• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Accident du Mojave : un sérieux coup d’arrêt au tourisme (...)

Accident du Mojave : un sérieux coup d’arrêt au tourisme spatial

Le terrible accident survenu au prototype numéro un des cinq navettes spatiales destinées à des touristes fortunés remet-il en cause le principe ? Virgin pourra-t-il tenir encore cinq ans à bout de bras les énormes dépenses engagées dans l'aventure ? L'avenir de l'espace est-il toujours autant tourné vers des sociétés privées, qui commencent à essuyer les mêmes échecs qu'avaient connus jadis la NASA ou les russes de l'ère soviétique ? Les questions abondent depuis ce jour funeste d'octobre 2014 et cette catastophe survenue au beau milieu... du désert du Mojave, annoncé un peu hâtivement comme le prochain aéroport public vers l'Espace...

Dans un article intitulé "Virgin Galactic  : le même, en plus gros", publié il y a plus de cinq ans déjà, le 24 janvier 2008, je vous avais décrit le nouvel engin appelé sobrement "Space Ship Two", le digne sucesseur du modèle précédent qui avait prouvé la viabilité du concept en amenant son pilote à la frontière de l'espace. "Cinq vaisseaux sont en construction, le premier s’appelant VSS (Virgin Space Ship) Enterprise... un nom qui devrait logiquement vous rappeler quelques souvenirs. Chacun pourra emporter 7 passagers et deux pilotes, à partir de la porte de l’espace que constitue Le Mojave Space Center. A condition que tout se passe bien : le 7 juillet dernier (en 2008, donc) une explosion avait ravagé l’endroit où des employés chargeaient le prototype du nouveau moteur, faisant 3 morts et 3 blessés graves. La conquête spatiale a beau vouloir devenir tourisme spatial, cela reste néanmoins un sport à risques. Le gamin qui jouait dans son canapé avec un avion de balsa peut être aujourd’hui heureux : il va réaliser pour la deuxième fois son rêve d’enfant. C’est plutôt rare pour être ici souligné. Pour voir ses avions partir pour une tour en apesanteur Rutan n’aura pas à aller très loin : il habite à 5 km à peine du SpacePort, dans une maison semi-enterrée assez singulière, à son image donc. A voir sa boîte à lettres disons particulière, on se dit que l’homme aux rouflaquettes les plus célèbres de la planète est vraiment un doux dingue dans son genre, qui continue à nous faire rêver, chose rare de nos jours, avec ses projets fous." Une boîte aux lettres qui aujourd'hui prend une drôle d'allure, après que son Space Two Ship se soit lui aussi planté en plein désert.

Les essais du Space Ship et ses vols de qualification avaient révélé que la technologie utlisée jusqu'ici ne suffirait pas pour un appareil au poids et à la taille doublée. C'est pourquoi Scaled Composites s'était tourné ses derniers temps vers Sierra Nevada pour élaborer un nouveau moteur pour le Space Ship Two. La première mouture de ce second moteur allait s'avérer insuffisante et surtout instable. Si les matériaux de base restaient les même comme carburants (du hydroxyl-terminated polybutadiene (HTPB) et du protoxyde d'azote (N2O) à savoir de la gomme synthétique pou pneus et du gaz hilarant), la poussée (théorique) avait pourtant été décuplée, montant à 60,000 livres (270 kN) de poussée. Le 29 avril 2013, après des retards, le premier vol avec un moteur déclenché avait eu lieu. Lancé à une altitude de 47000 pieds par son avion porteur WhiteKnightTwo, la petite navette de Virgin pilotée par Mark Stucky et Mike Alsbury n'avait atteint que 56 200 pieds (un peu plus de 17 000 mètres, mais la firme avait alors déclaré que le vol avait été normal (avec 16 secondes seulement d'allumage !. Au second vol, Le 5 septembre 2013, le second vol de Mark Stucky et Clint Nichols culminait encore à 69 000 pieds (21 000 mètres seulement, l'engin redescendant pour la première fois en "cassant" - adoptant la "feather position" - comme le précédent modèle pour se transformer en volant de badminton). La marge de croissance obtenue semblait bien faible, vue par les observateurs extérieurs, même si on jugeait chez Virgion/Sierra l'essai réussi (et l'arrêt du moteur bien prématuré). Visiblement, l'engin avait eu des problèmes de poussée. C'est le patron de Virgin, Richard Branson, qui avait en personne crû devoir avertir le monde du "succès complet" et "d'une étape importante accomplie" lors de cet essai par une annonce officielle diffusée en vidéo. En avait-il déjà trop fait en voulant masquer les insuffisances de son programme spatial ?

En réalité, les ingénieurs de Sierra Nevada, fournisseurs du nouvau moteur, planchaient déjà sur une autre mouture, déjà, s'étant rendus compte que la poussée nécessaire ne serait jamais atteinte de la sorte. Virgin avait-il ce jour-là tout fait pour minimiser l'incident, les sommes en jeu étant colossales (celles versées à l'avance par les candidats aux vols spatiaux), c'est fort probable, pense-t-on aujourd'hui. Sierra Nevada, qui en même temps fourbissait sa propre navette, basée sur un modèle autrefois abandonné par Boeing (le HL-20), planchait de fait depuis plusieurs mois sur un matériau différent comme comburant solide (et le même carburant liquide), une matière appelée "thermoplastic polyamide" à la place de la gomme précédente, (un épiphénomène du Nylon, tout simplement) susceptible d'apporter un gain de poussée conséquent. Un moteur entièrement nouveau fabriqué à Poway en Californie, et qui avait subi en mai dernier seulement un essai statique de 60 secondes (le temps de propulser en vol à 361 000 pieds d'altitude). En mai seulement, ce qui semble fort court comme période entre l'essai statique en continu et le premier vol ! Même si Space Ship Two avait volé auparavant 55 fois dont 35 en vol libre (c'était le 4eme essai de moteur en fait). Ce nouveau moteur avait été testé au bout du 28eme vol pour la première fois dans sa nouvelle configuration. L'avion avait atteint 71 000 pieds, battant le record précédent de Space Ship Two... de bien trop peu, avaient noté les observateurs. A-t-on cherché pendant... neuf long mois d'arrêt à pousser davantage la combinaison polyamide-N2O, c'est fort probable. Quitte à rendre l'engin plus dangereux ? Le chef pilote avait alors été David Mackay ; le co-pilote étant Mark Stucky. Les neufs mois passés entre les deux vols laissant indiquer une difficulté apparente à tenir les objectifs annoncés en fanfare par Branson (il avait promis les premiers vols touristiques pour 2007, déjà...). L'avion n'a pour l'instant rien de spatial en effet : il lui faudrait atteindre 364 000 pieds pour y prétendre, et il n'en était toujours hier qu'au 1/5 eme de cette altitude... Rappelons que si pour la NASA l'espace est atteint à seulement 50 miles d'altitude, (81 kilomètres), au dessus du niveau de la mer ; pour la World Air Sports Federation la frontière se situe à 100 km.

Ce qui n'était déjà pas sûr il y neuf mois et est devenu encore moins certain aujourd'hui pour la suite des essais, comme l'avait déjà noté en visionnaire Doug Messier, le responsable des contenus du site Parabolic Arc : "Allez, rappelez-vous comment, après le premier vol motorisé en avril 2013 lorsque le fondateur du groupe Virgin Richard Branson a déclaré que les ingénieurs avaient finalement mis au point le moteur, et qu'il avait promis de voler dans l'espace le jour de Noël déguisé en Père Noël ? Foutaises complètes. Cela n'avait aucun rapport à tout ce qui se passait dans les coulisses. Virgin Galactic a paraît-il un plan pour y remédier. Des sources me disent que les ingénieurs ont équipé SpaceShipTwo de réservoirs supplémentaires contenant de l'hélium pour amortir les oscillations et les vibrations. Cependant, le poids supplémentaire devrait au moins partiellement compenser la performance de leur moteur. Il devrait également de réduire le nombre de passagers à l'arrière de six à quatre, me disent les mêmes sources. Est-ce que le vaisseau pourra atteindre 50 miles ? En théorie, oui. En pratique ... nous allons devoir attendre que les essais en vol reprennent un peu plus tard cette année pour le savoir". L'article au vitriol était titré "Virgin ne peut atteindre les 50 miles, la frontière de l'Espace". Au lendemain de la catastrophe, le journal en ligne sortait un autre superbe titre, que les amateurs de blues apprécieront.... (interprété par un guitariste mort dans un accident d'hélicoptère...).

Les vols précédents avaient effectivement révélé de sérieuses difficultés de mise au point, tues par l'équipe de Virgin mais révélées par un ancien pilote de l'équipe originelle de Burt Rutan "la version précédente (le Space Ship One dans son ensemble et non le moteur seul) était problématique, provoquant de fortes vibrations dans le vaisseau spatial. Dans un article publié le mois dernier dans la revue Popular Mechanics, Brian Binnie, un ancien pilote d'essai de chez Scaled Composites, dit : "Nous avons eu des instabilités dès l'allumage et nous avons eu des instabilités de fin de combustion." Bien que le probblème ait été résolu depuis, nous avions tout fait mais avons fini par abandonnet et prié Dieu de nous montrer la marche à suivre",   a déclaré M. Binnie, qui a maintenant déménagé chez XCOR, une autre société de Mojave qui construit un avion spatial suborbital pour les touristes". XCOR annonçant un "Lynx" toujours pas vu à ce jour... depuis 2008 ! La firme travaillant son "Nonburnite", un combustible à base de résine thermoplastique fluoropolymère, assez voisine de celle en défaut aujourd'hui. Binnie (ici à gauche) avait aussi rappelé la "susceptibilité" du concept en vol du premier Space Ship, résolue de façon fort artisanale par les technos de chez Rutan : "SpaceShipOne avait soudainement fait un salto arrière, dans les airs, en devenant hors de contrôle. Pour le récupérer, il avait poussé le manche vers l'avant et a tenté de mettre le nez vers le bas, ce qui avait aggravé les choses. Il avait oublié que la queue du véhicule est conçue pour garder le nez pointé vers le bas, exactement le contraire d'un avion normal. C'était une erreur de jugement de Binnie, mais à partir de laquelle Melvill a pris beaucoup de temps pour récupérer l'appareil. Les experts en aérodynamique de Rutan ont résolu le problème avec une queue plus grande, testée par le montage en face d'une camionnette Ford F-250 roulant sur la voie de circulation à 150 km/h...". L'abrupt mais jovial Burt Rutan, inventeur du concept de Space Ship (et de pleins d'autres choses dont je vous parlerai un jour, promis) avait ainsi répondu, non sans un humour de plomb, aux préoccupations sur la sécurité évoquées alors par Dennis Connors en retournant ainsi sa question : "Nous faisons des ailes pour les avions. En cas de rupture de l'aile, vous mourez." Simple, non ?  Pour certains, en effet, sous Burt Rutan, au temps où il dirigeait encore Scaled Composites, la sécurité aurait été davantage un souci dans l'élaboration du Space Two. Sous son air bourru, Burt soigait ses pilotes.

Aurait-on joué avec la sécurité chez Virgin ? Le commerce aurait-il pris le pas sur ce à quoi ont droit les valeureux pilotes d'essais ? Un journaliste présent sur les lieux, encore très choqué, raconte ici à l'antenne d'une radio ce qu'il a vu sur place, immédiatement après la catastrophe, à savoir les morceaux du véhicule éparts, le pilote en chef qui aurait réussi à faire fonctionner par on ne sait quel miracle son parachute pour retomber très sérieusement blessé, le corps du second pilote étant encore sanglé sur son siège, des membres manquants (une chaussure avec un pied ayant été projetée plus loin ; selon lui). Une vision d'horreur que l'on aura du mal à effacer si l'on souhaite toujours parler de tourisme spatial !!! Selon ses propres parents, le chef pilote d'origine écossaise David Mackay n'était pas à bord ce jour-là. Selon le journal spécialisé Flying, la composition de l'équipage du vol fatal comprenait ce 31 octobre Pete Siebold et Mike Alsbury. Etrangement, ils avaient été largués ensemble le 13 octobre 2010 pour le tout premier vol libre, sans motorisation, du Space Ship Two. A cette heure, on ignore toujours les noms exacts des deux pilotes concernés par l'accident.

Chez Sierra Nevada, qui est aussi un contractant militaire du Pentagone, qui l'a bien aidé à connaître une expansion fulgurante (Rutan a aussi discrètement participé à des projets militaires) on n'en ramène pas large, depuis hier, avec en prime la navette resucée du HL-20 qui venait de se voir refuser d'être sélectionné par la NASA utilisant le même moteur. L'engin, à défaut de ravitailler l'ISS ou de lui servir de canot spatial de sauvetage, lorgnait aussi sur le tourisme spatial ; son nom à lui seul résumant ses espoirs en la matière. L'engin pouvant en effet (voir à gauche) être lancé de la même manière que le Space Ship Two, à défaut de l'être comme le défunt Dyna-Soar. Comme je vous en avais aussi prévenu, en effet, la visite de l'espace demeure difficile et n'est pas encore sans risques : "cinq vaisseaux sont en construction, le premier s’appelant VSS (Virgin Space Ship) Enterprise... un nom qui devrait logiquement vous rappeler quelques souvenirs. Chacun pourra emporter 7 passagers et deux pilotes, à partir de la porte de l’espace que constitue Le Mojave Space Center. A condition que tout se passe bien : le 7 juillet dernier une explosion avait ravagé l’endroit où des employés chargeaient le prototype du nouveau moteur, faisant 3 morts et 3 blessés graves. La conquête spatiale a beau vouloir devenir tourisme spatial, cela reste néanmoins un sport à risques". On l'a encore vu récemment en effet...

Cet accident, qui fait suite déjà à cinq longues années de retard, sonne-t-il le glas du voyage spatial touristique pour Virgin ? Peut-être pas, mais c'est un sacré coup dur, car reparti pour au moins cinq années d'attente en effet chez Branson (les concurrents saisiront-ils la malencontreuse aubaine pour booster leurs investissements ou rattraper leur retard évident ?). "Michael Blades, analyste senior de l'aérospatiale et de la défense chez Frost & Sullivan Industries a déclaré que le moment est particulièrement mauvais et l'accident de Virgin repousse indéfiniment son objectif d'envoyer des touristes dans l'espace, qui a déjà subi un certain nombre de retards. Les vols avec passagers ne n'auront probablement pas lieu pendant cette décennie", a-t-il précisé . Ce n'est donc pas encore demain que Brad Pitt ou Rihanna flotteront dans l'espace, à mon avis... le temps pour cette dernière, en enfilant un scaphandre, d'être obligée de s'habiller, une fois au moins dans sa vie, qui sait...


Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Phoébée 2 novembre 2014 11:31

    J’ai toujours eu du mal à croire que l’industrie privée réussirait où la NASA avait échoué. Un programme qui verrait un engin commercial réutilisable à merci et parfaitement sécurisé. Peut-être dans quelques décennies ?


    • bakerstreet bakerstreet 2 novembre 2014 15:07

      J’ai toujours eu du mal à croire que l’industrie privée réussirait où la NASA avait échoué. 


      Mais si mais si.
      Sachant que l’important n’est pas de faire s’envoler les quidams, mais de prendre leur fric au vol. 
      Je me souviens que gamin j’avais lu une aventure des pieds nickelés qui racontaient ce genre d’arnaque. 
      Ca date de 57 et ça s’appelle les pieds nickelés et leur fusée interplanétaire : « La conquête spatiale, qui est à ses balbutiements, donne des idées à notre triplette infernale. En effet, sachant que bon nombre de personnes fortunées sont prêtes à payer le prix fort pour aller poser le pied sur la lune, les Pieds Nickelés décident d’organiser à leur façon ce fameux périple. Pour la circonstance, il s’adjoignent un faux savant slave et emberlificotent un constructeur de fusées sans avenir. Fort de la médiatisation de leur projet, les »poires« se ramassent à la pelle. »


    • Croa Croa 2 novembre 2014 16:33

      Sauf qu’au mieux c’était une arnaque comme ne sait l’oser que le privé ! En fait de vol spatial ce baptême de l’espace se serait limité à une simple trajectoire balistique, bref à une toute petite sortie hors de l’atmosphère (un peu comme un caillou jeté en l’air et qui retombe aussitôt). Rien à voir donc avec au moins une satellisation basse autour de la Terre, ce que les faisait couramment la NASA et les russes en commençant par le vol de Monsieur Gagarine, premier vol véritable dans l’espace. 


    • njama njama 2 novembre 2014 11:33

      voyage spatial touristique
      j’ai comme l’impression que vous n’allez pas passionner les foules avec votre article sur Agoravox. Essayez de le vendre au Figaro, ou à Paris Match, ils adorent les histoires pipole des très riches ... et si en plus ils s’envoient en l’air, c’est du croustillant  !


      • Pyrathome Pyrathome 2 novembre 2014 12:23

        Vous avez des problèmes de moteur ?
        Utilisez les vieux moteurs d’il y a 50 ans, ça pète le feu du progrès.......
        http://www.leparisien.fr/sciences/explosion-d-antares-la-fusee-etait-equipee-de-moteurs-sovietiques-29-10-2014-4250753.php
        Finalement, mis à part l’informatique, on est toujours au même point qu’il y a un demi siècle
        Aller dans l’espace n’est pas du tourisme pour gugusses friqués, la sécurité ne se fait pas sur des moteurs obsolètes et low cost.......
        Quant à la nasa, toujours pas de lanceur pour envoyer des bonshommes en orbite, reste que les bons vieux soyouz..
        Lamentable !!
        .
        Va falloir attendre des siècles...
        http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/actu/d/physique-voyage-vers-mars-moteur-fusion-inertielle-banc-essai-45824/
        ..


        • bakerstreet bakerstreet 2 novembre 2014 21:34

          Une vraie fusée, c’est comme les vieilles motos anglaises, ça se démarre au kick !


        • Calva76 Calva76 5 novembre 2014 08:54

          @Pyrathome : Finalement, mis à part l’informatique, on est toujours au même point qu’il y a un demi siècle
          Bien vu !
          L’électronique devient même un point faible actuellement :
          Le destroyer « Donald Cook » lanceur de missiles de quatrième génération datant de 1998 (théoriquement le top donc) a été survolé 12 fois à moins de 1000 mètres de distance et 300 mètres d’altitude (une taquinerie osée) par un « vieux » Sukhoï-24 datant des années 70 (!) mais équipé d’un système électronique ultra-moderne nommé « Jibiny » qui a totalement paralysé l’engin de 9000 t et ses 300 hommes d’équipage ! La peignée semble avoir été telle que le navire s’est « enfui » de la mer noire une semaine avant la fin de sa mission et que 27 hommes d’équipage auraient démissionné par crainte d’une réelle confrontation ou il n’auraient eu aucune chance de survie. Voir ici... smiley

          Comme quoi aussi les hélicoptères MI-8 avec régulation mécanique de la turbine ont été les seuls à encore voler sur la centrale de Tchernobyl ou l’électronique était rendue inopérante par les radiations.

          La simplicité et la rusticité restent et resteront donc la clef dans les explorations spatiales et le moteur hybride ré-allumable mais surtout « théoriquement régulable » du SpaceShip 2 est peut-être un peu trop ambitieux dans le cahier des charges. smiley

          Pour conclure : le risque spatial et de la haute performance technologique est-il réellement compatible avec les exigences de sécurité imposé par les règlements touristiques ?
          Rien est moins sûr... smiley 


        • COVADONGA722 COVADONGA722 2 novembre 2014 12:27

          yep pour l’espace le batracien sidéral il vous ne reste qu’a léviter 

          au choix de la beuh ou un article
          du professeur morice !!! pour lui aussi la solution c’est l’éviter 


          asinus

          • Pyrathome Pyrathome 2 novembre 2014 12:34

            Heureusement, j’ai ma soucoupe personnelle !

            Croa, croa !
            Ne varietur....


          • izarn izarn 2 novembre 2014 12:29

            C’est la démonstration de la connerie de Lagarde (FMI) disant : « Nous savons que les entreprises privées sont bien plus performantes que les publiques »
            Hahahahahahha !
            Heureusement qu’on a Branson pour démolir le libéralisme !


            • mmbbb 2 novembre 2014 12:49

              C’est vrai que la france avait opte pour le Minitel en faisant l’impasse sur le numerique Bon choix et je ne comprends pas que vous tapiez sur un ordinateur dont le microprocesseur est americain Si nous avions attendu que cette technologie soit mise au point en France par les autorites francaises nous en serions encore a la puce 8 bits Au debut de l’avion a reaction il y eu des accidents et beaucoup de morts la recherche a progressee et la fiabilite est desormais la Branson a ete peut etre impatient Merci a Morice pour cet article qui m’a interesse et les petits d’esprit qu’il reste sur le planche des vaches


            • Doume65 2 novembre 2014 15:41

              « C’est vrai que la france avait opte pour le Minitel en faisant l’impasse sur le numerique »

              C’était analogique le minitel ?! J’ignorais. Mais c’est vrai qu’on ne nous dit pas tout !

              Le minitel est mort parce que son architecture ne faisait pas le poids face à l’internet, dont l’architecture décentralisée, foncièrement plus robuste et extensible, a permis entre autres l’avènement du web.


            • Aristoto Aristoto 2 novembre 2014 17:10

              Tout l’internet du réseau jusqu’au www est issu de la recherche public !

              Le privé ne sera jamais à l’avant garde d’une grande découverte. Tout simplement parce que ce n’est pas rentable ! C un simple raisonnement de bon sens !

              http://www.youtube.com/watch?v=1RcjwsKuVpQ


            • mmbbb 2 novembre 2014 17:26

              Le mintel etait equipe de microcontroleur tres basique et sa carte mere etait des plus simple L’ecran etait meme pas a la norme VGA Vous coupez les cheveux en 4 j’entends par numerique ’ l’ere du numerique " non seulement avec des microprocesseurs de plus en plus performants et des logiciels exprimant leur puissance et la mise en reseau des information par la norme ISO 7 ( 7 couches logiciels )  Thomson a produit des micro TO 7 qui fut tres vite depasse Je vous ferai remarque qu’Alain Minc s’etait prononce pour le mInitel lui un ancien inspecteur des finances calquait ainsi l’architecture reseau a celle de son administration Une architecture decentralisee mais pas autonome qui epouse bien notre mentalite de notre etat jacobin Donc nous avons rate le coche du numerique puisque desormais cette industrie nous echappe.


            • confiture 3 novembre 2014 11:55

              oui c’était analogique, ne pas oublier qu’au temps du minitel qui fonctionnait parfaitement bien il n’y avait pas d’internet (public) et que le minitel était très difficilement surveillable.


            • morice morice 3 novembre 2014 15:17

              C’est vrai que la france avait opte pour le Minitel en faisant l’impasse sur le numerique Bon choix et je ne comprends pas que vous tapiez sur un ordinateur dont le microprocesseur est américain


              aucun rapport et le Plan informatique pour Tous de FABIUS était une connerie sans nom !

            • tinga 2 novembre 2014 12:37

              Alors qu’il est si facile d’aller sur la lune, 7 missions réussies à la fin des années 60, ya pas quelques vieilles saturns au placard ?


              • mmbbb 2 novembre 2014 17:39

                A la theorie du complot me manquait et ce genre de poncif ecule aussi Et Gagarine a t il tourne a Hoolywood


              • reveil 3 novembre 2014 13:00

                A suivre cet excellent site fort bien documenté, vous y verrez que Vladimir Ilyushin était le premier véritable homme dans l’espace, Gagarine étant plutôt un pilote acteur médiatisé. Les Russes n’ayant rien à envier aux américains au sujet de la désinformation et de la manipulation de l’opinion. Ce qui explique aussi qu’ils n’aient jamais dénoncé la falsification des vols lunaires.


              • morice morice 3 novembre 2014 15:18

                A suivre cet excellent site fort bien documenté, vous y verrez que Vladimir Ilyushin était le premier véritable homme dans l’espace


                complotisme idiot...

              • Taharqa 2 novembre 2014 12:52

                Je crains que les employés de Virgin n’aient pas d’augmentation cette année. Le PDG ayant cassé son joujou, il va falloir qu’il s’en achète un nouveau.

                Perso, pour un tour de manège, je peux aller à la Foire du Trône, c’est quelques euros. 
                Mais je manque certainement d’ambition


                • bakerstreet bakerstreet 2 novembre 2014 13:02

                  On n’aurait bien tort de voir ceci comme un échec. 


                  Les résultats de cette mission dépassent tout ce qu’on pouvait espérer :

                   Non seulement ce vaisseau vous propulse aux frontières de la Galaxy, mais il vous vous envoie même de l’’autre coté. 
                  De l’autre coté de la frontière de la vie, encore plus insondable qu’un coffre fort suisse sécurisé !
                  Plus loin que les îles caïmans.

                  « Là, où disait Frederic Nietzsche, les dieux dansants, ont honte de tous vêtements ! »

                  Les milliardaires, sans costume ni feuille de vigne 200 carats
                  Juste avec leur master card à l’entrée
                  Vont se précipiter !


                    • foufouille foufouille 2 novembre 2014 13:29

                      « (du hydroxyl-terminated polybutadiene (HTPB) et du protoxyde d’azote (N2O) »
                      lien totomatique en anglais, dont un en double.
                      « une matière appelée  »thermoplastic polyamide«  à la place de la gomme »
                      lien bidon, c’est pas un carburant
                      « son  »Nonburnite« , un combustible à base de résine thermoplastique fluoropolymère, »
                      lien bidon


                      • Pyrathome Pyrathome 2 novembre 2014 13:52

                        Dites donc, paraît qu’il n’y aurait pas que des drones pour survoler nos centrales nucléaires en ce moment....
                        http://www.forum-ovni-ufologie.com/t19338-surveillance-des-centrales-nucleaires-et-des-alentours


                        • Joe Chip Joe Chip 2 novembre 2014 14:01

                          Quand on entend le discours prométhéen de Bronson à la suite de cette catastrophe (« Nous nous tenons sur les épaules des géants, nous repoussons les limites de l’humanité », etc.), il y a en effet de quoi douter de la rationalité voire du bien fondé de ces initiatives privées. J’ai vu une interview d’un des ingénieurs de l’équipe qui annonçait il y a quelques mois le début de l’exploitation commerciale pour 2015... au moins ce drame va-t-il recadrer les esprits et doucher l’enthousiasme de certains actionnaires, s’il ne conduit pas tout simplement à l’abandon du projet car certains milliardaires en mal de sensation vont peut-être vouloir annuler leur réservation... on est quand même très loin de la vision idéaliste du tourisme spatial, avec ses nababs et ses acteurs hollywoodiens en apesanteur au-dessus de l’humanité...

                          Il y a d’autres motifs d’inquiétude pour l’avenir de l’exploration spatiale (ou plutôt, devrait-on dire désormais, de l’exploitation spatiale), comme la déliquescence technologique des acteurs étatiques (échecs des lanceurs russes à répétition), les logiques de rentabilité impliquant le recours à la sous-traitance (échec de la nasa avec antares), et même l’apparition du « ultra low cost » spatial en Inde... 


                          • morice morice 3 novembre 2014 15:20

                            Bronson 

                            Branson ...

                          • wawa wawa 2 novembre 2014 16:39

                            interessant. une question me taraude :

                            pourquoi s’emmerdent t-ils avec ces carburants à la con alors que les mélanges H2-O2 ou kérozène-O2 sont intrinsèquement meilleurs (certes il faut maitriser la cryogénie, c’est d’ailleurs le noeud du problème)

                            • ETTORE ETTORE 2 novembre 2014 19:05

                              Bon tout ce que je sais....c’est qe ça ma fait bizarre d’entendre pour la première fois .....

                              « une navette spatiale c’est écrasée...... »
                              on était habitué ( si on peut dire ) aux explosions sur les pas de tir, au décollage, en rentrée d’atmosphère, mais surtout à une désintégration totale.
                              Cette petite phrase résonne encore dans ma tête comme quelque chose qu’on risque d’entendre bientôt comme si il ne s’agissait que d’un « vulgaire » crash d’avion commercial.

                              • jocelyne 2 novembre 2014 20:16

                                fascinant cette aptitude que vous avez à capter tous les sales cons , ceci dit merci de votre article, mission impossible donc ainsi que la voyage sur mars et le simple ravitaillement de l’ISS (j’espère qu’ils ont des rations....)


                                • Automates Intelligents (JP Baquiast) 3 novembre 2014 12:18

                                  Article très documenté, comme à l’habitude. merci
                                  Je l’ai cité dans ma propre brève sur la question. Voyez http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/150/actualite.htm#actu7


                                  • morice morice 3 novembre 2014 15:21

                                    merci d’être un fidèle, je vous lis également avec plaisir !


                                  • reveil 3 novembre 2014 13:17

                                    Article très négatif. Vous oubliez de souligner que Burt Rutan est un brillant ingénieur. La nasa a toujours vu d’un très mauvais oeil l’ascension de Virgin et d’un concurrent dans l’espace.
                                    Pour ce faire elle ne recule devant rien pour débaucher les ingénieurs de Virgin voire saboter ses installations. cf article de Jean Pierre Petit expliquant que l’explosion du 7 juillet au sol avait tout d’un sabotage.
                                    D’autre part vous dénoncez les vibrations, on voit que n’êtes jamais monté dans un DC3.
                                    Vous me préviendrez quand un aéronef exempt de vibrations s’envolera vers l’espace.
                                    Ah si peut être le LEM qui décolle de la lune sans bruit, sans vibrations,sans moteur, à l’abri dans son studio.


                                    • morice morice 3 novembre 2014 15:26

                                      Article très négatif. Vous oubliez de souligner que Burt Rutan est un brillant ingénieur. 


                                      soi vous saviez, mon pauvre ami ;; ;

                                      1) j’ai écrit ici à moult reprises que c’était le Blériot du XXIe siècle, pas moins.

                                      2) il a revendu Scaled Composites à Grumman et a pris sa retraite.

                                      3) dans l’article du jour que vous n’avez lu, je précise que s’il avait été là, il aurait davantage fait attention à la sécurité ;

                                      vous liriez mes articles ailleurs, vous sauriez ce que je pense de ce génie de l’aéronautique...

                                    • reveil 3 novembre 2014 16:42

                                      Conclusion, Virgin Galactic sans Burt Rutan, aucune chance... Et quid des motoristes Européens plus compétents en carburants performants.


                                    • reveil 3 novembre 2014 13:19

                                      Article très négatif. Vous oubliez de souligner que Burt Rutan est un brillant ingénieur. La nasa a toujours vu d’un très mauvais oeil l’ascension de Virgin et d’un concurrent dans l’espace.
                                      Pour ce faire elle ne recule devant rien pour débaucher les ingénieurs de Virgin voire saboter ses installations par personnes interposées. cf article de Jean Pierre Petit expliquant que l’explosion du 7 juillet au sol avait tout d’un sabotage.
                                      D’autre part vous dénoncez les vibrations, on voit que n’êtes jamais monté dans un DC3.
                                      Vous me préviendrez quand un aéronef exempt de vibrations s’envolera vers l’espace.
                                      Ah si peut être le LEM qui décolle de la lune sans bruit, sans vibrations,sans moteur, à l’abri dans son studio.
                                      Cela dit vous avez raison, pour les causes évoquées précédemment, Virgin sera exsangue financièrement avoir d’avoir envoyé ses premiers touristes en apesanteur.


                                      • popov 3 novembre 2014 15:05

                                        Il n’y a pas que les programmes privés qui foirent : Ariane 1996


                                        • morice morice 3 novembre 2014 15:26

                                          ce n’est pas du tout comparable


                                          • Gnostic GNOSTIC 3 novembre 2014 16:03


                                            A part ça, je signale aux responsables de AGORAVOX qu’à force de rajouter de la pub, il devient de plus en plus long d’afficher une page AVOX ????

                                             

                                            Et je ne vous parle pas des tablettes  !!!

                                             smiley


                                            • Croa Croa 3 novembre 2014 17:43

                                               smiley T’as pas encore Adblock+ ?  smiley


                                            • njama njama 3 novembre 2014 16:16

                                              les langues se délient après le crash
                                              Crash du SpaceShipTwo : Virgin a-t-il ignoré des mises en garde ?

                                              Carolynne Campbell assure pour sa part avoir envoyé en 2009 des copies d’un article scientifique rédigé pour l’IAASS concernant les dangers du système de propulsion de la fusée de lancement "à différentes personnes de Virgin Galactic, mais il a été ignoré". Une seconde fois, elle aurait formulé une mise en garde à Virgin Galactic lors d’une conversation téléphonique, mais en vain.

                                              -

                                              Dans le journal britannique Sunday Telegraph, Carolynne Campbell avait déjà déclaré : "Cette explosion n’est pas une surprise. Pas du tout, je suis désolée de le dire. C’est exactement ce à quoi je m’attendais."

                                              -

                                              D’autre part, Tom Bower, auteur d’une biographie de Branson, a rapporté samedi sur la radio BBC que plusieurs ingénieurs de Virgin Galactic avaient quitté la société ces dernières années en raison de leurs inquiétudes sur la sécurité, notamment après l’accident mortel de 2007. "Tous les ingénieurs en Californie auxquels j’ai parlé qui travaillent sur le projet ont dit que c’était très dangereux", a rapporté l’écrivain.

                                              http://www.lepoint.fr/monde/crash-du-spaceshiptwo-virgin-a-t-il-ignore-des-mises-en-garde-02-11-2014-1878093_24.php



                                              • morice morice 3 novembre 2014 17:35

                                                on en sait plus



                                                c’est donc Alsbury qui est mort et Siebold gravement blessé.

                                                L’explication donnée par Virgin me semble d’emblée fort douteuse...

                                                • morice morice 3 novembre 2014 18:10

                                                  un article prophétique ici



                                                  Empêtré dans la mise au point du moteur du SpaceShipTwo, l’avion spatial de Virgin Galactic qui doit transporter six passagers à une centaine de kilomètres d’altitude, Richard Bronson a été contraint d’admettre que l’engin pourrait ne pas atteindre l’altitude voulue. Une information que nous vous révélions dès le mois de juin 2013. Au mieux, le SpaceShipTwo pourrait voler à quelque 80 kilomètres d’altitude. C’est néanmoins un beau promontoire, d’où il sera possible de voir la rotondité de la Terre et le noir de l’espace. Seul hic : la période d’apesanteur sera beaucoup plus courte.

                                                  En cause, le moteur du SpaceShipTwo qui, s’il devait fonctionner pendant la durée requise, créerait des vibrations si fortes que la structure de l’appareil pourrait ne pas résister. Pour atténuer ces vibrations, les ingénieurs de Sierra Nevada, le constructeur du moteur, et ceux de Virgin Galactic envisageraient d’ajouter des réservoirs d’hélium afin de les amortir. Cependant, ce surplus de masse ajouté à la structure de l’appareil obligerait à réduire le nombre de passagers à quatre au lieu de six.

                                                  Ces problèmes illustrent bien la difficulté d’extrapoler à des véhicules de grande taille, ce qu’on sait faire à petite échelle. Dix ans après avoir remporté l’Ansari X Prize en atteignant les 100 kilomètres d’altitude avec le SpaceShipOne, Richard Branson est cloué au sol. Année après année, son pari de faire voyager des humains à la frontière de l’espace s’apparente à un yo-yo. Alors qu’il croit toucher au but, des problèmes surgissent qui rallongent d’autant les délais.

                                                  Virgin Galactic, qui prévoyait un premier vol habité avant la fin de l’année 2014, devrait revoir ses plans. C’est une très mauvaise nouvelle pour les 500 à 700 heureux possesseurs d’un billet, dont une vingtaine de Français, qui devront prendre leur mal en patience. Finalement, avant même le tourisme suborbital, dans le créneau du vol « grand public » à haute altitude, on n’est pas près de dépasser cette belle réalisation franco-britannique qu’a été le Concorde, qui pouvait voler à Mach 2,2 à 20 kilomètres d’altitude…


                                                  • njama njama 4 novembre 2014 09:17

                                                    Ces problèmes illustrent bien la difficulté d’extrapoler à des véhicules de grande taille, ce qu’on sait faire à petite échelle.

                                                    c’est très juste, on sait faire voler un hélicoptère modèle réduit en vol stationnaire à l’envers, hélice en bas, (je n’ai pas de vidéo, mais je l’avais vu au salon du modélisme à Paris), alors que ce serait impossible avec un de taille « normale »


                                                  • agent ananas agent ananas 3 novembre 2014 18:35

                                                    Le tourisme spatial, un grand bon pour l’humanité ?
                                                    Si tous ces ploutocrates pouvaient s’envoyer en l’air et ne plus jamais revenir, notre bonne vieille planète s’en porterait bien mieux.


                                                    • smilodon smilodon 4 novembre 2014 22:38

                                                      Les « milliardaires » n’iront pas encore dans l’espace !.... Dès que je trouve les sous pour payer ma taxe d’habitation !....Promis, je pleure !.... Vous voulez que je vous dise : ils peuvent bien TOUS s’écraser au sol après avoir payé 2 ou 300.000 dollars ou euros !..... Ils voulaient voir les étoiles ??.. Ils y habitent maintenant !... Quel bonheur, non ????.. Pour « eux » je sais pas !... Mais pour moi OUI !.... Faut que je paye ma taxe d’habitation.. Qu’ils se « crashent ou non » !.. Ca changera rien pour moi et mes « priorités » !.. Bon vent à eux !.. Qu’ils s’amusent bien !..... Pour moi, promis, dès que j’ai tout bien payé mes impôts, je monte dans un de ces engins !.... A 300.000 euros de l’heure !... Dès que j’ai tout bien payé mes impôts !... C’est à dire JAMAIS !.......Adishatz.


                                                      • smilodon smilodon 4 novembre 2014 23:04

                                                        Si je devais envoyer tous les riches dans l’espace, je leur ferai promesse de la lune !.. la LUNE !.. Quitte à les écraser en flammes sur le sol de cette planète !.... Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès