne de déstabilisation pour le décrédibiliser  : « There are also rumors that Dylan Avery, when he is not intoxicated on alcohol, is on some other drug, usually marijuana ».

En même temps, une nouvelle génération de chercheurs en quête de vérité, qui se coordonnent surtout via Internet, semble succéder à la génération de ceux qui craignent encore pour leur métier, leur carrière, s’ils apparaissaient comme trop critiques, voire "conspirationnistes". N’oublions pas le rôle contraignant sur la "liberté de penser" du USA Patriot Act II, le profond respect du drapeau, de la présidence, et la persistance du traumatisme de cet événement "inscrit dans le marbre" de l’histoire des Etats-Unis.

Contrairement aux mass media qui semblent avoir définitivement classé l’affaire « 11 septembre », Internet et les « médias des masses » permettent à tout à chacun de sa forger son opinion, de valider ou d’invalider ses propres certitudes... On touche ici du doigt le rôle (ou les limites ?) du « journalisme pronétaire ».

 


Mises à jour :

  • [21 mars] Bruno Guglielminetti, après sa brève sur Radio Canada, vient de publier un article encore plus détaillé sur le quotidien "Le Devoir" qui est considéré comme un des journaux les plus influents et respecté au Québec. Voilà ce qu’il dit : "Voilà une belle illustration du journalisme citoyen à l’ère d’Internet et surtout, d’un agrégateur de contenu aussi important que Google. Après tout, le réalisateur était loin d’un budget à la Michael Moore et, pourtant, il a réussi à produire un documentaire digne de la programmation des Grands Reportages de RDI. Et ce document vidéo, d’une durée de 1h20, a été produit à l’aide d’un ordinateur portable Presario de Compaq à 1500 dollars utilisant les logiciels Adobe Premiere Pro 7.0 et After Effects 6.5."
  • [21 mars] Afin que cela soit clair pour tout le monde, comme je l’ai déjà précisé dans les commentaires, mon article ne prend parti pour aucune thèse, groupe ou réseau. Il met en avant des éléments en partie inédits et pour certains "troublants" même si ces vidéos ne sont pas exemptes de critiques comme certains commentateurs le font remarquer. L’article a pour but de susciter des débats et éventuellement d’inciter de nouvelles investigations sans avoir d’autres finalités. La publication, le 21/03/2006, à la Une d’AgoraVox, d’un article d’un rédacteur qui conteste cette vidéo, va dans ce sens.


DOCUMENTS VIDEOS :

1- La première édition de « Loose Change » sous-titrée en français et réalisée en mai 2005

2- La deuxième édition améliorée et enrichie de « Loose Change » sous-titrée en français et réalisée en février 2006 (version la plus complète et récente)

N.B. La version originale du film est également disponible sur Google Video.


3- Un reportage de Utah Tv News dans lequel le professeur Steven Jones demande l’ouverture d’une nouvelle commission d’enquête sur les attentats


Collapse or Implosion ?


NDLR : Lire également les autres articles dans le dossier spécial "11 septembre"

 

 


Les réactions les plus appréciées

  • dmx (---.---.---.80) 20 mars 2006 12:29

    Contrairement à ce que les grands médias laissent croire, la vérité sur le 11 septembre est loin d’être connue. Cet article cite un certain nombre de sources mais beaucoup de journalistes d’investigation ont étudié de près ces évènements en recoupant les informations officielles ou disponibles dans les grands médias. Et leur conclusion est SANS APPEL : la théorie officielle de la conspiration islamiste est complètement incohérente avec les témoignages, la physique la plus élémentaire (chute des corps) et le plus simple bon sens.

    Pour ne citer que quelques noms, tous des Américains je précise : Michael Ruppert, David Ray Griffin, Webster Tarpley, Rob Bowman, Cynthia McKinney, Paul Thompson, Steven Jones, Jimmy Hoffman ...

    Alors si la théorie officielle est bidon, ne devrions nous pas tous être en train de chercher la vérité ? Je rappelle que le 11 septembre est LE PRETEXTE qui a servit aux néo-conservateurs pour enroler l’Amérique dans déjà deux guerres, dont on sait aujourd’hui qu’elles n’avaient rien à voir avec le 11 septembre mais beaucoup à voir avec le pétrole. Reveillons-nous du cauchemar qu’ils nous préparent. Personne ne le fera à notre place.

  • (---.---.---.184) 10 avril 2006 12:31

    Assassinat de l’un des « Scientifiques pour la vérité sur le 11 septembre »

    Michael Zebuhr préparait un doctorat de biologie à la Clemson University et figurait parmi les membres du mouvement des « Scientifiques pour la vérité sur le 11 septembre », au sein duquel il jouait un rôle essentiel de coordination. Accompagné de sa sœur, d’un ami et de Mme Suzanne Strong, sa mère, il sortait d’un dîner à Minneapolis samedi 25 mars 2006 lorsque deux individus se sont approchés pour exiger le portefeuille de Mme Strong, qui leur a été remis sans résistance, a déclaré la police. Sans raison apparente, les deux agresseurs ont ensuite abattu Michael Zebuhr d’une balle dans la tête. Ce dernier est décédé 24 heures plus tard au Hennepin County Medical Center des suites de ses blessures.

    Le Réseau Voltaire se joint à la famille de la victime, ainsi qu’au Mouvement des scientifiques pour la vérité sur le 11 septembre, pour exiger que toute la lumière soit faite sur ce crime qui prive un combat essentiel et difficile de l’un de ses plus courageux militants.

  • Yogi (---.---.---.5) 20 mars 2006 23:02

    N’oubliez pas la TROISIEME tour, qui s’est effondrée sans avoir été touchée par un avion.

  • caton77 (---.---.---.225) 22 mars 2006 19:34

    Le fameux Block 7 s’est effondré exactement comme un immeuble à l’implosion contrôlée ! Aucun gratte-ciel ne s’est jamais effondré de la sorte, à la suite d’un incendie ! Jamais ! Nulle part ! Surtout avec cette célérité, et en restant parfaitement bien droit !

    Je vous engage à retrouver l’interview de M. Larry Silverstein, le « propriétaire heureux » du complexe du WTC, où il avoue « du bout des lèvres » qu’il a autorisé les pompiers à « pull it » ! Autrement dit, à le faire sauter ! Ineptie totale quand on sait que pour préparer un immeuble à cette opération délicate, il faut au minimum, plusieurs semaines de préparatifs !


Réagissez à l'article

525 réactions à cet article

  • dmx (---.---.---.80) 20 mars 2006 12:29

    Contrairement à ce que les grands médias laissent croire, la vérité sur le 11 septembre est loin d’être connue. Cet article cite un certain nombre de sources mais beaucoup de journalistes d’investigation ont étudié de près ces évènements en recoupant les informations officielles ou disponibles dans les grands médias. Et leur conclusion est SANS APPEL : la théorie officielle de la conspiration islamiste est complètement incohérente avec les témoignages, la physique la plus élémentaire (chute des corps) et le plus simple bon sens.

    Pour ne citer que quelques noms, tous des Américains je précise : Michael Ruppert, David Ray Griffin, Webster Tarpley, Rob Bowman, Cynthia McKinney, Paul Thompson, Steven Jones, Jimmy Hoffman ...

    Alors si la théorie officielle est bidon, ne devrions nous pas tous être en train de chercher la vérité ? Je rappelle que le 11 septembre est LE PRETEXTE qui a servit aux néo-conservateurs pour enroler l’Amérique dans déjà deux guerres, dont on sait aujourd’hui qu’elles n’avaient rien à voir avec le 11 septembre mais beaucoup à voir avec le pétrole. Reveillons-nous du cauchemar qu’ils nous préparent. Personne ne le fera à notre place.

    • internaute (---.---.---.142) 20 mars 2006 17:40

      Bonjour et tout a fait d’accord « ...la physique la plus élémentaire (chute des corps) et le plus simple bon sens.... »

      En effet,nullement besoin d’être architecte ou spécialiste en dynamitage pour comprendre l’effondrement des WTC. Il suffit de rapprocher les photos des tours de la banlieue parisienne détruites par dynamitage ( dans le cadre de la rénovation urbaine) et celle des tours du WTC pour voir que c’est le même système de dynamitage utilisé. les tours s’effondrent comme un chateau de cartes, se tassent sur elles-mêmes,dégageant un énorme nuage de poussière blanche du à la dynamite . Y aurait eu « eventration » des tours " par les avions percuteurs, elles devraient exploser ! Qui n’est pas le cas. Plus grossier encore, le fameux passeport trouvé intact sur des tours fumantes. Que l’Amérique s’en défende, mais que les médias français suivent comme des ... c’est grave et décrédibilise totalemnt la profession.

    • Chris (---.---.---.19) 20 mars 2006 18:47

      Je suis un peu étonné. Très rapidement après l’effondrement des tours le magazine « Le Moniteur » était revenu en détail sur l’explication théorique. A la lecture de cet article, on peut difficilement accuser le journal d’être noyauté par la CIA, cela me semblait très convainquant.

    • Chris (---.---.---.19) 20 mars 2006 19:01

      Il faut vraiment que je retrouve cet article du Moniteur (http://www.lemoniteur-expert.com/) qui expliquait ces effondrements.
      De mémoire les avions qui ont percuté les deux tours transportaient énormément de kerozene, ils venaient de décoller, les températures après impacts ont donc été largement au dessus des normes admises. Aucun système anti incendie ne pouvait combattre le phénomène. Les poutrelles métalliques ont atteint un point de rupture, cela porte un nom technique, qui les ont rendu extrèmement fragiles et elles se sont tout simplement pliées.
      La structure des deux tours étant assez particulières, l’affaissement s’est fait par l’intérieur, le poids des étages a fait le reste. Quand 5 étages s’écroulent sur eux mêmes le reste suit par simple effet de poids.
      J’ai retrouvé 2-3 articles sur leur site mais très incomplet par rapport à la version que j’avais lu.
       http://www.lemoniteur-expert.com/depeches/depeche.asp?id=D6CFE0F09&acces=6&numPage=4
       http://www.lemoniteur-expert.com/depeches/depeche.asp?id=DEE89BF76&acces=6&numPage=2

    • Fanf (---.---.---.7) 20 mars 2006 19:16

      Justement, les vidéos semblent dire que cet argument est complètement falacieux : le kérosène brule à 1093 (qu’il y en ait beaucoup ou pas), l’acier normal fond à 1600°. Et l’acier spécial utilisé dans les twin tower était certifié « un certain code », dont un des tests est de resister plusieurs heures à une température de 1100°. D’où problème dans les justifications...

    • ivtchik (---.---.---.182) 20 mars 2006 21:40

      Visiblement vos connaissances en mecanique des solides frisent le ridicule.

      Les aciers perdent leurs qualités mécanique bien avant la temperature fatidique de fusion de 1560°C. Ainsi, je vous met au défit de faire tenir une piece moyennement chargé ne serait ce qu’à 900°C. En plus, s’ajoutent des phenomenes de fluage (ce qui fait que la tour eiffel se tasse un peu plus chaque année, rien que sous l’action de la chaleur du soleil) qui sont absolument monstrueux à ces temperatures.

      En plus, les avions ont percutés les tours suffisament bas pour que la masse du batiment restant au dessus des étages ravagés par l’impact et la premiere explosion, soit suffisante pour exercer sur les poutres metalliques des contraintes suffisante. Sans compter que l’impact et la premiere explosion a déjà en lui-meme fragilisé la structure en cassant certaines des poutres, certes pas assez pour que la tour s’écroule directement, mais aussi en arrachant les protections thermiques de l’ensemble des étages touchés... sans parler ensuite des milliers de litres de kérosène qui se sont enflammés, tout comme tous les éléments inflammables que l’on pouvait trouver dans ces bureaux.... en bref la certification de tenue de l’immeuble au feu pour quelques heures était bien caduque.

      Par ailleurs, je vois que tout le monde a déjà oublié les lycées Pailleron de sinistre memoire (batiment à structure metallique... qui brulent à 100% en une demi-heure environ)

      Comme quoi, l’ignorance et « un anti-americanisme primaire » font bien raconter des conneries.

    • Chris (---.---.---.19) 20 mars 2006 21:57

      Ouf merci je me sens moins seul.
      Je travaille dans le BTP, sans être un technicien je suis un peu au fait du domaine.
      Très rapidement après les fais le Moniteur avait établi un diagnostique qui s’est vu confirmer quelques mois après par l’enquête.

    • Yogi (---.---.---.5) 20 mars 2006 23:02

      N’oubliez pas la TROISIEME tour, qui s’est effondrée sans avoir été touchée par un avion.

    • caton77 (---.---.---.225) 22 mars 2006 19:34

      Le fameux Block 7 s’est effondré exactement comme un immeuble à l’implosion contrôlée ! Aucun gratte-ciel ne s’est jamais effondré de la sorte, à la suite d’un incendie ! Jamais ! Nulle part ! Surtout avec cette célérité, et en restant parfaitement bien droit !

      Je vous engage à retrouver l’interview de M. Larry Silverstein, le « propriétaire heureux » du complexe du WTC, où il avoue « du bout des lèvres » qu’il a autorisé les pompiers à « pull it » ! Autrement dit, à le faire sauter ! Ineptie totale quand on sait que pour préparer un immeuble à cette opération délicate, il faut au minimum, plusieurs semaines de préparatifs !

    • inplement (---.---.---.123) 23 mars 2006 02:50

      si l’intention de bush fut de faire la guerre à l’afghanistan et à l’irak, il n’aurait pas eu besoin de faire sauter les tours, si l’hypothese le melan à ces evenement est juste, il lui aurait suffi d’un pretexte moindre. or, si l’intention de la caste militaro industrielle d’extreme droite aux USA dont bush fait parti ,est de remodeler le monde à partir de maintenant et si le but est aussi de surpimer des libertés aux citoyens des USA et d’occident pour mieux les controler et gouverner par ce qui semble aujourd’hui devenir du faschisme ( patriotic act 1 et 2, mesures d’exeption, renforcement des pouvoirs du chef de l’etat, supression des droits en angleterre, possibilité de se faire tirer comme un lapin, d’être emprisoné sans motif, possiblité pour la CIA d’agir légalement sur le sol français depuis les lois perben...) et bien si tel sont les objectifs à long terme, un evenement tel que le 11 septembre fut necessaire.

    • Zheim (---.---.---.107) 28 mars 2006 20:40

      Chris, lorsque tu écris « Quand 5 étages s’écroulent sur eux mêmes le reste suit par simple effet de poids. »

      Justement c’est bien ce que le chronométrage établit clairement, la chute des tour a eu lieu en chute libre, c’est je dois le dire ce qui m’a le plus troublé dans ce documentaire. Si c’était sous l’effet du poids, la résistance à la chute de ces 110 étages se serait clairement montrée surtout sur une distance aussi élevé. C’est bien cet argumentaire qui vole en éclat de facon claire par un simple évaluation, loin des affirmations plates.

      Oui, ce documentaire pose décidemment de très bonnes questions.

    • Physics911 (---.---.---.60) 29 mars 2006 02:50

      Les incendies déclenchés par « les énormes quantités de kérosène » :

       70% ou davantage est parti dans la boule de feu initiale
       Les fumées des combustions dans les tours sont noires et épaisses, ce qui indique un feu « froid » et une pérunie d’oxygène de la combustion. La combustion est incomplète et l’incendie maîtrisable
       les équipes de pompiers montent dans les tours parce que leurs chefs ont jugé par l’analyse des fumées que ces incendies sont maîtrisables et que l’intégrité des tours n’est pas menacée.

      La PREMIERE tour à s’affaisser fut celle touchée EN SECOND, ce qui n’est pas logique si l’on retient les dégâts du feu comme cause essentielles à l’effondrement de la structure.

    • (---.---.---.184) 10 avril 2006 12:31

      Assassinat de l’un des « Scientifiques pour la vérité sur le 11 septembre »

      Michael Zebuhr préparait un doctorat de biologie à la Clemson University et figurait parmi les membres du mouvement des « Scientifiques pour la vérité sur le 11 septembre », au sein duquel il jouait un rôle essentiel de coordination. Accompagné de sa sœur, d’un ami et de Mme Suzanne Strong, sa mère, il sortait d’un dîner à Minneapolis samedi 25 mars 2006 lorsque deux individus se sont approchés pour exiger le portefeuille de Mme Strong, qui leur a été remis sans résistance, a déclaré la police. Sans raison apparente, les deux agresseurs ont ensuite abattu Michael Zebuhr d’une balle dans la tête. Ce dernier est décédé 24 heures plus tard au Hennepin County Medical Center des suites de ses blessures.

      Le Réseau Voltaire se joint à la famille de la victime, ainsi qu’au Mouvement des scientifiques pour la vérité sur le 11 septembre, pour exiger que toute la lumière soit faite sur ce crime qui prive un combat essentiel et difficile de l’un de ses plus courageux militants.

    • Abel (---.---.---.93) 17 avril 2006 22:18

      Bien sûr, et il n’est pas la peine d’ateindre 900° C pour qu’un acier plie.

      Quiconque a vu travailler un forgeron le voit chauffer le métal pour pouvoir le travailler : la barre d’acier plie alors sans casser, et on peut les transformer, l’aplatir et lui donner la forme souhaitée. Les anti-américains primaires jouent sur l’ignorance des gens pour faire croire qu’une barre de fer ne peut céder qu’en fondant ou en étant brisée par un explosif.

      Ces islamo-gauchistes appliquent le principe : "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. Et plus c’est gros, mieux ça passe ; Ils me font penser aux négationnistes du génocide juif.

      Cette article est une honte et une insulte aux victimes et à leurs familles

    • Jean-Pierre An Alre (---.---.---.88) 19 avril 2006 22:18

      * Les lycées Pailleron avaient combien d’étages ?

      * Un simple fer à souder à gaz disponible dans tous les supermarché fond t-il lui aussi en quelque secondes ?

      L’argument de l’autorité, c’est toujours un truc efficace pour empêcher les autres de penser par eux-mêmes

    • mylo (---.---.---.85) 21 avril 2006 11:09

      même si l’acier est malléable à partir de moins de sa temperature de fonte, tu te contredis : si c’était le cas, la tour se serait pliée et pas effondrée sur elle-même

      en + le feu n’a pas brûlé pendant très longtemps... les pompiers ils entendaient des voix ? les gens dans les étages inférieurs avec des lambeaux de peau t’y crois pas mais qu’ils aient même pas grillé qu’on détournait 4 avions ça t’y croit ?! A New-York, y a 20 millions de personnes, dans un avion maxi 300, tu fais quoi qd t’apprends qu’ils sont détournés ? tu préfères risquer qu’ils s’écrasent sur une ville ou tu fais un sacrifice utile ? bah sans hésiter tu dégommes l’avion... me sors pas qu’ils ont pas eu le temps il savait déja dès le 1er avion que qqch se passait mal, ou alors ils ont tout manigancé.

      enfin, la chaleur ça fait pas augmenter le poids, t’as oublié tes TP de chimie de 5e ? ainsi que Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » t’as fumé quelle moquette pour dire que la tour Eiffel se tasse en été ????? la chaleur dilate les métaux, elle les rends pas plus lourd, à la limite elle serait même légerement plus grande par grande chaleur (et bombée !) fluage, mdr...

      allez retournes dans des bouquins et te la joue pas physicien...

    • gromax (---.---.---.68) 8 septembre 2006 16:48

      Je suis pret a croire que le gouvernement américain n’est pas très net et que toute cette affaire n’est pas pour le déranger mais quelque chose me parait bizarre dans la rethorique de ce film. On nous fait comprendre que le vol 93 ne s’est pas écrasé et qu’il n’y a pas eu d’avion de ligne crashé sur le pentagone. Par contre on ne peut pas nier que de gros avions (meme s’ils ne sont pas vraiment des avions de ligne) se sont crashés sur les tours provoquant des milliers de morts. Alors pourquoi le gouvernement américain aurait rusé pour deux avions en simulant de faux crash et pas pour les deux autres ? Pourquoi aurait-il seulement fait semblant de faire mourir les passagers du vol 93 alors qu’il aurait provoqué la mort de milliers de personnes à New York ? Cela me parait inconsistant.

    • jm (---.---.---.253) 9 septembre 2006 16:29

      Je peux concevoir qu’un building constitué d’une structure d’acier soit affaiblie suite à un impact ou un incendie. Dans ce cas, la structure est affaiblie au niveau du moint d’impact et au dessus de l’incendie mais pas en dessous. Un écroulement partiel aurait pu s’expliquer mais pas un écroulement total. En effet la chaleur ne s’est pas répandue dans les étages inférieurs sinon l’évacuation n’aurait pu avoir lieu et la structure au niveau des étages inférieurs était intacte et conçue pour supporter le poids des étages supérieur Pour moi l’écroulement de ces builing jusqu’au rez de chaussée est un mystère

    • reminder (---.---.---.172) 9 septembre 2006 16:40

      jm tu as faits une simulation ? Un impact : on parle d’un Boeing à pleine vitesse pas d’une motocyclette. Un incendie : on parle d’un incendie déclenché par des tonnes de kérosène et les matériels de bureaux (des tonnes de papier et autres matériaux inflamambles) ont alimenté la réaction. Ps : un cours sur les métaux de niveau primaire pour jm : métal = conducteur= la chaleur des incendies se propage dans divers niveau de la tour et affaiblit la stucture même en dessous du point d’impact.

    • 911truth (---.---.---.28) 12 septembre 2006 15:21

      Loose change II a pulvérisé mes barrières psychologiques et il est bien clair à présent que la théorie bushienne n’est qu’un tissu de mensonges. Oui, l’administration bushienne ment ! Je ne savais pas qu’un troisième immeuble était tombé « tout seul » sans jamais avoir été touché par un avion, huit heures après les 2 tours ! J’ai lu ce blog jusqu’au bout et je me suis rendu compte que chaque fois qu’on parlais du WT7, les néo-cons et leurs partisans la fermaient tout de suite. Pourquoi philosopher sur l’évidence de la destruction contrôlée des 2 tours quand une troisième s’écroule sans avion et sans kérosène ? Après Loose change II, il faut être con ou néo-con pour ne pas voir la vérité en fasse : les bushiens sont des menteurs et des assassins ! A quand le procès des bushiens ?!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès