Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Agriculture. Le ministre Le Foll à l’assaut de la forteresse (...)

Agriculture. Le ministre Le Foll à l’assaut de la forteresse ultralibérale européenne ?

Le ministre Le Foll l'a dit : il va à Bruxelles défendre son « memorandum » dans lequel il demande à la Commission européenne de réguler les marchés du lait et du porc pour faire remonter les prix. Il proposera aussi de mettre en place un système de stockage des produits en surproduction.

 

Pendant ce temps ils continuent leurs actions spectaculaires. A Vannes aujourd'hui. Avec la redoutable force des « desperados ». « Ils » ? Ce sont les pagoulins, les parpagnas, les culs-terreux, les pacans, les bouseux. Elle est inépuisable la liste des termes moqueurs, péjoratifs, insultants dont « les gens des villes » affublent, voire accablent les paysans.

PAYSANS ! Quel mot magnifique pourtant. Les gens du « pays ». Ceux qui entretiennent, cultivent, façonnent, embellissent le pays. Ceux qui nourrissent leurs compatriotes. Avec leur sueur, avec leur labeur, avec leur courage, avec leur ingéniosité. Mais « les gens des villes » regrettent vite leur morgue. Parce que pour l'essentiel d'entre eux, leurs parents, leurs grands-parents étaient des paysans.

De paysans, il n'y en a plus guère. Ils sont devenus agriculteurs, puis « exploitants agricoles ». Ils ont bien écouté leurs instances professionnelles : ils se sont « modernisés ». Ils ont fait, avec application, tout ce qu'on leur a dit de faire. « On » ? Ben, les divers gouvernements, leur syndicat hégémonique la FNSEA, les Chambres d'agriculture, les lycées agricoles, le Crédit agricole. Sans oublier l'Europe avec la PAC, puis la réforme de la PAC. Ils ont adopté la doxa productiviste, le culte du rendement, le machinisme démesuré. Ils ont fait - ou subi - le « remembrement » avec son saccage des haies et le lessivage des terres. Comme on leur a dit, ils ont pourri, stérilisé les terres à coups d'engrais chimiques et des pesticides tueurs. Ils ont tué la terre qui leur est devenue étrangère. Ils ont perdu leur âme de paysan, leur légendaire bon sens paysan.

Ils ont écouté la FNSEA qui leur disait que pour s'en sortir ils devaient choisir la quantité et les prix bas plutôt que la qualité et les prix rémunérateurs. Avec pour moyen la sacro-sainte exportation. Seulement le modèle agricole français, fait de petites et moyennes exploitations familiales, gage de qualité, n'est pas concurrentiel. Les puissances financières et économiques n'en veulent plus. Pas assez rentables. Ce qui fait jouir les technocrates de Bruxelles et les « défenseurs » de la FNSEA, ce sont les usines à lait, les « fermes » de mille vaches, les milliers de cochons élevés sur leur merde, les hangars à volailles crachant de la barbaque bien calibrée mais insipide. Et à ce jeu, les petits se font logiquement bouffer. Les gouvernements, la FNSEA, toutes les instances professionnelles ont voulu faire de l'agriculture une industrie. Mais ceux qui les ont suivi perdent contre les industriels de l'agriculture. Et les industriels de l'agroalimentaire importent de la barbaque dégueulasse à bas prix.

Que peut faire Pascal, mon voisin d'été en Lozère, avec ses 70 vaches à lait mangeant de l'herbe poussée, selon les normes modernes, à coup de nitrates, face aux usines à lait de l'ex-Allemagne de l'Est, exploitant les milliers d'hectares des anciens structures communistes, dirigées par des financiers, faisant trimer pour des salaires de misère une main d’œuvre sous-payés venue de Bulgarie, de Roumanie et des ex-pays de l'Est ?

Ils ne peuvent pas lutter sur ce terrain nos paysans. Ils seront battus, balayés. Leurs porcs d'entrée de gamme, même élevés en quantité raisonnable, ne peuvent concurrencer les usines à barbaques allemandes ou espagnoles. Leur filière contribue à les enfoncer : les coopératives bretonnes qui achètent leurs porcs à bas prix vont les faire abattre...en Allemagne. Et les industriels de la charcuterie s'approvisionnent à 40 % à l'étranger où ils trouvent du « minerai » de viande 30 à 40 % moins cher...

De plus, ces « bons élèves » crèvent de normes souvent loufoques : la France surenchérissant à ce niveau sur les normes européennes ! Ils crèvent aussi et surtout de cette règle imposée par l'Europe ultralibérale : l’ouverture totale des frontières sans harmonisation fiscale et sociale. Une Europe dont le projet n'est plus de nourrir les Européens puis le monde tout en protégeant ses ressortissants paysans, mais de faire gagner toujours plus de fric par les multinationales agroalimentaires et la grande distribution.

Ils ont perdu jusqu'à leur fierté, nos « exploités agricoles », humiliés qu'ils sont de travailler à perte et de devoir leur survie à des subventions et à des « plans d'aide » qui se succèdent sans résultats alors qu'ils demandent seulement des prix leur permettant de vivre.

Le Foll fait ce qu'il peut, c'est-à-dire pas grand-chose. Parce qu'il est impuissant. Parce que ses appels « à la responsabilité » lancés en direction de la grande distribution fait bidonner les responsables de celle-ci. Parce qu'il faudrait tout remettre sur la table au niveau européen et exiger l'harmonisation sociale et fiscale mais que ce n'est pas ce gouvernement de mous qui s’aplatissent devant Merkel ou même Juncker qui en sera capable... Fais-nous mentir, Le Foll !

Quant à la profession, elle devrait utiliser l'image très positive de la France, terre d'excellence gastronomique, terre de luxe, terre de savoir-faire, terre de savoir-vivre pour se diriger vers des productions de qualité, de haut de gamme, à des prix rémunérateurs.

Pour redonner le goût de vivre à nos paysans et le goût des bons produits aux consommateurs que nous sommes.

 

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 15 février 13:57

    Bonjour, Victor

    « De paysans, il n’y en a plus guère. Ils sont devenus agriculteurs, puis « exploitants agricoles  ». »

    ö combien vrai !

    Mais ce n’est plus de cela qu’il s’agit car très majoritairement les agriculteurs sont, à coup de pesticides, de fongicides et d’engrais chimiques utilisés sans discernement, devenus des destructeurs des territoires de leurs ancêtres.

    Quant aux éleveurs, ils ont le plus souvent devenus des supplétifs de l’industrie agro-alimentaire de la malbouffe, des kapos d’élevages concentrationnaires indignes du métier de « paysan » dont étaient si fiers nos parents ou grand-parents.

    J’ai encore des cousins en activité en montagne, et je crains qu’ils ne filent à leur tour un mauvais coton, embarqués dans les délires de la FNSEA.

    Une FNSEA qui, ne nous y trompons pas, a toujours favorisé la consanguinité avec l’industrie et naguère imposé son modèle productiviste à l’Europe pour dessiner les contours de la PAC ! Une FNSEA qui porte donc une responsabilité écrasante dans la situation actuelle.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 20:19

      @Fergus
      La FNSEA n’existe qu’en France, mais la PAC, elle, s’applique à TOUS les pays européens. La PAC est dans les Traités européens depuis le Traité de Rome.
      Elle est appliquée depuis 1962, mais c’est l’ouverture des frontières à la mondialisation, par le Traité de Maastricht, qui ont mis les agriculteurs français dans le marché mondial. Et l’agrandissement sans fin de l’ UE : salaire minimum en Roumanie : 161 euros par mois.


      Les Traités européens mettent en concurrence les entreprises avec le reste de l’ Europe et du monde. Ils organisent la concentration des capitaux, comme l’ancien régime favorisait les féodalités économiques, en faisant crever les plus petits, après les avoir endettés jusqu’aux yeux !
      Comment peut-on être de Gauche et soutenir cette machine à piller les peuples ??

      Le Gouvernement n’a plus la main, il ne peut plus rien décider d’important, la France en tant qu’entité économique autonome n’existe déjà plus. Les dirigeants français ont pour mission de liquider le patrimoine français, les biens publics comme l’agriculture de terroirs.

    • tonimarus45 16 février 10:28

      @Fergus—bonjour— -Je pense que le probleme actuel du gouvernement appuye en cela par la « fnsea » c’est de contenir et canaliser tant que possible la colere des paysans avant que ne s’abatte sur eux « »« LE GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE »« »( et cela ce sera bien la faute de l’europe cher « fergus ») qui finira par les terrasser.

      Curieusement a moins que cela m’ait echappe l’auteur n’en soufle mot

    • Clofab Clofab 15 février 14:47

      Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National

      « Alors que se tient aujourd’hui à Bruxelles une énième réunion sur la crise agricole, le Front National est le seul mouvement à tenir un discours de vérité face à la FNSEA, au gouvernement et aux partis du système qui entretiennent l’idée que la solution est entre les mains de ceux qui ont créé les problèmes.

      Si l’Union européenne n’avait pas fait sauter les quotas laitiers, les exploitations laitières françaises seraient viables ; si l’Union européenne n’avait pas favorisé par ses normes et le dumping social des travailleurs détachés les grosses exploitations étrangères, alors les filières d’élevage, à commencer par celle du porc, seraient viables. L’Union européenne, aux origines même de la crise agricole, l’a également aggravée par son inconséquence politique et ses refus dogmatiques. Il en est ainsi de l’embargo russe, des négociations sur le TAFTA et de l’interdiction de l’étiquetage des produits.

      Quand la FNSEA réclame encore une fois « mieux d’Europe », elle enfume donc gravement les agriculteurs et les Français. Il ne faut pas mieux d’Europe mais moins d’Europe et plus de France, plus de qualité française. Il faut remettre Bruxelles à sa place et protéger le marché français des produits étrangers de mauvaise qualité qui tirent les revenus agricoles vers le bas et parfois nous empoisonnent.

      Le Front National propose la mise en place d’une grande politique de patriotisme alimentaire qui assurera des débouchés à l’ensemble de nos paysans et garantira la qualité dans nos assiettes. L’agriculture ne peut être traitée comme un marché comme un autre soumis aux dérégulations du libéralisme sauvage. Protéger les agriculteurs français pour leur permettre de vivre de leurs productions, d’innover et d’investir dans l’avenir ne devrait faire l’objet d’aucune négociation. Il faut agir et vite, sans quoi la France dépendra demain de ses voisins, voire de la malbouffe américaine, pour se nourrir ». 


      • Ar zen 15 février 15:17

        @Clofab

        Philippot oublie simplement que les traités européens s’imposent à la France. Dans la zone euro et hors zone euro, c’est pareil : les traités s’imposent ! Pour les modifier il faut recueillir l’unanimité des 28 membres ! Autant dire que cela n’arrivera jamais. Donc le FN enfume une fois de plus ses électeurs avec ses communiqués ronflants qui ne prennent pas en compte la réalité des traités. Voici l’article 39 du TFUE, étudiez le avec application

        "Article 39

        (ex-article 33 TCE)

        1. La politique agricole commune a pour but :

        a) d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production, notamment de la main-d’œuvre,

        b) d’assurer ainsi un niveau de vie équitable à la population agricole, notamment par le relèvement du revenu individuel de ceux qui travaillent dans l’agriculture,

        c) de stabiliser les marchés,

        d) de garantir la sécurité des approvisionnements,

        e) d’assurer des prix raisonnables dans les livraisons aux consommateurs.

        2. Dans l’élaboration de la politique agricole commune et des méthodes spéciales qu’elle peut impliquer, il sera tenu compte :

        a) du caractère particulier de l’activité agricole, découlant de la structure sociale de l’agriculture et des disparités structurelles et naturelles entre les diverses régions agricoles,

        b) de la nécessité d’opérer graduellement les ajustements opportuns,

        c) du fait que, dans les États membres, l’agriculture constitue un secteur intimement lié à l’ensemble de l’économie."

        Par ailleurs, voici l’article 55 de la constitution française, pour le cas où vous auriez manqué un épisode.

        "ARTICLE 55.

        Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie."

        Alors Philippot peut écrire des communiqués. Tant que la France restera dans l’UE cela sera l’équivalent de pisser dans un violon. Il peut dénoncer l’UE tant qu’il veut, il peut dire qu’il va renégocier tant qu’il veut, mais cela ne mène à rien. Il trompe les Françaises et les Français qui croient ce qu’il dit et écrit. C’est une manipulation infâme !


      • Fergus Fergus 15 février 15:31

        Bonjour, Clofab

        « si l’Union européenne n’avait pas favorisé par ses normes et le dumping social des travailleurs détachés les grosses exploitations étrangères, alors les filières d’élevage, à commencer par celle du porc, seraient viables. »

        C’est un faux problème car c’est la production industrielle de malbouffe à base d’animaux élevés en batterie et nourris avec des tourteaux qui est touchée.

        Ce n’est pas le cas de l’élevage de qualité qui distribue en circuits courts ou dans des espaces coopératifs dédiés à cette production qualitative, hors du système productiviste FNSEA. Comme par hasard, ces paysans-là travaillent et vendent. Sans faire fortune, certes, mais en assurant dans la dignité la pérennité de leurs exploitations.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 20:21

        @Fergus
        « Ces paysans là travaillent et vendent », Ceux là ont fait d’autres choix que de s’endetter pour industrialiser leur production. Ceux qui manifestent sont ceux qui ont suivi les bons conseils de l’ Europe, de la FNSEA, des gouvernements, du Crédit agricole etc.


      • alinea alinea 15 février 23:12

        @Ar zen
        Quelqu’un propose-t-il parfois des modifications ?


      • Ar zen 16 février 01:19

        @alinea

        Non, personne ne propose jamais de modification. Pourquoi ? Il faut l’unanimité de 28 membres pour changer quoi que se soit dans un traité (ARTICLE 48 TUE). Parmi les 28 il y a un certain nombre qui s’en fiche éperdument de la PAC. Aucune modification n’est plus envisageable. Nos agriculteurs, ceux qui ont investi massivement pour répondre à la FNSEA et aux traités européens ne pourront pas s’en sortir. C’est certain, malheureusement.

        Par ailleurs , vous noterez que l’article 39 est rédigé dans la langue des technocrates qu’il faut savoir traduire en langue française du quotidien.

        L’agriculture a pour but la « production » et non la qualité, ni le respect de l’environnement ni de la santé, ni le bien être des animaux. Un seul objectif : produire le plus possible !

        « En assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production, notamment la main d’oeuvre. » Mais il ne s’agit pas que de main d’oeuvre. Il s’agit d’employer la « chimie » à tour de bras et les OGM, c’est écrit entre les lignes !

        « D’assurer des prix raisonnables dans les livraisons aux consommateurs ». Ceci veut dire simplement que le prix à la production doit être réduit. C’est bien ce qui se passe ! L’agriculteur ne peut plus vendre au prix de revient. Les produits lui sont achetés en dessous de son prix de revient pour assurer des prix raisonnables aux consommateurs ! L’agriculteur est condamné.

        « De la nécessité d’opérer graduellement les ajustements opportuns ». Ceci veut dire qu’i faut supprimer un bon nombre d’exploitations agricoles compte tenu de leur structure sociale dépassée et vieillotte.

        Tout le reste est à l’avenant. En restant dans l’UE l’agriculture française est condamnée ! Le TAFTA arrive à grand pas et le marché des produits made in USA inondera la vieille europe. Que du bonheur pour les grandes firmes de chimie et d’OGM américaines.


      • Fergus Fergus 16 février 09:29

        Bonjour, Ar zen

        « l’unanimité de 28 membres pour changer quoi que se soit dans un traité »

        Comme je ne cesse de l’affirmer, cela va voler en éclats. Sans doute assez vite, pour ménager un cas particulier pour le Royaume-Uni.

        D’ores et déjà, des discussions plus ou moins formelles ont lieu ici et là pour mettre en place une UE à deux vitesse qui ne pourra se faire que dans le cadre d’une révision des traités existants.

        Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge, patron d’un important groupe parlementaire à Strasbourg, et fin connaisseur des textes et des arcanes européennes, était encore hier sur cette ligne au micro d’Europe 1. Et il est évident que l’on va aller dans cette voie, ce qui ringardisera le discours de tous ceux qui se retranchent derrière un immobilisme intangible.

         


      • Ar zen 16 février 12:09

        @Fergus

        C’est un point de divergence entre nous. Vous n’avez pas mesuré combien le parlement européen est faible dans l’organisation de l’U.E. Toutes les grandes décisions stratégiques sont exclus de la procédure de codécision. Vous devriez très sérieusement vous penchez sur les compétences du parlement européen. C’est vrai que la procédure « ordinaire » a été étendue. Mais, malgré tout, de cette procédure « ordinaire » 21 domaines stratégiques ont été exclus. C’est ainsi, par exemple, que l’élaboration des traités internationaux appartient exclusivement à la commission. La procédure qui sera appliquée sera celle de la « consultation ». (celle qui n’engage personne). C’est bien pour cette raison que les négociations du TAFTA restent aussi secrètes. Les parlementaires européens ont accès à une partie du dossier dans des conditons invraisemblables (renseignez vous). L’ancien premier ministre belge, malgré sa bonne volonté, ne pourra jamais faire bouger les lignes. Il est « seulement » député européen et un groupe parlementaire n’a aucun pouvoir. Comment Verhofstadt pourrait-il avoir un quelconque pouvoir ? Un certain Nigel Farrage se démène au sein de ce parlement européen, mais n’obtient rien. D’ailleurs mon opinion est faite. Un poste de premier ministre vous place, de facto, dans nos démocraties représentatives actuelles, dans un rôle de subordination avec les puissances financières. Vous êtes au service de celles-ci, vous protégez leurs intérêts et non ceux du peuple. Une minorité gouverne une majorité.

        Je suis très étonné, compte tenu du niveau de vos commentaires sur AV, que vous ne vous intéressiez pas en profondeur au fonctionnement de l’UE. Vous n’avez qu’une vision très superficielle de la vraie nature de l’UE. Vous fondez des espoirs sur ses possibilités de réforme mais les traités sont aujourd’hui inamovibles. Les nouveaux entrants doivent accepter les traités comme ils sont. Une fois ces pays entrés dans l’UE, l’unanimité nécessaire pour leur réforme s’élargit d’autant. A 28 les jeux sont faits. Mais, j’ai eu l’occasion de l’écrire, les traités ont été pensés comme ils sont par des armées de juristes sur du très long terme. Toutes les harmonisations sociales, fiscales et salariales y sont de manière délibérée absentes. Connaissez vous l’article 17 du TUE ? Cet article montre bien le caractère dictatorial de l’UE, la commission possédant, seule, le pouvoir législatif. Comment a t-on pu imaginer une chose pareille ?

        "Article 17

        1. La Commission promeut l’intérêt général de l’Union et prend les initiatives appropriées à cette fin. Elle veille à l’application des traités ainsi que des mesures adoptées par les institutions en vertu de ceux-ci. Elle surveille l’application du droit de l’Union sous le contrôle de la Cour de justice de l’Union européenne. Elle exécute le budget et gère les programmes. Elle exerce des fonctions de coordination, d’exécution et de gestion conformément aux conditions prévues par les traités. À l’exception de la politique étrangère et de sécurité commune et des autres cas prévus par les traités, elle assure la représentation extérieure de l’Union. Elle prend les initiatives de la programmation annuelle et pluriannuelle de l’Union pour parvenir à des accords interinstitutionnels.

        2. Un acte législatif de l’Union ne peut être adopté que sur proposition de la Commission, sauf dans les cas où les traités en disposent autrement. Les autres actes sont adoptés sur proposition de la Commission lorsque les traités le prévoient".

        Par conséquent, pour changer l’article 48, il faudra aussi l’unanimité ! Je n’arrive pas à comprendre comment vous pouvez vous laisser convaincre par les sirènes d’un député européen qui ne dispose d’aucun poids pour faire changer quoi que se soit. le commissaire irlandais, en charge de l’agriculture dans l’UE, a certainement des compétences supérieures à celles de nos hommes politiques français. Quelle mascarade !

        L’UE n’est qu’une association économique mise en place pour, d’une part, ôter progressivement leur souveraineté aux peuples européens, et, d’autre part, livrer aux multinationales un grand marché captif. Nous en avons la preuve sous les yeux. Il suffit de les ouvrir. Les peuple sont les grands oubliés et les cocus de l’affaire. Par ignorance nous assistons à un suicide collectif de ceux ci et à une mise en esclavage en règle par les nouvelles féodalités. Ce monde du chacun pour soi, de la compétition exacerbée au détriment de la collaboration et du collectif m’attriste considérablement. Je ne veux pas un tel monde pour mes enfants. C’est la seule raison de ma présence sur AV. : très modestement, tenter d’éveiller les consciences endormies par une manipulation de tous les instants de nos oligarques.


      • alinea alinea 16 février 13:39

        @Ar zen
        On peut toujours proposer !! cela fait son chemin ; si chacun part battu d’avance, on recule !
        Et comme dit Fergus, cela volera en éclat, cas l’état stationnaire, ça va un moment, mais ça ne dure pas éternellement.
        C’est bizarre, j’ai l’intuition, pas forcément d’une Europe à deux vitesses, mais une Europe du nord et une Europe du sud ; notre problème, en France, c’est que nous appartenons aux deux ! Pour les autres, c’est assez clair !!


      • colere48 colere48 15 février 15:03

        Tant va la cruche....

        Mon seul regret est que les autres catégories de français n’aient pas de tracteurs.... ça semble bigrement efficace face aux forces de « l’ordre »

        L’ordre quel ordre  ?? celui de détruire notre pays et ses habitants par voie de conséquence ??

        A un moment de l’histoire la désobéissance civique sera non seulement un devoir mais la seule échappatoire au système qui broie les nations et les peuples.

        La France n’est pas seule à subir, quel est le peuple qui cette fois fera sauter le couvercle  ?
        Les citoyens américains peut être... ils semblent qu’ils aient compris que le choix proposé est blanc bonnet et bonnet blanc, ce sont les même lobbies qui sont faiseurs de rois !!

        Redevenons régicide !! vite  smiley


        • Jean Pierre 15 février 15:05

           Face aux difficultés des agriculteurs, comme face à toute difficulté, Le Foll tient l’habituel discours anti-européen : « c’est la faute à Bruxelles, au libéralisme voulu par Bruxelles, aux règles voulues par Bruxelles, etc ». 

          Ce qu’il ne dit pas c’est que c’est son parti (ainsi que les partis de gouvernement qui se sont succédé en France) qui ont fait l’Europe telle qu’elle est, c’est à dire un libre marché dérégulé. Ce sont ces partis (qui régulièrement incriminent L’Europe) qui ont signés tout les traités de libre échange (en effet dans l’imaginaire de ces gens là le libre-échange ne fait miraculeusement que des gagnants)
          La France a donné mandat à l’Europe pour négocier le traité de libre-échange Atlantique. Nos responsables oseront-ils encore accuser ce traité (ou les Etats -Unis) quand le bœuf aux hormones et le poulet à l’eau de javel débarqueront massivement en Europe et lamineront nos productions ?
          Combien de temps durera cette duplicité, ce fossé permanent entre les actes et les paroles ?

          • Fergus Fergus 15 février 15:33

            Bonjour, Jean Pierre

            « c’est son parti (ainsi que les partis de gouvernement qui se sont succédé en France) qui ont fait l’Europe telle qu’elle est »

            Bravo ! Et c’est la FNSEA qui, dès les années 50, a mis sur les rails européens le modèle productiviste.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 20:33

            @Fergus
            Il n’y a pas que les mauvaises idées de la FNSEA qui se retrouvent dans les Traités européens... Il y a par exemple, cette invention bénigne au départ, de la dette à 3% du PIB. C’est une invention française, pour faire plaisir à Mitterrand, une théorie bidon qui n’a aucune valeur économique, mais qui sert depuis à l ’UE pour rançonner les peuples.


            Peu importe d’où viennent les mauvaises idées, le résultat, c’est qu’elles se retrouvent dans les Traités européens, dont vous préférez qu’on ne parle jamais...

            Pour ceux qui s’intéressent au contenu des Traités qu’on leur cache depuis 70 ans, voici une conférence d’une juriste spécialiste en fiscalité internationale qui décortique tout ce qu’on vous cache.
            « Les grandes orientations des Traités européens »

          • aimable 15 février 15:15

            un jour dans un reportage , un cultivateur expliquait au journaliste , comment le déléguer syndical accompagné du banquier de la ville proche étaient venus le voir pour lui expliquer qu’il devait moderniser son exploitation s’il voulait survivre dans son métier
            ils lui ont proposé « une usine clefs en main » avec des objectifs qui seraient faciles a atteindre ce qui c’est révélé bien entendu faux , il n’avait jamais mis la tête hors de l’eau et il était en train de regarder la vente de ses biens et il espérait pouvoir solder ses dettes au profit de la banque , avec le fruit de la vente
            ils étaient venus , ils avaient flatté son égo et il se retrouvait sur la paille !


            • Fergus Fergus 15 février 15:36

              Bonjour, aimable

              Et encore oubliez-vous de parler des représentants en matériel agricole qui font miroiter la nécessité de tracteurs de 180 à 250 cv là où une puissance de 80 à 100 cv est largement suffisante !


            • aimable 15 février 15:44

              @Fergus
              c’ était dans la délégation du délégué syndical
               un tracteur de préférence de marque non Française !!!!!!


            • mmbbb 15 février 19:06

              @aimable il n’y plus de tracteur de marque francaise L’industrie francaise a ete liquidée Les marques tres professionnels l’allemand Class et l’americain John Deere L’es allemands nous ont siphone notre industrie Les allemands ont tire la couverture a eux et Airbus est sous domination allemande voir le reportarge eloquent du general Poirier ) et ils nous siphonent desormais notre agriculture A terme cette Europe eclatera c’est la seule porte de sortie .Personne ne rappelle l’economiste francais Maurice Allais dont les travaux portait sur les couts compares


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 20:36

              @mmbbb
              On peut en sortir sans attendre la liquidation finale ...
              Article 50, ça s’appelle .


            • fatallah 17 février 10:50

              @Fergus
              Je vois souvent la référence au matériel des agriculteurs. Avec une pointe de jalousie ou d’envie aussi peut être.
              La réalité est que le métier d’agriculteur est devenu très solitaire, exigeant, exigeant de productivité pour pouvoir tout faire tout seul.
              Et c’est loin d’être un rêve pour tous les agriculteurs.


            • Michel DROUET Michel DROUET 18 février 17:42

              @mmbbb
              Il y en a tout de même qui sont fabriqués en France


            • sampiero 15 février 15:51

              en votant très majoritairement à droite, les agriculteurs contribuent eux aussi à maintenir ce système capitaliste qui écrase les masses populaires , c’est à dire leurs principaux clients qui les font vivre.


              Idem pour les commerçants qui contribuent par leur vote à droite à faire que le peuple, composé des clients des commerçants, ait de moins en moins d’argent, Résultat, le peuple dépense moins chez les commerçants qui du coups’appauvrissent ! 
              etc..

              Un monde de masos en quelque sorte !

              • Fergus Fergus 15 février 17:13

                Bonjour, sampiero

                « votant très majoritairement à droite »

                Ne pas oublier les bastions de paysans de gauche communiste, notamment dans le Limousin et, à un degré moindre, le Périgord. Mais c’est vrai : les agriculteurs votent très majoritairement à droite (et de plus en plus à l’extrême-droite), jusque dans ma famille où les rats des champs sont de droite et les rats des villes de gauche.


              • colere48 colere48 15 février 17:47

                @sampiero

                Mon pauvre ami vous devenez de plus en plus sectaire

                Ils ont voté à droite , bienfait pour leur gueule
                Ils ont voté à gauche, à merde, c’est bienfait pour leur gueule aussi !

                Seul au dessus de la mêlé vous ne vous laissez pas abusé , non non, et pas maso pour un sou, vous en redemandez !

                Avec vos faux départs tel une diva, et vos « je ne vous est rien demandé » passez votre chemin jeune homme ... (enfin jeune homme c’est les bons jours, car sinon on a vite fait d’être qualifié d’imbécile...)

                De propositions concret es de votre part je n’en ai jamais lu !
                Où sont vos solutions mis à part les « yaka » « yfokon » et/ou les invectives ??

                Alors retournez donc dans votre zone d’ombre et lâchez nous , votre morgue et votre suffisance intéresse peu !!


              • mmbbb 15 février 19:23

                @colere48 il y a des solutions en franche compte circuit court le lait est achete a un prix garantissant au mieux les frais de fonctionnement des paysans Ce lait est destine a fabriqur de l’emmental AOC . L allemagne nous taille des croupieres en embauchant des ouvrier de l’est a bas cout et de surcroit la FNSEA n’a qu un seule ligne de conduite. Il est vrai aussi que le consommateur a ete eduque a bien bouffe de la merde. Il est vrai auissi que ces producteurs sont de temps en temps des gros cons par exemple cet agriculteur bio ayant perdu son label parce que son voisin agriculteur n’en avait rien a cirer et venait répandre des insecticides a la lisiere de ses champs en ne respectant pas une marge de securite Le monde paysan je le connais assez bien Ils sont carnassiers entre eux Par ailleurs les terres de roumanie se transforment cette agriculture qui etaient celle de la france des annees 1960 est sous la coupe des investiiseurs etrangers Ils ont chois un credo faire « du BIO » a grande echelle . La FNSEA devrait de temps en temps relever la tete du guidon et s’apercevoir comme les viticuleurs du Sud que peut etre nous sommes a une periode charniere Quant a Sampiero hormis l’invective !!!


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 20:47

                @sampiero
                Vous êtes atteint d’Alzheimer ? Vous voulez la liste des malfaisances de la Gôooche ? Elle a privatisé plus que la Droite, faut le faire ! et elle a signé TOUS les traités européens !


                - Traité de Rome, Guy Mollet SFIO
                - Accords de Schengen- Fabius
                - Dérèglementation des marchés - Bérégovoy
                - Acte unique européen - Fabius & Delors
                - Désindexation des salaires - Mitterrand
                - Mobilité des capitaux - Delors & Lamy
                - Baisse de la fiscalité sur les revenus du capital - Beregovoy
                - Maastricht - Beregovoy
                - Traité d’Amsterdam - Jospin
                - Création de la BCE - Jospin
                - Régime fiscal favorable aux stocks options - DSK
                - Zone euro - Jospin
                - Sommet de Lisbonne - Jospin
                - Traité de Noce - Jospin
                - Ratification du traité de Lisbonne approuvé par le PS
                - MES et TSCG - Ayrault.

                Avec bien sûr la douce musique de 35 ans de promesses « d’ Europe sociale »...pour faire avaler la pilule aux gogos de Gauche.

              • sampiero 15 février 21:29

                Colere est en colère. je dis des choses sensée et il parle de moi ! Sensées la preuve, ça l’mmerde mais il n’a d’autres arguments.

                Qui t’a dit que je partait ? Je te gène ?
                 Suis hors de chez moi et sans connexion souvent !
                 Mes propositions ? Repetées mille fois : fin du capitalisme, partage des richesses, etc...certes il ne va pas aimer. smiley
                Et Fifi qui s’excite ! Asselineau non plus il ne va pas aimer smiley.
                 Mais pas d’autres solutions pourtant.

                 

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 février 07:32

                @sampiero
                L’Union européenne, c’est le capitalisme, sans les droits régaliens des Etats pour s’en protéger. Et vous ne voulez pas en sortir !! C’est la schizophrénie de Gauche.


                L’Islande, pays souverain, qui dispose de tous les leviers de ses droits régaliens, est sortie de la crise en utilisant TOUS les moyens interdits par les Traités et par la Troïka. Résultat, 1,9% de chômage.

                Méditez donc sur vos incohérences, vous voulez combattre le capitalisme dans un système qui prive les Etats des moyens de le combattre.

              • tonimarus45 15 février 17:10

                bonjour— -Je pense que le probleme actuel du gouvernement appuye en cela par la « fnsea » c’est de contenir et canaliser tant que possible la colere des paysans avant que ne s’abatte sur eux «  »« le grand marche transatlantique »«  »( et cela ce sera bien la faute de l’europe cher « fergus ») qui finira par les terrasser.

                Curieusement a moins que cela m’ait echappe l’auteur n’en soufle mot

                • aimable 15 février 17:45

                  @tonimarus45
                  j’ ai plutôt l’impression que la f n s e a , essaye de préparer un boulevard pour la « droite » en 2017
                  toutes ces manifs, dans tous les sens du terme , ne sentent pas bon !


                • tonimarus45 15 février 18:39

                  @aimable—a aimable- oui cela aussi mais quoi d’etonnant la fnsea a toujours ete a droite


                • mmbbb 15 février 19:30

                  @tonimarus45 il est evident que les accords TAFTA ruinera l’agriculture mais Le Foll se grade bien d’en parler L industrie a ete liquide l’elite des pleutres et je ferais remarquer a Sampiero que son copain Moscovici un ancien de la gauche dure leche maintenant le cul des liberaux Il n’y a pas qu a droite qu il y a des putes


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 20:51

                  @tonimarus45
                  Les euro-atlantistes ne sont plus ni de Gauche, ni de Droite, ils sont pour les multinationales, la finance et la mondialisation. Ils soutiennent tous, d’une manière ou d’une autre, y compris en la critiquant, l’Europe des banksters.


                • Lebougnat Lebougnat 15 février 17:31

                  "Quant à la profession, elle devrait utiliser l’image très positive de la France, terre d’excellence gastronomique, terre de luxe, terre de savoir-faire, terre de savoir-vivre pour se diriger vers des productions de qualité, de haut de gamme, à des prix rémunérateurs.

                  Pour redonner le goût de vivre à nos paysans et le goût des bons produits aux consommateurs que nous sommes."

                  Allez donc faire un tour dans les temples de la consommation que sont les supermarchés, à chaque promo sur la viande de porc ou de volaille, vous y trouverez les fameux consommateurs amoureux des produits de nos terroirs, bien plus attirés par l’étiquette du prix, que par celle indiquant le lieux de production ou le mode d’élevage...... alors tout le reste c’est du blabla.... !

                  L’agriculture est devenue ce que les gouvernements successifs ont bien voulu en faire.

                  Et puis lorsqu’une Américaine invitée par des amoureux des produits du terroir, vient dénigrer un des produit phare de la gastronomie française il me parait très mal venu de la part des ces gens là de venir porter des conseils à nos paysans.  


                  • Fergus Fergus 15 février 18:47

                    Bonjour, Lebougnat

                    j’ajoute à cela que l’étiquetage indiquant la provenance d’une viande ne présente strictement aucun intérêt au plan de la qualité : la seule information pertinente devrait porter sur le mode d’élevage, à l’aide d’un code, un peu à l’image de ce qui existe pour les œufs avec une codification 0, 1, 2 ou 3.


                  • mmbbb 15 février 19:35

                    @Lebougnat il s’agit du gavage industriel des oies et canards Elle n’a pas tort Un produit certes jadis phare mais qui est devenu un produit du grand n’importe quoi Si je veux me plaisir je prefere me faire une fricasse de foie de volaille de bresse par exemple c’est nettement moins chere est assurément plus gouteux


                  • Lebougnat Lebougnat 15 février 20:31

                    @mmbbb " Si je veux me plaisir je prefere me faire une fricasse de foie de volaille de bresse par exemple c’est nettement moins chere est assurément plus gouteux" 
                     Et bien respecter ceux qui savent apprécier !
                    Pas une semaine ne se passent sans qu’une production agricole ne soit dénigrée par les médias entrainant une baisse de la consommation suffisamment longue pour mettre à mal des producteurs.
                    Phénomène bien connu et exploité par la concurrence...c’est aussi cela la crise agricole !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 21:02

                    @Fergus
                    Excellente question que vous soulevez ! Sauf que la défense des consommateurs ne fait plus partie des compétences des Etats européens, mais de la Commission européenne ... Ce pauvre Benoît Hamon, attend désespérément la réponse sur l’étiquetage, depuis la crise des lasagnes au cheval roumain....
                    Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ? Nada, lui répondit l’écho !


                    Comment sont réparties les compétences dans les Traités européens ?
                    - Les compétences exclusives ne dépendent plus du tout des Etats.
                    - Les compétences dites « partagées » sont celles de la Commission européenne, si elle veut bien.
                    Et si elle ne veut pas, vous aller vous faire voir chez les Papous.
                    Pour l’étiquetage, elle veut pas . Point .

                    Compétences de la Commission européenne :
                    - Législatives
                    - Gardienne des traités
                    - Exécutions. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès