• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > A ceux qui s’étonnent que les sans papiers paient des (...)

A ceux qui s’étonnent que les sans papiers paient des impôts

Oui les sans papiers vivant dans notre "si-douce-France-patrie-des-droits-de-l’homme-qui-fait-l’admiration-des-peuples-amnésiques", paient des impôts. A partir du moment ou vous travaillez chez un négrier, votre employeur déclare votre salaire aux impôts. C’est simple et au point depuis des lustres.

Ensuite vous devez déclarer votre domicile avec justificatifs etc...et faire votre "petite" déclaration de revenus, "pour être en règle". L’administration fiscale vous salue bien.

A noter , mais c’est un petit détail, que les sans papiers n’ont strictement rien coûté à la France, ni crèche, écoles, formation ni allocs de rentrée scolaire, ni alloc de logement, ni rien de rien, y compris ça va de soit, en appareils dentaires, lunettes, vaccins, colonies de vacances, rien de rien de tout ça. Ils sont arrivés sur le chantier et on leur a dit trois fois rien : Bosse, ferme là et dit merci patron. Courir, pour éviter les rafles on ne leur a pas dit. Ils ont appris tout seul.

OUI, ceci s’appelle de l’esclavage. Esclavage que le ministre Darcos a le monstrueux culot d’appeler "du travail illégal". Alors que ce travail là enrichi aujourd’hui, comme hier ailleurs, des centaines d’entreprises "légales".

OUI, l’état qui prélève les impôts de cet esclavage n’est qu’un putain de proxénète, un julot pain de fesse à foie jaune qui pue la pituite du colonial, le vieux buis du crucifix, l’arrière boutique de magasin ou, disait De Gaulle en connaisseur amer, les petits français font leur petite soupe dans les petits pots.

Je ne suis pas en faveur de l’accueil des sans papiers.J e ne supporte pas l’idée d’une immigration continue de la misère. Cette manne pour marchands d’esclaves, marchands de sommeil, marchands de saillies, marchands d’animaux.

Je ne suis pas en faveur d’une "intégration", terme d’une arrogance inouie.

Je ne suis pas pour l’obligation d’éduquer les gens et de les établir dans un pays qui n’est pas le leur. Parce que quitter son pays est un déchirement terrible transmissible avec les conséquences humaines et sociales que l’on connaît. Et simplement, parce que déraciner les êtres désespérés, d’où qu’ils viennent et ou qu’on les accueille, même bien, ne les rendra jamais heureux .

Je suis pour que les travailleurs étrangers soient soumis, par la loi, aux mêmes conditions que les travailleurs nationaux.

Je suis pour que les travailleurs de quelque origine bénéficient de conditions de logement équivalentes.

Tout le reste n’est que bavardages inutiles et pain archi béni pour les négriers et leurs complices politiques. Seule cette solution peut tarir les flots de migrants, voulus et entretenus depuis 50 ans dans notre pays.

Il faut dire les choses telles qu’elles sont une bonne fois pour toutes aux amnésiques. Ce n’est pas la France qui a fait venir des milliers de travailleurs après la seconde guerre mondiale, c’est Bouygues, c’est Renault, c’est Citroén, puis les moyennes et petites entreprises. Et ceci dans le seul but de faire baisser les salaires et de maintenir une paix indispensable à leurs affaires face à des syndicats puissants devenus selon eux ,ingérables. Ils ont réussi leur coup, et soyons honnêtes, ils nous ont laissé les foyers SONACOTRA à entretenir.

C’est pourquoi il est indispensable d’aider les immigrés à obtenir des papiers, avec les mêmes conditions que les travailleurs nationaux. La solution idéale étant évidemment de les aider à travailler chez eux et à vivre chez eux.

La France post coloniale et désormais post industrielle n’est plus qu’une vieille pierreuse. Elle fait la queue chez les dictateurs. Elle fait tout, sans honte. Elle en est réduite au spectacle. A se déguiser en bonne fille pour aguicher le cochon de votant. Elle entend montrer combien elle est ridicule...."vous entendez Charles-Henri....fermer les entreprises...Besancenot ?... combien de divisions ?... " .

Le guignol du travail et son complice Gnafron du conservatoire des cornichons se chamaillent. les petits enfants applaudissent. Pendant ce temps, le travail rémunéré à durée indéterminé a définitivement disparu. L’ autre, le nouveau, exige l’abandon de sa dignité, le silence, la déshumanisation et le port du masque de clown triste en cas de rares révoltes. Mieux vaut en rire.

Comme disait avec bonhomie le président Truchot à une vieille prostituée habituée de son tribunal...

- Encore vous veuve Marianne ?...A votre âge..tssst... ce n’est pas sérieux... habillée en petite fille, et avec des socquettes blanches, et des couettes...Vous voulez ?.. du travail ?... au lieu de faire la pute dites vous ?...Allons...allons...et pourquoi pas la galette et le petit pot de beurre pendant que t’y es conasse ?...
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • daniel721 daniel721 6 février 2010 12:12

    Merci de cette précision. Oui c’est tout a fait juste. J’ai donné ci dessous une réponse qui permet de comprendre quelles catégories de sans papiers paient des impôts.

     PAr exemple, dans le bâtiment ou dans la sous traitance tuyauterie, chaudronnerie, réparation de sites industriels, ou tous travaux répulsifs comme les centrales d’épuration, décantations des résidus chimiques et autres délices. 
     Dans ces cas, les sans papiers sont régulièrement payés par ces entreprises sous traitantes de grands groupes et sont donc souvent imposables.

  • Shaytan666 Shaytan666 6 février 2010 11:47

    A partir du moment ou vous travaillez chez un négrier, votre employeur déclare votre salaire aux impôts.

    Vous êtes un peu incohérent là ! Le but des négiers de la construction est justement d’engager des ouvriers au noir et de ne payer ni TVA, ni ONSS (sécurité sociale) où tout autres taxes. Sinon où est l’intérêt de l’histoire.


    • oncle archibald 6 février 2010 11:51

      Incontournable et triste réalité. 

      En cherchant à en savoir plus sur vous, j’ai visité votre site et j’ai trouvé « ça » pour illustrer votre article :
      - Il n’ y a que trois classes sociales :
      - Les dominants, qui ne paient jamais d’impôts.
      - La classe moyenne, qui se tape tout le boulot et paie tous les impôts.
      - Les pauvres, qui sont là pour rappeler à la classe moyenne ce qui lui arriverait si elle s’arrêtait de bosser.
      George Carlin the great.

      Et les immigrés, encore en dessous des pauvres, pour maintenir le prix du travail au plus bas et aussi pour faire comprendre aux pauvres que eux au moins ont quelques indemnités quand ils n’ont plus de boulot ... et donc qu’ils n’ont pas à se plaindre de vivre dans notre « dulce France »..

      • daniel721 daniel721 6 février 2010 12:03

        A Shaytan666


        Merci de votre message.. Pour moi négrier signifie dans ce cas ; toutes les administrations locales, régionales ou territoriales ainsi que les entreprises « officielles » ayant répondu aux appels d’offres légaux des marchés publics« . 
         Ces entreprises re sous traitent »leurs" marchés à des entreprises employant des sans papiers. Ceci en toute connaissance de cause des administrations publiques officielles qui ne veulent pas le savoir, et ferment les yeux sur le cahier des charges leur interdisant pourtant cette sous traitance illégale. Dernièrement, des sans papiers travaillaient sur un chantier de l’assemblée Nationale. Exemple parmi cent et cent autres...


        • Shaytan666 Shaytan666 6 février 2010 12:16

          Bonjour daniel et merci de votre réponse.
          Vous dites également ceci :
          C’est pourquoi il est indispensable d’aider les immigrés à obtenir des papiers, avec les mêmes conditions que les travailleurs nationaux. La solution idéale étant évidemment de les aider à travailler chez eux et à vivre chez eux.

          Donner des papiers n’est pas une bonne solution, les « régularisés » ne seront bien sûr plus engagé par les « négriers » et ils iront grossir le rang des chômeurs, tandis que les « négriers » feront venir d’autres sans-papier afin de pouvoir continuer leur trafic plus que lucratif.


        • daniel721 daniel721 6 février 2010 12:25

          Oui d’accord, c’est pourquoi il n’y a aucune solution satisfaisante, économique, humaine etc autre que l’aide directe aux migrants dans leur pays ; aide à se débarasser des tabous, traditions et religions manipulées en priorité.... 


        • snoopy86 6 février 2010 12:12

          Une inexactitude majeure dans cet article

          L’employeur qui déclare les salaires dans sa DAS doit au préalable avoir déclaré votre embauche à l’URSSAF aprés s’être assuré de la validité de votre titre de séjour

          Pour pouvoir être déclaré il faut pouvoir justifier d’un numéro URSSAF, donc d’un titre de séjour en règle

          Un sans-papier ne peut donc travailler que sous l’identité d’un autre travailleur donc qu’aprés usurpation d’identité...Il est ainsi doublement dans l’illégalité

          Et parmi les prête-noms combien déclarent leurs revenus et paient leurs impôts ?


          • daniel721 daniel721 6 février 2010 12:17

            Oui oui, ho que oui, bien sûr... Dans ce cas, comment font ils ?...


          • snoopy86 6 février 2010 12:32

            Comment font-ils ?

            1) pour la déclaration d’embauche

            - fourniture d’un faux titre de séjour ( qu’ils ont monnayé ) ou
            - d’un titre de séjour authentique appartenant à un comparse

            Ils n’ont pas d’autre choix

            Dans tous les cas il y fraude

            2) Pour l’impôt

            si l’identité est fausse comment le recouvrer ?
            si c’est celle d’un comparse celui-ci a généralement une adresse bidon


          • daniel721 daniel721 6 février 2010 12:37

            Oui je ne nie pas ceci. Cependant pour avoir vécu ces situations je peux vous garantir qu’il y ad’autres moyens pour les employeurs d’embaucher sans aucun problème des sans papiers.

             Pour l’impôt : Oui d’accord, mais ça ne concerne pas tous les sans papiers. Ceux dont je parle ont un domicile connu. 

             Sinon , je suis d’accord, on est dans l’escroquerie. un peu comme les multinationales donc.

            • Shaytan666 Shaytan666 6 février 2010 12:48

              Je pensais qu’en France il était illégale « d’aider » un sans-papier, donc de lui louer officiellement un domicile.


            • snoopy86 6 février 2010 12:48

              Expliquez-moi comment un employeur réussit à déclarer un sans-papier sans être victime ( ou complice) d’un faux ...
              L’emploi d’un sans-papier est toujours une fraude

              Autre point sur l’impôt
              Sachant que 50% des français ne paient pas d’IRPP, les sans-papiers étant presque toujours smicards n’y sont dans leur trés grande majorité pas assujettis...

              Il serait temps que les sanctions prévues par la loi pour l’emploi des sans-papiers soient rééllement appliquées


            • daniel721 daniel721 6 février 2010 12:59

              C’est bien le but de mon article merci. 

              - Comment de fait-il qu’un aussi grand nombre de marchés publics« soient sous traités à des entreprises employant des sans papiers malgré les cahiers des charges et autres CHSCT etc... habilement falsifiés au su de tous les intervenants ?

              - Combien de descente de police ou de constats d’inspection du travail sur ces chantiers Rep : pas de loin de zéro.

              - Combien d’entreprises employant des sans papiers sur des contrats »officiels ou marchés publics" sont sanctionnées ou fermées ?..Rep = 0.


              • foufouille foufouille 6 février 2010 13:35

                un culto a ete condamne a 2000€ d’amende il y a quelques annees
                pour 20 esclaves


              • daniel721 daniel721 6 février 2010 13:26

                Eh bien non je ne suis pas socialiste ...quelle horreur..Et je pourrais vous citer quantités d’exemples, pour avoir été du côté des « encadrants » de ces sociétés de négriers typiques de la maintenance industrielle. Je dis simplement que je suis CONTRE toute immigration ne respectant pas les droits des gens au même titre que les habitants du pays accueillants.

                 Même salaire, mêmes conditions sociales .. c’est à dire rendre illégale et contrôlable toutes discriminations dans le but de décourager cette manne pour requins... on peut rêver, c’est tout ce que je vous concède.
                le reste n’est en effet qu« élucubrations...
                 Dans ce domaine, il y a les gens qui »pensent" comme vous, et les gens qui le vivent.
                 Merci.

              • foufouille foufouille 6 février 2010 13:17

                ils sont souvent paye des ronds de carottes
                entreprise A touche 20000 sous traite a B qui touche ......... 4000


                • oncle archibald 6 février 2010 14:38

                  Pour être « du bâtiment » je peux vous dire par expérience ce que j’ai constaté sur des chantiers tout ce qu’il y a de plus « réguliers » attribués après adjudication, engagement solennel de l’attributaire d’exiger le port de badges nominatifs de tous les ouvriers sur le chantier etc ..


                  Le travail irrégulier est facilement décelable par les horaires ... quand vous voyez des ouvriers qui l’été travaillent du lever au coucher du soleil sans discontinuer, il y a forte suspicion .. Au vu et au su de tout le monde, y compris des patrouilles de police qui traquent les ceintures de sécurité et les portables, et qui doivent bien comme tout un chacun trouver anormal un tel zèle au travail ..Parfois même ces pauvres bougres dorment dans les « cabanes de chantier » qui normalement ne devraient servir que de réfectoire à midi .. Facilement décelable aussi le nombre anormalement élevé de cabanes de chantier alors qu’il en suffirait de trois, une pour le bureau de chantier, une pour le réfectoire et une pour les sanitaires... Au delà il y quasi certitude d’hébergement sur place ..

                  Comment l’attributaire du marché se met-il à l’abri des reproches ? par la sous traitance le plus souvent .. Il sous traite à une entreprise dont les responsables sont immigrés en situation régulière, normalement immatriculée au registre du commerce, dont la responsabilité est assurée, et qui par exemple déclare un effectif de 20 ouvriers dont il paie toutes les charges normalement.. Le hic c’est que si l’on fait le tour de ses chantiers, au dit sous traitant, on va trouver non pas 20 turcs, mais 60, 80 ou 100 .. Des badges : ils en ont tous et c’est bien leur photo .. qui va oser leur demander une carte d’identité pour vérifier que le nom sur la badge est bien le leur ?? Les badges sortent directement des imprimantes.

                  Des condamnations ? En 38 ans de carrière j’en ai vu une, sur dénonciation, par un concurrent évincé du marché ... Et le Jugement a été normalement sévère, c’est à dire que le Tribunal a considéré que le titulaire du marché ne pouvait pas ignorer, vu les prix pratiqués par sa sous traitante, qu’il était impossible de réaliser le travail pour le prix convenu en payant normalement les charges des salariés .. Ils ont donc requalifié le marché de sous traitance, estimé le nombre d’heures de travail effectué par le sous traitant, et fait payer des charges plus pénalités sur cette base .. Il serait très facile de faire cela non plus une fois tous les trente ans mais quotidiennement ..Ce que je constate aujourd’hui ce sont de beaux titres ronflants dans la presse locale du genre les inspecteurs du travail ont fait plusieurs descentes sur des chantiers hier et n’ont relevé aucune infraction, nos entrepreneurs sont très respectueux de la réglementation .. Ce qu’ils oublient de dire c’est que les visites de contrôles ne sont pas inopinées mais annoncées .. demain nous viendrons sur votre chantier à tel endroit faire des vérifications .. et oh miracle,ce jour la tout va bien ..

                  J’ai le souvenir des hurlements d’un responsable patronal du syndicat du bâtiment invectivant le préfet dans son bureau en lui indiquant que l’état était responsable du travail noir en attribuant des marchés payés par les contribuables à des entreprises dont on pouvait comprendre facilement en analysant les prix, que nécessairement elles ne payaient pas normalement leurs charges. Et il brandissait des devis de ces entreprises ou le prix du m2 de mur en briques ne couvrait pas achat plus main d’œuvre plus charges sur les salaires, excluant tout amortissement de matériel, frais généraux et bénéfices. Malgré ce les pouvoirs publics ont continué d’attribuer des marchés à ces entreprises, faisant même passer celui qui disait la vérité pour un salaud qui voulait s’en mettre plein les poches..

                  Le résultat économique de ces comportements frauduleux est que les entreprises normalement compétentes et respectueuses du droit n’ont plus de boulot, le marché étant dévolu après une simple comparaison des prix se trouvant au bas du devis ... 

                  Il faudrait comme en Allemagne je crois, que les marchés soient attribués à l’entreprise dont le prix est le plus près de la moyenne des offres .. C’est déjà beaucoup plus difficile à truquer et ça permet d’éliminer les fous et les voyous aux deux extrémités du rapport d’appel d’offres.

                  Le travail noir est une plaie pour l’économie d’un pays ou les charges sociales sont au niveau du nôtre et ou l’état a un fort rôle redistributif. L’hypocrisie règne en maître au profit de quelques uns qui sont déjà les mieux nantis....

                  • daniel721 daniel721 6 février 2010 16:54

                    Merci a Oncle Archibald. 

                    Et c’est la même chose dans la maintenance industrielle, à part dans le nucléaire trop surveillé aujourd’hui et encore.
                     Rêvons donc en commun d’une enquête sur ces marchés publics et autres sous traitance.
                     En Allemagne en 1986 un journaliste Gunter Walraff s’est fait passer pour un Turc immigré et a travaillé pendant un an . Il en est sorti un livre très bon qui s’appelle « Tête de turc » . Depuis 1986 rien n’a changé. Merci encore. Daniel.

                  • Heum, heum,... 6 février 2010 22:33

                    Je confirme qu’il est extrêmement facile à l’administration de découvrir le travail de clandestins, mais qu’il y a souvent collusion des services du Travail et de la main d’oeuvre, aveuglement et protection de l’Inspection des finances (sans parler du syndicat de la magistrature qui met des vices de formes dans les procédures). Probablement que tout ce petit monde est intéressé au développement actuel de la traite des noirs en France.

                    Ayant eu naguère la direction d’un chantier de bâtiment, j’avais téléphoniquement dénoncé à l’inspection du travail compétente deux entreprises négrières qui sous-traitaient les travaux d’une entreprise adjudicataire, comme il est expliqué. Aucune inspection n’a été faite, mais j’ai été convoqué par mon patron qui m’a viré en me disant que le monde était petit et que jamais je ne retrouverai de boulot.

                    Il existe une loi sur la sous-traitance qui oblige à déclarer tous les sous-traitants, à les faire agréer par le donneur d’ordre en leur communiquant les sous-traités avec le montant : il est donc facile de savoir la marge que prend l’entreprise adjudicataire sur son sous-traitant, donc de voir qu’il y a travail clandestin. Cette loi interdit aussi de sous-traiter 100 % d’un marché public, elle rend le donneur d’ordre responsable des fautes de son sous-traitant.

                    Vous remarquerez que lorsqu’il y a des manifestations de clandestins qui déclarent être employés, par exemple dans un restaurant bien connu de l’ïle de La Jatte, les employeurs ne sont jamais mis sur la sellette : ni inculpés, ni arrêtés, ni fermés, ni même blâmés. Il y a pourtant d’énormes amendes, et des peines de prison ferme prévues pour ce délit qui peut même être qualifié de crime, puisqu’il s’agit de trafic humain et d’esclavage.

                    La gauche (trotskystes, socialistes, communistes, verts, anticapitalistes) est entièrement complice de ces patrons négriers lorsqu’elle milite pour la régularisation des sans-papiers au lieu de militer pour qu’on les punisse. Au lieu d’augmenter les moyens de contrôle de l’inspection du travail, elle fait construire, par exemple à Nantes, des monuments pour déplorer l’esclavage des noirs au XVIIe siècle sur le plantations de coton en Amérique.

                    Le monument commnadé sera payé très cher. Ensuite, il sera construit par des entreprises sous-traitantes avec des esclaves. L’impunité des patrons négriers et la protection des filières de traite des immigrés, est presque le seul point de programme politique sur lequel toute la gauche est encore d’accord.

                    Il est évident que si les responsables de quelques entreprises sous-traitant des travaux à des entreprises négrières étaient condamnées à quelques années de prison ferme, le travail clandestin organisé disparaîtrait.


                  • daniel721 daniel721 7 février 2010 07:45

                    Réponse à Heumm heummm

                     Bonjour,
                    Merci de votre réponse très bien détaillé et authentique. En ce qui me concerne j’ai toujours été profondément choqué par ces comportements de maffieux. Le pire c’est que rien ne change dans ce domaine, et se battre , pour moi comme syndicaliste c’est se faire virer. Ce qui m’est arrivé deux fois. Mais putain quel pied quand même. leurs menaces ne pèsent pas lourd finalement. Avec le recuil, Me virer m’a permis de voir d’autres pays, d’autres gens et je ne regrette rien.
                     Bien amicalement à vous,
                     Daniel

                  • oncle archibald 7 février 2010 10:14

                    @ hem-hem : « ll existe une loi sur la sous-traitance qui oblige à déclarer tous les sous-traitants, à les faire agréer par le donneur d’ordre en leur communiquant les sous-traités avec le montant : il est donc facile de savoir la marge que prend l’entreprise adjudicataire sur son sous-traitant, donc de voir qu’il y a travail clandestin. Cette loi interdit aussi de sous-traiter 100 % d’un marché public, elle rend le donneur d’ordre responsable des fautes de son sous-traitant. »


                    Oui mais que fait-on de cette loi ?? Dans le cadre d’une expertise judiciaire à propos de très graves malfaçons (les charpentes et les menuiseries métalliques d’une piscine publique étaient rouillées avant même la mise en service à un point tel que leur solidité était compromise) j’ai présenté un superbe tableau aux magistrats avec le montant du marché tous corps d’états attribué à une grande entreprise de taille nationale, les sous traitants de premiers rangs, les sous traitants des sous traitants et en cascade pour certains lots jusqu’à un quatrième rang .. ce qui permettait d’expliquer qu’une entreprise italienne chargée de réaliser les ouvrages en fer et sa sous traitante, italienne également, qui les avaient laqués avant de les expédier en France pour être mis en œuvre ne savaient pas que ces ouvrages étaient destinés à une piscine publique !! Anecdote le seul ouvrage en fer qui n’était pas rouillé était l’escalier d’accès au toboggan dans le bassin ludique des enfants, il avait été réalisé par le serrurier local, galvanisé comme il se doit, protégé par des peintures adéquates, etc .. or des enfants dégoulinants d’eau chlorée n’arrêtaient pas de monter sur cet escalier à longueur de journée ..

                    Le procès au civil a normalement prospéré, la grosse entreprise titulaire du marché acceptant même de négocier sans attendre une condamnation. Il fut un temps ou le juge civil dans un cas de ce type transmettait copie du rapport de l’expert au parquet pour qu’éventuellement des poursuites pénales soient engagées ... que croyez vous qu’il advint ?? rien !! et je reste persuadé que l’entreprise nationale a tout simplement récupéré sur ses sous traitante le coût des travaux de remise en état qui était particulièrement salé en l’occurrence.

                    Et ensuite ?? la même commune, satisfaite sans doute de l’issue de ce conflit, n’écarta pas des marchés suivants celle qui en faisant circuler de la paperasse s’en foutait plein les poches sur le dos d’une pléthore de sous traitants. Allez retrouver le travail noir dans ce dédale international ! 

                  • Heum, heum,... 7 février 2010 11:06

                    @ Oncle Archibald,

                    Plusieurs affaires, comme celle d’Urba-Graco ou des lycées d’Île-de-France, ont montré que les grosses entreprises nationales adjudicatrices des marchés publics versaient des commissions aux partis politiques et aux syndicats des élus et des fonctionnaires chargés d’organiser les appels d’offre. Les partis se répartissent les fonds extorqués aux entreprises.

                    Pour que ces commissions puissent être payées, il faut des marges qui sont obtenues en sous-traitant les marchés à des entreprises à bas coûts, c’est-à-dire ne payant ni impôts, ni charges sociales, ni congés payés, ni au niveau du SMIC. Il faut aussi qu’il n’y ait aucune information judiciaire ouverte par le Parquet sur ce genre de march, de peur qu’on découvre qu’il y a des commissions versées aux élus et/ou aux fonctionnaires.

                    La gauche et la droite ont par conséquent un intérêt commun au développement en France d’entreprises négrières et d’immigrés clandestins.

                    Il serait extrêmement facile de faire cesser l’immigration clandestine et le travail au noir. Il suffirait que le pouvoir exécutif le veuille.

                    @ L’auteur

                    Les clandestins n’ont pas à payer des impôts ou à travailler aux mêmes conditions que les immigrés légaux. Ils doivent être raccompagnés dans leur pays, et leurs employeurs punis.

                    Il y a 5 millions de chômeurs en France, pas besoin de travailleurs immigrés suplémentaires.

                    Et si les entreprises du bâtiment, de nettoyage ou de la restauration n’arrivent pas à pourvoir des emplois, qu’elles augmentent les salaires et améliorent les conditions de travail. La concurrence ne doit ps jouer qu’à la baisse.


                  • anny paule 6 février 2010 16:39

                    Le problème que vous soulevez va bien au-delà de la question de payer ou non des impôts.
                     Certes, certains « sans-papiers » en payent. (Les smicards en payent aussi, peu, mais ils en payent tout de même). Il existe tout un réseau, toute une économie souterraine qui favorise cet état de faits. La « sous-traitance » qui brouille les pistes des responsabilités en est la face visible, qui serait facilement décelable, si ceux qui sont chargés d’organiser les contrôles et la répression (c’est un mot très en vogue, en ce moment !), étaient mandatés pour cela... et non pour tout autre chose ! 
                    Nous étions, du 26 au 31 janvier dernier, au Festival International des Programmes Audiovisuels (FIPA), à Biarritz.. Deux Films de fiction, fondés sur l’observation de faits réels, touchaient ce problème. Il s’agit de « Ceux qui aiment la France » d’Ariane Ascaride, et de « Clandestins » d’Arnaud Bédouet. Ces deux docus-fictions étaient éloquents... par contre, il serait surprenant que nos TV françaises, publiques ou privées passent ce type de programme : les« veaux » se poseraient les bonnes questions, ce serait dérangeant !!!
                    La seule solution à ce problème humain serait de remettre un peu d’humanité dans les rapports humains, de ne pas considérer les Hommes (et les Femmes) comme des marchandises, des variables d’ajustement, de respecter tous les individus, et surtout, de faire en sorte qu’il existe une harmonie à l’échelle planétaire au lieu de fonctionner sur le mode destructeur de la seule compétition et de la guerre économique qui lui est assortie ! 


                    • daniel721 daniel721 6 février 2010 17:02

                      Merci Anny Paule. Tout à fait juste mais hélas... « Le monde n’est pas mauvais à cause du tout petit nombre qui le construit, mais à cause de la multitude qui ne fait rien contre ». 

                      Pour rester dans le concret, disons, à cause du syndicalisme sans compromis qui a disparu car trop lourd et trop cher à payer. Dix ans pour moi. Merci pour votre analyse. Daniel.



                    • non667 6 février 2010 21:43


                      à daniel
                      au debut je croyais que c’était de l’ironie au 2°degré ,la fin m’a montré que vous nous prenez pour des cons au 1°degré !!

                      à tous
                      un clandestin qui est régularisé n’est pas plus intéressant pour un patron qu’un français en titre il a les mêmes droits et le même cout , R.M.I. + Charges sociales , dans son droit il aura les mêmes exigences , après quelque temps , il ne travaillera plus et vivra des expédients sociaux ..ça marche mieux s’il y a des enfants. Heureusement il y a le rapprochement familial pour ça !il abritera ,hébergera ,fera venir d’autres clandestins ,qu’il dirigera vers ses anciens employeurs


                      • daniel721 daniel721 7 février 2010 07:39

                        Merci de vous en êtes rendu compte.

                         Mais si vous savez lire ( à tous les degrés) Je dis seulement que , selon ma connerie, un immigré doit bénéficier des mêmes conditions, salaire etc.... 
                        Et donc, puisqu’il faut tout expliquer , une telle législation aurait pour effet de réduire considérablement l’intérêt pour les entreprises de faire venir des travailleurs de l’extérieur POUR FAIRE DU FRIC. Car l’immigration ne sert qu’a ça et à strictement rien d’autre. 
                        C’est d’ailleurs ce qui existe aux US ou dans d’autres pays, ou vous ne pouvez pas fournir un poste à un migrant s’il existe des travailleurs locaux demandeurs. Et si vous accordez ce poste à un migrant, il bénéficie des mêmes avantages ; salaire, sécu etc.... 
                         Est ce que vous pouvez comprendre que l’immigration , à part certains besoins particuliers ou l’on doit embaucher des spécialistes introuvables, ne sert qu’a exploiter les gens. 
                        Cesser de voir l’immigrant comme une demi SDF, vivant dans une cage à rat et se déplaçant que par les égouts entre Barbès et La Chapelle est nécessaire pour comprendre ce problème.

                         Il existe quantité de migrants surexploités, dont des médecins (payés au tiers du prix qui se  tapent les astreintes et les urgences pour quelques Euros dans tous les Hopitaux) des infirmiers, dentistes géomètres, techniciens industriels qualifiés ( que je cite ici) et même des physiciens, donc Dr en physique nucléaire, Russes, Ukrainiens etc... payés à 1/5 du prix normal avec des contrats pipo qui dorment par exemple dans les sous sols du CERN parce qu’ils ne peuvent pas se payer un appart. 
                        Est ce que c’est assez con comme explication ?


                      • bob 7 février 2010 19:59

                        Bof, encore l’un de ces papiers qui prétend stigmatiser les esclavagistes mais qui d’un autre côté demande la mise en conformité des sans-papiers. Une fois le sans-papier conscient de son état ( esclavagisme, absence de perspective d’avenir, alienation...), l’entreprise négrière le renverra ( avec ou sans indemnité, je vous laisse deviner) pour le remplacer par un tout nouveau possédant les mêmes espoirs et probablement le même destin.

                        Ma solution ?
                        1- Ne pas régulariser les sans-papiers
                        2- les renvoyer dans leur pays d’origine pour témoigner du mensonge d’eldorado qu’est l’Europe et tout simplement parce que leur pays d’origine a aussi besoin des forces vives pour se construire.
                        3- traquer et sanctionner durement les entreprises qui utilisent des esclaves
                        4- stigmatiser les gens qui font appel à ces entreprises.

                        Tant que ces points ne seront pas mis au gout du jour, il apparait comme certain que la situation des sans-papiers ne changera pas.
                        Enfin, s’insérer dans une société n’est pas un droit mais un mérite : la France n’a pas à vocation de devenir le refuge du monde, pas plus que son débiteur.

                        Enfin, je doute qu’une personne qui habite loin des sans-papiers puisse réellement prendre la pleine mesure du problème. La glose conséquente ne restera alors qu’une théorie abstraite qui ne la touche pas et qui lui fera croire qu’elle possède une morale alors qu’elle n’a probablement jamais cotoyé cette population.

                        Bonne retraite quand même,camarade marxiste, au moins ne serez-vous pas concurrencé par les étrangers dans le paiement de vos émoluements. Comme diraient tant de personnes de votre génération : « après moi le déluge ».


                        • daniel721 daniel721 7 février 2010 20:51

                           J’accepte l’ironie de votre fin de message car elle n’est pas méchante. Soyez sûrs que d’entendre les gens dire autour de moi « Après moi le déluge » ou le célèbre « Bin... on sera plus là pour voir ça, » me retourne les tripes. 
                          Pour le reste de votre message, je suis absolument d’accord avec vous.
                          1 : Ne pas régulariser les sans papiers. J’y suis aussi opposé. Ce que je dis c’est que les migrants doivent obtenir les mêmes conditions etc... dans le cadre d’une législation dont le but est évidemment d’annuler tout avantage pour les employeurs.
                          2:Renvoyer les gens. Oui. Je crois être assez clair là dessus.
                          3:Traquer et sanctionner. Ô que Oui... mais qui va s’y coller ?...
                          4 : Stigmatiser les gens. Franchement ça servirait à quoi ?.. Déjà, voir débarquer des inspecteurs du travail poser les scellés sur les machines me parait assez efficace.
                           Enfin, oui c’est juste, je ne connais rien à ce problème. J’ai juste passé 35 ans sur les chantiers avec des gens de toutes origines dont 10 ans comme syndicaliste avec les conséquences que d’ailleurs je ne regrettte pas. Ca ne me donne pas le droit de « gloser » en effet.
                           Pour revenir à ma retraite. Si vous saviez comme j’ai honte. Je me flagelle matin et soir avec mes liasses de dollars, sans enlever les épingles... Aie !...
                           Salutations marxistes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès