Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Adieu ma Grèce, exil du chaos ...

Adieu ma Grèce, exil du chaos ...

Je viens de terminer, bouleversée, la lettre que Marie-Laure Veilhan, qui vit en Grèce et vient de décider de son exil, nous transmet sur son blog Mediapart. Je vous la transmets à mon tour. Faites la circuler autant que vous le pouvez. Il faut que cette lettre reste lettre vivante.

Ce dont elle parle, nous l’avions appris par bribes, mais de le retrouver ici vécu dans un adieu au pays et savoir qu’un jour, peut-être bientôt, elle et nous serons obligés de fuir ici ce qui existe là-bas, quel désespoir mais aussi quel appel à notre courage et à notre engagement dans la lutte.

Voici cette lettre :

 

Exil du Chaos

17 février 2013 Par Marie Laure Veilhan

 Nous avons pris la décision de partir.

Voilà une décision qui procède d’un non-choix, d’une nécessité que je ne qualifierai pas d’absolue, pour la simple raison que je sais qu’on n’est ni en Afghanistan, ni à Smyrne de 1922. Non, ç’aurait pu être un choix. Mais c’est tout juste une décision.

Décision d’exil, alors.

Il nous reste un été ici. Nous serons en France pour la rentrée 2013.

Nous laisserons derrière nous la maison de mon compagnon, Christos. La maison d’un autre exil, qui date de 90 ans : celui des grands-parents de Christos, venus de Constantinople (Kalloni, « la belle ») en 1922. J’écrirai un jour prochain ce que j’ai pu retenir de cette histoire-là. Elle est présente, curieusement parfois.

Nous laisserons des amis, Dina la rigolote, Angélique à la voix d’or, nous laisserons le père de mes enfants, la mer où Christos allait pêcher si souvent, sur les traces de son père, pêcheur, les orangers, le grenadier, les citronniers, l’oncle Adonis, tout tordu, tout pauvre, tout vieux, toujours si digne et souriant, sauf ces jours-ci, sa dame Anna s’en va à petit feu…

Je laisserai la terre que j’ai aimée pour la première fois il y a vingt-quatre ans, fille au pair d’un été, et que je croyais ne jamais quitter. Chaque jour qui passe, j’ai peine à croire à ce qui arrive à cette Grèce-là.

J’ai peine. Grand peine.

Nous sortons peu – le temps a l’air d’avoir pris la couleur de la vie : il pleut, sans arrêt, au point que le bois doit rester longtemps dans le poêle avant de s’embraser. Nous regardons distraitement les journaux télévisés, on connaît la rengaine. Deux dizaines d’impôts créés en 2012. Chômage. Misère. Enfants non vaccinés. Facultés qui ferment. Hôpitaux en panne de chauffage, de matériel de première nécessité (compresses, instruments chirurgicaux,…). Et de yaourts aussi. Néo-nazis au parlement. Grèves. Mobilisation décrétée dans deux secteurs (marine marchande et transports en commun), sous le contrôle direct de l’armée. La folie rivalise au quotidien avec le ridicule, le trivial, le presque rigolo. Non, on n’y croit pas, quand le secrétaire du Ministère de l’Economie annonce que « le smic à 560 euros -bruts- est encore trop haut »…

En chiffres, ça donne : 27 % de chômage global en novembre 2012 (derniers chiffres disponibles), soit une augmentation de 31% par rapport au mois de novembre 2011. 61,6% parmi les jeunes. Chiffres officiels, qui ne prennent pas en compte les multiples programmes de « formation » indemnisés à 250 euros pour deux mois, soit trois fois moins que l’allocation chômage, fixée à 360 euros mensuels. Pas d’allocation familiale, ni de logement bien sûr. 60 milliards de créances avérées vis-à-vis du Domaine Public (fisc et caisses d’assurance maladie et retraite). La récession en 2012 à 6,5%, pour la cinquième année. Le pain à 1,60, l’essence à 1,70. Le smic grec à 560 euros brut (480 euros nets), et 492 bruts (424 nets) pour les jeunes jusqu’à 25 ans. 300.000 compteurs coupés l’an dernier faute d’avoir pu payer la facture d’électricité, désormais couplée à l’impôt spécial (calculé sur la base de la surface du bâtiment alimenté), censé être exceptionnel, mais qui sera finalement intégré à un impôt global. Mon employeur (Union des Coopératives Agricoles), qui emploie 130 personnes (à l’usine et dans les bureaux, ne s’est toujours pas acquitté des salaires de novembre du personnel administratif. Je fais partie de ce dernier, mais ai eu droit à un « régime de faveur » qui m’a permis de recevoir les salaires de novembre et décembre, sous forme d’ « avance sur salaire » (c’est joli, comme formule : avance sur arriéré). J’étais allée faire remarquer que c’est ma seule source de revenus, et que nous vivons à quatre de ces presque 800 euros par mois. Nous avons longtemps été les moins riches de tous ceux que je connais.

Nous sommes désormais parmi les moins pauvres de ceux dont nous partageons le quotidien (travail exclu). Il n’y a plus de syndicat des ouvrières à mon boulot : il a été dissout, suite à des pressions exercées de façon ouverte sur l’intégralité des ouvrières, prises une à une. Ce mois-ci, le grand magasin Sprider (grande chaîne de vêtements bas prix), qui employait quinze personnes, a fermé. La deuxième boulangerie du quartier aussi. Pas résisté.

[Christos discute ce moment-même sur Skype avec un copain, parti en Allemagne en septembre. Il lui parle exactement de ça, à l’instant. C’est saisissant.]

Aighion accueillait depuis plusieurs années deux sections d’enseignement supérieur technique (optique et kiné). Au bord de la mer, dans un bâtiment industriel abandonné et rénové. Ces deux sections disparaîtront, comme une trentaine d’autres en Grèce, à partir de septembre. Les étudiants s’en iront, les bars, le cinéma qui avait rouvert depuis peu, la salle de musique… vont se vider un peu plus. Nous n’y allions quasiment plus, mais c’est réjouissant de voir ces étudiants qui venaient jouer gratuitement au « Polytechneio ». Triste, aujourd’hui, d’être presque sûr que cela ne durera pas.

Je voudrais être contredite par les faits.

Mais les médicaments de traitement du sida ont été désinscrits de la liste des médicaments remboursables. Pour les traitements anti-cancer, cardio, contre la tension artérielle… et pour une foule d’autres, la question n’est plus tant qu’ils soient ou non remboursables : il est de plus en plus difficile d’en dénicher. On crève de cette crise, et pas ceux qui sautent d’un balcon ou se tirent une balle dans la tête. On se laisse aller, aussi, tout simplement.

Je m’accroche à ceux que j’aime. Et à la première sonate de Beethoven, aussi. Qu’il me pardonne…

Je participerai du 1er au 3 mars à une rencontre organisée par l’aile « rouge » du Syriza sur la lutte contre le fascisme (en tant qu’interprète, ce qui nous paiera les billets de bus et une partie des frais de séjour à Athènes). Je vous conterai ce que j’aurai pu en retenir. Je sais désormais que cela pourra nous valoir des déboires plus ou moins importants. Les députés de l’Aube Dorée soufflent sur les braises de la haine, l’un deux a déclaré hier : « la prochaine fois que nous ferons une descente sur un marché pour contrôler les vendeurs étrangers, on ne fera pas que donner des coups de lattes dans les étalages. Il faut bien qu’on se fasse plaisir, aussi… Il est hors de question qu’on laisse les citoyens grecs sans protection ». Babakar Ndiaye est mort, il y a huit jours, jeté sur les rails de la station Thisseio, à Athènes, par l’un des dix agents de la police municipale qui l’avait pris en chasse parce qu’il vendait sur le trottoir des faux sacs Vuitton ou des parapluies chinois. Les paysans qui tentaient de bloquer symboliquement la route nationale ont été attaqués par les flics. Attaqués, non pas arrêtés. La violence institutionnelle s’installe chaque jour. Violence policière des brigades anti-terrorisme qui rouent de coups les quatre jeunes (qui se déclarent anarchistes), les défigurent, et se donnent tout juste la peine d’un maquillage électronique pour masquer les pires traces de torture sur les visages tuméfiés.

Le message est clair : « Tenez- vous tranquilles, ça pourrait arriver à tout le monde et à n’importe qui. »

Enfin, presque. Des militants de l’Aube Dorée, arrêtés la même semaine en possession d’armes lourdes, se sont fait photographier au poste. On en rigole : ils ont l’air de sortir du centre de soins esthétiques, tellement ça n’a pas l’air de les éprouver. On comprend, d’ailleurs : ils sont déjà dehors. Nous savons bien que ce qui nous attend en France n’est pas rose. Au-delà de l’adaptation à une vie que nous n’avions jamais prévue telle (ce qui suppose une adaptation forcée des enfants, par exemple, à un système scolaire en français, eux qui sont scolarisés en grec, bien sûr – mon fils, de bientôt onze ans, ne sait ni lire ni écrire en français, il a commencé l’anglais il y deux ans…), au-delà de tout ce qui nous fera ressentir ce mal du pays que les Grecs appellent si justement νοσταλγία (la nostalgie, douleur de la terre d’où l’on vient en traduction libre…), nous savons bien que la situation en France est dure, violente parfois, et que les choses vont mal pour beaucoup, là aussi.

D’ailleurs, le mal dont souffre la Grèce, c’est le même que celui qui étend son ombre sur l’Hexagone. Je le nomme « argent-dette », comme l’ont si bien fait les créateurs grecs de « Catastroïka », dont je ne saurais trop vous recommander la vision. Il a beau avoir été tourné il y a bientôt deux ans, tout y est.

Voyez.

Regardez.

Dites.

Faites.

Agissez.

C’est de notre vie à tous et à chacun qu’il s’agit.

 

C’est en Grèce qu’ hier Hollande, est allé parader en tant que représentant, non pas d’une nation financièrement libre, mais d’une province de l’Empire qui n’a plus aucune autonomie pour décider de son budget. Lui qui, il y a un an, avait encouragé le peuple Grec à ne pas voter Siriza, a eu hier une phrase historique. Après « Notre ennemi, c’est la Finance » , nous avons eu droit à, retransmis sur son compte twitter :

@Elysée. La Grèce a décidé un programme de privatisation. Les entreprises françaises seront présentes car elles ont l’expérience du service public.

Ainsi, l’aveu est clair. Nous envoyons les entreprises françaises faire leur marché en Grèce qui bientôt ne possèdera même plus en propre un grain de sable, pendant que des entreprises internationales font leur marché en France. La dinosaurie est en place. Le plus gros gagne. Chaque homme est un brin d’herbe.

La France qui a l’expérience du public et surtout de la privatisation du public !

Ne nous faisons plus aucune illusion. S i nous n’avons pas le courage du combat, notre pays sera dépecé comme est dépecée la Grèce.

Le premier acte de guerre a été l’an dernier la signature du MES. Puis du TSCG. Le résultat nous le connaissons : 750 millions d’euros seront retirés aux territoires français. Débrouillez-vous messieurs les maires. Adieu crèches, hôpitaux, écoles !

Le second sera début avril et nous devons entreprendre toutes les actions possibles pour nous opposer à l’entrée dans notre loi de cet  ANI, puisque c’est le nom donné aux accords de Wagram.(Accords nationaux interprofessionnels.)

Nous sommes en guerre. Les armées ennemies sont des lois qui nous dépouillent. Que faisons-nous ? Regardons-nous les pauvres du haut du balcon en disant : « Ils l’ont mérité ? ». Attendons-nous de les rejoindre en disant « Ca n’arrivera pas » ?

Ou entrons-nous en résistance ?

Cette question que vous vous étiez sans doute posée à propos de la dernière guerre, la voici dans votre jardin. Impossible de vous défiler. Il faut agir ou trahir.

Trahir notre Histoire, trahir tous les progrès du 20 ème siècle, trahir nos enfants pour le bénéfice d’une bande d’allumés pour qui le mot Humanité n’a plus aucun sens !

Nous sommes devant l’Histoire. L’Histoire des Braves en lutte contre les Fous.

Que dira-t-on de nous ?

 

Je joins une pétition à signer contre l’ANI. De multiples actions sont en cours que je vous présenterai. A 15 h à l’Assemblée Nationale (visible sur LCP) Gaby Charroux posera une question au sujet de l’ANI au ministre du travail. Il sera intéressant d’écouter la réponse !

http://blogs.mediapart.fr/blog/fondation-copernic/190213/un-ani-qui-nous-veut-du-mal

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (100 votes)




Réagissez à l'article

167 réactions à cet article    


  • jako jako 20 février 2013 12:04

    Enfin arrivé, merci Ariane, je me suis permis de copier la lettre en modération pour commencer à la diffuser, il faut que cela soit connu


    • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 12:25

      Bonjour Jako,

       

      je ferai tout aujourd’hui pour la distribuer le plus possible. A chacun de m’aider.

      Sans oublier de nous unir contre l’ANI, les accords de Wagram. 


    • Aldous Aldous 20 février 2013 12:19

      Hollande est allé en Grèce pour voir a quoi ressemblera la France quand il terminera son mandat.




      • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 12:26

        Bonjour Aldous,

         

        Hollandreou...Quelle justesse , cette trouvaille !


      • Sierraecho79 Sierraecho79 20 février 2013 12:49

        A condition que le peuple lui laisse terminer son mandat, la rue parle souvent en France ... 


      • Aldous Aldous 20 février 2013 17:03

        Vous croyez que les Grecs ne sont pas combatifs ?


        En Grèce, aujourd’hui même c’est la grève générale. Pas la première, la Nieme.

        Hier, Hollandréou a été accueilli par ne grève des journaliste de la TV qui refusaient de commenter sa visite hypocrite.

        Vous avez vu combien de fois les Grecs ont manifesté ?

        Ca ne donne rien car ce n’est plus en Grèce que se prennent les décisions.

        Ca ne donnera rien non plus. Hollandreou n’est qu’un vassal.

        Figurez vous que les Grecs sont des durs a cuire.

        Il ont été les premier a défaire les armées de l’axe en 40, les plus durs à battre selon Hitler, les tous premiers a résister à l’occupation nazie en Europe selon de Gaulle, les plus coriaces après guerre contre l’ordre imposé par les anglais, puis la CIA.

        Pour moi il n’y a aucun doute, si les Grecs ont été matés, les Français n’ont aucune chance...



      • Aldous Aldous 20 février 2013 19:20

        c’est bien pourquoi les mondialistes ont commencé leur coup d’état par a Grèce.


        Une autre caracteristique est la cohesion morale des Grecs avec leur église.

        L’eglise grecque est habituée à résiser aux domination impérialistes extérieures, elle a été le creuset de l’ame grecque pendant 400 ans de domination ottomane.

        C’est pourquoi Kissinger disait en 1974 :

        ’’Le peuple grec est anarchique et difficile à dompter. C’est pour cette raison que nous devons les frapper en profondeur dans leurs racines culturelles : Peut-être alors pourrons-nous les forcer à se soumettre. Je veux dire, bien sûr, s’en prendre à leur langue, leur religion, leurs ressources culturelles et historiques, de sorte que nous puissions neutraliser leur capacité à se développer, à se distinguer, ou à prévaloir ; ce qui éliminera un obstacle majeur à nos projets stratégiques vitaux dans les Balkans, la Méditerranée et le Moyen-Orient."


      • bigglop bigglop 21 février 2013 02:13

        Merci @Ariane pour ce témoignage poignant comme tant d’autres. J’enrage !

        Mon commentaire sur l’article de Michel Koutousis :

        Certes, F Hollande est allé, le 19 février, en Grèce pour l’assurer de « son soutien moral ».

        Mais il était aussi accompagné d’entrepreneurs français venus faire leurs « courses » sur la dépouille des biens de l’état grec, entreprises, tout en lorgnant sur les réserves gazières de la mer Egée.

        Accessoirement, il est venu négocier la « location » de deux frégates classe Fremm et de quatre avions. Bien sûr ces locations seront prélevées sur les aides financières prêtées par les états européens à la Grèce et n’iront pas, ainsi, dans l’économie réelle grecque.

        Bien entendu, je fais circuler votre article et celui de M Koutousis, ainsi que votre lien.


      • 1871-paris 1871-paris 21 février 2013 07:25

        un francais tu lui donnes 5% de salaire en plus que son voisin, des pseudo responsabilitees, 2 a 3 subordonnes et hop il se prend pour un patron !


      • Aldous Aldous 21 février 2013 08:31

        Bigglop


        La pression des pétroliers Français pour l’ouverture de l’exploitation gazière en mer Egée est un aventurisme dangereux.

        La Turquie a déjà prévenu que c’est un cassus belli et la faillite de l’état grec a déjà aiguisé l’appétit de l’armée turque qui revendique ouvertement la moitié de la mer Egée.

        Si la Grèce cède aux pressions des européens et distribue des permis d’exploitation, l’attaque turque sera inévitable.

        Et je doute que les Européens se mouilleront pour défendre la Grèce face à l’ armée Turque qui est la plus grosse de l’OTAN.

        Quand aux USA c’est certain qu’ils négocieront avec les Turcs pour rafler les concessions d’exploitation aux européens.

        Mais la Russie n’acceptera pas cette nouvelle invasion car elle aurait comme résultat de boucher leur accès à la méditerranée et par solidarité orthodoxe.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 février 2013 10:18

        Il n’y a plus de nation combattive en Occident. Un peu de bien-être habilement distribué pour optimiser la zizanie et beaucoup de propagande - le conditionnement est devenu une science exacte - ont permis de transformer les loups en petits caniches de Pavlov qui salivent quand ils entendent « démocratie ».


        Il n’y a pas de résistance organisée possible contre le Système, car la corruption est l’arme définitive pour diviser et régner. Mais on ne peut fomenter un mouvement comme Aube Dorée sans que ne s’y développent des individus chez qui la volonté de puissance est plus forte que la cupidité. Des « irrationnels »...

        Le Système des Banquiers sera détruit par des actions individuelles irrationnelles et le remède sera pire que le mal, comme la Terreur a été plus cruelle que les exactions des monarques. 


        PJCA



         

      • Aldous Aldous 21 février 2013 11:19

        d’accord avec vous.


        La satisfaction des désirs sans entrave a généré une société mollassonne et embrumée dans ses idées de bisounours.

        Mais si le luxe et la volupté enseignent doucement l’indolence, c’est soudainement que l’âpreté de la souffrance et la dureté des réalités enseignent la révolte.

      • Luxum Luxum 23 février 2013 00:19

        Pour moi il n’y a aucun doute, si les Grecs ont été matés, les Français n’ont aucune chance...

        Compétition malsaine dans la résistance ?
        Les Grecques sont les premiers en Europe à passer à la casserole. Les autres peuple peuvent donc s’en inspirer pour améliorer la lutte commune. Je veux bien croire qu’ils soient coriaces mais apparemment ils n’emploient pas la bonne stratégie puisqu’ils sont toujours dans l’euro-abattoir. Un soulèvement général est généralement plus efficace qu’une grève. Si cela arrivait on pourrait espèrer un embrasement général dans toute l’Europe qui aboutirait à... à quoi ?
        Eh bien si la conscience collective est suffisamment éclairée sur ce qu’est une vraie démocratie elle pourrait instaurer un régime démocratique. Sinon eh bien ce ne serait que partie remise en attendant le nouveau coup d’état oligarchique.

        C’est véritablement un problème institutionnel et même constitutionnel.


      • Aldous Aldous 24 février 2013 09:28

        luxum, le vrai problème est l’existence d’un pôle ideologique pour crystaliser l’opposition.


        Le socialisme est en ruine ideologique. et n’a pas fini sa traversee du desert.

        En grèce j’en vois un capable de transcender l’opinion de gauche comme de droite : 


        Ils ont compris la mondialisation avant tout le monde : 


        et ils sont effectivement sur un terrain de lutte incontournable pour la mondialisation :






      • Dzan 24 février 2013 10:32

        @ Sierra

        A condition que le peuple lui laisse terminer son mandat, la rue parle souvent en France

        Là je suis hilare. 500 kms de bouchon pour aller à la neige. Les stations sont pleines.
        Les syndicats divisés plus que jamais, la CGT et FO, ennemis héréditaires, ( tiens Morice devrait nous développer ça ) pour une fois unis et vent debout contre les syndicats traitres CFDT, CFE/CGC, CFTC, qui ont osé signer un « accord » qui ramène plus de 100 ans en arrière et que le Gvt de Flamby et Sapin vont entériner.
        Parisot n’en revient pas.
        Alors Ne serait-ce qu’une révolte, ce n’est -malheureusement- pas demain la veille.


      • Luxum Luxum 24 février 2013 13:17

        Mais de quelle popularité jouissent ses prêtres en Grèce ?


      • Aldous Aldous 24 février 2013 13:28

        Bien plus grande que celle des prêtres catholiques. En fait, l’église est encore très présente


         dans le tissu social grec, les églises pleines, les fêtes respectées...

      • Nanar M Nanar M 20 février 2013 12:37

        Qui sont ils ceux qui ne sont pas d’accord avec cet article ?
        Des trolls payés par l’Europe ?


        • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 12:45

          tu vois juste Nanar car c’est une espèce qui existe !!


        • Miona Miona 20 février 2013 12:46

           Les mafias se portent bien, elles...

           

          • Miona Miona 20 février 2013 12:49

             Surtout la mafia financière qui prospère sur l’endettement de ses « clients »...

             

          • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 13:07

            Mafia étant d’ailleurs le nom juste et pas du tout une métaphore. Tonton Hollande !! (mais c’est vraiment un second couteau envoyé en éclaireur pour éteindre toutes les lumières !) 


          • BOBW BOBW 21 février 2013 08:41

            «  Tonton Hollande !! »  Le tonton est souvent Parrain !


          • Plumdanslcu* 20 février 2013 12:52

            C’est juste affligeant.
            L ’empathie est un drôle de sentiment, dans certaines situations on voudrait de ne pas l’éprouver mais quand on y a gouté on sait bien que le mal qu’il nous fait ressentir nous rend plus humain et y renoncer c’est fermer les yeux et se cloitrer sous une couette d’indifférence en espérant que les malheurs du monde nous glissent dessus sans heurt, nous ignore.

            Quand je lis ce témoignage j’ai juste envie de crever toutes ces crevures qui ne méritent pas ou plus la compassion d’un pacifisme dépassé.
            Je vous conchie Homme « a-politique » de tous bord, vous qui de policé n’avais que l’étiquette. Vous êtes la lie de l’humanité, à ce demander si vous en faite vraiment partie.

            Levons nous, il le faut !
            La fenêtre du changement nous est peut être encore, mais pour combien de temps ouverte ?!

             


            • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 13:09

              Tellement d’accord Plum.

              Nous devons nous lever et faire face à cette racaille pseudo politicienne.


            • kéké02360 20 février 2013 22:53

              OUI nous lever contre cette racaille UMPS , mais au fait, il aurait pas été élu Hollandopoulos avec le soutien d’un certain collabo Mélenchon smiley

              Sûr que quand çà va coincer çà va faire mal !!!!!!!!!!


            • Plumdanslcu* 21 février 2013 07:43

              Tu porte vraiment bien ton pseudonyme mon petit Kéké,
              explique nous le rapport avec Méluche ? Ou peut être que ta blondasse aurait fait mieux ?
              c’est sur le nationalisme pour aider les autres pays c’est le top.


            • kéké02360 21 février 2013 10:03

              @ plummedanslecul

              C’est sûr que si tu vois même pas le rapport entre Méluche et Hollandopoulos président t’as un sérieux problème de QI, mais bon par les temps qui courrent les cocus se ramassent à la pelle,quand à la blondasse je te la laisse elle le vaut bien smiley


            • Gabriel Gabriel 20 février 2013 12:52

              Bonjour Arianne,

              La Grèce est la vitrine de l’Europe de demain. Esclavage salarial, misère sociale et très grande pauvreté sont au menu diététique de nos libéraux qui eux, s’empiffrent aux trois étoiles Michelin. Ces imbéciles sont assis sur un baril de poudre en jouant des allumettes et du briquet. Leurs solutions sont monstrueusement humaines, la montée du nationalisme, des religions et la démolition des structures sociétales ne sont rien d’autre que la préparation à une dictature sanglante et conflit des civilisations …


              • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 13:13

                bonjour Gabriel,

                 

                Ce maudit ANI qui nous pend au nez nous pousse évidemment sur la même voie ! Il nous fait informer encore te toujours.

                Famine : tu as entendu parler de l’opium du peuple ?


              • Aldous Aldous 21 février 2013 11:30

                Ariane,


                Il va falloir sortir du clivage gauche droite et des préjugés du socialisme mondain XIXe siècle.

                Le clivage aujourd’hui est entre l’hyperclasse et les gens normaux.

                Dans cette lutte les chrétiens sont du même coté que vous. Chavez par exemple.

                Ce sont même souvent les premiers lanceurs d’alerte :


                sortez du clivage gauche/droite qui n’est là que pour nous épuiser dans des luttes fratricides.

                Un debat droite gauche n’a de raison d’etre que s’il existe une societe democratique libre.

                Or ce n’est plus d’actualité, dans l’UE où aucun debat ne peut inflechir l’orientation politique du systeme.

                Le combat d’aujourd’hui consiste a reconquerir cette liberté et échapper a l’asservissement global.

                Quand on sera de nouveau en democratie il sera temps de voys quereller avec la droite.


              • Luxum Luxum 22 février 2013 23:34

                Vous généralisez Aldous. Comme si il n’y avait pas d’oligarque parmi les chrétiens. C’est pas notre Pape démissionnaire qui appelait à l’avènement d’un Nouvel Ordre Mondial ?


              • zebob 23 février 2013 00:54

                Et oui Ariane....Le sabre et le goupillon marchent toujours avec les empires...Et les « saigneurs » estiment (à juste titre) que pour augmenter leur richesse,leur pouvoir,leur puissance,l’idéal c’est de disposer d’une masse d’esclaves dociles ....Une majorité de « politiques » sont achetés (rémunérés par les financiers avant leur mandat,pendant (?) et après, et ne sont plus que des courroies de transmission des « lobbys » qui n’agissent que dans leur intérêt propre...C’est une gigantesque régression de civilisation qui s’est opérée sous nos yeux.Aucune morale ,aucune éthique,communes entre ce cercle discret et anonyme des saigneurs et la population normale... Aucune limite,nous voici revenus au temps de bandits,dont les plus cruels et violents ont occupé des territoires,puis se sont baptisés « seigneurs »,puis « nobles »....(le goupillon était près du sabre)...on connait la suite...Attendrons nous encore 17 siecles pour comprendre et nous en libérer...


              • Aldous Aldous 24 février 2013 11:19

                Luxum, vous avez raison, j’aurait dût parler des simples chrétiens, en excluant l’episcopat.




              • Aldous Aldous 20 février 2013 17:08

                je suis assez d’accord, aube dorée est un épouvantail.


                Au passage, l’extreme droite grecque a déjà été au pouvoir... en 1940.

                Et elle s’est opposée aux fascistes et a battu l’armée de Mussolini en Albanie.

                L’Orient compliqué disait de Gaulle...

              • kéké02360 20 février 2013 23:01

                C’est sûr que Mélenchon qui est allé se prendre une branlé par lepen dans le Nord çà a fait rire la finance smiley

                «  la situation à la grecque est notre avenir, avec la même extrême- gauche que là-bas, plus bête que ses pieds »

                Pas possible de mieux dire smiley

                 


              • alinea Alinea 20 février 2013 13:14

                Les grecs ont voté : ça veut dire que leur bâillon est intégré ; en France, si c’est pareil, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !


                • Ariane Walter Ariane Walter 20 février 2013 13:23

                  La plupart des français ignorent totalement ce qu’est ce fameux ANI. (On dirait le monstre du loch Ness.) !!!

                  Parles-en autour de toi et tu verras.


                • alinea Alinea 20 février 2013 13:43

                  On me moinsse : je ne fais que rapporter la parole de grecs eux-mêmes qui, trop tard, se sont rendus compte qu’ils avaient voté trop longtemps pour Papandréou ! Une fois que la bascule s’est faite, ce n’est plus de la conscience qu’il faut, mais un sacré courage ! Tsipras a donné un beau programme dans le Monde Diplo de ce mois-ci ! Édifiant !


                • Aldous Aldous 20 février 2013 17:11

                  Les grecs n’ont pas donné de majorité claire lors des elections.


                  Arretez de raconter n’importe quoi.

                  Le gouvernement actuel ne tient que parce que les conservateurs et les socialistes le soutiennent dans une alliance contre nature qui montre que UMP=PS 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès