Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 5 fruits et légumes CONTAMINES à consommer par jour !?

5 fruits et légumes CONTAMINES à consommer par jour !?

campagne officielle {JPEG} Le plan national nutrition santé nous le dit et nous l’affirme et nous le répète :

Il faut manger 5 fruits et légumes par jour…..

Ce qu’on oublie de dire, c’est que ces fruits notamment, sont souvent hors de prix et que les légumes et les fruits sont inondés de pesticides.

100 000 tonnes de pesticides dangereux ou classés comme tels sont utilisés en France.

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/carte-le-chlorpyriphos-ethyl-pesticide-dans-le-viseur-du-ministere-de-l-agriculture-est-il-vendu-pres-de-chez-vous_1299287.html

« Les données avec lesquelles nous avons travaillé proviennent du ministère de l'Écologie. Le ministère de l'Agriculture exerce également un droit de regard sur leur publication. Elles sont confidentielles et couvrent une période qui s'étend de 2008 à 2013 (et de 2009 à 2013 pour l'outre-mer).

Plusieurs milliers de pesticides différents ont été vendus sur le marché français pendant cette période. Si certains ne présentent pas de risques, d'autres contiennent des substances actives qui ont d'ores et déjà été identifiées comme présentant un risque probable ou avéré pour l'être humain »

Il est très difficile de trouver des fruits et légumes non pollués par des pesticides.

Même les vergers qui vendent des pommes que l’on peut cueillir et acheter sont dangereux.

Les familles y vont faire leur choix en goûtant, en essuyant, parfois les fruits et le plus souvent sans prendre de précautions.

Les pommes sont si bonnes et si juteuses que même des adultes avertis ne font pas trop attention.

Il faut que des mesures soient prises par les pouvoirs publics pour la prévention

Le dessin de Nagy, que je joins est à peine une caricature

Nous n’avons pas eu encore de catastrophes en France mais cela ne saurait pas tarder si l’on continue à utiliser massivement les pesticides !

La culture biologique devrait être favorisée et soutenue afin de faire baisser les coûts, généraliser cette agriculture et rendre ses produits accessibles au plus grand nombre.

Une campagne éducative à grande échelle serait la bienvenue afin d’inciter les consommateurs :

- à acheter des fruits et des légumes « bio » ;

- à éplucher les légumes et les fruits quand cela est possible, à laver les fruits que l’on ne peut pas éplucher, comme le raisin ;

Les collectivités territoriales doivent donner l’exemple en ce qui concerne la restauration scolaire en achetant les fruits et les légumes aux producteurs « bio » de proximité.

Jean-François Chalot

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • bakerstreet bakerstreet 5 février 18:59

    Je suppose que vous avez vu l’excellent reportage « cash investigation », sur les pesticides, et donc aussi sur la santé des enfants, population particulièrement vulnérable. C’est encore visible quelques jours en post cast et dont je m’empresse de mettre le lien pour ceux qui ne l’auraient pas vu : http://bit.ly/1Pg8sSM 

    L’émission passait à 20h30 ; dérangerait elle moins que l’émission tout aussi excellente et dérangeante que cette équipe avait fait sur le diesel, et qui avait été reporté à 22h 30. Car le gouvernement préfère les gens au lit pour parler des sujets de la COP 21. Entre parenthèse, sur fond de contrôle trafiqué, plutôt que d’améliorer les moteurs, l’Europe vient de remonter les normes diesel, dix fois plus toxiques qu’on nous l’avait dit. Elle est pas belle la vie ?
    Remarquez, c’est ce qu’ils avaient déjà fait il y a quelques années, pour les marqueurs dérangeant dans l’eau : Métaux lourds, pesticides justement, et nitrate. Les cancers explosent, l’espérance de vie baisse, mais on vous dit que c’est du à la grippe......
    Entre les particules de diesel à la ville, et celles de l’épandage à la campagne, vous avez le choix !
    Car elle peut éviter la pomme empoisonnée, mais blanche neige crèvera tout aussi facilement. Il lui suffit de respirer le bon air de la campagne. 
    Une remarque tout de même au sujet de cette excellente émission : Le cultivateur, victime pourtant des pesticides, qui a obtenu gain et dommage de Monstanto n’est tout de même pas trop fiable quand il parle de l’histoire des angrais : « Il fallait nourrir la france après la guerre ! »....Non ! Clairement non ! Les terres détruites après la guerre de 14 étaient autrement importantes, et l’on a pas changé les pratiques. C’est un lobbying et une instrumentalisation à tous niveaux qui a corrompu les sols, et mis la santé de l’homme en danger. 

    • foufouille foufouille 5 février 19:07

      "La culture biologique devrait être favorisée et soutenue afin de faire baisser les coûts, généraliser cette agriculture et rendre ses produits accessibles au plus grand nombre."
      ça sent le bourgeois qui n’a aucun problème de fin de mois. c’est juste quatre fois plus cher que les produits bas de gamme.
      tout le monde est mort depuis cinquante ans.


      • pemile pemile 5 février 19:27

        @foufouille « ça sent le bourgeois qui n’a aucun problème de fin de mois. c’est juste quatre fois plus cher que les produits bas de gamme. »

        Quatre fois plus cher que la merde c’est pas cher !

        En vente directe c’est au même prix qu’un supermarché.


      • pemile pemile 5 février 19:28

        au même prix qu’au supermarché


      • bakerstreet bakerstreet 5 février 19:33

        @foufouille
        On n’est pas obligé de bouffer du poulet aux hormones ; et même de la viande, pour le reste, on n’’est pas obligé de bouffer non plus comme des vaches, un seul repas par jour suffit, mieux vaut pas s’acheter son cancer à crédit, et regarder un peu les étiquettes. L’agriculture c’est un scandale, le mythe agriculteur= jardinier de la france une imposture. 

        Les trois quarts de la production partent de toute façon à l’export. On produit du mais qui pollue pour nourrir des cochons qui nous foutent la santé et le paysage en l’air. Rien que de la politique de gribouille. Produire sain, ça redonnerait du boulot et du sens à beaucoup. 

      • foufouille foufouille 5 février 22:17

        @pemile
        sale bourgeois menteur. tout n’a pas les moyens point. la vente directe pas cher est très en bio.
        re sale bourgeois menteur. et khmer vert.


      • foufouille foufouille 5 février 22:19

        @bakerstreet
        il faut deux repas et non tout le monde n’a pas les moyens d’acheter cher.
        faut vivre chez les bourgeois pour croire ta propagande.


      • pemile pemile 5 février 22:23

        @foufouille
        C’est quoi un bourgeois ?


      • foufouille foufouille 5 février 22:26

        @pemile
        tu préfères débile ?
        regardes les prix au kilo.


      • pemile pemile 5 février 22:37

        @foufouille « regardes les prix au kilo. »

        Beaucoup de merde versus peu de bonne chose ?

        Mais non, cela fait deux fois que je te dis qu’en vente directe les prix sont les mêmes.


      • foufouille foufouille 5 février 22:42

        @pemile
        c’est faux. débile ou manipulateur ?
        paye toi internet, tu pourras trouver les prix.


      • Rincevent Rincevent 6 février 01:32

        @foufouille

        Si consacrer un budget un peu plus important pour une nourriture saine, au détriment d’autres choses non essentielles est bourgeois, alors je suis un bourgeois content de l’être ! Quant à quatre fois plus cher, vous retardez de quelques années (au moins).


      • foufouille foufouille 6 février 01:42

        @Rincevent
        non désolé mais le bio est bien hors de prix. il faut avoir un budget pour s’en rendre compte.
        tu prends le premier prix et tu regardes la différence : compare la margarine au beurre bio français et pas celui qui vient de pologne. c’est donc hors de prix car faut payer loyer etc pour un sans dents.
        en vente directe, c’est rarement un prix normal. prétendre le contraire est vivre dans une bulle.


      • mmbbb 6 février 09:40

        @bakerstreet il y a beaucoup de marches qui permettent d’acheter directement au producteur Il y a un des paradoxe comme le soulignait une femme d’un super marche si l’es fruits ne sont pas homogenes et ne presentent pas une belle allure il ne se vendent pas Les consommateurs ont souvent un pois chiche a la place du cerveau Le marketing ayant fait son oeuvre comme dans tous les domaines ou l’apparat prime, nous comprendrons aisément que pour vendre des pommes dans un super marche donc circuit long il faille utiliser des pesticides a outrance. Le futur est au circuit cour au la « slow food » que les Italien ont lance et le respect des saisons. Un grand retour en arriere et cette evidence que la nourriture devrait saine On tend toujours de reinventer le fil a couper le beurre Quand j’etais gosses les cas d’obesite etait rare ils sont devenus banal la malfouffe est passe la. Societe qui prefere bourrer sa jeunesse au Mediator que l’education et le bons sens .


      • Jeekes Jeekes 6 février 11:43

        @mmbbb

        Globalement d’accord, sauf qu’une question me turlupine... 

        Acheter directement au producteur nous assurerait d’acheter de l’excellence ?
        J’en doute, tous les produits pourris qui nous sont proposés aujourd’hui viennent bien tous d’un producteur, non ?

      • mmbbb 6 février 12:23

        @Jeekes j’habite pres de Lyon et il y a une foultitude de petit et de gros marches Il est evident que l’on peut etre sur de rien mais l’achat des fruits et legumes sur ces marches de producteur locaux garantit neanmoins une qualite superieure J’aime les pommes en particulier la qualite gustative n’est pas la meme Je me suis fait « avoir » un jour J’avais achete des courgettes et je l’ai avais cuisine a l’orientale Seul hic j ’avis omis de les eplucher comme si j’avais cuisine des courgettes ordinaires de serre La peau etait restee dure et rendait ce plat quelque peu delicat a manger et la chair etait ferme Preuve d’une culture en plein champ Sur le marche Sait Antoine l’ete les peches et abricots achetes sur ce marche font la difference Dans les supermaches ces fruits sont devenus immangeables etc etc Le credo de ces petits producteurs est tout de meme la qualite Pourquoi nous déplacerions nous alors Salutations


      • Samson Samson 6 février 17:11

        @foufouille
        Ben non, tout dépend où vous vous approvisionnez.
        Tous les détaillants bio (je ne parle pas des chaînes de distribution) ne ciblent pas le bobo, et au moins, vous en avez pour votre argent. Je suis allocataire social et, alors même que je n’ai pas de jardin, je mange bio. Je mange moins, mais mieux, et çà fait plus que compenser !


      • foufouille foufouille 6 février 17:20

        @Samson
        mais c’est rat rare pour l’instant. même non « bio ».


      • Robert GIL Robert GIL 5 février 19:17

        On vous dira que même si l’on retrouve des pesticides dans nos produits frais, ce n’est pas grave parce que « notre seuil de tolérance n’est pas atteint ». D’abord, cette affirmation n’est pas justifiée. Par exemple, une enquête menée par la revue de l’UFC Que choisir à partir des analyses d’échantillons de 92 bouteilles de vin français, montre des taux de pesticides jusqu’à 3 500 fois supérieurs à la potabilité de l’eau et la présence de produits interdits dans 20 % des vins...lire l’article complet


        • amiaplacidus amiaplacidus 5 février 19:25

          @Robert GIL

          Le seuil de tolérance est déterminé pour un produit isolément.

          Quid lorsque l’on a un cocktail de 10, 15, 20 ... produits ?


        • mmbbb 6 février 09:46

          @amiaplacidus les etudes de toxite de ces coktails sont devenues improbables puisque les interactions sont trop nombreuses. 


        • pemile pemile 5 février 19:35

          @CHALOT "Les collectivités territoriales doivent donner l’exemple en ce qui concerne la restauration scolaire en achetant les fruits et les légumes aux producteurs « bio » de proximité."

          Même en campagne, pour un petit collège (200 élèves), c’est pas facile à mettre en oeuvre avec les petis producteurs par rapport aux quantités.


          • foufouille foufouille 5 février 22:22

            @pemile
            donc pour 200 clients, c’est pas possible non plus.


          • JL JL 5 février 20:22

            J’ai lu trop vite ? 


            Ou bien vous avez réellement oublié de parler de la FNSEA, la branche agricole du Medef ?

            • bakerstreet bakerstreet 5 février 23:47

              @JL

              Chalot fait très court avec son histoire de Blanche Neige avec sa pomme pourrie « Qu’elle fasse attention la gamine quand elle l’épluche et se lave les mains... »....Qu’elle évite d’embrasser le paysans aussi, il est couvert de pesticides, ça porte malheur aux mariés !
              Le problème, c’est que si l’on parle de l’agriculture, on peut tirer les rallonges : Tout se tient, FNSEA, malbouffe, pesticides, toxicité de l’air, engrais et produits phytosanitaires empoisonnant du vivant, aliments pourris, élevage intensif avec tortures des animaux, nitrates du aux épandages, destruction des sols par les métaux lourds et les résidus des engrais, empoisonnement des nappes phréatiques, disparition des animaux sauvages, mise en danger de l’écosystème, empoisonnement de l’air par les particules du aux épandages, disparition des abeilles donc de la pollinisation, destruction de la vitalité de la terre surexploitée comme en Beauce, assèchement des cours d’eau, destruction du bocage amenant des catastrophes écologiques comme les inondations, et bien sûr donc mise en danger de la santé des populations, et particulièrement des enfants, avec l’explosion des cancers, des maladies neurovégétatives, de l’autisme. 
              J’ai du oublier des trucs.....Ah oui, la disparition des petits oiseaux, et le saccage des paysages. Pas seulement pendant les manifs, mais avant, tous les jours en fait. Je me tais, on va dire que j’aime pas les jardiniers de la France. Désolé, mais ceux qu’empoisonnent l’eau du puits, je les laisserai pas entrer dans mon jardin...Heureusement, il y a des paysans alternatifs, pas assez nombreux malheureusement, et il se fait tard. 

            • JL JL 6 février 08:50

              @bakerstreet 

               
              c’est la réponse que j’attendais. Vous vous y êtes collé, je vous en remercie.

            • bakerstreet bakerstreet 6 février 13:02

              @JL
              J’ai oublié l’effet de serre, dont beaucoup ignorent que l’agriculture intensive est un des principaux responsable. N’en jetez plus !....

              Climat : l’agriculture est la source d’un quart des émissions ...

            • JL JL 6 février 13:58

              Le plus grave peut-être c’est que, non seulement ils ne paient pas d’impôts, mais en plus, ils sont subventionnés avec notre fric.


            • Zip_N Zip_N 5 février 20:31

              Si je double les fruits et que je mange 10 raisins sec par jour au lieu de 5 je risque un excès de fruits ?


              • baron 5 février 21:33

                Le problème c’est qu’il faut nourrir de plus en plus de monde, il faut donc minimiser les pertes de productions.

                Parce que finalement ce n’est pas prix qui pose le plus de problème, c’est qu’il faut produire assez pour nourrir tout le monde.
                L’Europe et dans une moindre mesure l’europe ne sont plus en capacité d’assurer la sécurité alimentaire, on importe donc de plus en plus pour nourrir les populations.
                Et le plus grave est devant nous, les terres cultivables sont en voie de disparition en France, la couche végétale a dangereusement diminué, à tel point que sans produit chmique les productions seraient catastrophiques.
                A 40 Millions d’habitants avec des terrains fertiles, en poussant les rendements au maximun ont parvenait à nourrir le pays et à exporter. A 65 millions il faut tirer encore plus sur les sols et importer.
                On sait qu’à brève échéance la production agricole dans le pays va décroitre, les rendements vont devenir insufffisants les terres sont très appauvris. Alors qu’on entend un Jean luc M qui veut faire monter la population à 80 millions pour concurrencer l’Allemagne il h a de croire être vraiment inquiet.
                Parce que demain il faudra de plus en plus avoir recours à la chimie pour nourrir la population. Des agronomes tirent la sonnette d’alarme depuis longtemps.
                Donc, l’équation est simple, soit on utilise la chimie soit on crève de faim, ou alors on fait mourrir de faim d’autres peuples en important de la nourriture que les plus pauvres ne pourront plus se payer chez eux.
                Pour beaucoup de français se nourrir c’est aller dans un hypermarché, ou chez un producteur qui sera plus ou moins ou pas du tout bio. La réalité de l’agriculteur c’est de devoir produire de plus en plus pour éviter la disette. Parce que cela va finir par arriver et nous serons pas forcément épargné.
                Bref, il ne suffit pas de décréter qu’il faut moins de pesticides, de traitements phytosanitaires et d’engrais pour que l’on cesse d’en répandre, c’est beaucoup plus compliqué que cela, les agriculteurs n’ont pas le choix et nous non plus. 
                Même en limitant encore un peu plus les pertes entre champ et le consommateur on ne résous pas le problème, de la baisse des rendements, parce que les sols meurrent et il ne peuvent plus régénérer, Des sols morts ne sont pas un délire, c’est une réalité que l’on va bien devoir affronter a bref délais, si il suffisait de vouloir ou de volonté politique ce serait bien mais la nature se fiche de ce que veulent les individus et de ce qui est bien ou mal pour les humains ....

                • pemile pemile 5 février 22:15

                  @baron « soit on utilise la chimie soit on crève de faim »

                  C’est le discours standard de vente d’un produit, un choix binaire restrictif, c’est mon produit ou le choléra.

                  Arrêter (ou limiter) le chimique en france et on risque de crever de faim ?

                  « les agriculteurs n’ont pas le choix et nous non plus. »

                  C’est donc la « nature » qui nous impose ce choix ?


                • foufouille foufouille 5 février 22:25

                  @pemile
                  le portefeuille impose un choix.


                • pemile pemile 5 février 22:34

                  @baron « le portefeuille impose un choix. »

                  Justement ! Et le chimique ça coûte cher !


                • foufouille foufouille 5 février 22:44

                  @pemile
                  c’est bizarre que ce soit moins cher l’industriel. les subventions sont les mêmes pourtant.


                • Pépé le Moco 6 février 00:04

                  ,@baron

                  Désolé de vous contredire, mais la réalité est le contraire de ce que vous annoncez.
                  La permaculture est certainement beaucoup plus viable que votre conclusion.
                  Exemple : La ferme biologique du Bec Hellouin
                  Etudes de rendement en cours : lien

                  La PAC Européenne instauré en 1962, sous le contrôle des lobbies agro-industriels, de la FNSEA et des politicards, a berné les paysans de l’époque et les a lancé dans l’agriculture intensive et la monoculture. Ces exploitants sont alors devenus des agriculteurs, brefs des pollueurs, des empoisonneurs. Ils ont néanmoins enrichi les société biochimiques et leur actionnaires. Et c’est peut-être (certainement) pour ce dernier point que les médias généralistes ont toujours été présents pour promouvoir ce type développement.

                  Le vrai problème des agriculteurs d’aujourd’hui (à ne pas confondre avec les paysans) est qu’ils ont appauvri leur sols avec l’usage des produits chimiques et leur méthodes d’agriculture intensive ; et au passage, ils ont également pollué les rivières, les nappes phréatiques et détruit la biodiversité.

                  Un exploitant avec une carte de la FNSEA, c’est comme un crocodile se présentant dans une maroquinerie. Il est déjà mort. Compte tenu de la merde qu’il produit et des effets collatéraux qu’il créés, c’est pas plus mal. Et je ne parle même pas des dépenses qu’il induit au niveau de l’assurance maladie.

                  Pour en revenir à l’Europe, les négociations engagées pour le TAFTA peuvent faire présager du pire. C’est la merde étasunienne qui va déferler dans toute l’Europe (on avait pas besoin de cela, l’Espagne s’en chargait déjà). Non content d’être des crétins et des criminogènes, les Eurobéas continuent de soutenir cette Europe de la destruction dans tous les domaines.

                  Mais ce n’est certainement pas avec la lecture de quotidiens que l’on peut appréhender correctement ces questions, n’est-ce pas @baron ?
                  Un conseil de lecture pour votre culture : « Plaisirs cuisinés ou poisons cachés » de Gilles-Eric SERALINI, ou encore du même auteur « Génétiquement incorrect », mais pour ce dernier ouvrage, il faut avoir quelques notions de génétique ... (pour info, c’est l’un des premiers livres qui parle des perturbateurs endocriniens).

                  Bonne continuation.


                • bakerstreet bakerstreet 6 février 00:08

                  @baron
                  La permaculture est une technique ancestrale et qui permet aux paysans d’amerique du sud d’avoir par exemple des plants de mais à haut rendement, en croisant des plants de haricots et des courgettes entre les plans, sans employer de pesticides ; Un fait attesté, pas une histoire de babas, comme certains tenteront de l’affirmer.Il suffit de se renseigner, d’être curieux, de ne pas prendre au premier degré les déclarations des pékins qui disent qu’il n’y a pas le choix, comme si l’on avait jamais fait d’agriculture avant 45, date à laquelle les industriels ont décidé de reconvertir leur poudre à munition en explosif..... La France n’est absolument pas autonome au niveau alimentaire, alors qu’elle pourrait bien sûr l’être, sacrifiant aux lobbys, de façon stalinienne, important énormément de légumes, de fruits, de soja, ( pour les vaches), et exportant ses céréales et sa viande, ( nécessitant maïs donc énormément d’eau, rejetant des nitrates. Les sols sont hautement contaminés, ou épuisés par les engrais. Une autre agriculture est bien sûre possible, sans chimie, au moins pour les légumes et fruits, de façon mesurée avec les céréales, vu que couper court à une technique aurait les mêmes effets que d’arrêter de donner sa dose à un drogué. Ce sont les trusts qui font la loi, comme Bayer, Montsanto, et développent un lobbying mortifère. Les preuves ne sont plus à apporter. vous pouvez trouver des liens à la pelle. En voilà deux. 

                  Marc Dufumier / France Inter

                • bakerstreet bakerstreet 6 février 00:10

                  @bakerstreet
                  Reconvertir les munitions en engrais bien sûr...Je devrais me relire, ça m’éviterait aussi pas mal de fautes d’orthographe. 


                • Pépé le Moco 6 février 01:13

                  Petite précision par rapport à mon lien sur le TAFTA
                  Sur les 5 vidéos proposées de R.M. JENNAR, je vous conseille la partie 3 qui concerne le sujet évoqué. Dans l’attente de commentaires.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 février 08:20

                  @bakerstreet
                  Pour se reconvertir au bio, il faut un délai de 3 ans. C’est vous qui allez payer leurs dettes en cours et les faire vivre pendant 3 ans ? Les agriculteurs qui se suicident (1 tous les 2 jours), sont endettés.


                  Quand on voit le nombre de citoyens qui, depuis 50 ans, ont fait confiance au PS et à l’ UMP et ont voté pour eux, alors qu’ils ont toujours soutenu l’ UE et la PAC, je trouve assez incongru que certains reprochent aux agriculteurs d’avoir fait confiance à la FNSEA, à la PAC, à l’ UE et au Crédit Agricole.
                  Et qu’ils les critiquent pour s’être endettés de millions d’euros pour « moderniser » leurs exploitations et qu’ils utilisent des intrants empoissonnés pour augmenter leur production. ...

                  Ils se sont faits rouler dans la farine comme la majorité des citoyens par les promesses lénifiantes sur la construction européenne. Tous ceux qui ont fait confiance dans l’ UE et les Partis politiques euro-atlantistes sont tout aussi responsables des pollutions que les agriculteurs.

                  Mais c’est plus confortable de faire comme si les consommateurs n’étaient pas aussi des électeurs et des soutiens de l’ UE, pas vrai ? En clair, on ne peut d’une main vouloir rester dans l’ UE et la PAC, et de l’autre demander des produits bio partout.
                   « L’euro est dans le pré ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès