Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > 1789 ou la grande arnaque

1789 ou la grande arnaque

Dans les livres d'histoire distillés par l'oligarque et toute puissante Education Nationale, la date du 14 Juillet 1789 est célébrée comme l'apothéose de la victoire du peuple...

Loin s'en faut ! Si l'on tente de se placer d'un point de vue objectif, et que l'on remet les acquis et pertes en balance, on peut constater plusieurs choses :

La monarchie imposait à ces sujets quelques taxes seulement : la dîme, la corvée et la taille.

Faut-il énumérer les taxes qui sont actuellement en vigueur dans ce pays ? J'en serai bien incapable...comme je pense n'importe quel expert fiscal de haut niveau...

Le roi avait droit de vie ou de mort sur ces sujets...rien a changé sensiblement jusqu'à l'abolition de la peine de mort...et encore ? Je recommande le visionnage sur You tube des "Mémoires d'un assassin financier" à ce propos afin d'avoir une petite idée outre-atlantique du moins, des recours possibles de nos chers dirigeants qui nous veulent tant de bien en cas de contestations...

Pendant la royauté, le suzerain mettait à la disposition de ses sujets la terre à exploiter ainsi que les outils de travail...je vais envoyer une petite lettre à mon Président adoré pour lui demander de me payer un ordinateur...

Le roi assurait la sécurité de son peuple, à l'extérieur comme à l'intérieur même du pays en évitant les exactions des petits seigneurs de campagne. Et lors d'un conflit armé, il était le premier sur le front...dois-je épiloguer ?

Cette petite liste ne se prétend pas exhaustive mais voulait mettre en lumière quelques points fondamentaux. Vous en trouverez bien d'autres par vous même. La donne eut été certainement différente si Robespierre avait eu le temps de mettre en vigueur ses idées...mais on ne réécrit pas l'Histoire, paraît-il.

Je ne suis pas nostalgique de cette époque lointaine, je voulais juste faire remarquer que l'on considère à tort notre système républicain comme le summum d'aboutissement de la démocratie et des droits de l'homme. Ni l'une ni les autres ne sont en vigueur où que ce soit.

Pour terminer, je citerai Proudhon, disant que la monarchie, c'est l'anarchie plus un. Et j'adore cette idée.

Réveillez-vous, il en est grand temps.

El Lobo

resistenzaeliberta WordPress



Sur le même thème

La cabale occidentale contre le "roi" Poutine : on se demande pourquoi !
Museler et niveler la pensée : Mode d'emploi
Une histoire et un bilan du concile Vatican II (2)  : le choc de 1848
Rencontre du premier type
Que sont nos luttes devenues...


Les réactions les plus appréciées

  • Par Jean-Louis CHARPAL (---.---.---.23) 24 janvier 2013 15:33

    Je ne suis pas du tout d’accord avec cet article.

    Il regorge d’ignorance, de méconnaissances de la plupart des faits importants, d’inculture historique, d’approximations incongrues, de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle.

    La vison de l’ Ancien Régime est absurde, fantasmée et réactionnaire.

    Le tiers état nageait dans le bonheur et c’est par pur masochisme qu’il s’est révolté. Ben voyons !

    Il suffit de faire la liste, impressionnante, de toutes les injustices de l’époque( sans oublier un système judiciaire barbare et insupportable) pour comprendre le ras le bol de tous les gens sains d’esprit.

    Il faut avoir aussi toujours présent à l’esprit que 89 ne fut qu’une étape dans la longue marche du peuple français vers son émancipation (relative, j’en conviens, mais la pefection n’est pas de ce monde).

    Il a fallu ensuite, pour continuer le travail : 1830, 1848, 1871 ( la Commune de Paris), les luttes ouvrières de la fin du XIXè siècle, le Front Populaire, la mise en oueuvre en 44 du programme du Conseil National de la Résistance, et cerise sur le gâteau, mai 68.

    C’est un contre sens absolu et stupide de considérer la Vè république décadente actuelle comme une République digne de ce nom.

    La démocratie française, comme toutes les démocraties du monde, n’est plus qu’une coquille vide.

    Non pas pour des raisons qui lui sont propres et qui tiendraient à sa propre structure républicaine.

    Mais parce que 98% des politiciens, comme dans les autres pays, ont remis l’essentiel de leurs pouvoirs, dans le cadre d’un dogme ultra libéral haïssant à mort la République, entre les mains des spéculateurs, des banquiers, des grosses multinationales et des rentiers en tout genre.

    Ne comparons pas un Ancien Régime, revu sous un angle révisionniste détestable, et un système complètement vidé de toute substance progressiste et émancipatrice par la sauvagerie économique et la barbarie financière, pour lesquelles la République était l’ennemi à abattre.

    Ce camp ultra réactionnaire a gagné une bataille.

    A nous de nous battre pour qu’il perde la guerre. 

     

     

  • Par julius 1ER (---.---.---.18) 24 janvier 2013 11:33

    tout système est perfectible, il n’appartient qu’aux citoyens de le faire évoluer et prospérer, hors je ne vois pas beaucoup de citoyens voter pour des mesures qui apporteraient un surcroît de démocratie, la plupart des gens ne votent maintenant qu’en fonction de leur intérêt immédiat et non de l’intérêt général ce qui fait une grande différence !!!!!!!!!!!!!!!

    autre différence notable entre une monarchie et la république la première n’autorise que ce que le monarque permet, dans le cas de la monarchie absolue, la seconde permet si bien sûr les citoyens veulent se bouger un peu, ce qui est loin d’être le cas, la seconde solution permet toutes les audaces rien n’est gravé dans le marbre, à condition de savoir ce que l’on veut et ce que l’on doit faire pour y arriver, En République tout est possible à condition de se réapproprier la dite-République...................................
  • Par citoyenrené (---.---.---.193) 24 janvier 2013 11:54
    citoyenrené

    @ l’auteur,

    curieux article

    « Pendant la royauté, le suzerain mettait à la disposition de ses sujets la terre à exploiter »

    sans monarchie, la terre disparait ?

    les droits féodaux étaient dans l’esprit monarchique : des êtres sont supérieurs, par leur naissance, par leur rang

    plusieurs erreurs

    le roi défendait les français en cas d’agression ? pourquoi alors appelait-il les austro-prussiens à envahir Paris pour réduire le mouvement ’rouge’ robespierriste ?

    nostalgique de la monarchie ? bah, l’empire napoléonien adoucira vos souvenirs

    dernier mot, Robespierre n’a rien à voir avec la révolte bourgeoise de 1789, 1792 - 1794 ok mais pas 89

    pour combler les approximations : Robespierre par H.Guillemin
    http://cds.cern.ch/record/902811

  • Par sleeping-zombie (---.---.---.7) 24 janvier 2013 11:08

    Le roi il était gentil, il possédait tout mais redonnait aux autres de quoi vivre... a condition qu’on lui dise merci.
    Le président il est méchant, il ne possède rien, et il ne me donnera même pas un ordinateur si je lui demande.
    ...

    Mais quelle bouillie dans ta tête de monarchiste... Le système actuel est très loin de la perfection, ou même de la démocratie, mais là tu me donnes presque envie de le défendre...

Réactions à cet article

  • Par jef88 (---.---.---.201) 24 janvier 2013 10:05
    jef88

    Le roi assurait la sécurité de son peuple, à l’extérieur comme à l’intérieur même du pays en évitant les exactions des petits seigneurs de campagne. Et lors d’un conflit armé, il était le premier sur le front...dois-je épiloguer ?

    WOUARFFFF !
    la guerre de 30 ans ça ne vous dit rien ?

    le front il était ou ? au Louvre ou à Versailles !
    EIPILOGUEZ ! EIPILOGUEZ ! EIPILOGUEZ ! EIPILOGUEZ !
    que l’on rigole un peu !

  • Par Dwaabala (---.---.---.35) 24 janvier 2013 10:32
    Dwaabala

    L’auteur, après cette énumération des bienfaits de la Monarchie absolue sous l’Ancien Régime, devrait se poser la question : pourquoi y a-t-il eu la Révolution de 1789  ?
    A suivre son iconographie, sans doute à cause de P.M. Robespierre.
    Et parce qu’à la bonté du Roi, s’opposait la folie de la Bourgeoisie.
    L’Auteur sait-il seulement que la convocation des Etats-généraux a été préparée par la rédaction des Cahiers de doléance  ? Et qu’en 1789 Robespierre n’était qu’un obscur Député du Tiers-Etat, venu de l’Artois, et qu’il était sobrement vêtu comme ses confrères d’un austère habit noir ?

  • Par sleeping-zombie (---.---.---.7) 24 janvier 2013 11:08

    Le roi il était gentil, il possédait tout mais redonnait aux autres de quoi vivre... a condition qu’on lui dise merci.
    Le président il est méchant, il ne possède rien, et il ne me donnera même pas un ordinateur si je lui demande.
    ...

    Mais quelle bouillie dans ta tête de monarchiste... Le système actuel est très loin de la perfection, ou même de la démocratie, mais là tu me donnes presque envie de le défendre...

  • Par bourrak (---.---.---.227) 24 janvier 2013 11:27

    Il me semble qu’a l’origine, le peuple avait en plus le droit de se révolter.

  • Par julius 1ER (---.---.---.18) 24 janvier 2013 11:33

    tout système est perfectible, il n’appartient qu’aux citoyens de le faire évoluer et prospérer, hors je ne vois pas beaucoup de citoyens voter pour des mesures qui apporteraient un surcroît de démocratie, la plupart des gens ne votent maintenant qu’en fonction de leur intérêt immédiat et non de l’intérêt général ce qui fait une grande différence !!!!!!!!!!!!!!!

    autre différence notable entre une monarchie et la république la première n’autorise que ce que le monarque permet, dans le cas de la monarchie absolue, la seconde permet si bien sûr les citoyens veulent se bouger un peu, ce qui est loin d’être le cas, la seconde solution permet toutes les audaces rien n’est gravé dans le marbre, à condition de savoir ce que l’on veut et ce que l’on doit faire pour y arriver, En République tout est possible à condition de se réapproprier la dite-République...................................
  • Par easy (---.---.---.174) 24 janvier 2013 11:43
    easy

    Je trouve que ce qui différencie le plus la situation sous Louis XI et la nôtre c’est, en raison des nouveaux paradigmes, la dilution des responsabilités.
    Sous Louis XI, à tort ou à raison, on pouvait assez facilement pointer du doigt une personne, un groupuscule, un groupe, une région. On assiégeait le coupable, on le brûlait et on faisait la fête.
    On pouvait vivre des catharsis marquées.

    De nos jours, on peut toujours choper quelque Ravaillac, Kerviel, Tapie ou DSK pour leurs faits et gestes mais nous ressentons tout de même une responsabilité partagée.
    Nous n’en parlons pas trop de ce sentiment sourd et ineffable d’avoir une responsabilité dans toutes les laideurs du monde.
    Ou nous n’en parlons qu’en évoquant quelque sorte de CIA ou néo Templiers, quelque nébuleuse.
    Mais nous nous sentons co-responsables de toutes les turpitudes du Monde puisque nous sommes co-acteurs du Monde. 

    Devant la charge morale qu’aucune couronne ne nous protège puisque nous ne sommes que de simples quidams, nous allons soit à nous renfermer dans une sorte de déni de toute responsabilité soit à passer notre temps à trouver plus responsable que nous, nous devenons enquêteurs, limiers, policiers et interpolistes.

    Alors que chacun de nous est censé être devenu un coresponsable par les égalités de droits, de charges et de devoirs, chacun se sent incapable de voir clair dans ce qui se passe. Ceux qui ne sont pas dans le déni en bloc essaient de compenser leur difficulté à voir en avalant 10 h d’infos par jour. En vain puisque chaque info pointe encore une nouvelle nébuleuse. 

    Autrefois, il y avait des paranoïas ciblées, pointant donc vers un autre.
    C’était encore le cas jusqu’en 1945, le temps que la transition vers le coresponsabilisme se mette en place
    De nos jours, la paranoïa est devenue tellement diffuse qu’elle ne cesse de nous impliquer. 

    Nous sommes encore à hésiter entre les possibilités qui nous restent d’accuser précisément quelque personne ou groupe mais selon la tendance en cours, nous ne pourrons bientôt plus jamais danser tels les trois petits cochons, après avoir ligoté le grand méchant loup.

    Du point de vue de la justice absolue, je préfère la situation nébuliste actuelle. Je préfère que nous en soyons réduits à nous avaler un flacon d’anxiolytiques par mois plutôt qu’en être encore à festoyer après un massacre comme l’aurait fait Ulysse. 

    Je ne regrette pas la fin des triomphes et des gloires sur lit de sang.
    Ce n’est pas rigolo d’avoir honte mais je préfère ça à la fierté d’avoir tué quelque vilain.


    Notre musique intérieure va vers le blues ou le fado et je trouve ça logique 


    Même les moments traditionnellement festifs qui hypnotisaient sur un ’ici et maintenant’ en déniant le reste, tels les mariages, deviennent plus réservés, modestes ou pudiques, moins triomphants. Je préfère.

    (Bloquer le périphérique pour signaler son mariage, c’est certes se faire remarquer en emmerdant tout le monde mais ça ne correspond pas à l’esprit de triomphe. Ça correspond plutôt à un coup-farce. Le buzz non plus n’est pas un triomphe, ce n’est qu’un mon-bruit)

    Je ne trouve pas dommage que notre posture oscille entre celle du Penseur de Rodin et celle du Cri de Munch. Je ne trouve pas que ce soit décadent.

    Je voudrais même que nous soyons encore plus réflexifs en « Je me juge, c’est mon cas que je dois exposer si j’ai envie d’exposer quelqu’un, pas celui de quelque vilain ou vilaine nébuleuse »
    (Etant entendu qu’on ne peut se juger, mettre des mots sur soi, qu’à partir du moment où l’on sait les mots d’usage, qu’à partir du moment où l’on participe à l’idiome collectif)

  • Par Deneb (---.---.---.73) 24 janvier 2013 11:46
    Deneb

    Il y a eu révolution parce que le peuple était à bout, affamé après une décennie de mauvaises récoltes suite à une catastrophe climatique dont l’origine est l’éruption de Laki qui a obscurcie le ciel d’Europe à partir de 1783.

  • Par citoyenrené (---.---.---.193) 24 janvier 2013 11:54
    citoyenrené

    @ l’auteur,

    curieux article

    « Pendant la royauté, le suzerain mettait à la disposition de ses sujets la terre à exploiter »

    sans monarchie, la terre disparait ?

    les droits féodaux étaient dans l’esprit monarchique : des êtres sont supérieurs, par leur naissance, par leur rang

    plusieurs erreurs

    le roi défendait les français en cas d’agression ? pourquoi alors appelait-il les austro-prussiens à envahir Paris pour réduire le mouvement ’rouge’ robespierriste ?

    nostalgique de la monarchie ? bah, l’empire napoléonien adoucira vos souvenirs

    dernier mot, Robespierre n’a rien à voir avec la révolte bourgeoise de 1789, 1792 - 1794 ok mais pas 89

    pour combler les approximations : Robespierre par H.Guillemin
    http://cds.cern.ch/record/902811

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:31

      Plusieurs choses : je ne me prétends pas historienne. Loin de là : j’ai de bien piètres connaissances sur le sujet, mais suffisamment pour affirmer que, oui la terre était mise à la disposition des serfs pour la travailler. Ensuite, je ne parle pas d’une période en particulier (certainement pas celle tourmentée de la révolution) lorsque je me réfère au fait que le premier devoir d’un roi était de défendre son peuple. C’est la base. C’est Machiavel. Le peuple ne demande rien d’autre que de n’être pas opprimé. Et enfin, je vais devoir me répéter : je ne suis pas nostalgique, je veux juste souligner le fait que ce n’était pas forcément aussi terrible que l’on veut bien nous faire croire. Les lunettes vous iraient-elles mieux à vous qu’à votre avatar ?

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:32

      Mais merci beaucoup pour le conseil de lecture.

    • Par citoyenrené (---.---.---.193) 25 janvier 2013 10:00
      citoyenrené

      Bonjour El Lobo,

      une simple remarque, vous dites : « oui la terre était mise à la disposition des serfs pour la travailler »

      la terre est disponible par nature et s’offre à qui la travaillera, non ? une étiquette « j’appartiens au roi de droit divin » n’était pas collé sur chaque centimètre carré, non ?

      et puis, si le premier devoir d’un roi était de défendre son peuple, louis 16 complotant avec les puissances extérieures pour réduire cet inacceptable élan social, (de même qu’une partie de la bourgeoisie), était alors un traitre à la nation, selon votre expression

      « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit »....c’est intolérable, inacceptable, que des pauvres, des serfs, des esclaves, des prolétaires réclament les mêmes droits politiques que les honnêtes gens, que les gens de bien me révulse aujourd’hui encore...le grand nombre faisant vivre sur son dos le petit nombre (cf voltaire) est dans l’ordre naturel des choses...ah non, je ne suis d’accord ni avec cet article, ni avec ce que je subodore (peut-être à tort) être votre approche

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 25 janvier 2013 10:19

      La terre est payante, maintenant. Et les hommes n’ont jamais été égaux et ne le seront jamais. Egality is a bitch.

    • Par citoyenrené (---.---.---.193) 26 janvier 2013 10:04
      citoyenrené

      @ El Lobo

      « La terre est payante, maintenant » mais vous pouvez en devenir propriétaire, elle n’appartient plus, de naissance et par répartition divine (!), à un seul être

      en 2013, justifier avec nostalgie la monarchie est coquasse...si ça vous manque, trouvez vous un maitre, un roitelet de canton et inclinez vous, prosternez vous, renoncez à vos droits l’amie

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 29 janvier 2013 20:47

      Je vais encore devoir répéter : je ne suis pas nostalgique, JE FAIS REMARQUER QUE CE N ETAIT PAS FORCEMENT PIRE AVANT.

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 29 janvier 2013 20:49

      Et je trouve édifiant que certains, ne sachant que dire, me mettent des moins quand je remercie des gens. Opposez moi des arguments au lieu de vous cacher derrière des « moins ».

  • Par juluch (---.---.---.154) 24 janvier 2013 11:57
    juluch

    C’est vrais......


    le pouvoir a changé de main et c’est tout.

    Se fut plus une Révolution faites par la bourgeoisie de l’époque avec l’appui du peuple qu’autre chose.

    Actuellement, le pouvoir du pognon nous dirige avec l’assentiment du politique.....................
    • Par ctadirke (---.---.---.18) 25 janvier 2013 15:47

      Il y a fort à parier que la majorité des intervenants ici et aussi des licenciés en Histoire,sinon plus ne connaissent pas la réalité de la Prise de la Bastille, ni qu’il y a eu deux déclarations des droits de l’homme , la seconde protégeant la fortune des bourgeois « révolutionnaires »

      Ni que Cambronne n’a jamais répondu  « Merde » aux Anglais

      Etc.

      L’Histoire est une grande menteuse et la plupart des citations historiques des légendes

      Lisez par exemple du Henri Guillemin pour vous déniaiser et après seulement sortez vos clichés archaïques

  • Par romain (---.---.---.20) 24 janvier 2013 11:58

    Le roi n’est qu’un homme, qui nous dit qu’il ne sera pas corruptible ? S’il est fou que fait-on ? Je trouve curieuse l’idée de pouvoir croire en seul homme et pas en tous.

    Je trouve donc l’idée de la démocratie, la vraie beaucoup plus intéressante.

  • Par soi même (---.---.---.146) 24 janvier 2013 12:35
    soi même
    1789 ou la grande arnaque, et non ce n’est pas une arnaque, c’était une nécessité historique qui a avorté.

     Car ce qui devenaient venir à été étouffé, et le reste de cette impulsion est synthétise dans notre devisé Républicaine si bien combattue aujourd’hui.

     Liberté, Égalité, Fraternité.

    Pour ceux qui en sont pas convaincus de la porté de c’est espoir en Europe devaient lires Les Lettres Esthétiques de Schiller, qui apporte le pendant qui a tant manquer aux despotes révolutionnaires Français.

  • Par efzed (---.---.---.10) 24 janvier 2013 12:42

    Actuellement dans quel système sommes-nous ? en démocratie ? non, puisqu’il n’y a plus de souveraineté du peuple français. Le pouvoir est à « l’Europe » à des gens non élus pour la plupart, mais surtout aux banques et à la finance puisque ce sont eux qui sont en place à Bruxelles.Sommes-nous alors en « finangraphie », « banquographie », « Goldmansach’sgraphie » peut-être ?

    Qu’est-il préférable une finangraphie ou une monarchie ? Moi je rêve juste d’une démocratie !

  • Par Tall (---.---.---.149) 24 janvier 2013 13:16
    Tall

    Le jury pour le Nobel 2013 de la métaphysique historique paranormale enregistre cet excellent billet comme un candidat potentiel aux éliminatoires de fin d’année.

    Attention cependant avant d’exulter, il y a encore du boulot avant d’arriver en finale.
    • Par Dwaabala (---.---.---.35) 24 janvier 2013 13:55
      Dwaabala

      L’énigme est qu’il existe des articles sérieux, par exemple aujourd’hui :

      Robespierre : bourreau de la Vendée,la réplique de 2 historiens. (radosky)

      Par Marc Belissa, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense et Yannick Bosc, Université de Rouen

      qui ne passent pas la modération !

      Celui-ci, La grande arnaque, est passé dès sa présentation.

      Il a toutes ses chances pour le Nobel 2013 de la métaphysique historique paranormale

    • Par citoyenrené (---.---.---.193) 24 janvier 2013 15:30
      citoyenrené

      @ Dwaabala,

      merci pour avoir signaler ce passionnant article en modération, à priori, il devrait passer, 9 voix pour, 6 contre je crois...la rediffusion hier par france 3 du documentaire à charge, en plus d’être faux, est une insanité du service public..« l’ombre d’un doute » ces falsificateurs n’en n’ont aucun, de doute
      vive la société des études robespierristes !

    • Par Axel de Saint Mauxe (---.---.---.4) 24 janvier 2013 22:09
      Axel de Saint Mauxe

      M’étonne pas de vous citoyenrené... Bien sûr les massacres perpétrés par vos héros sont pure invention...


      Eh bien oui René, la révolution c’est moche, c’est crade, ça sent le foutre des violeurs mêlé au sang des enfants embrochés aux baïonnettes tricolores...

      Tout cela pour nous imposer une « citoyenneté » qu’on n’a pas demandé.


  • Par non667 (---.---.---.25) 24 janvier 2013 14:41

     smiley smiley smiley smiley1789 = révolution populaire ? = printemps français ?

    avec les gogos majoritaires (80%) , les armes de destructions massives ont de beaux jours devant elles !!

  • Par abelard (---.---.---.93) 24 janvier 2013 15:03

    @ l’auteur

    « La monarchie imposait à ces sujets quelques taxes seulement : la dîme, la corvée et la taille. »

    Arf... Ce ne serait qu’amusant si le ton idiot de l’article ne visait pas à une défense illustration de l’ancien régime.
    Permettez moi donc de rectifier, vous avez oublié quelques babioles dans votre énumération des taxes :
    - La Gabelle
    - L’octroi
    - Le tonlieu
    - La mainmorte
    - L’afforage
    - Les droits de banalité
    - Le formariage
    - Le droit de cavalcade
    - 9 sortes de dîmes
    - Le cens
    - Le champart

    ... La liste n’est pas exhaustive je n’ai cité que les taxes principales en sus de celles que vous évoquez.

    Vous disiez donc ?

  • Par Actias (---.---.---.34) 24 janvier 2013 15:30
    Actias

    Je suis un peu déçu Lobo, en creusant et devellopant un peu tu aurais pu faire remonter le rôle de la bourgeoisie (qui voulait en fait remplacer la noblesse) dans cette histoire de révolution « du peuple ». (Par ailleurs ils étaient beaucoup plus imaginatifs que tu sembles le croire pour les taxes).

    Ils n’étaient plus sur la première ligne de front aprés la renaissance (+ ou -).
    Mort de rire, Flamby le « chef de guerre » en première ligne.

    Enfin, les rois au moins, en général, avaient un minimum de sentiement national et n’aurait jamais vendu leur pays au banquier et détruit l’identité de leur peuple à coup d’immigration massive.

    Je les regrettent pas, les rois aujourd’hui sont des têtes à claques de jet setteurs dégénérés, mais je trouve qu’on a fait un beau gachis de la démocratie.

  • Par Jean-Louis CHARPAL (---.---.---.23) 24 janvier 2013 15:33

    Je ne suis pas du tout d’accord avec cet article.

    Il regorge d’ignorance, de méconnaissances de la plupart des faits importants, d’inculture historique, d’approximations incongrues, de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle.

    La vison de l’ Ancien Régime est absurde, fantasmée et réactionnaire.

    Le tiers état nageait dans le bonheur et c’est par pur masochisme qu’il s’est révolté. Ben voyons !

    Il suffit de faire la liste, impressionnante, de toutes les injustices de l’époque( sans oublier un système judiciaire barbare et insupportable) pour comprendre le ras le bol de tous les gens sains d’esprit.

    Il faut avoir aussi toujours présent à l’esprit que 89 ne fut qu’une étape dans la longue marche du peuple français vers son émancipation (relative, j’en conviens, mais la pefection n’est pas de ce monde).

    Il a fallu ensuite, pour continuer le travail : 1830, 1848, 1871 ( la Commune de Paris), les luttes ouvrières de la fin du XIXè siècle, le Front Populaire, la mise en oueuvre en 44 du programme du Conseil National de la Résistance, et cerise sur le gâteau, mai 68.

    C’est un contre sens absolu et stupide de considérer la Vè république décadente actuelle comme une République digne de ce nom.

    La démocratie française, comme toutes les démocraties du monde, n’est plus qu’une coquille vide.

    Non pas pour des raisons qui lui sont propres et qui tiendraient à sa propre structure républicaine.

    Mais parce que 98% des politiciens, comme dans les autres pays, ont remis l’essentiel de leurs pouvoirs, dans le cadre d’un dogme ultra libéral haïssant à mort la République, entre les mains des spéculateurs, des banquiers, des grosses multinationales et des rentiers en tout genre.

    Ne comparons pas un Ancien Régime, revu sous un angle révisionniste détestable, et un système complètement vidé de toute substance progressiste et émancipatrice par la sauvagerie économique et la barbarie financière, pour lesquelles la République était l’ennemi à abattre.

    Ce camp ultra réactionnaire a gagné une bataille.

    A nous de nous battre pour qu’il perde la guerre. 

     

     

    • Par efzed (---.---.---.10) 24 janvier 2013 16:21

      Bravo, très bonne analyse !

    • Par ffi (---.---.---.3) 24 janvier 2013 18:25
      ffi

      Désolé, mais le système économique de l’ancien régime parle de lui-même :
       
      Des corporations, universités d’artisans libres et propriétaires de leurs outils de production, fonctionnant en démocratie directe.... Chaque magasin avait un nombre limité d’employé. Chaque patron avait un nombre limité de magasin. Tout magasin devait rester ouvert aux yeux de tous pour s’assurer des bonnes conditions de travail
       
      C’est évidemment la révolution qui introduit l’idée d’un capitalisme sans contrainte.
      Déjà les idées libérales étaient portées hauts par la coterie des philosophes (Diderot, d’Hollbach, Voltaire) et des physiocrates à la fin de la monarchie. La libéralisation du commerce des grains, a produit une famine (abolition de la police des grains), les grains étant exporté avant de servir de nourriture au peuple. Mais il faut encore y ajouter les magouilles de la Franc-maçonnerie sur fond de rivalités dans la famille royale (Philippe-égalité, grand-maître du grand-orient).
       
      Résultat de la révolution :
      Destruction de tout le système économique d’ancien régime :
      - destruction des caisses de protection sociale qu’il offrait (retraites, santé).
      - extension sans limite du salariat.
      - abolition des prés communs dans les campagnes et enclosement des terres agricoles.
      - passage à la semaine de 10 jours (1 jour de congé tous les dix jours...), abolition de la célébration des fêtes religieuses : on passe de 100 jours de congé à 40...
      - Puis des guerres et des guerres, avec 2 millions de personnes exterminés, des égorgements quotidiens, l’invention de la terreur.

      L’ancien régime aurait largement pu être bonifié. N’oublions pas que c’est Louis XVI qui introduit la démocratie (cahiers de doléance). Mais la révolution n’a jamais pour effet de bonifier les pratiques de l’état, soit par intention, soit par idéalisme utopique.
       
      Aujourd’hui, c’est bel et bien l’éducation nationale qui fait du révisionnisme historique. Qui a entendu parler pendant ses études du système économique d’ancien régime ? Personne.
      Mais les archives sont là. A chacun de se documenter.

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:47

      Je vais encore devoir répéter...ce n’était pas la panacée, ce n’était pas mieux ; mais concrètement et franchement, dites moi ce qu’on y a gagné ? Le droit d’avoir des biens pour lesquels on bosse toute sa vie ? La servitude a juste un autre visage.

  • Par LE CHAT (---.---.---.148) 24 janvier 2013 15:33
    LE CHAT

    On élit un monarque républicain qui fait ce qu’il veut pendant 5 ans et qui en plus bénéficie de l’immunité , franchement on voit peu la différence ....

    • Par ffi (---.---.---.3) 24 janvier 2013 18:36
      ffi

      Evidemment que l’exécutif est aujourd’hui toujours monarchique.
      Montesquieu le dit bien dans sa distinction des pouvoirs :
      - le pouvoir exécutif est meilleur dirigé par un seul.
      - le pouvoir législatif est meilleur quand la loi est parlementée.
       
      Sous la monarchie, il y avait des parlements dans toutes les régions.
      Le roi ne pouvait pas aller contre la volonté des parlements, sauf exception (comme aujourd’hui).
      La révolution, c’est la suppression de tous les parlements, et la centralisation à Paris.

      La distinction des pouvoirs est aujourd’hui moindre qu’à l’époque.
      Le Roi ne pouvait faire la loi générale, qui était fixée par le décalogue mosaïque.
      Il ne pouvait intervenir que sur les lois contingentes (ex la répartition des droits économiques entre les corporations). Mais ceci était souvent fait par les parlements régionaux.

      Aujourd’hui, le futur monarque (en CDD par intérim), en vue d’obtenir le pouvoir exécutif, présente son programme législatif que les députés godillots à sa botte s’empressent de mettre en oeuvre... La république actuelle est beaucoup plus tyrannique que l’a monarchie très chrétienne, cela ne fait aucun doute.

  • Par Aristoto (---.---.---.93) 24 janvier 2013 15:49
    Aristoto

    Une belle bande de taré révisionniste que je vois là dont l’apothéose est à mettre au mérite de l’auteur fou-malade de cet article !!

    Ce chien cinglé est à placé en hospice et en urgence !

    Moi pendant l’insurrection je les enfourcherai ( s’il ne se sont pas barré dans le jet ou le yacht de leur connaissance jet setteuse ) ces salaud de déviants mentaux appelant au retour du Roi !!!

  • Par Laulau (---.---.---.115) 24 janvier 2013 15:55
    Laulau

    ... je voulais juste faire remarquer que l’on considère à tort notre système républicain comme le summum d’aboutissement de la démocratie et des droits de l’homme. Ni l’une ni les autres ne sont en vigueur où que ce soit.

    Je veux bien que la démocratie n’existe pas aujourd’hui mais ça n’est pas en revenant à une monarchie idéalisée que l’on va y arriver. Deux rappels :
    Peine de mort : Trente ans avant la révolution Louis XV a fait écarteler le dénommé Damiens qui l’avait à peine blessé avec un canif. Apparemment les bourbons n’avaient pas le sens de l’humour.
    Impôts : D’abord ils étaient bien plus nombreux que ce que vous le prétendez mais surtout, ils n’étaient payés que par le tiers état, les nobles et le clergé ne payaient rien.

    Vous devriez approfondir un tantinet vos connaissances avant de vous lancer dans des articles historiques.

    • Par mortelune (---.---.---.141) 24 janvier 2013 17:10
      mortelune

      « ils n’étaient payés que par le tiers état, les nobles et le clergé ne payaient rien »


      Vous trouvez que ça a changé ?
    • Par ffi (---.---.---.3) 24 janvier 2013 18:43
      ffi

      Pour l’affaire Damiens, le Roi était pour le pardon.
      C’est le parlement de Paris qui a décrété la sentence.

      Le Clergé et la Noblesse, s’ils ne payaient pas d’impôts, était tenus d’alimenter des caisses de charité, destinées à la protection sociale. L’Eglise possédait 40% de l’immobilier Parisien, et toute veuve ou jeune homme sans soutien pouvait demander à être logé gracieusement (C’est toujours comme cela à Rome).

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:56

      Je vous renvoie la remarque, Laulau. Merci aux autres.

    • Par Laulau (---.---.---.191) 25 janvier 2013 11:21
      Laulau

      Le parlement a bon dos. Le Roi pouvait parfaitement gracier Damiens.
      Les royalistes s’échinent à réhabiliter les rois de France, pourtant à deux exceptions près : Louis XI et Henri IV, ceux ci se sont révélés comme une jolie bande de bons à rien.

  • Par mortelune (---.---.---.141) 24 janvier 2013 16:17
    mortelune

    Pour compléter vos propos il est possible d’évoquer un fait. Il s’agit des paroles d’Emmanuel Sieyes, l’une des grandes figures de la révolution de 1789 qui s’opposait aux idées démocratiques de Robespierre (lui-même inspirait par JJ Rousseau)


    Il (Sieyes) oppose le gouvernement représentatif (qu’il promeut) et le gouvernement démocratique (qu’il rejette) : «  Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposerS’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratiqueLe peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. » (Discours du 7 septembre 1789)

    S’il y a encore en France des nigauds qui prétendent vivre dans un pays démocratique c’est qu’il ne savent pas ce qu’est la démocratie. Nous vivons dans un état représentatif et ce n’est pas tout à fait la même chose. A ce sujet j’ajoute que depuis la construction européenne nous vivons sous une dictature puisque ceux qui gouvernent l’europe n’ont pas été élu. Cela ne les empêchent pas de prendre toutes les décisions importantes en lieu et place des gouvernements des pays européens (l’âge de la retraite par exemple).

    L’ historien Henry Guillemin parle bien de l’histoire de la France et des français. Il raconte admirablement la révolution de 1789 et Robespierre
  • Par mortelune (---.---.---.141) 24 janvier 2013 16:21
    mortelune

    Je profite de votre article pour recommander aux lecteurs d’écouter et voir Etienne Chouard parler de ce qu’est la démocratie. 

    • Par Deneb (---.---.---.73) 24 janvier 2013 18:03
      Deneb

      Tiens un dévot.

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 22:59

      Un grand homme, Etienne Chouard.

    • Par JL (---.---.---.29) 24 janvier 2013 23:09
      JL

      Un grand homme qui a, en 2005, retourné sa veste en direct devant les micros et caméras des médias mainstream, j’en témoigne pour y avoir assisté.

      Et j’attends qu’il m’en demande des preuves, je lui fournirai les détails qu’il a peut-être préféré oublier.

    • Par mortelune (---.---.---.141) 25 janvier 2013 03:35
      mortelune

      @Deneb

      Vous y préférez nos guignols pour qui les français votent ?
      Vous y préférez nos guignols à la solde de l’Europe ?
      Vous y préférez nos guignols à la solde des étasunistes ?
      Alala ! Alala ! Le conformisme est un lit qui vous empêche de vous réveiller.

    • Par mortelune (---.---.---.141) 25 janvier 2013 03:39
      mortelune

      @JL 

      c’est quoi cette histoire de veste ? Vous avez un lien sérieux à nous proposer au lieu de diffuser ce genre de commentaire sur agora. 
      Merci, j’attend et je ne suis certainement pas la seule. J’ai hate !
    • Par Deneb (---.---.---.73) 25 janvier 2013 08:23
      Deneb

      Tes litotes, mon petit mortelune, m’en touchent une sans faire bouger l’autre. Etienne Chouard est un politique ; tout ce qu’il dit n’est pas à rejeter, mais son défaut c’est justement des gens comme toi, ses dévots prosélytes prêts à le défendre bec et ongle avec toute la bigoterie, mauvaise foi , aveuglement dénoué de tout esprit critique. Le culte de la personnalité, les gourous, la pensée unique, ça me connait, j’ai baigné dedans quand j’étais petit, mais je me suis soigné. Depuis c’est « dubito ergo sum ». Et je peux te dire que j’y ai gagne en clairvoyance avérée. Je considère l’article pointé par mon lien le plus lucide de tout ce qui a été récemment écrit sur la politique en France, la preuve en est la croisade dont il cible dans les commentaires.

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 25 janvier 2013 10:26

      Etienne Chouard est avant tout professeur, ensuite penseur. Révisez vos classiques.

    • Par Deneb (---.---.---.73) 25 janvier 2013 11:37
      Deneb

      Quel penseur ! Il a du réfléchir énormement pour se décider de soutenir Faurisson.

    • Par JL (---.---.---.29) 26 janvier 2013 09:42
      JL

      Mortetelune,

      hé bien un jour qu’il avait été invité à débattre du TCE sur une chaine de radio ou télé (je ne me rappelle pas laquelle), à l’issue du court débat j’ai entendu de mes propres oreilles ce dialogue :

      Journaliste de la chaîne : « Aujourd’hui, appelleriez vous encore à voter contre le TCE ? »

      Chouard : « Non ».

      Ma stupéfaction a été telle qu’il m’est impossible d’oublier la séquence.

      Mais je veux bien croire qu’il avait été envouté. A moins que ce soit le téléspectateur que j’étais ? Ou bien un montage ? Les médias ont un tel pouvoir. Je le dis sans rire.

  • Par easy (---.---.---.174) 24 janvier 2013 16:34
    easy

    Je l’ai dit, je préfère la situation actuelle.

    Mais elle comporte un inconvénient que n’avait pas la formule sociale précédente.

    Sous Louis XI, il y avait déjà des cités où régnait un certain anonymat. On croisait des gens qu’on ne connaissait pas. Du coup, chacun aurait déjà pu avoir un dressing comportant 10 costumes

    Mais comme il n’y avait pas de cartes d’identités, chacun ne faisait finalement affaire qu’avec une tête connue. La réputation de chacun était essentielle et chacun n’en avait qu’une.

    D’autre part, le nombre de personnes vivant encore de manière villagiste était très important. Globalement, 80% des gens passaient leur vie à ne voir que des visages connus. 
    Finalement, très peu utilisaient plusieurs costumes ou masques. C’est parce que les gens se connaissaient qu’a été inventé le canaval masqué où, pendant un jour, chacun pouvait faire le con sans se faire pincer.

    Du coup, la position de chacun était stable. chacun essayait d’évoluer en pouvoir ou richesse mais conservait la même activité, le même métier tout au long de sa vie. Il aurait été très difficile de mener une double vie, de raconter à sa femme qu’on était médecin alors qu’on ne l’était pas.

    Un roi était donc roi d’un bout à l’autre de sa vie. Il était formé à être roi, pas à faire des affaires en bourse. Pas à être avocat. Pas à faire du cinéma. Il apprenait le métier des armes en concevant de tuer et d’être tué par les armes.

     Un roi n’était qu’un roi. Il pensait, mangeait et pétait donc en roi. Ses pensées étaient constamment celles d’un roi. Souci de pouvoir, souci de trésor, souci de leg -ce qui était nettement familial- mais aussi souci de gestion du bonheur des gens, souci d’équilibre, souci de répartition, souci de justice. 

    Notons que nous aurions choisi nos rois comme on choisit un dalaï lama, lui aussi à vie, nos rois élus à vie n’auraient jamais eu le souci de leg, aucun souci famial. Ils auraient été archi altruistes.



    Aujourd’hui, chacun de nous changeant dix fois de ville, de banque, de métier et de conjoint, notre roi n’étant élu que pour quelques années, il joue, comme nous, de dix costumes différents
    « Je fais roi pendant 5 ans, voire dix, puis je vais créer un fonds d’investissement, je vais devenir conférencier, écrivain, comédien »

    Notre système nous oblige à confier des mandats à des gens qui ont été formés à s’activer pour leur pomme et invite à la prévarication ceux qui sont élus.

    On dit souvent qu’une rotation évite la corruption. 
    Cette assertion devrait être réexaminée à l’épreuve des faits.

    • Par mortelune (---.---.---.141) 24 janvier 2013 17:17
      mortelune

      « On dit souvent qu’une rotation évite la corruption. 
      Cette assertion devrait être réexaminée à l’épreuve des faits. »


      Il faudrait une rotation plus rapide pour que ces p’tits malins n’ait pas le temps de se prendre la grosse tête et de se remplir les poches. 
    • Par easy (---.---.---.174) 24 janvier 2013 17:58
      easy

      La rotation plus rapide nous a très souvent semblé une bonne solution en considérant que les élus auront moins de temps pour s’en mettre dans les poches. Qu’ils auront moins de temps pour s’organiser un réseau de connivences 

      Mais la rotation rapide augmente le désintérêt profond du roi éphémère pour sa fonction. Mettons qu’à la limite il ne se mette rien dans les poches, il pourra au moins prendre ce boulot à la rigolade comme le font les américains.

      Mandela serait resté une semaine ou 40 ans au pouvoir, il serait resté avec sa mentalité étatique acquise pendant 33 ans de prison politique (en compagnie de codétenus politiques) Il est un pur animal politique

      Ce n’est pas le fait qu’Elisabeth II s’en mette éventuellement dans la fouille qui compte pour un pays comme l’Angleterre, l’important c’est que son mental soit archi reine et archi responsable de son archi fonction.
      Il n’y a pas une seconde où elle pense en termes d’intérêt personnel (ainsi que Tatcher ou Churchill) 

      On peut continuer d’y réfléchir et d’en discuter mais il me semble que la rotation rapide peut s’avérer moins bonne qu’un principe en Dalaï Lama (dont je m’étonne qu’il soit si rarement pratiqué dans le monde)

      L’amélioration que nous pourrions porter sur le système dalaï lama c’est qu’il ne faut pas que ce soient des gens d’une caste qui le sélectionnent parmi les enfants du peuple puis le forment car ce serait trop conservateur.
      Il faudrait que le collège qui recherche cet enfant soit constitué de gens élus ou tirés au sort et cela session par session (Il faudra éduquer un nouveau futur chef tous les 10 ans. On aura une petite réserve de présidents, qu’ils exercent ou non, ils seront une poignée à être constamment entretenus et éduqués à cette unique fonction) 
       Ce n’est pas le fait qu’Elisabeth II s’en mette éventuellement dans la fouille qui compte pour un pays comme l’Angleterre, l’important c’est que son mental soit archi reine et archi responsable de son archi fonction.
      Il n’y a pas une seconde où elle pense en termes d’intérêt personnel (ainsi que Tatcher ou Churchill) 

      On peut continuer d’y réfléchir et d’en discuter mais il me semble que la rotation rapide peut s’avérer moins bonne qu’un principe en Dalaï Lama (dont je m’étonne qu’il soit si rarement pratiqué dans le monde)

      L’amélioration que nous pourrions porter sur le système dalaï lama c’est qu’il ne faut pas que ce soient des gens d’une caste qui le sélectionnent parmi les enfants du peuple puis le forment car ce serait trop conservateur.
      Il faudrait que le collège qui recherche cet enfant soit constitué de gens élus ou tirés au sort et cela session par session (Il faudra éduquer un nouveau futur chef tous les 10 ans. On aura une petite réserve de présidents, qu’ils exercent ou non, ils seront une poignée à être constamment entretenus et éduqués à cette unique fonction) 
       

    • Par brieli67 (---.---.---.54) 24 janvier 2013 18:55

      la Lune

      « Je crains le brelan des prêtres. » Fouché, Sieyès et Talleyrand http://fr.wikipedia.org/wiki/Lazare...

      Prénom de Sieyès ni Joseph, ni Emmanuel mais L’Abbé

      l’Abbé = Taupe de la République dixit Robespierre.

      Que du beau linge chez les 9 SOEURS http://fr.wikipedia.org/wiki/Neuf_S...

      j’aime pas trop ceux qui pensent à ma place.

    • Par El Lobo (---.---.---.106) 24 janvier 2013 23:03

      Oui : roi est un métier si grave qu’il faut bien toute une vie pour l’apprendre.

  • Par aliante (---.---.---.76) 24 janvier 2013 17:12
    • La prochaine révolutions ,les gens couperont la tète de la pieuvre Franc maçonne et en arroseront la rébellion comme retour de L’histoire ou ils sont tranché la tête de Louis 16 et ont beni la Foule ,en plus d’être un changement de Maitre ce fut aussi une destruction de la toute puissance église catholique le Roi étant le gardien de cette même église
    • qui disait nous étions à peine que quelques républicain dans le lot (Camille Desmoulins)
    • Agiter le peuple avant de s’en servir
  • Par carmina (---.---.---.245) 24 janvier 2013 17:55
    carmina

    Il n’en reste pas moins qu’en terme de démocratie , on s’est bien foutu de nous,

    superbe démo d’étienne chouard ;
  • Par Axel de Saint Mauxe (---.---.---.4) 24 janvier 2013 22:03
    Axel de Saint Mauxe

    Cet article va dans le bon sens, mais il est encore trop gentil pour décrire l’imposture républicaine...


    Il faudrait que chaque français se penche sur l’histoire du 19ème siècle pour savoir qui, de la monarchie, de l’empire ou de la république a fait couler le plus sang... beaucoup seront surpris !

    J’ignore s’il faut être une âme supérieure pour comprendre que la démocratie et que le mythe égalitaire sont dangereux pour l’individu... qu’ils le détruisent de l’intérieur en niant les lois naturelles de l’humanité. En imposant de force, dès la plus tendre enfance, le « moule républicain » mettant au ban de la société ceux qui refusent de s’y conformer. Tout cela pour permettre aux médiocres de dissimuler leurs esprit torve.

    Merci à France 3 hier soir d’avoir rappelle la vérité crue sur les massacres organisés par la République Française en Vendée à la fin du XVIIème siècle, contre ceux qui refusaient le bonheur illusoire proposé par Robespierre.


    • Par mortelune (---.---.---.83) 25 janvier 2013 07:37
      mortelune

      Alors là je suis émerveillée. Vous laissez le soin à F3 de vous cultiver ? Allez donc cultiver des salades comme ça à défaut d’avoir le tête vide vous aurez le ventre plein.

      Laissez tomber votre télé un peu et prenez le temps d’écouter ou de lire Henry Guillemin. Pauvre France avec des gens comme vous on est pas sorti de l’auberge.

    • Par Axel de Saint Mauxe (---.---.---.4) 26 janvier 2013 16:15
      Axel de Saint Mauxe

      Chère Mortelune, si vous lisez mes commentaires - de plus en plus rares ici je le reconnais - vous verrez que je suis l’un de ceux qui a le plus de mépris pour les médias, pour les journaleux, les experts et sociologues de tout poil qui nous déversent quotidiennement leur réflexions prêtes à penser.


      Or France 3, chaîne de service public (en plus !) m’a fortement surpris en diffusant cette émission particulièrement subversive pour la société morale dans laquelle on vit.

      Je vais donc observer dans les prochains mois s’il s’agit d’un accident ou si certains éléments honnêtes font partie du personnel médiatique.
    • Par El Lobo (---.---.---.106) 29 janvier 2013 20:59

      Merci Axel. Et je comprends que vous postiez peu de commentaire ici : je m’aperçois qu’il y a une sacrée dose de connerie ambiante. Quand je vois que l’on me saque lorsque je remercie des gens...

  • Par Zobi (---.---.---.59) 24 janvier 2013 22:20
    Zobi

    Révolution : Mouvement en courbe fermée autour d’un axe ou d’un point, réel ou fictif, dont le point de retour coïncide avec le point de départ.

    On tourne en rond, merde, on tourne en rond...
    http://youtu.be/QDZoAxm9cjQ

  • Par mortelune (---.---.---.141) 25 janvier 2013 04:08
    mortelune

    Si les aristocrates ont participé à la contre révolution populaire imaginée par Robespierre ce n’est certainement pas pour donner le pouvoir au peuple. Outre de nombreux discours, le coup d’état qui met en place Napoléon Bonaparte au commande du pays en est une des nombreuses preuves. Alors que sous Robespierre la convention abolie l’esclavage, notre ’grand’ homme Napoléon le rétablit pour satisfaire quelques intérêts. 

    Pour autant la noblesse n’a jamais disparu de notre pays. Les origines monarchique d’Adolf Tiers en est aussi un témoignage. Ce dernier devient président de la 3e république et ordonne l’écrasement de la commune. Au moins là les choses sont claires, le peuple est remis à sa place sur décision d’un monarchique devenu républicain par intérêt politique. Ce qui est fort c’est qu’il est mis en minorité par les monarchiques (qui n’ont vraiment pas disparus) et il démissionne. 
    Mais alors où sont ces monarchiques aujourd’hui ? Qu’est devenue la noblesse ? Que sont devenus les monarchistes ? Disparus ? Oubliés ? Morts ? Je ne le crois pas... A vous de chercher et quels rôles ils jouent dans notre république. je n’ose même pas écrire ’démocratie’...

  • Par Axel de Saint Mauxe (---.---.---.4) 26 janvier 2013 16:19
    Axel de Saint Mauxe

    Grace à la Révolution,


    Le peuple a succédé à Dieu
    Les politiciens ont succédé à la noblesse
    Les journalistes, saltimbanques, et intellectuels ont succédé aux curés
    Le salariat a succédé au servage
    enfin, les bourgeois ont succédé aux bourgeois

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires