• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 11-Septembre : l’imposture des théories alternatives

11-Septembre : l’imposture des théories alternatives

Les théories alternatives à propos des attentats du 11 septembre 2001 reposent en grande partie sur un mensonge éhonté qui consiste à prétendre qu’il existerait un débat dans la communauté scientifique sur les causes réelles des effondrements des tours du WTC.

Qu’en est-il vraiment ?

JPEG - 53.1 ko
Richard Gage

Ce que dit la communauté scientifique

Non, il n’y a aucun débat scientifique actuellement pour savoir si l’effondrement des tours a été ‘aidé’ ou non par des explosifs. Les causes réelles ont été étudiées en long, en large et en travers.

Des centaines scientifiques du monde entier, spécialisés dans le calcul de bâtiments ou l’expertise des accidents, ont expliqué par des rapports circonstanciés et des articles dans des revues scientifiques spécialisées [1], quelles étaient les raisons techniques les plus probables de ces effondrements. Cela représente plus de 15000 pages de documentation technique et scientifique. Même si les crashs des avions ont affaibli leur structure, ce sont avant tout les incendies qui sont la cause principale de ces effondrements [2].

Aucun article, aucun scientifique expert dans ces domaines, n’ont remis en cause les grandes lignes de ces conclusions.

En Italie au mois d’avril 2011, comme une fois tous les 4 ans environ, un congrès réunissait les ingénieurs et scientifiques du monde entier faisant du calcul de structures. Des sessions spéciales étaient consacrées au calcul des immeubles de grande hauteur (IGH), leur tenue au feu, à la dynamique des structures, à l’ingénierie forensique, etc [3]. Non seulement il n’y avait personne pour remettre en cause les études déjà réalisées à propos des tours du WTC, mais surtout, les études précédentes sont désormais considérées par les (vrais) spécialistes du domaine, comme des modèles (appelés benchmark) pour les codes de calculs actuels. Elles étaient citées en bonne place lors de ces sessions.

Des experts autoproclamés…

Mais effectivement, malgré ce consensus général, quelques exaltés remettent en cause ces conclusions. Notons tout d’abord :

- qu’ils ne sont pas du tout spécialistes du domaine (nous y reviendrons) ;

- qu’ils n’ont rien publié dans des revues scientifiques dignes de ce nom avant le 11 septembre 2001 (et encore moins après) dans ce domaine précis d’étude ;

- que ce sont des personnes le plus souvent impliquées dans des mouvements à caractère politique.

Surtout, ils affabulent de façon éhontée sur leur compétence réelle. Notamment les 1500 architectes et ingénieurs qui ont signé une pétition lancée par l'architecte américain Richard Gage, affirmant que les enquêtes techniques réalisées sont mensongères et devraient être reprises à zéro.

Malheureusement :

- aucun architecte n’a jamais fait et ne fera jamais le calcul de structure d’un IGH, ce n’est tout simplement pas dans ses attributions. Les architectes représentent néanmoins 500 signataires environ dans la pétition, y compris les architectes d’intérieur qui sont, sans aucune vergogne, comptabilisés ;

- sur les 1000 ingénieurs restant, la plupart (95 % environ) n’ont aucune compétence en calcul de structure de bâtiment : ce sont des ingénieurs en mécanique auto ou avion, électronique, informatique, hydraulique…

- quant aux 50 derniers, grand maximum, qui sembleraient avoir un jour pratiqué le calcul de bâtiments, on ne sait s’ils ont un jour dimensionné un ouvrage plus haut qu’un hangar agricole. À comparer aux dizaines de milliers qui officient par le monde.

Rappelons également un point essentiel : si un architecte n’est pas un ingénieur ‘structure’, ce ne sont pas non plus les ingénieurs ‘structure’ qui travaillent dans les bureaux d’études qui établissent les codes de calcul règlementaires. Leur rôle consiste seulement à appliquer méthodiquement ces règles, établies par des scientifiques, permettant de s’assurer que le bâtiment ne s’effondre pas, et ce, dans le cadre d’un usage ‘normal’ ou lors d’un accident ‘modéré’. Il n’est nullement dans leur attribution, ni compétence, d’évaluer les limites de ces codes, donc de la limite conduisant effectivement à la ruine de leur construction.

Cette pétition relève donc bien d’une pure escroquerie intellectuelle : ces personnes n’ont aucune expertise pour apprécier, et encore moins remettre en cause, ce qui a été produit et validé par l’ensemble de la communauté scientifique.

Un numéro spécial de la revue Science et Pseudosciences, éditée par l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS), a donné la parole, en juin 2011, à ce qui se fait de mieux en France en termes de recherche scientifique dans le domaine du génie civil [4]. Des personnes responsables, dans les plus grands organismes français (CSTB, CTICM), des services travaillant spécifiquement sur le calcul de structures en situation d’incendie, se sont prononcées. Les responsables des associations françaises regroupant les scientifiques du génie civil (AUGC et APK) ont également donné leur avis. Leur conclusion est sans appel : non, il n’y a rien de scientifiquement crédible dans les théories alternatives. Rien.

Un débat ? Quel débat ?

Faut-il alors organiser des débats avec les affabulateurs qui promeuvent ces théories alternatives ? Il est permis d’en douter : étant donné que leurs théories fumeuses ne reposent sur aucun fondement scientifique, ils n’usent que de rhétorique. Or, les débats scientifiques se font dans les revues scientifiques, pas dans les médias. Si les camelots de la conspiration réclament à cor et à cri ces débats ‘publics’ c’est qu’ils ont bien compris qu’ils ont tout à gagner dans des joutes qui ne seraient que verbales, forcément sans aucune base scientifique puisqu’ils n’en ont pas les compétences. 

Mais surtout, organise-t-on des débats publics pour savoir si c’est la terre qui tourne autour du soleil ou l’inverse ? Non, car les scientifiques ont expliqué et démontré, depuis Copernic et Galilée, que nous étions bien dans un système hélio-centriste. Malgré cela, quelques illuminés organisent encore des conférences, même en 2010 (!), pour remettre au goût du jour le géocentrisme [5]. Le 911 truth movement, relève de la même logique : remettre en cause des résultats scientifiques établis, en leur opposant de simples croyances ou des arrière-pensées politiques. Il n’y a rien de scientifique là-dedans, rien qui vaille en tout cas la peine d’un quelconque débat ‘public’.

Nous sommes donc bien, 10 ans après les faits, toujours en attente d’un article scientifique digne de ce nom qui remettra en cause les conclusions validées par la communauté. Vu le consensus actuel, ce sera même une vraie révolution dans le domaine du calcul de structures et le prix Nobel ne sera alors pas loin pour son auteur ! À bon entendeur…

 

[1] plus de 70 articles scientifiques sont parus jusqu’en 2009 et il en sort encore en 2011, preuve, s’il en était besoin, qu’il n’y a pas besoin de ‘réouvrir’ l’enquête : quiconque ayant des choses intelligentes à publier sur le sujet peut le faire dans des revues spécialisées. http://www.bastison.net/WTC12/wtc12_3.htm 
[2] Pour plus de détails, lire « La farce enjôleuse du 11 septembre  », Jérôme Quirant, Editions Books-on-Demand

[3] http://www.bastison.net/RESSOURCES/Schedule-SEWC-2011.pdf

[4] http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1626 

[5] http://www.conspiracywatch.info/Sondage-a-quand-un-Mouvement-pour-la-Verite-sur-le-Soleil_a622.html


Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (260 votes)




Réagissez à l'article

560 réactions à cet article    


  • Charmord 26 juillet 2011 11:14

    @ Jerôme Quirant,


    Comment expliques-tu que ma réponse à l’AFIS ait été censurée sur les quelques blogs orientés qui ont fait état de sa sortie ?

    Trois exemples :

    Chez Monsieur Rasplus, ma réponse n’est parue que l’espace de quelques heures, à la 15ème tentative de la poster, avant de disparaître sans raison, alors même que du troll pur jus produit par quelque Gonzague n’a pas subi les foudres de la modération malgré la vulgarité et le vide abyssal du propos.

    Chez Monsieur Reichstadt, j’ai renoncé au bout de trois tentatives après que l’intéressé ait refusé de me donner la raison justifiant la non publication de ma réponse.

    Enfin, sur le forum de france 2, alors que le sujet du fil est ce dossier de l’AFIS, ma réponse à l’AFIS n’a jamais été diffusé que très partiellement, malgré de multiples tentatives.

    Je la rappelle dans mon prochain post pour que chacun puisse juger si elle comportait un motif justifiant sa modération, en réalité sa censure pure et simple.

    • François François 26 juillet 2011 16:06

      @ Chatmort

      Tu as les url pour voir ces « troll pur jus produit par quelque Gonzague n’a pas subi les foudres de la modération malgré la vulgarité et le vide abyssal du propos » ?


    • Charmord 26 juillet 2011 11:22

      Reproduction de ce message : réponse à l’AFIS :

      http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/le-11-septembre-sur-europe-1-entre-97832?debut_forums=100#forum2995235

      Une première lecture de ce dossier de l’AFIS suscite les observations et remarques suivantes.

      1. Un nombre considérable de points controversés - et non des moindres -est complètement passé sous silence dans le dossier, s’agissant des explications données à la ruine des tours jumelles.

      a) On pense spécialement aux multiples indices d’utilisation d’explosifs pour lesquelles pas un mot n’est prononcé alors qu’ils justifient à eux seuls d’approfondir l’enquête et à défaut, des suspicions d’une variante dans le modus operandi des attaques, avant même de se hasarder sur la question des auteurs. 

      Ainsi, Mr M. Levy, directeur du bureau d’expertise Weidlinger, ayant produit le rapport d’expertise sur les causes des effondrements en faveur de la société de L. Silverstein, propriétaire et leaseholder d’une partie non négligeable du complexe du WTC, affirme-t-il que du kerozène a coulé dans les cages d’ascenseurs et escaliers. Il ne prétend toutefois ni a fortiori ne démontre que cet écoulement ait pu entraîner des explosions majeurs, comme l’enseigne le postulat non démontré du Nist de la théorie de la boule de feu responsable de diverses explosions à des étages sélectifs de la tour Nord ; que ce soient celles qui se produites dans le bas des tours, quelque trois cent mètres plus bas, au moment des crashes, comme le prétend le rapport du Nist, mais aussi celles largement postérieurs aux crashes, avant les effondrements, causant outre des dégâts matériels majeurs, de nombreux morts et blessés, selon plusieurs témoignages concordants !

      Voir ici par exemple (A noter les gesticulations des debunkers pour répondre à ce post)


      b) Les chaleurs extrêmes qui ont, selon des rapports officiels sortis dès 2002 (RJ Lee, notamment), été générées lors de la destruction des tours, ne reçoivent aucune explication plausible étayée. 

      La seule qui est fournie par le métallurgiste M. Brilich, attribue le développement des phénomènes jusque là incompris de telles chaleurs et du phénomène de fusion intergranulaire constaté par la Fema sur diverses poutrelles à des phénomènes anarchiques de réactions chimiques postérieures à la ruine des tours qui se seraient produites dans le tas de décombres. 

      L’auteur prétend se fonder sur la littérature scientifique en citant trois articles, en notes de bas de page. Les deux qui sont accessibles en version intégrale sur le net ne paraissent absolument pas corroborer son explication, malgré ce qu’il affirme, après vérifications dans les articles. Une dernière vérification a permis d’écarter la première source citée par l’auteur, aucune explication similaire à celle postulée, sans démonstration par l’auteur, ne s’y trouvant...

      Cette explication, qui est identique à celle « développée » par Monsieur Quirant sur son site bastison, sans le moindre début de démonstration, semble au premier abord incompatible avec celle avancée dès 2002 par le laboratoire RJ Lee, selon laquelle les très hautes chaleurs capables de produire la fusion de l’acier dont des indices probants ont été retrouvées dans des poussières recueillies non seulement dans les ruines fumantes de de Ground Zéro même mais également dans un immeuble situé à proximité de celui-ci, ont été générées lors du « WTC Event », soit lors de la ruine des tours. Vous avez dit qu’il n’y a pas de controverse sur ce point ?

      c) Quant aux raisons de l’initiation de l’effondrement lui-même des tours jumelles, les experts consultés leurs apportent pour toute caution, des modèles informatiques invérifiables censés démontrer comment elle s’est produite, en répétant les explications données par la théorie officielle, avec quelques variantes notables, comme le nombre de colonnes ayant perdu leur fonctionnalité dans chaque tour. Au demeurant, le rapport de la société Weidlinger a fait l’objet de cet article, qui le critique très sévèrement.



      Monsieur Levy ne fait pas grand cas du fait que le rapport du Nist contient la propre démonstration de son insuffisance quand il admet que les tests réels autant que les simulations qu’ils ont effectuées n’ont pas permis de reproduire le scénario de tirage des poutres d’acier sur les fixations, pourtant crucial pour la fiabilité de leur modèle. Tout ceci est expliqué en détail ici : http://www.darksideofgravity.com/WTC_init.pdf

      d) Ce qui frappe aussi, c’est le silence radio complet - tout comme pour la version du Nist - sur l’effondrement lui-même dans l’article de M. Levy (ni dans aucun autre) ! Il n’y pas la moindre description et encore moins d’explication de la théorie de l’effondrement dit progressif dans cet article, cette théorie qui est tant décriée par de nombreux architectes, ingénieurs et scientifiques, dont certains ayant le même domaine de compétence que les experts consultés, quoique le dossier SPS tente d’insinuer. Récemment, plusieurs membres de l’association reopen ont été en contacts avec le Dr R.M Korol, dont la réputation est indiscutable et à qui s’est associé le Dr F. Greening, ayant debunké jusqu’ici les hypothèses de démolition contrôlée mais qui paraît avoir fortement modifié son approche... 

      Exit Z. Bazant, donc, et sa théorie dite du marteau, pourtant si chèrement défendue par Monsieur Quirant. 

      e) On, cherchera aussi en vain une explication cohérente à tous les phénomènes qui se sont produits lors des prétendus « effondrements » des tours tels que les squibs et éjections de pans latéraux des tours bien en deçà du front théorique d’effondrement, les coulées de métal fondu antérieures et contemporaines à l’effondrement de la tour Sud, la « désintégration » dès les premiers instants du bloc supérieur de la tour Nord, avant l’initiation même du front d’effondrement théorique à partir des étages impactés, tel que parfaitement lisiblesur une illustration graphique figurant dans le dernier article cité ci-dessous.

      2. Pour le WTC 7, on a droit de la part des experts consultés à une synthèse conforme des explications que le Nist a finalement délivrées mais sans jamais que les critiques adressées par de très nombreux ingénieurs et scientifiques à cette théorie soient davantage adressées. 

      A titre d’exemple, dans l’enchaînement des événements ayant conduit à la ruine de ce troisième immeuble, les experts laissent paraître que la ruine interne de cette tour préalable à l’effondrement des façades - ce qu’ils appellent "la ruine en chaîne horizontale - soit des plus logique et naturelle. 


      Pourtant, sur le forum de l’association ReOpen911, Monsieur Quirant a affirmé qu’à partir du moment où l’une des colonnes dans le penthouse east perdait sa stabilité, non seulement, la stabilité du penthouse était perdue mais en outre, le report de charges qui s’ensuivrait au niveau de la paroi externe était tel que cette-dernière ne pouvait certainement pas résister et allait immanquablement flamber. Dans la version développée par le Nist - reprise par les experts précités, avant ce flambement localisé à l’est de la tour 7 qui aurait, dans les conditions décrites par Monsieur Quirant, produit l’effondrement dissymétrique du bâtiment immédiatement après l’effondrement du penthouse, on a une tour qui est privée progressivement mais en quelques secondes par un jeu de domino de la stabilité des 47 colonnes de son noyau, sans le moindre signe extérieur visible attestant d’un tel phénomène, avant donc l’effondrement visible d’un bloc et quasiment parfaitement symétrique de ses parois externes soutenues par un treillis de poutrelles, incapable par lui-même de supporter le poids de la tour. 

      On ne peut se contenter de simulations informatiques comme seules cautions de ce type d’explication d’un effondrement aussi atypique, surtout quand les paramètres de la simulation sont gardées confidentielles pour des raisons alléguées par le Nist de "sécurité publique" et pire, quand la visualisation de cette simulation non seulement possède un rapport très lointain avec la réalité visible de l’effondrement mais en outre, s’écarte manifestement de l’enchaînement des événements décrits dans le propre rapport, ce dont aucun des experts consultés pour la rédaction de ce dossier ne paraît s’émouvoir...

      3. Le sujet du Pentagone est abordé par Monsieur Quirant de façon particulièrement indigente. La controverse y est caricaturée et certains points majeurs de celles-ci mystérieusement oubliés, en particulier quand ils sont des plus sérieux, ce qui constitue un peu la marque de fabrique de ce dossier de l’AFIS. 

      Il s’agit pourtant d’un sujet qui nourrit un foisonnement de questions dont les réponses sont tout sauf aisées pour les chercheurs confrontés à insuffisance effective d’éléments probants et cohérents. Dans ce cas, il faut avoir l’humilité d’admettre que ces éléments connus sont à l’analyse incapables de fournir un scénario solide de ce qui s’est exactement produit au Pentagone, en oubliant pas que, comme pour tout autre versant de ce dossier tentaculaire, la charge de la preuve appartient aux enquêteurs qui ont échoué à convaincre de la véracité de leur version, en produisant des preuves qui n’en sont pas, si l’on prend la peine d’examiner objectivement les choses, en utilisant les principes applicables.

      4. En ce qui concerne la réfutation de la thèse alternative de la démolition contrôlée, Monsieur Muzeau commence par dire que la thèse de la démolition contrôlée est ridicule pour admettre à la page suivante que cette hypothèse est théoriquement possible.

      Il affirme ainsi que, dans la pratique, la démolition par explosifs était excessivement complexe et demandait à une équipe de spécialistes de mettre au point une opération complexe qui ne se fait pas en quelques jours, ayant du reste impliqué de mettre des grandes quantités d’explosifs dans les tours, à des endroits stratégiques. Un autre expert consulté va plus loin en soutenant qu’il est impossible d’avoir placé des explosifs au moment où les tours vivaient leurs derniers instants...

      Cependant :

      a). Les truthers ne prétendent pas que cette opération aurait été réalisée en quelques jours et encore moins au moment des crashes et des incendies postérieures. Ils ont au contraire, sous l’égide de K. Ryan ayant mené une enquête assez fouillée sur les liens apparents entre certains représentants des occupants des étages concernés, des sociétés assurant la sécurité des tours, de certaines administrations et départements d’état et personnages clés de celles-ci, de certaines institutions financières et industrielles, ébauché une piste de recherche alternative dans laquelle un réseau crapuleux aurait pu concevoir des mois voire des années auparavant, une opération d’une telle ampleur dans une relative discrétion et moyennant l’utilisation de techniques avancées faisant appel à des substances de la dernière génération développées durant les années 90, pour la destruction des tours. Ces « explosifs » auraient pu être installées en profitant des travaux (réfection de la protection anti-feux, modification de certains étages, rénovation des ascenseurs juste avant les attentats, ...) que les tours ont subi. 

      Seule une enquête non orientée dès le départ et effectuée dans les formes aurait pu ou permettrait de connaître la validité d’une telle hypothèse alternative qui n’en est qu’à ses prémisses, mais qui a l’avantage de pouvoir donner une explication à de nombreux phénomènes sur lesquels la théorie officielle et les experts de ce dossier restent peu diserts, comme le phénomène de fusion intergranulaire de l’acier dont question au point 1.

      En attendant qu’elle soit conduite, un nombre impressionnant de faits demeure figé comme autant de « coïncidences », ce qui fait de la théorie officielle la plus improbable de toutes, comme l’a démontré le récent article tentaculaire paru sur le site ReOpen911 que chacun s’intéressant à ce sujet devrait lire, même s’il est parfois d’un abord difficile.



      b) Un chercheur du nom de J. Cole a démontré qu’il n’était pas nécessaire de disposer d’une grande quantité de thermate pour sectionner les poutres aux jointures et que cela pouvait se faire dans une grande discrétion, tant lors de la pose que lors de la réaction.


      Monsieur Muzeau a-t-il envisagé une telle possibilité avec ses étudiants ou leurs a-t-il seulement parlé d’explosifs classiques type TNT ? Monsieur Muzeau a-t-il expliqué à ses étudiants que des standards existent lors de tels événements catastrophiques enjoignant les responsables de l’enquête à rechercher si des explosifs ou des incendiaires de quelque type que ce soit ont ou non été utilisés, ce qui suppose de faire des examens visant à détecter l’éventuelle présence d’explosifs ou d’incendiaires, qu’il n’y eut pas ni de la part de la Fema ni de la part du Nist, qui comptait pourtant en son sein une belle brochette de grands spécialistes de la chose, spécialement en matière de nanothermites de la dernière génération ? 

      c) Si Moniseur Muzeau se persuade autant que son auditoire qu’aucun spécialiste ne figure parmi les scientifiques, ingénieurs et architectes partisan d’une hypothèse alternative de démolition contrôlée, on peut sérieusement questionner sa connaissance du sujet autant que l’objectivité de sa démarche, voire l’intérêt de son intervention... L’exemple de R. Korol a été donné plus haut mais il en existe bien d’autres et ce ne sont pas les injures régulièrement proférées par Monsieur Quirant qui terniront d’un iota leurs contributions scientifiques.

      5. De façon générale, les rares fois où le dossier de SPS cherche à réfuter les hypothèses ou théories alternatives, c’est pour n’en retenir que les aspects les plus aisément « débunkables » que les truthers ne soutiennent pas, plus, ou n’ont jamais soutenu (sauf une fraction marginale du mouvement) et se retenir d’exposer les plus solides à l’encontre desquelles aucune explication n’est fournie dans ce dossier. 

      On en vient souvent à se demander si les experts consultés ont pris personnellement connaissance des explications et questionnements de ceux qu’ils sont censés taire, résumés dans le lien cité à la fin de cette réponse ou s’ils se sont contentés des explications de l’initiateur de cette initiative collective.

      Ce travail collectif est en tous les cas d’une très grande superficialité, quand bien même il paraît imposant par son volume. Il tient donc davantage de l’argument d’autorité que d’un travail de vulgarisation convainquant. 

      L’AFIS n’a pas retenu la suggestion que j’avais personnellement faite à l’un de ses membres (le Webmestre) de confronter les thèses et hypothèses en présence, ce qui aurait permis aux lecteurs de se faire leur propre idée notamment sur les arguments en présence dans les domaines suivants : Possibilité d’une démolition contrôlée, présence ou absence de nanothermite, aspects sismiques et, dans un tout autre domaine, indices de délits d’initiés. Il eût pourtant certainement été intéressant de recueillir les avis de pour ne citer qu’eux, K. Ryan, N. Harrit et al, A. Rousseau et M. Chesney, pour ne citer qu’eux, sur les sujets discutés. Au lieu de cela, on a une litanie de propos péremptoires qui ne prennent même pas la peine de résumer correctement avec un tant soi peu d’objectivité les arguments adverses ni davantage ne les sourcent afin de susciter la curiosité des lecteurs...

      En clair, ce travail de SPS, malgré son aspect clair et didactique indéniable - qualité qu’on ne peut du reste dénier à Monsieur Quirant - son initiateur, échoue à faire taire les questionnements légitimes des truthers dont l’association reopen911 assure la diffusion. Il est déplorable qu’une association qui se propose de dénoncer la pseudo-science ait adopté une méthodologie aussi critiquable de fermeture au débat alors que l’occasion était rêvée de laisser s’exprimer les uns et les autres pour chacun puisse déterminer, à partir d’arguments rationnels, qui des uns et des autres produit la pseudo-science.

      A présent, posez-vous la question suivante : les articles de vulgarisation qui figurent dans le dossier de l’AFIS mettent-ils fin au questionnement des truthers, exprimés dans cet article de synthèse ? 

      Pour beaucoup, la réponse est négative.

      PS : Une critique circonstanciée émanant de pairs devrait être adressée à l’AFIS pour la commémoration du dixième anniversaire.

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 juillet 2011 12:48

        Ce texte date de quand ?


        Je demande cela parce que la plupart des points sont expliqués depuis longtemps, mon grand...

        Il est dès lors normal que tu te fasses retoquer si tu ne fournis que du réchauffé...

      • Onegus Onegus 26 juillet 2011 15:22

        Bof, rien de nouveau sous le soleil, Quirant/moorea nous fait la synthèse de son argumentaire propagandiste, fondé avant tout sur un corpus rhétorique made in USA (monsieur va chercher ses arguments sur les sites pro-VO US) enrobé dans un discours « scientifique »...

        Négation de la réalité d’une controverse scientifique, dénigrement des sceptiques dont certains sont pourtant au moins aussi qualifiés que lui, omission délibérée des points qui posent problème dans les rapports gouvernementaux US.

        Son expertise en calcul de structure n’est qu’un alibi pour diffuser sa désinformation, mais elle ne lui donne aucune autorité pour répondre aux innombrables autres questions sans réponse concernant le 11/9 qui relèvent de quantité d’autres domaines. Ce qui ne l’empêche cependant nullement de le faire de façon éhontée...

        Rappelons que son expertise en calcul de structure ne lui a pas permis de pallier à l’absence d’explication du déroulé effectif de l’effondrement des tours dans le rapport du NIST. Le NIST a en effet arrêté son étude à la rupture des étages impactés et fait l’impasse sur ce qui a suivi, n’apportant aucune explication sur le déroulé des effondrements, leur vitesse anormalement rapide et leur maintien jusqu’aux fondations des tours sans ralentissement significatif.
        La seule explication que Quirant/moorea a pu lui apporter à ce phénomène est qu’il serait le produit d’un « gros bordel », ce qui relève d’une rigueur scientifique plus que discutable...

        Il semble cependant que notre champion a renoncé à développer sa « théorie du gros bordel » puisqu’il ne l’a pas proposée à ses amis pro-OGM de l’afis au milieu des points très sélectifs qu’il leur a soumis ! :D

        Bref, voici un article bien instructif en matière d’imposture et d’imposteurs, merci Mr Quirant !


      • xray 26 juillet 2011 15:48


        Le 9 11
        Une opération menée par l’armée américaine
        http://mondehypocrite501.hautetfort.com/ 


        LA FIN D’UN MYTHE MYTHIQUE 
        (Un meurtre sans cadavre) 

        http://mondehypocrite501.hautetfort.com/archive/2011/07/22/un-meurtre-sans-cadavre.html 




      • François François 26 juillet 2011 15:55

        Article dopé par les trolls de Reopen smiley


      • François François 26 juillet 2011 16:07

        C’est du dopage de clics Reopeniste smiley


      • JPhilippe 26 juillet 2011 16:52

        Il serait temps d’apprendre un peu la construction et de savoir qu’en France la construction d’immeubles sur armature métallique a été interdite depuis longtemps pour cause de mauvais comportement au feu.


      • wesson wesson 27 juillet 2011 00:39

        "Il serait temps d’apprendre un peu la construction et de savoir qu’en France la construction d’immeubles sur armature métallique a été interdite depuis longtemps pour cause de mauvais comportement au feu.« 

        Ouais, tu n’as qu’à regarder la gueule du pailleron après son »effondrement" pour comprendre que c’est pas tout à fait ce qui s’est passé au WTC...

        Et pour rappel : le pailleron c’était du contreplaqué monté sur une armature légère, rien à voir avec les colonnes massives des WTC.

        D’ailleurs, en dehors du pailleron, combien d’immeubles à structure métallique se sont effondrés suite au feu dans le monde ? 3, et tous le 11 septembre 2001 !


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 juillet 2011 02:18

        « D’ailleurs mmarvin s’est autoproclamé vainqueur mais aussi qu’il était à la base de l’essoufflement du mouvement grâce à son fabuleux travaille de sape et à son inestimable talent de persuasion  »


        J’adore les truffistes...

        Non seulement ils sont incapables de lire une simple phrase de français correctement, mais en plus, ils sont incapable de détecter l’ironie aussi...

        Les gars, faudra me donner l’adresse de votre nouveau site anti-complot pour votre prochain délire, je ne voudrai pas manquer la fête !

      • agent orange agent orange 27 juillet 2011 06:54

        Mr M. Levy, directeur du bureau d’expertise Weidlinger....
        Un cousin de Botul 1er ?


      • sissa 27 juillet 2011 10:42


        Reprocher au dossier de l’AFIS de ne traiter qu’une partie de l’argumentaire réopénien n’est pas très honnête, étant l’énorme quantité de points soulevés par les complotistes C’est d’ailleurs une « méthode » assez systématique : quelque soit les réponses apportées aux questions posées par les« truhers », ceux-ci réagissent en posant d’autres interrogation, lançant une course dont il sont sûr de sortir vainqueurs : le contradicteur finira bien par se lasser, noyé sous le déluge.
        Pour ce qui est des témoignages, c’est simplement ridicule : d’abord, parce qu’on sait que la mémoire humaine, surtout lors d’évènements traumatisants, est peu fiable, et d’autre part parce qu’il n’y a rien de surprenant dans le fait que des gens aient entendu des grands « boum ».
        Autre aspect courant dans le discours réopénien : ignorer les répliques qui lui sont opposés. Alors que Quirant explique longuement l’absence d’articles scientifiques(ou simplement de réponses aux articles publiés) corroborant les thèses réopéniennes sur l’impossibilité de la version habituelle des effondrements, vous continuez à expliquer que de nombreux ingénieurs et chercheurs contestent les thèses classiques.
        Ce que vous dites des thèses des truthers démontre clairement qu’ils n’ont pas de scénario clair et précis : combien de quantité d’explosifs nécessaires, placés à quel endroit, combien d’ouvriers participants à l’opération(aucun n’ayant craché le morceau), comment précisément synchroniser les explosions avec la chute, etc...
        A part cela, cela n’empêche pas les réopéniens de parler de théorie plus vraisemblable que la version classique.


      • dup 26 juillet 2011 11:24

        vous voulez en venir où ? si c’est nous prendre pour des cons c’est raté. De la de la poudre aux yeux. Pas besoin d’être scientifique pour constater des choses ELEMENTAIRES de bon sens

        Foutez nous la paix avec vos pseudos experts scientifiques qui ne font que salir la science.
         article malhonnete au but innavouable


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 juillet 2011 12:50

          Wow.


          J’imagine bien la porte qui claque, la coiffure « Bieber » qui vole au vent et le « de toute façon j’ai pas demandé à naître » qui ponctue ce genre d’attitude...

        • xbrossard 26 juillet 2011 15:45

          encore un effort mmarvinbear, et dans quelques années vous terminerez à -100 et on vous jettera des canettes à la tronche


          faut être un peu maso pour venir par ici de votre part non ? smiley

        • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 juillet 2011 02:19

          Chiche pour le - 100...


          Allez les truffes, on clique !

        • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 juillet 2011 12:23

          Toi tu n’as pas pris tes pilules aujourd’hui...


        • ZEN ZEN 26 juillet 2011 11:32

          organise-t-on des débats publics pour savoir si c’est la terre qui tourne autour du soleil ou l’inverse ?

          Tout à fait, mais l’argument est pour le moins infantile
          La chute d’une structure complexe est d’un autre degré de complexité et on connaît les errements possibles de certains « experts » (l’histoire en fourmille...)
          Cela me fait penser à un ancien d’AV, qui disait furtivement que tout était aussi clair que 2+2=4 smiley
          M’enfin, admettons que la chute des tours n’aient pas été un inside job (ce que je pense aussi de plus en plus, car mon opinion n’est pas arrétée sur tout), il reste toutes les incohérences de la VO, tous les faits non élucidés (la liste serait longue, comme le rappelait ici récemment Taïké) ...faisant apparaître comme hautement vraisemblable l’hypothèse du « laisser-faire », permettant de rendre compte de bien des choses..


          • JL JL 26 juillet 2011 11:47

            Bonjour Zen,

            en lisant ce commentaire qui évoque l’hypothèse du « laisser-faire » au sujet du 11/9, je ne peux m’empêcher d’évoquer moi-même cette hypothèse au sujet de l’affaire DSK.

            A cet ancien d’AV qui disait furtivement que tout était aussi clair que 2+2=4, on pourrait rétorquer que tout est aussi clair que 2+2=5.

            Nous savons qu’une telle croyance arrange fort bien certaines personnes.

             smiley


          • orage mécanique orage mécanique 26 juillet 2011 11:32

            je dirais que vous prenez le problème à l’envers,
            les théorie scientifiques ont été établies par les partisans de la thèse officielle pour rentrer dans le cadre de la théorie officielle.

            De la même façon nous avons eu des scientifique qui pendant 30 ans nous ont démontrés en long et en large que Kennedy avait été touché par une balle magique scientifiquement prouvée.

            Bref à côté de ces théories scientifiques, il y a des « faits » qui sont mis en avant par ceux que vous appelaient les partisans de théories alternatives.

            Les faits sont tellement têtus que les partisans de la thèse officielle sont heureux de pouvoir noyer le poisson dans quelques explications scientifiques de la partie adverses (nanothermite par exemple).

            Mais le problème n’est pas de savoir à la limite comment les tours sont tombées c’est d’expliquer toutes les incohérences de cette journées. c’est pour ça que la thése officielle a besoin de débat scientifique comme paravent de vérité.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 juillet 2011 12:55

              « c’est pour ça que la thése officielle a besoin de débat scientifique comme paravent de vérité. » : ah bon, la vérité n’est pas démontrée par la science alors ?


              Par quoi, donc ?

            • BABAYAYA BABAYAYA 26 juillet 2011 14:26

              bin moi je vais vous dire, j’aimerais bien me chopper une copie de la note de calcul rédigée pendant le projet de construction, rien qu’avec ça je saurais si le batiment pouvais tenir..........

              bizarrement elle est introuvable ! nulle part...

            • orage mécanique orage mécanique 26 juillet 2011 14:27

              je ne dis pas ça,
              je dis qu’aujourd’hui ce débat est biaisé et ne sert uniquement qu’à diluer les faits.

              Si vous voulez tuer un débat, noyez le dans le détail et il n’aura pas lieu.

              A ce jour, difficile de partager les informations des contre-informations, des feux et contre-feux.
              C’est pour cela que les faits sont les plus importants

               


            • BABAYAYA BABAYAYA 26 juillet 2011 14:33

              non ce que je voulais dire par là c’est que si de par mes connaissances je peux lire ce document, je saurais s’il était à même de s’écrouler comme il l’a fait ou non.

              ce que en revanche j’ai du mal c’et que des gens en connaissant rien en conception de batiment me balancent des vérités soit-disant scientifiques.

              comment m’expliquer........

              a force de concevoir/calculer/travailler la matière « acier » avec le temps, un certain pifomètre s’acquiert, vous vous doutez de là ou il faut des renforts et autres pour « que ca tienne », et là et bin pour moi ça colle pas :
               ou alors il manque un facteur (explosifs/corrosion/fissuration du béton, etc...) ou alors il y a défaut de conception, mais au vu des différents prix décernés à son achèvement pour les prouesses d’ingénierie/de réalisation décernés, j’émet des doutes...
              voilà juste mon avis.

              bonne journée

            • orage mécanique orage mécanique 26 juillet 2011 14:35

              même sans la note de calcul,
              la vitesse de chute et les théories de base de la résistance des matériaux induisent l’impossibilité de la chute verticale (expérience reproduite 2 fois dans des conditions différentes avec les mêmes effets),
              Avec le troisième immeuble, on est dans la science fiction pure.

              Alors aller s’amuser à débattre avec des gars qui s’évertuent à montrer que c’est scientifiquement possible, je ne vois pas l’utilité


            • sissa 27 juillet 2011 14:15

              Il y a tellement de gens qui affirment que les « faits » démontrent que la science « officielle » a tort sur tant de sujets...
              Certains expliquent que le sphinx de Gizeh a été construit par les extraterrestres ou les atlantes, d’autres vous parlent de torsion de cuillères par la seule force de la pensée, d’autres encore vous racontent que les missions Appolo sont un canular, sans compter ceux qui vous proposent des remèdes miracles contre le cancer..
              Renseignez-vous un peu sur ces théories, lisez les contre-argumentaires sceptiques sur ces questions, et s’il vous reste un peu de bon sens, utilisez alors ce que vous aurez appris en matière d’esprit critique pour revoir les thèses sur l’assassinat de Kennedy et l’affaire du 11/09.
              Concernant la balle supposée magique, une réponse précise a été fournie : les photos de l’époque montrent que le siège de Connally était situé plus bas que celui de Kennedy et plus au centre du véhicule.
              Contrairement à ce que vous prétendez, les debunkers ont pris de répondre aux points soulevées par les réopéniens : la réaction de ceux-ci est soit de changer de sujet en parlant des « nombreuses autres questions sans réponse », soit de renverser la charge de la preuve en exiger des justifications sans plus finir alors qu’ils ne soumettent leurs propres allégations aucun examen critique.


            • Kermit Kermit 27 juillet 2011 14:25

              à Sissa

              ah quel plaisir de vous revoir ! Juste pour dire qu’une nouvelle fois votre délire conspirationniste sur le Complot califal vous aveugle toujours !
              Pas d’article, pas d’article par les truthers, cherchez un peu... Et puis surtout, on ne peut pas redémontrer Galilée ou encore le principe de l’action / réaction !
              Réfléchissez un peu ! On soumettrait un article pour démontrer la loi de la chute libre, en prenant pour illustrer cette toute, toute nouvelle théorie, le WTC7 !
              Secouez-vous les neurones, Sissa !


            • sissa 27 juillet 2011 17:18

              @Kermitt :
              Bonjour, cela faisait longtemps, toujours en délicatesse avec le rasoir d’Occam, je vois.


            • Kermit Kermit 27 juillet 2011 23:54

              Sissa,

              quel bon vent vous amène sur Agora Vox ?
              Les débats sur liberation.fr ne sont pas assez ouverts ?
              Faites attention, ici, il y a un paquet d’imbéciles qui remettent en cause la Théorie du complot islamiste ! Ils doivent être même plus nombreux que les personnes raisonnables, sages et intelligentes qui connaissent la vérité sur le 11 Septembre.
              Des personnes comme vous, quoi.

              Mais voyez-vous, en dehors des piques - et encore -, le débat me semble sans intérêt. Pour Quirant, la chute libre du WTC7 pendant 2,25s est la preuve que ce n’est pas une démolition contrôlée. Pour moi et quelques autres « idiots utiles de Chomsky », c’en est la preuve.

              Le même fait donne lieu à deux interprétations exactement contraires. Donc, à quoi bon débattre ? Les deux camps sont sourds. Le problème, c’est que Quirant, qui nie Newton et Galilée, va servir de caution scientifique à la rentrée sur différents plateaux TV.

              Mais baste ! Les défenseurs du Grand Complot musulman sont politiquement et moralement corrects ! Ça va bien quelques entorses à la science !

              En tout, il se prend un jolie baffe ici !

              Il devrait aller sur liberation.fr !

               


            • melody vers melody vers 28 juillet 2011 02:41

              Bof le débat technique c’est pas ma tasse de thé. Mais c’est tout de même bien tombé ces attentats pour sidérer la population et faire passer des lois liberticides et anti-démocratiques par les néolibéraux, selon le processus bien connu de la stratégie de choc démontrée brillammaent par Naomie Klein. Puis les flacons d’armes de destructions massives secouées à l’ONU par Cheney pour convaincre de la nécessité d’envahir Irak c’est tout de même bien dans leurs méthodes. Alors pourquoi pas la théorie du laisser-faire : ce sont tout de même tous des adeptes de la main invisible smiley


            • ottomatic 26 juillet 2011 11:34

              Article pathétique... qui n’apporte strictement aucune information...


              J’aurais aimer voir l’explication physico chimique qui permet d’expliquer qu’un incendie minime avec combustion incomplète face céder une structure en acier... en défiant les lois basiques de la thermodynamique que chacun de vos étudiants maitrisent...

              Mais bon tout ça n’est qu’un combat d’arrière garde... si en 2011 vous n’avez pas encore compris la supercherie du 911 et son chapelet de guerres inutiles et injustifiés, y a plus grand chose à faire pour vous...

              • ottomatic 26 juillet 2011 11:43

                Pour le reste, il n’y a que 2 cas de figure :

                - soit l’auteur est de bonne fois et alors ce sont des œillères gigantesques qui vous mènent a des raisonnement fallacieux pour coller à la version officielle. Comportement scientifique assez basique que l’on retrouve souvent lorsque le « modèle » est usé jusqu’a la corde et que beaucoup en montre la faiblesse, certains s’acharnent toujours à porter a bout de bras ce qui ne tient plus la route. Une forme de l’idiot utile...
                - soit l’auteur le fait sciemment pour défendre les intérêts du pouvoir... 

              • JPhilippe 26 juillet 2011 16:57

                La seule raison c’est que la structure métallique, sous l’influence d’une combustion significative ( ce qui était le cas des tours jumelle) voit sa température monter.
                Au dela d’un seuil, le métal perd trop sa résistance et se met à « fluer » (pardon : plier)
                En France, une structure métallique doit être protégée par un revêtement anti-feu (platre ou béton)
                Au US les contraintes étaient beaucoup plu légères au moment de la construction des tours.


              • Charmord 27 juillet 2011 10:01

                Monsieur Levy a dit exactement le contraire dans son rapport sur les effondrements des tours. 



                p. 5 : Wendlinger affirme l’étude réalisée réfute l’idée que la protection contre les incendies ait été déficiente. Au contraire, ajoute-t-elle, le programme de protection aux feux présentait plus de sécurité que les standards généralement utilisés pour les immeubles de grande hauteur.

              • ppazer ppazer 26 juillet 2011 11:52

                M. « Moorea34 », l’objectif de votre article était-il de lancer un gros troll ?
                Car franchement, cet article n’est pas sérieux, et nuit considérablement à votre crédibilité. Il fallait oser...


                • Giordano Bruno 27 juillet 2011 09:48

                  Quelle crédibilité ?


                • sissa 27 juillet 2011 14:19

                  Pour ce qui est de ne pas être sérieux et de troller, vous êtes un expert.


                • pierre60 pierre60 26 juillet 2011 11:55

                  Pan l’avion, badaboum la tour.

                  On a enfin trouv
                  é un moyen simple de démolir des tours de bureaux : on envoie des avions dedans et elles s’effondrent tout droit.

                  Si on n’a pas d’avion sous la main, ce qui peut arriver, on met simplement le feu à la moquette, ca s’effondre tout droit également.

                  On se demande bien pourquoi les entreprises de démolitions s’emm... tant a préparer les immeubles et a les truffer d’explosifs.

                  Sans doute des purs masochistes ou des conservateurs qui refusent les nouvelles techniques de pointes.

                  Il n’est pas étonnant que nous ne soyons plus compétitifs sur le marché mondial.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès