Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « 2017, le réveil citoyen » pour enfin libérer tous les faizeux

« 2017, le réveil citoyen » pour enfin libérer tous les faizeux

Si la France n’amorce pas rapidement une transformation profonde, elle sera emportée par les tsunamis en cours : « ubérisée » par les ruptures qui se propagent, comme le chêne de la fable, elle cassera. 

Ah, si le monde fonctionnait selon les principes d’une recette de cuisine, comme tout serait simple ! Un monde bien prévisible, où il suffirait de choisir les bons ingrédients et de suivre les indications fournies pour obtenir à chaque fois le même plat, celui qui correspond à la photographie dans le livre.

Quand j’écoute les hommes politiques, je vois que c’est à cela qu’ils rêvent tous : une pincée de TVA en plus ou en moins, le mélange savamment dosé de trois taxes précédemment autonomes, la nième refonte de l’apprentissage de la lecture... et le miracle devrait surgir ! Comme dans un tour de magie, les lapins de la croissance et de la chute du chômage vont surgir du chapeau du Maître Queux.

Car, caractéristique bien française, chacun de nos politiques se sent l’âme d’un grand chef : non seulement, ils s’imaginent capables de maîtriser l’incertitude, mais ils se voient en un Paul Bocuse de la politique, un sauveur, un homme ou une femme miracle. Même Marine Le Pen prend des élans gaulliens, quand elle ne s’incarne pas en une Jeanne d’Arc mâtinée d’une Astérix en jupons partie à la reconquête du monde. Tous des sauveurs quoi !

Mais comment croire que, dans notre monde hypercomplexe, la solution pourrait venir d’en haut, fût-il le plus compétent ? La France s’est certes construite grâce à la centralisation et une conception jacobine du pouvoir, mais ne serait-il pas temps de comprendre qu’il faut changer de paradigme ? N’est-il pas temps de redonner la parole à nos territoires et de bâtir notre avenir collectif sur un logique ascendante ?

Car nous vivons dans un monde tissé de connexions fines et multiples, où l’incertitude est irréductible, où les limites se fondent et s’effacent, où la proximité n’est plus tant spatiale que sémantique et intellectuelle : mon proche n’est plus seulement mon voisin physique mais souvent celui avec qui je vibre à distance. Drôle de toile dans laquelle les gestes et les mouvements des politiques s’emmêlent, comme des insectes pris au piège d’un monde qui les dépasse.

Autre caractéristique de nos Maîtres Queux politiques, ils ne s’intéressent pas au comment et détestent dire à l’avance ce qu’ils vont faire. Pour eux, l’ordre est clair : d’abord l’élection, ensuite l’action. « Construisons un programme pour être élu, pour le reste on verra après », se murmurent- ils au quotidien. Comme si l’intendance suivait toujours...

Imaginez un candidat à la reprise d’une entreprise qui serait incapable de présenter un quelconque plan d’action : « Faites-moi confiance : en trois ans, je doublerai le chiffre d’affaires, diviserai par deux les coûts tout en relançant l’emploi et l’innovation, et atteindrai une marge opérationnelle de plus de 40 %. Comment, me demandez-vous ? On verra bien ! » Voilà nos hommes politiques : ils nous demandent un chèque en blanc.

Pour justifier leur attitude, ils s’abritent derrière une affirmation : « La seule façon d’être élu est de dire aux électeurs ce qu’ils sont prêts à entendre, et non pas ce qu’il faut faire. ». Seulement, ceux-ci sont de moins en moins dupes et de plus en plus désengagés vis-à-vis des politiques.

À contre-courant, voilà un objectif pour moi essentiel : s’intéresser non pas à comment être élu, mais à ce qu’il conviendrait de faire si jamais on l’était. Avec l’idée absurde que c’est ainsi qu’il faut raisonner, et que c’est peut-être aussi la meilleure façon d’être élu !

Et ne nous trompons pas, il y a urgence : la révolution numérique déferle, et, pour reprendre une expression devenue à la mode, « l’ubérisation » est à nos portes. Si la France n’amorce pas rapidement une transformation profonde, si elle reste lestée d’une dette qui ne fait que s’accroître, si elle continue à dépenser inefficacement l’argent public, si elle conserve des organisations rigides et pyramidales, elle sera emportée par le tsunami qui s’annonce. N’attendons pas comme le chêne de la célèbre fable de La Fontaine de nous retrouver déracinés par l’orage qui arrive.

Retrouvons de la souplesse pour profiter de la force du vent et de notre position exceptionnelle. Réveillons-nous quand il en est encore temps : nous avons tout pour réussir, car, pour reprendre l’expression de Denis Payre, « La France est un champion qui s’ignore ». Mais être champion dans un monde en compétition ne se fait ni sans effort, ni en regardant le futur dans un rétroviseur.

Ayons le courage de nous remettre en cause et de repenser notre projet collectif, le courage de sortir du tas de spaghettis entremêlés de nos organisations collectives, le courage de comprendre que rien ne nous est dû, le courage enfin d’abandonner notre tendance à l’autosatisfaction.

La France est en situation pour être un des carrefours européens, et donc mondiaux, mais les peurs s’y développent et elle se recroqueville, rêvant d’un retour au village gaulois d’Astérix. Or ce ne serait pas un rêve mais un cauchemar : à vouloir trop se protéger, la France s’exclura. Comprenons que la vie est dans l’échange, et la mort le rendez-vous certain de la fermeture.

Les évènements tragiques de 2015 montrent la nécessité d’accroître notre capacité à agir et de stopper la désintégration en cours :

  • Refuser de laisser le chômage gangréner notre société et l’éducation ne plus être le ciment du vivre ensemble,
  • Refondez nos institutions pour ne plus laisser les coûts déraper, et notre souveraineté et notre marge de manœuvre être entamées,
  • Converger vers nos voisins européens pour construire avec eux des politiques communes car nous ne pourrons pas faire face seuls aux enjeux et risques mondiaux,
  • Associer la jeunesse et les citoyens pour cesser d’avoir des politiques coupés de la société réelle et incapables de changer ce qui devrait l’être.

Il est plus que temps d’agir. Mon nouveau livre, "2017 : Le réveil citoyen", est tout à la fois un invitation à cette prise de conscience, une amorce de diagnostic et une proposition de chemin pour agir.

Alexandre Jardin avec son mouvement Bleu Blanc Zèbre en appelle à voir se multiplier les faizeux. Avec "2017 : Le réveil Citoyen", j’en appelle à une transformation réelle et profonde de nos institutions collectives pour libérer tous les faizeux, et multiplier la puissance et l’efficacité de chacun d’eux.

Chiche ?


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 janvier 15:02

    À l’auteur :

    Désolé, mais votre article ne m’incite aucunement à lire votre livre par absence de tout exemple concret de ce que vous feriez en un domaine particulier ; la refondation du capitalisme et l’instauration d’un dividende universel financées par l’épargne, par exemple...


    • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 15:06

      @Jean-Pierre Llabrés
      Cet article n’est qu’une introduction et un résumé volontairement extrêmement succinct. J’aurai l’occasion de revenir plus en détail dans un futur proche sur tel ou tel sujet (par écrit et en video).

      Mais je peux déjà vous dire que je ne propose pas une refondation du capitalisme, ni l’instauration d’un dividende universel... donc j’ai peur que cela ne fasse que vous confirmer dans votre intention de ne pas le lire... à moins que vous ne soyez curieux de vous informer sur des propositions et des thèses qui ne sont pas les vôtres ! smiley

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 janvier 15:17

      @Robert Branche

      Pour la présidentielle de 2017, nous comptons nombre de candidats potentiels de tous bords.
      Et combien de propositions innovantes et progressistes ? ? ?
      J’espère que votre prochain article en détaillera au moins une (quand bien même ce ne serait pas une de mes thèses smiley ).

    • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 15:20

      @Jean-Pierre Llabrés
      C’est bien l’idée de mon livre. Vous pouvez aussi me suivre sur mon blog - www.neuromonde.fr - (c’est gratuit !) sur lequel il y aura plus d’informations. Je vais aussi mettre en ligne une petite trentaine de video sur YouTube (chacune autour de 2 mn), chacune centrée sur une idée ou une problématique (et avec un axe de proposition !)


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 janvier 15:30

      @Robert Branche

      Pouvez-vous, d’ores et déjà, nous indiquer ce que vous proposez pour « Refuser de laisser le chômage gangrener notre société » ?


    • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 15:35

      @Jean-Pierre Llabrés
      Cela appelle vraiment un développement trop long qui ne se prête pas à des messages courts. Je reviendrai dessus dans le futur !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 janvier 15:48

      @Robert Branche

      ok.


    • vesjem vesjem 25 janvier 23:10

      @Robert Branche
      stp , si tu es vraiment convaincu et sincèrement désireux de changer le monde , met ton bouquin sur le net gratuitement ; un peu de logique


    • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 23:13

      @vesjem
      Difficile de mettre un livre gratuitement vu les coûts d’impression ! Il faut bien permettre à l’éditeur de vivre (sachant que vu les tirages prévisibles au mieux il rentrera dans ses frais).

      De plus il est existe une version kindle à moins de 10 €.
      Enfin je vais diffuser de larges extraits progressivement sur mon blog ainsi qu’une trentaine de videos sur tous les points clés.

    • Sozenz 25 janvier 23:58

      @vesjem
      Arrete comment il va se battre contre le monde de la finance s il ne gagne pas de sous .
      Apres il viendra avec sa baguette magique pour changer le monde , promis


    • Robert Branche Robert Branche 26 janvier 00:24

      @Sozenz
      Ce n’est vraiment avec un livre comme le mien que l’on gagne de l’argent ! smiley


    • Robert Branche Robert Branche 26 janvier 00:24

      @Robert Branche
      vraiment pas (il manquait le « pas »)


    • vesjem vesjem 26 janvier 10:26

      @Robert Branche
      Enfin je vais diffuser de larges extraits progressivement sur mon blog

      je ne suis pas sûr que tu en aies le droit 


    • Robert Branche Robert Branche 26 janvier 11:27

      @vesjem
      Mon éditeur est un ami donc il n’y a pas de problèmes. De plus quelqu’un qui lit tous les extraits finit par acheter le livre pour avoir la logique d’ensemble. Cela ne se substitue pas du tout aux ventes, au contraire ! smiley


    • vesjem vesjem 27 janvier 09:06

      @Robert Branche
      il n’y a pas que l’éditeur dans le circuit


    • Robert Branche Robert Branche 27 janvier 09:34

      @vesjem
      Dans le cas présent, il n’y a que lui et moi ! smiley


    • petit gibus 25 janvier 15:33
      Pour répondre à ton éloge de la nécessaire flexibilité du roseau
      dans un monde « hypercomplexe »
      La qualité de courage que tu réclames
      est opposée à la mienne

      A l’acceptation de la complexité,
      je milite pour une recherche de la simplicité

      Si notre monde est si complexe, la faute à qui ?
      Inutile d’en gommer l ’unique raison :
      planquer les zonnes noires de notre humanité
      pour surtout les conserver

      Alors au lieu de nous plier comme un roseau
      sous la contrainte de ton libéralisme,
      retrouvons plus de sagesse et de raison
       Chiche ?

      • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 15:38

        @petit gibus
        Non ma réponse n’est pas opposée à la tienne : je prône aussi la simplicité (sortir de la complexité de nos organisations collectives) et la décentralisation afin de libérer les énergies locales qui sont plus à même de faire face à la complexité


      • petit gibus 25 janvier 15:49
        @Robert Branche
        J’veux bien te croire,
        mais pour l’embryon de mon microproce cérébral ,
        tout ce qui est très compliqué
        est très suspect smiley

      • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 16:09

        @petit gibus
        Nous sommes en phase


      • Sozenz 25 janvier 16:08

        Car, caractéristique bien française, chacun de nos politiques se sent l’âme d’un grand chef : non seulement, ils s’imaginent capables de maîtriser l’incertitude, mais ils se voient en un Paul Bocuse de la politique, un sauveur, un homme ou une femme miracle.

        Quand j ai eu fini de lire cette phrase , je n ai pas regardé la suite ...

        Les aveugles qui écrivent , ça ne se lit pas .


        • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 16:11

          @Sozenz
          Pouvez-Vous expliciter un peu plus votre propos ?


        • Sozenz 25 janvier 18:17

          @Robert Branche
          pensez vous que les hommes politiques se veulent comme des sauveurs , pense vous qu ils se sentent si supérieurs ?
          seriez vous assez naïf pour le croire ?

          Sauveur de quoi ? ils savent qu ils vont suivre un programme , ils ont été choisi parce qu ils vont suivre la politique qu’on leur demande de faire ou en concorde avec leurs partenaires de réaliser avec ce qui ne nous sauve pas , nous le peuple.
          sans vouloir vous contraindre ; même si vous ne souhaitez pas vous accorder ou raccorder à un parti . aller voir le site de l upr ...
          c est affolant qu aujourd hui encore les esprits soient aussi embrumés .
          On vous mettrait le nez en plein dedans que vous ne verriez rien et ne sentiriez pas .
          faut une epoque encore on aurait pu encore douter . mais aujourd’hui hui . franchement ....

          prenez le programme de l EU et comparez avec la politique de la France . ; c est le même truc , ligne pour ligne .... alors qu est ce que vous allez chercher des sauveurs là où il n y en a pas ....


        • JBL1960 JBL1960 25 janvier 16:13

          Pourquoi attendre sagement 2017 un réveil citoyen ? Non, demain se plante aujourd’hui... Ce qui se prépare en coulisse c’est de la coercition à tous les étages. Donc, cet éveil, pacifique, urge et beaucoup y travaillent déjà depuis un moment ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/25/bon-alors-quest-ce-quon-fait/ Franchement, y’en a marre de demander la permission pour tout... Non c’est non ! smiley


          • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 16:18

            @JBL1960
            Il ne s’agit pas d’attendre sagement 2017 - pour reprendre votre formule - mais de saisir l’occasion des prochaines élections de 2017 pour enclencher une transformation en profondeur des institutions françaises.

            D’ici là - comme je ne crois pas qu’une logique insurrectionnelle soit la bonne - préparons cette transformation, mettons nous en situation de peser dans les élections pour cette transformation s’enclenche, et agissons dès maintenant au quotidien autant cela est possible (dans la logique des taiseux par exemple poussés par le mouvement BleuBlancZèbre d’Alexandre Jardin)

          • Shawford Naoh 25 janvier 16:27

            Mr Robert Branche,

            j’ai généralement toujours apprécié votre participation avec des articles constructifs sur AV, mais si vous pensez que ce type d’initiative avec une personnification à sa tête, d’autant plus si elle est par cette effet parcellisée (même pas de lien avec les ateliers citoyens chouardiens par exemple) puisse peser d’un quelconque poids, c’est vraiment que vous avez fumé la moquette !
            Election piège à cons, point barre, en 2017 plus qu’en 2012 plus qu’en 2007qu’en...


            • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 16:31

              @Naoh
              Désolé je n’ai pas été assez précis : quand je parle des élections de 2017, je parle plus des élections législatives que les présidentielles. L’idée est d’agir par le parlement ce qui est plus en phase avec une vision d’une France qui doit être décentralisée. L’élection présidentielle est largement verrouillée et il faut sortir de la logique de la recherche de l’homme miracle. 

              La constitution française permet de prendre le pouvoir par les législatives.
              Je participe à des initiatives qui ont pour objectif de rendre ceci possible, et de regrouper tous ceux qui voudront y participer

            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 janvier 16:35

              @Naoh

              A-t-on le droit de penser que l’anti-capitalisme d’Étienne Chouard est une ineptie ? ? ?...


            • Shawford Naoh 25 janvier 16:37

              @Robert Branche

              Je me permettrai en aucun cas de stigmatiser votre engagement, mais bon je peux faire le pari et mettre tout ce que j’ai sur la table que vous pisserez dans un violon.

              Si vous écoutez bien ce que chante ce parolier remarquable, vous aurez une plus exacte appréciation du vrai défi à relever.


            • Robert Branche Robert Branche 25 janvier 16:40

              @Naoh
              Je suis parfaitement au courant du défi à relever, mais l’initiative qui est en train d’être montée est à la hauteur du challenge...


            • Shawford Naoh 25 janvier 16:44

              @JP Llabres

              Mais faîtes donc je vous en prie, je vous ne empêche.

              Je ne parlais de Chouard que pour le citer en contrepoint futile de la tout aussi futile action des zèbres et de la votre de façon tout aussi subséquente.


            • Shawford Naoh 25 janvier 17:06

              @Robert Branche

              Belle réponse égotique.

              Mais regardez, j’ai pas eu le temps de venir mettre un post que trois initiatives concurrentes s’affrontent.
              Bientôt pour les présidentielles il n’y aura plus assez de maires pour avaliser le nombre de candidats en présence.

              Tous dédiés à l’intérêt général comme de bien entendu

              Celui-ci il est mort, phagocyté depuis trop longtemps par les politichiens, démembré à l’extrême par les citoyens de toutes nature, qui avec un blog et trois like se voient en sauveurs du monde.

              Le moi, moi moi jusqu’à la gerbe, et vous deux là, vous serez niqués comme les autres (puisque de toute façon les moujons se tourneront de préférence in fine vers ceux qui sont le plus pourvus en artéfacts et coups de pouce du système lui même)

              Non les seuls changements viendront de mouvements où l’intérêt général est avalisé par le mode d’action, à savoir l’anonymat et l’impossibilité de facto de récupération du mouvement ou de postes à prendre. (alors tant qu’à faire pourquoi ne pas tous retourner cultiver leur jardin, d’autant plus si vous êtes incapables de vous (faire) oublier ?)


            • Shawford Naoh 25 janvier 17:36

              @Naoh

              J’ajoute au demeurant que ça va changer dans le jardin de chacun : inexorablement.

              J’ai mis en 1er commentaire ça ce matin sur AV ce matin, il est peut être pas inutile de le reproduire ici, 20 minutes pour changer définitivement votre vie si vous vous astreignez à en tirer toutes les conséquences utiles :

              La conscience de soi expliquée par les neurosciences sociales



            • Le chien qui danse 26 janvier 10:59

              @Naoh

              T’as l’air d’avoir des choses à dire, mais simplifie ton propos, ça fait un peu gloubiboulga pseudo intello et on (je) pige que dalle.
              Cdlt


            • Shawford Naoh 26 janvier 11:03

              @chien en transe

              Tout à l’ego man, dépouille toi, papouille moi et tout ira bien smiley ( smiley ? )


            • Le chien qui danse 26 janvier 11:42

              @Naoh

              Trop haut niveau pour moi, je te laisse à tes sommets...


            • Shawford Naoh 26 janvier 12:17

              @Chien qui danse

              Sauf votre respect je peux pas vous résumer plusieurs centaines de milliers d’années d’évolution de la conscience humaine en un commentaire.

              Mes 5000 et quelques commentaires en stock le peuvent.

              A vous de voir si vous préférez vous en gausser ou aller par vous même vous astreindre à dénouer le fil de mes interventions le plus souvent trollesques mais pour certaines essentielles à la compréhension entre les êtres.

              Et je serai toujours là pour réagir, et répondre en fonction avec la plus grande empathie possible si vous avez le moindre questionnement contextualisé en rapport.

              Bonne journée


            • lsga lsga 26 janvier 20:42

              Bien entendu, la France sera emportée par le Tsunami Capitaliste. Comment pouvez-vous simplement en douter ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès