Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 1789 ou la grande arnaque

1789 ou la grande arnaque

Dans les livres d'histoire distillés par l'oligarque et toute puissante Education Nationale, la date du 14 Juillet 1789 est célébrée comme l'apothéose de la victoire du peuple...

Loin s'en faut ! Si l'on tente de se placer d'un point de vue objectif, et que l'on remet les acquis et pertes en balance, on peut constater plusieurs choses :

La monarchie imposait à ces sujets quelques taxes seulement : la dîme, la corvée et la taille.

Faut-il énumérer les taxes qui sont actuellement en vigueur dans ce pays ? J'en serai bien incapable...comme je pense n'importe quel expert fiscal de haut niveau...

Le roi avait droit de vie ou de mort sur ces sujets...rien a changé sensiblement jusqu'à l'abolition de la peine de mort...et encore ? Je recommande le visionnage sur You tube des "Mémoires d'un assassin financier" à ce propos afin d'avoir une petite idée outre-atlantique du moins, des recours possibles de nos chers dirigeants qui nous veulent tant de bien en cas de contestations...

Pendant la royauté, le suzerain mettait à la disposition de ses sujets la terre à exploiter ainsi que les outils de travail...je vais envoyer une petite lettre à mon Président adoré pour lui demander de me payer un ordinateur...

Le roi assurait la sécurité de son peuple, à l'extérieur comme à l'intérieur même du pays en évitant les exactions des petits seigneurs de campagne. Et lors d'un conflit armé, il était le premier sur le front...dois-je épiloguer ?

Cette petite liste ne se prétend pas exhaustive mais voulait mettre en lumière quelques points fondamentaux. Vous en trouverez bien d'autres par vous même. La donne eut été certainement différente si Robespierre avait eu le temps de mettre en vigueur ses idées...mais on ne réécrit pas l'Histoire, paraît-il.

Je ne suis pas nostalgique de cette époque lointaine, je voulais juste faire remarquer que l'on considère à tort notre système républicain comme le summum d'aboutissement de la démocratie et des droits de l'homme. Ni l'une ni les autres ne sont en vigueur où que ce soit.

Pour terminer, je citerai Proudhon, disant que la monarchie, c'est l'anarchie plus un. Et j'adore cette idée.

Réveillez-vous, il en est grand temps.

El Lobo

resistenzaeliberta WordPress


Les réactions les plus appréciées

  • Jean-Louis CHARPAL (---.---.---.23) 24 janvier 2013 15:33

    Je ne suis pas du tout d’accord avec cet article.

    Il regorge d’ignorance, de méconnaissances de la plupart des faits importants, d’inculture historique, d’approximations incongrues, de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle.

    La vison de l’ Ancien Régime est absurde, fantasmée et réactionnaire.

    Le tiers état nageait dans le bonheur et c’est par pur masochisme qu’il s’est révolté. Ben voyons !

    Il suffit de faire la liste, impressionnante, de toutes les injustices de l’époque( sans oublier un système judiciaire barbare et insupportable) pour comprendre le ras le bol de tous les gens sains d’esprit.

    Il faut avoir aussi toujours présent à l’esprit que 89 ne fut qu’une étape dans la longue marche du peuple français vers son émancipation (relative, j’en conviens, mais la pefection n’est pas de ce monde).

    Il a fallu ensuite, pour continuer le travail : 1830, 1848, 1871 ( la Commune de Paris), les luttes ouvrières de la fin du XIXè siècle, le Front Populaire, la mise en oueuvre en 44 du programme du Conseil National de la Résistance, et cerise sur le gâteau, mai 68.

    C’est un contre sens absolu et stupide de considérer la Vè république décadente actuelle comme une République digne de ce nom.

    La démocratie française, comme toutes les démocraties du monde, n’est plus qu’une coquille vide.

    Non pas pour des raisons qui lui sont propres et qui tiendraient à sa propre structure républicaine.

    Mais parce que 98% des politiciens, comme dans les autres pays, ont remis l’essentiel de leurs pouvoirs, dans le cadre d’un dogme ultra libéral haïssant à mort la République, entre les mains des spéculateurs, des banquiers, des grosses multinationales et des rentiers en tout genre.

    Ne comparons pas un Ancien Régime, revu sous un angle révisionniste détestable, et un système complètement vidé de toute substance progressiste et émancipatrice par la sauvagerie économique et la barbarie financière, pour lesquelles la République était l’ennemi à abattre.

    Ce camp ultra réactionnaire a gagné une bataille.

    A nous de nous battre pour qu’il perde la guerre. 

     

     

  • julius 1ER (---.---.---.18) 24 janvier 2013 11:33

    tout système est perfectible, il n’appartient qu’aux citoyens de le faire évoluer et prospérer, hors je ne vois pas beaucoup de citoyens voter pour des mesures qui apporteraient un surcroît de démocratie, la plupart des gens ne votent maintenant qu’en fonction de leur intérêt immédiat et non de l’intérêt général ce qui fait une grande différence !!!!!!!!!!!!!!!

    autre différence notable entre une monarchie et la république la première n’autorise que ce que le monarque permet, dans le cas de la monarchie absolue, la seconde permet si bien sûr les citoyens veulent se bouger un peu, ce qui est loin d’être le cas, la seconde solution permet toutes les audaces rien n’est gravé dans le marbre, à condition de savoir ce que l’on veut et ce que l’on doit faire pour y arriver, En République tout est possible à condition de se réapproprier la dite-République...................................
  • citoyenrené (---.---.---.193) 24 janvier 2013 11:54
    citoyenrené

    @ l’auteur,

    curieux article

    « Pendant la royauté, le suzerain mettait à la disposition de ses sujets la terre à exploiter »

    sans monarchie, la terre disparait ?

    les droits féodaux étaient dans l’esprit monarchique : des êtres sont supérieurs, par leur naissance, par leur rang

    plusieurs erreurs

    le roi défendait les français en cas d’agression ? pourquoi alors appelait-il les austro-prussiens à envahir Paris pour réduire le mouvement ’rouge’ robespierriste ?

    nostalgique de la monarchie ? bah, l’empire napoléonien adoucira vos souvenirs

    dernier mot, Robespierre n’a rien à voir avec la révolte bourgeoise de 1789, 1792 - 1794 ok mais pas 89

    pour combler les approximations : Robespierre par H.Guillemin
    http://cds.cern.ch/record/902811

  • sleeping-zombie (---.---.---.7) 24 janvier 2013 11:08

    Le roi il était gentil, il possédait tout mais redonnait aux autres de quoi vivre... a condition qu’on lui dise merci.
    Le président il est méchant, il ne possède rien, et il ne me donnera même pas un ordinateur si je lui demande.
    ...

    Mais quelle bouillie dans ta tête de monarchiste... Le système actuel est très loin de la perfection, ou même de la démocratie, mais là tu me donnes presque envie de le défendre...


Réagissez à l'article

90 réactions à cet article

  • jef88 (---.---.---.201) 24 janvier 2013 10:05
    jef88

    Le roi assurait la sécurité de son peuple, à l’extérieur comme à l’intérieur même du pays en évitant les exactions des petits seigneurs de campagne. Et lors d’un conflit armé, il était le premier sur le front...dois-je épiloguer ?

    WOUARFFFF !
    la guerre de 30 ans ça ne vous dit rien ?

    le front il était ou ? au Louvre ou à Versailles !
    EIPILOGUEZ ! EIPILOGUEZ ! EIPILOGUEZ ! EIPILOGUEZ !
    que l’on rigole un peu !

    • El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 11:11

      Je n’épilogue rien du tout. Comme je l’ai fait précédemment, je précise juste que ce sont des idées générales. Libre à vous de décortiquer telle ou telle période.

  • Dwaabala (---.---.---.35) 24 janvier 2013 10:32
    Dwaabala

    L’auteur, après cette énumération des bienfaits de la Monarchie absolue sous l’Ancien Régime, devrait se poser la question : pourquoi y a-t-il eu la Révolution de 1789  ?
    A suivre son iconographie, sans doute à cause de P.M. Robespierre.
    Et parce qu’à la bonté du Roi, s’opposait la folie de la Bourgeoisie.
    L’Auteur sait-il seulement que la convocation des Etats-généraux a été préparée par la rédaction des Cahiers de doléance  ? Et qu’en 1789 Robespierre n’était qu’un obscur Député du Tiers-Etat, venu de l’Artois, et qu’il était sobrement vêtu comme ses confrères d’un austère habit noir ?

  • sleeping-zombie (---.---.---.7) 24 janvier 2013 11:08

    Le roi il était gentil, il possédait tout mais redonnait aux autres de quoi vivre... a condition qu’on lui dise merci.
    Le président il est méchant, il ne possède rien, et il ne me donnera même pas un ordinateur si je lui demande.
    ...

    Mais quelle bouillie dans ta tête de monarchiste... Le système actuel est très loin de la perfection, ou même de la démocratie, mais là tu me donnes presque envie de le défendre...

    • El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 11:13

      Je dis juste que l’on nous présente toujours « l’avant » comme l’obscurantisme suprême, alors que ce n’était pas forcément le cas. Vous savez lire ? Et je suis anarcho-national -socialiste pour info.

    • sleeping-zombie (---.---.---.7) 24 janvier 2013 16:35

      Ouais ouais, et moi je suis Dieu. Si l’auto-définition avait le moindre sens, ça se saurait...

    • El Lobo (---.---.---.106) 29 janvier 2013 20:45

      Je réponds par une attaque ad hominem par une réponse adaptée. Si vous n’avez que cette réaction, sans idée sur le fond, je ne vois pas l’intérêt.

  • bourrak (---.---.---.227) 24 janvier 2013 11:27

    Il me semble qu’a l’origine, le peuple avait en plus le droit de se révolter.

  • julius 1ER (---.---.---.18) 24 janvier 2013 11:33

    tout système est perfectible, il n’appartient qu’aux citoyens de le faire évoluer et prospérer, hors je ne vois pas beaucoup de citoyens voter pour des mesures qui apporteraient un surcroît de démocratie, la plupart des gens ne votent maintenant qu’en fonction de leur intérêt immédiat et non de l’intérêt général ce qui fait une grande différence !!!!!!!!!!!!!!!

    autre différence notable entre une monarchie et la république la première n’autorise que ce que le monarque permet, dans le cas de la monarchie absolue, la seconde permet si bien sûr les citoyens veulent se bouger un peu, ce qui est loin d’être le cas, la seconde solution permet toutes les audaces rien n’est gravé dans le marbre, à condition de savoir ce que l’on veut et ce que l’on doit faire pour y arriver, En République tout est possible à condition de se réapproprier la dite-République...................................
  • easy (---.---.---.174) 24 janvier 2013 11:43
    easy

    Je trouve que ce qui différencie le plus la situation sous Louis XI et la nôtre c’est, en raison des nouveaux paradigmes, la dilution des responsabilités.
    Sous Louis XI, à tort ou à raison, on pouvait assez facilement pointer du doigt une personne, un groupuscule, un groupe, une région. On assiégeait le coupable, on le brûlait et on faisait la fête.
    On pouvait vivre des catharsis marquées.

    De nos jours, on peut toujours choper quelque Ravaillac, Kerviel, Tapie ou DSK pour leurs faits et gestes mais nous ressentons tout de même une responsabilité partagée.
    Nous n’en parlons pas trop de ce sentiment sourd et ineffable d’avoir une responsabilité dans toutes les laideurs du monde.
    Ou nous n’en parlons qu’en évoquant quelque sorte de CIA ou néo Templiers, quelque nébuleuse.
    Mais nous nous sentons co-responsables de toutes les turpitudes du Monde puisque nous sommes co-acteurs du Monde. 

    Devant la charge morale qu’aucune couronne ne nous protège puisque nous ne sommes que de simples quidams, nous allons soit à nous renfermer dans une sorte de déni de toute responsabilité soit à passer notre temps à trouver plus responsable que nous, nous devenons enquêteurs, limiers, policiers et interpolistes.

    Alors que chacun de nous est censé être devenu un coresponsable par les égalités de droits, de charges et de devoirs, chacun se sent incapable de voir clair dans ce qui se passe. Ceux qui ne sont pas dans le déni en bloc essaient de compenser leur difficulté à voir en avalant 10 h d’infos par jour. En vain puisque chaque info pointe encore une nouvelle nébuleuse. 

    Autrefois, il y avait des paranoïas ciblées, pointant donc vers un autre.
    C’était encore le cas jusqu’en 1945, le temps que la transition vers le coresponsabilisme se mette en place
    De nos jours, la paranoïa est devenue tellement diffuse qu’elle ne cesse de nous impliquer. 

    Nous sommes encore à hésiter entre les possibilités qui nous restent d’accuser précisément quelque personne ou groupe mais selon la tendance en cours, nous ne pourrons bientôt plus jamais danser tels les trois petits cochons, après avoir ligoté le grand méchant loup.

    Du point de vue de la justice absolue, je préfère la situation nébuliste actuelle. Je préfère que nous en soyons réduits à nous avaler un flacon d’anxiolytiques par mois plutôt qu’en être encore à festoyer après un massacre comme l’aurait fait Ulysse. 

    Je ne regrette pas la fin des triomphes et des gloires sur lit de sang.
    Ce n’est pas rigolo d’avoir honte mais je préfère ça à la fierté d’avoir tué quelque vilain.


    Notre musique intérieure va vers le blues ou le fado et je trouve ça logique 


    Même les moments traditionnellement festifs qui hypnotisaient sur un ’ici et maintenant’ en déniant le reste, tels les mariages, deviennent plus réservés, modestes ou pudiques, moins triomphants. Je préfère.

    (Bloquer le périphérique pour signaler son mariage, c’est certes se faire remarquer en emmerdant tout le monde mais ça ne correspond pas à l’esprit de triomphe. Ça correspond plutôt à un coup-farce. Le buzz non plus n’est pas un triomphe, ce n’est qu’un mon-bruit)

    Je ne trouve pas dommage que notre posture oscille entre celle du Penseur de Rodin et celle du Cri de Munch. Je ne trouve pas que ce soit décadent.

    Je voudrais même que nous soyons encore plus réflexifs en « Je me juge, c’est mon cas que je dois exposer si j’ai envie d’exposer quelqu’un, pas celui de quelque vilain ou vilaine nébuleuse »
    (Etant entendu qu’on ne peut se juger, mettre des mots sur soi, qu’à partir du moment où l’on sait les mots d’usage, qu’à partir du moment où l’on participe à l’idiome collectif)

  • Deneb (---.---.---.73) 24 janvier 2013 11:46
    Deneb

    Il y a eu révolution parce que le peuple était à bout, affamé après une décennie de mauvaises récoltes suite à une catastrophe climatique dont l’origine est l’éruption de Laki qui a obscurcie le ciel d’Europe à partir de 1783.

    • El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 11:48

      Voilà ce qu’il nous faut pour nous bouger : avoir faim !

    • Deneb (---.---.---.73) 24 janvier 2013 16:03
      Deneb

      Voyez-vous autre chose ? Peut-être la liberté, la plupart de gens sont allergiques aux limitations. Mais les grands discours sur la justice sociale, la prise de conscience de classe etc., j’en ai trop entendu, généralement dans un contexte propagandiste et tendancieux, je n’y crois plus trop.

    • El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:23

      Gardez vos doutes et laissez moi y croire, alors, s’il vous plait.

  • citoyenrené (---.---.---.193) 24 janvier 2013 11:54
    citoyenrené

    @ l’auteur,

    curieux article

    « Pendant la royauté, le suzerain mettait à la disposition de ses sujets la terre à exploiter »

    sans monarchie, la terre disparait ?

    les droits féodaux étaient dans l’esprit monarchique : des êtres sont supérieurs, par leur naissance, par leur rang

    plusieurs erreurs

    le roi défendait les français en cas d’agression ? pourquoi alors appelait-il les austro-prussiens à envahir Paris pour réduire le mouvement ’rouge’ robespierriste ?

    nostalgique de la monarchie ? bah, l’empire napoléonien adoucira vos souvenirs

    dernier mot, Robespierre n’a rien à voir avec la révolte bourgeoise de 1789, 1792 - 1794 ok mais pas 89

    pour combler les approximations : Robespierre par H.Guillemin
    http://cds.cern.ch/record/902811

    • El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:31

      Plusieurs choses : je ne me prétends pas historienne. Loin de là : j’ai de bien piètres connaissances sur le sujet, mais suffisamment pour affirmer que, oui la terre était mise à la disposition des serfs pour la travailler. Ensuite, je ne parle pas d’une période en particulier (certainement pas celle tourmentée de la révolution) lorsque je me réfère au fait que le premier devoir d’un roi était de défendre son peuple. C’est la base. C’est Machiavel. Le peuple ne demande rien d’autre que de n’être pas opprimé. Et enfin, je vais devoir me répéter : je ne suis pas nostalgique, je veux juste souligner le fait que ce n’était pas forcément aussi terrible que l’on veut bien nous faire croire. Les lunettes vous iraient-elles mieux à vous qu’à votre avatar ?

    • El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:32

      Mais merci beaucoup pour le conseil de lecture.

    • citoyenrené (---.---.---.193) 25 janvier 2013 10:00
      citoyenrené

      Bonjour El Lobo,

      une simple remarque, vous dites : « oui la terre était mise à la disposition des serfs pour la travailler »

      la terre est disponible par nature et s’offre à qui la travaillera, non ? une étiquette « j’appartiens au roi de droit divin » n’était pas collé sur chaque centimètre carré, non ?

      et puis, si le premier devoir d’un roi était de défendre son peuple, louis 16 complotant avec les puissances extérieures pour réduire cet inacceptable élan social, (de même qu’une partie de la bourgeoisie), était alors un traitre à la nation, selon votre expression

      « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit »....c’est intolérable, inacceptable, que des pauvres, des serfs, des esclaves, des prolétaires réclament les mêmes droits politiques que les honnêtes gens, que les gens de bien me révulse aujourd’hui encore...le grand nombre faisant vivre sur son dos le petit nombre (cf voltaire) est dans l’ordre naturel des choses...ah non, je ne suis d’accord ni avec cet article, ni avec ce que je subodore (peut-être à tort) être votre approche

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès