Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Après la Révolution numérique… ou : Le capitalisme se meurt, vive (...)

Après la Révolution numérique… ou : Le capitalisme se meurt, vive les communaux collaboratifs !

Dans son dernier ouvrage, La nouvelle société du coût marginal zéro, l’internet des objets. L’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme (éds. LLL. Les Liens qui Libèrent), Jeremy Rifkin annonce le déclin du capitalisme, éclipsé par les mouvements collaboratifs et la production à petite échelle. Une métamorphose de tout le système économique actuel, rendue possible grâce à l’Internet des objets, aux énergies renouvelables, aux logiciels libres, à l’économie sociale et solidaire, aux progrès de l’intelligence artificielle ou encore aux imprimantes 3D… nous explique l’économiste et prospectiviste américain.

L’émergence des réseaux sociaux et d’un Internet des objets -cette infrastructure qui regroupe toute l’activité économique mondiale- sont en train de donner naissance à un nouveau modèle économique, à de nouvelles pratiques, à de nouvelles intelligences collectives et à de nouveaux modes de gouvernance. Nous sommes en train de vivre un changement de paradigme : le vieux monde (comprendre : le monde capitaliste) se meurt pour laisser la place à un nouveau modèle, les « Collaborative Commons[1] ».

Cette nouvelle étape dans l’évolution de l’humanité va radicalement transformer le mode d’organisation de la civilisation au XXIème siècle, mais aussi notre vision du monde et « entraîner un changement de la conscience collective  » annonce Jeremy Rifkin dans son dernier livre La nouvelle société du coût marginal zéroIssus de la « IIIème Révolution industrielle[2]  », ces Communaux Collaboratifs en français prennent toute leur dimension à l’ère de l’économie du partage, dans la « société du coût marginal zéro[3] ».

 

Un internet des objets pour connecter tout et tout le monde à tout moment

« L’Internet des objets se compose d’un internet des communications, d’un internet de l’énergie et d’un internet de la logistique qui fonctionnent ensemble dans un système unique, un réseau mondial intégré tout en permettant continuellement d’accroître l’efficacité énergétique et la productivité pour mobiliser les ressources, produire, distribuer les biens et services et recycler les déchets » explique l’économiste. « Chacun de ces trois Internet permet aux deux autres de fonctionner. Sans communication, impossible de gérer l’activité économique. Sans énergie, impossible de créer l’information ni d’alimenter le transport. Sans logistique, impossible de faire avancer l’activité économique(…)

Pour alimenter en Big Data le système nerveux de l’humanité tout entière, on fixe déjà des milliards de capteurs sur les ressources naturelles, les chaînes de production, le réseau électrique, les réseaux logistiques, les bureaux, les magasins, les véhicules et même les êtres humains(…) On introduit l’Internet des objets dans tous les secteurs industriels et commerciaux(…) Vingt-quatre heures sur Vingt-quatre et sept jours sur sept, l’analyse du Big Data permet de recalibrer les stocks des chaînes d’approvisionnement et les processus de production et de distribution, et d’introduire de nouvelles pratiques capables d’accroître l’efficacité énergétique et la productivité sur toute la chaîne de valeur(…) Même à l’intérieur du corps, les médecins fixent ou implantent des capteurs qui surveillent certaines fonctions, comme le rythme cardiaque, le pouls, la température(…)

Il concerne aussi les systèmes de sécurité(…) Il accroît considérablement la productivité sans compromettre les relations écologiques qui gouvernent la planète(…) A l’ère nouvelle, chacun de nous devient un nœud du système nerveux de la biosphère ».

Favorisé par les nouvelles pratiques qu’offre le cyberespace, cette infrastructure est capable de connecter quartiers, villes, régions et continents dans un système nerveux mondial ouvert, distribué et collaboratif. L’internet des objets permet ainsi à des milliards d’internautes de se connecter à la communauté mondiale de « prosommateurs » (tous à la fois consommateurs et producteurs contributifs) pour échanger en P2P (de pair à pair, de personne à personne sans intermédiaire) sur les réseaux sociaux ou collaborer sur des projets. N’importe qui doit pouvoir, n’importe où et n’importe quand, y accéder et se servir du Big Data[4] pour créer de nouvelles applications qui lui permettront de gérer sa vie quotidienne à un coût marginal quasi nul[5].

Un véritable « cerveau planétaire », comme l’annonçait le scientifique et prospectiviste Joël de Rosnay[6] en 1988, qui avait déjà l’intuition de cette Révolution à venir. Il développera à nouveau ce concept dans L’Homme symbiotique en 1995, alors que l’usage de la Toile[7] commence à se généraliser.

 

L’ère du coût marginal zéro

Avec l’irruption du numérique (de l’internet et des réseaux intelligents) notre société se retrouve propulsée dans l’ère du coût marginal quasi nul. Chacun d’entre nous a désormais le pouvoir de bouleverser les règles établies parce qu’il a la possibilité de remplacer les produits existants par des objets de substitution qu’il a lui-même créés ou améliorés, et de produire de nouveaux produits ou services. Il peut les céder ou les échanger à prix quasi nul puisque ses moyens de production et de diffusion ne coûtent rien ou presque. Tout cela est possible grâce à la culture du « faire soi-même », née des possibilités offertes par l’impression 3D[8], combinée avec l’internet des objets.

Les interactions sociales engendrées par ces nouvelles façons de disposer de biens ou services sont plus importantes que le fait de posséder ces biens ou services. Dans le cyberespace, production et consommation s’organisent naturellement autour de l’usage et non de la propriété. « Pour l’instant, l’ancien monde domine encore  » précise Rifkin, mais plus pour très longtemps. Avec les Millenium (la génération âgée de 18 ans en 2000) adeptes de l’économie du partage, les mentalités vont fatalement changer. Question de génération... Nés avec internet, habitués à échanger et à coopérer sur les réseaux sociaux, les Millenium sont naturellement plus ouverts à tout ce qui rompt avec un monde où la compétition laisse de plus en plus d’individus sur le carreau, en particulier les jeunes durement frappés par le chômage.

Comme toutes les jeunes générations au même âge, ils rêvent d’un monde meilleur mais à la différence de leurs aînés, et pour la première fois dans l’humanité, eux disposent d’outils collaboratifs qui leur permettent de changer véritablement et en profondeur la société, ouvrent les champs des possibles et favorisent la créativité, la mutualisation des moyens et toutes les formes de coopération dans tous les domaines. Des outils, que cette jeunesse, qui se veut architecte d’une société plus respirable (dans tous les sens du terme), plus équitable, plus collaborative, plus solidaire, utilise déjà avec succès pour favoriser les logiques d’innovation technologique et sociale en développant l’entrepreneuriat fondé sur les échanges en P2P.

Leurs aînés sont de plus en plus nombreux à comprendre l’intérêt de produire et partager à peu près tout sur cette planète pour presque rien. Aux quatre coins du monde, des millions de citoyens proposent et échangent de l’électricité « verte » qu’ils produisent eux-mêmes, des objets imprimés en 3D (du bijou fantaisie à la prothèse orthopédique en passant par du maquillage, des meubles, jusqu’à la construction d’autos et de maisons… en passant hélas par les armes), des livres, des musiques, des cours en ligne sur tous les sujets possibles, les fameux MOOCs[9], dont certains sont dispensés par les meilleurs profs de la planète. De plus en plus d’individus pratiquent le couchsurfing (louent ou prêtent occasionnellement leur canapé ou une chambre), le covoiturage, prêtent ou échangent jouets, outils, vêtements… et inventent même des monnaies alternatives. De là à imaginer la fin du capitalisme et une ère nouvelle où tout ne sera plus que partage et fraternité, il n’y avait qu’un pas. Un pas que l’auteur n’a pas encore tout à fait franchi… puisqu’il est le premier à reconnaître que le capitalisme continuera probablement à cohabiter avec un système où la valeur principale ne repose plus sur les relations de pouvoir et la propriété, mais sur le partage du pouvoir et des responsabilités et sur l’accès plutôt que la possession.

 

L’empowerment pour contrer les maîtres des communaux de demain

Rifkin rappelle que le paradigme capitaliste a longtemps été considéré comme dans l’ordre naturel des choses. Il nous a été imposé comme le système le plus efficace pour organiser l’activité économique. Dans le nouveau monde, ce modèle est remis en question par un système de plus en plus ouvert et collaboratif, de plus en plus interconnecté. La plupart d’entre nous a déjà entendu parler des plateformes communautaires[10] qui permettent d’organiser vacances (Airbnb), déplacements (voitures avec chauffeur Uber, covoiturage avec BlaBlaCar…), de financer des projets (Babyloan, HelloAsso.com, KissKissBankBank, Ulule…) etc. sans passer sous les fourches caudines des acteurs traditionnels de ces marchés.

Tous les secteurs sont concernés : des produits de consommation courante au secteur des transports en passant par le bâtiment, l’enseignement, la sécurité, la finance, le tourisme, les professions intellectuelles et même la santé. De quoi donner le vertige ! Et bientôt, ce sont les citoyens organisés en coopératives qui viendront à leur tour concurrencer les compagnies privées, annonce l’économiste : « Se rassembler dans des coopératives ouvertes, collaboratives et gérées démocratiquement pour produire et partager une énergie propre et verte est une perspective dynamisante. Elle incite une génération à s’unir sous l’étendard de la durabilité. A l’exigence du libre accès à la communication vient aujourd’hui s’ajouter la revendication d’une énergie verte et gratuite ».

Le cyberespace libère l’imagination en donnant à chacun le pouvoir de se prendre en mains pour organiser la vie économique de façon totalement différente pour un coût marginal dans une société caractérisée non plus par la pénurie mais par l’abondance, proposant toujours plus de biens et services presque gratuits. « L’économie bascule de la valeur échangeable sur le marché à la valeur partageable sur les Communaux Collaboratifs » affirme Rifkin, tout en mettant en garde : « Le capitalisme tente d’étouffer les communaux en multipliant les obstacles, en brevetant tout du vivant à la manipulation des atomes  ».

Les communaux collaboratifs vaincront-ils ? Le défi de cette décennie consistera à préserver la neutralité du Web, c’est-à-dire « l’accès libre pour tous et la gestion collective, voulue par Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web  », rappelle l’économiste. Selon lui, de nos modes de gouvernance et de gestion du Big Data, dépendra notre avenir. Alors, comment contrer les assaults des géants du monde capitaliste et des nouveaux grands acteurs de l'Internet qui remettent en cause la neutralité du WWW et veulent contrôler le Big Data ? Les GAFAM, ces « entreprises-États » (cf : « De l’État-nation à l’entreprise-État ») qui investissent des milliards de dollars sur des marchés porteurs comme les NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Intelligence artificielle et sciences Cognitives) et dans le Big Data justement. « Google investit la Recherche, Facebook le réseau social, eBay les enchères en ligne, Apple la livraison de contenus et Amazon la vente au détail  » décrit Rifkin.

Les GAFAM risquent, après avoir délogé les entreprises dominantes de l’ancien monde, de se retrouver en situation de monopole et, à leur tour, de tout faire pour essayer de conserver leur nouvelle place de dominant. La bataille ne fait que commencer et les prosommateurs vont devoir défendre la neutralité du WWW. Leur arme : l’« empowerment », le pouvoir des foules « qui donne ce sentiment de prise de pouvoir collective  » explique Rifkin.

 

La France, vaisseau amiral pour une société plus juste ?

Alliés à l’Etat, garant de l’intérêt général, les individus organisés en associations ou coopératives seront-ils un contre-pouvoir suffisant pour parvenir à contrer les maîtres des communaux de demain, et faire en sorte qu’internet reste un communal ouvert ? Rien n’est encore joué et, pour l’auteur, cette crise multiple (économique, écologique, sociétale…) n’est rien moins que l’opportunité de repenser le genre humain.

Sur le plateau de l’émission Les Rendez-vous du Futur du 24 septembre dernier (cf. encadré en fin d’article) devant 200 personnes triées sur le volet et particulièrement attentives, suite à une question du scientifique Joël de Rosnay[11] sur les structures mutualistes, fédéralistes et coopératives en France, Rifkin a assuré que notre pays possédait tous les atouts pour réussir à imposer les communaux collaboratifs. « Les dirigeants français sont sensibles à l’économie verte, mais il leur manque une vision d’ensemble  », pourtant « la France peut être le vaisseau amiral pour une société plus juste  ». Avec sa tradition de coopératives et d’associations, héritée des associations ouvrières clandestines du début du XIX° siècle, la France peut montrer la voie. Elle a « le devoir de construire les communaux collaboratifs  » affirme Rifkin. « La Révolution commence ici ! Une Révolution pacifique pour une nouvelle ère !  ».

Les coopératives, « un modèle négligé par les économistes  » regrette l’économiste « alors que les entreprises coopératives sont présentes dans tous les secteurs d’activité  ». En effet, on dénombre en France 2.200 Scop (les Sociétés COopératives et Participatives, anciennement appelées Sociétés Ouvrières de Production). Elles emploient plus de 44.000 salariés. Les coopératives (dont les Scop) rassemblent plus de 100 millions de personnes avec plus de 800 coopérateurs dans le monde. Rien qu’en France, 21.000 entreprises coopératives font travailler environ un million de salariés, et dans l'Union européenne ce sont 123 millions de coopérateurs et 160.000 coopératives qui emploient 5,4 millions de salariés (sources : Wikipédia et Le site Scop.Coop).

Et pour que le super internet des objets en création ne soit pas détourné au profit d’entreprises en situation de monopole et soit un outil de démocratisation, « la France doit appeler à une alliance internationale des coopératives(…) La France et l’Allemagne elles doivent conjuguer leurs efforts pour faire advenir la troisième révolution énergétique  » poursuit-il.

 

Un nouveau mode de gouvernance fondé sur les communaux collaboratifs

Je ne saurais trop recommander la lecture de cet ouvrage important et lumineux à la classe politique française, visiblement larguée par une Révolution qui lui échappe totalement. Les décideurs économiques et les chefs d’entreprise, qui s’interrogent sur la manière de réorganiser leur entreprise pour qu’elle puisse s’adapter et croître dans un monde en mutation permanente, trouveront eux aussi, dans ce livre, quelques conseils pertinents pour affronter les nouveaux acteurs de l’économie numérique qui imposent leurs règles du jeu.

Le titre découragera probablement le non initié, pourtant ce changement de monde concerne tous les citoyens. Ce dossier qui pourrait inspirer un « Rifkin pour les Nuls… » espère apporter un éclairage sur la vision rifkinienne de « ce monde qui vient ». Certes, La nouvelle société du coût marginal zéro. L’internet des objets. L’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme[12] est parfois redondant et manque un tantinet d’organisation, mais c’est un ouvrage visionnaire et intelligent. Un brin utopique sans doute, mais « N’ayons pas peur de parler d’utopie : l’utopie, c’est les Hommes qui prennent en main leur destin » comme l’a écrit Thomas More[13].

À ceux qui doutent et s’inquiètent des « dommages collatéraux » causés par la Révolution numérique, Rifkin répond « N’ayez pas peur…  ». C’est un évangéliste. Et un visionnaire. Le monde d’aujourd’hui n’est pas son principal souci ; lui se projette déjà à 30 ou 50 ans. C’est un prospectiviste et il visualise tellement le nouveau modèle en gestation qu’il est déjà passé dans ce monde qu’il nous décrit. Il croit dur comme fer à sa théorie, et il ne s’encombre des problèmes auxquels il n’existe pas de réponse satisfaisante à ce jour. Son objectif et sa priorité sont de nous convaincre que les communaux collaboratifs sont la solution.

Tout au long de son livre, Rifkin va donc démontrer comment, grâce à la combinaison de l’internet des objets, de l’énergie et de la logistique, chacun –du simple consommateur au groupe industriel- pourra produire et gérer sa consommation d’énergie en temps réel et contribuer ainsi à une plus grande maîtrise de la consommation globale d’énergie. Promoteur d’une économie de l’hydrogène à partir de sources renouvelables, pour passer à une ère plus durable et équitable, il prêche aussi pour la cause climatique. En bon militant, il fait feu de tout bois, et tout ce qui peut servir sa cause est asséné comme la vérité vraie.

Beaucoup lui reprocheront, sans doute à juste titre, d’expédier un peu vite les questions qui fâchent. Par exemple, le choix contestable de l’Allemagne qui, en abandonnant le nucléaire, a augmenté sa consommation d’énergies fossiles. Elle atteint aujourd’hui des consommations record de charbon et de houille, ce qui n’aide pas vraiment à réduire les émissions de CO2 et la pollution. C’est le plus gros pollueur[14] de l’Union européenne en 2014 avec 760 millions de tonnes de CO2 (en hausse de 2% en un an). Rifkin objecte que la situation est provisoire, et que l’Allemagne d’Angela Merkel (que Jeremy Rifkin conseille, de même que l’Union européenne) est, au contraire, en avance sur les autres pays d’Europe. Un million de bâtiments ont déjà été convertis en micro-centrales électriques et 35% de son énergie sera « verte » (issue notamment du solaire) d’ici à 2020.

L’économiste aide également la région Nord-Pas-de-Calais à entrer dans la 3ème Révolution industrielle, mais pour cela il faudra investir 5 milliards d'euros d'ici à 2050 pour espérer réduire de 60% sa consommation d'énergie tout en créant 165.000 emplois. Pour les détracteurs de Rifkin (il en a…) cette opération relève davantage de l'opération de communication que d’un plan réaliste. Et, au-delà de la région Nord-Pas-de-Calais, c’est toute la France qui va devoir diviser par deux sa consommation énergétique d’ici à 2050. Tout cela a un coût évidemment, et les États, les collectivités locales, les entreprises… tout le monde, devra participer au financement.

Pour notre ministre de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie Ségolène Royal, nous avons l’opportunité formidable de sortir de la crise grâce à la transition énergétique et à la solution écologique. Une occasion unique de refonder notre modèle économique pour économiser les ressources naturelles et protéger l’environnement.

 

Comment survit-on pendant cette phase transitoire ?

Même façon de balayer d’un revers de la main le problème essentiel des emplois, de plus en plus menacés par la Révolution numérique et technologique. Comment survivre pendant cette phase de transition qui risque de durer quelques décennies encore ? Comment aider toutes ces êtres brutalement propulsés dans un monde nouveau auquel ils n’ont eu ni le temps ni les moyens de se préparer ?

Dans La fin du travail[15], l’économiste alertait déjà sur la disparition inéluctable de l’emploi à l’échelle planétaire. L’effet s’est accéléré au cours des années 2000 et les décideurs semblent impuissants à trouver une solution. Dans La nouvelle société du coût marginal zéro, il revient sur l’automatisation qui sonne le glas d’emplois même très qualifiés. Les utopistes rêvaient d’un monde où les machines remplaceraient le travail humain ; la Révolution technologique et numérique l’a fait ! Seulement, personne n’avait prévu que le rêve virerait au cauchemar. Comment gère-t-on une transition aussi brutale ? Comment gère-t-on la fin du travail ?

Aujourd’hui, les progrès de l’intelligence artificielle permettent de créer des algorithmes de plus en plus puissants, des automates ultra sophistiqués et autres « machines pensantes ». Le travail intellectuel est lui aussi touché de plein fouet, explique l’auteur, exemples à l’appui. La chaîne Big Ten Network aux Etats-Unis remplace ses rédacteurs, sportifs notamment, par des générateurs d’articles qui produisent des textes dans la foulée des grands matchs. Déjà, les traductions se font de plus en plus à l’aide de logiciels de traduction simultanée, dont la qualité est équivalente et parfois supérieure au travail d’un humain. Les juristes ont aussi du souci à se faire, concurrencés par des logiciels de recherche électronique capables de naviguer dans des millions de documents juridiques et de fournir des conseils avec une rigueur qui n’a rien à envier aux compétences des meilleurs avocats. Les médecins se retrouvent à leur tour en concurrence avec des machines capables de faire des diagnostics à distance avec une marge d’erreur inférieure aux praticiens humains, etc.

Les artistes populaires ne sont pas davantage à l’abri. Certaines startups américaines (Rifkin cite Music Xray renommée pour ses réussites impressionnantes) utilisent le Big Data et les algorithmes pour identifier les titres qui ont les meilleures chances de devenir des tubes. La même chose se produit avec l’industrie du 7ème Art qui utilise elle aussi l’évaluation par algorithme pour prévoir quels films feront un succès à coup sûr. Les technologies de l’information et les algorithmes s’insinuent dans tous les domaines désormais.

 

L’ère de la société du coût marginal zéro ne présente pas que des avantages

Les économistes (Rifkin y compris) auront beau expliquer que cette phase douloureuse débouchera sur un monde meilleur d’ici à quelques décennies, que les travailleurs sans emploi pourront s’épanouir dans l’entrepreneuriat social et le monde associatif, tous ceux qui se retrouvent sur le carreau risquent de trouver le temps long d’ici à ce que leurs lendemains chantent à nouveau... Leur expliquer le processus de « destruction créatrice[16] » de Schumpeter ou tenter de les convaincre de devenir eux-mêmes moteurs du changement et de l’innovation, « entrepreneurs au sens schumpeterien du terme  », risque de rester lettre morte. N’est pas Steve Jobs ou Xavier Niel qui veut…

Pour être tout à fait juste, ce n’est pas que les gens n’ont plus de travail -je crois même qu’ils travaillent de plus en plus- mais ils sont de moins en moins à exercer un emploi rémunéré et encore moins nombreux à bénéficier d’un contrat à durée indéterminée. Par conséquent, dans l’économie collaborative, il est facile aujourd’hui d’exploiter une masse salariale qualifiée et de disposer gratuitement (ou presque) d’un réservoir d’intelligence inépuisable. Faire appel à la créativité et aux compétences du grand public ou de réseaux spécialisés pour résoudre un problème ou innover est devenu monnaie courante.

On parle de crowdsourcing, que l’on traduit approximativement par « externalisation à grande échelle » ou collaboration de masse. Cette mise à contribution du public peut être désintéressée. C’est le cas de l’encyclopédie libre Wikipédia notamment. Le crowdsourcing sert aussi des intérêts moins désintéressés, et de plus en plus de Services innovation et marketing lancent des projets collaboratifs pour définir « le » design de leur nouveau produit ou créer une campagne de pub originale, voire pour recruter certains collaborateurs.

Si les participants se prêtent volontiers au jeu lorsqu’il œuvre pour l’intérêt général (la recherche, l’amélioration de logiciels libres, les projets citoyens, etc.), ils sont moins enclins à servir des buts privés s’ils ne sont pas certains que leur travail sera reconnu ou rémunéré. Le crowdsourcing, quand il n’est pas pratiqué dans l’intérêt de tous, fait penser à ces concours qui ne récompensent que les gagnants. Le travail, les compétences, l’intelligence, le temps passé, bref l’investissement des participants non retenus est méprisé : l’adage selon lequel tout travail mérite salaire ne s’applique pas. Autant de perdants, qui auraient pu consacrer leur temps et leur énergie à un autre projet au lieu de le perdre à participer à ce qui relève moins de l’appel d’offre que du concours (vu le nombre de candidats).

Pour les entreprises, en revanche, c’est tout bénéfice : un projet de crowdsourcing ne coûte rien comparé aux honoraires des agences de communication. Le fait qu’autant de gens acceptent de travailler gratuitement en nourrissant l’espoir d’être « l’élu » est assez préoccupant. C’est le signe que l’emploi rémunéré est devenu une denrée si rare que bien des gens sont prêts à tout, y compris à travailler régulièrement pour rien tout en sachant que leurs chances de décrocher le précieux sésame sont aussi élevées que de gagner à la loterie !

L’ère de la société du coût marginal zéro ne présente pas que des avantages. Ni pour ceux dont l’emploi salarié est remplacé par la technologie intelligente, ni pour ceux dont le travail pour une organisation privée n’est pas rémunéré. La conséquence de tout cela est un élargissement de la fracture entre riches et pauvres et des tensions de plus en plus vives entre ceux qui s’adaptent à ce changement de monde et ceux qui ont l’impression de se perdre en chemin.

Après la révolution numérique… la révolution sociale ? Pour Jeremy Rifkin, puisque les prosommateurs peuvent produire, consommer, partager entre eux leurs propres biens et services sur des communaux collaboratifs à des coûts marginaux proches de zéro, de nouveaux modes d’organisation de la vie économique, au delà du modèle traditionnel, au-delà du marché capitaliste, vont enfin pouvoir émerger. « Pour les individus libérés des chaînes du travail de masse grâce à la technologie intelligente, ce n’est plus la prospérité matérielle, mais l’attachement à la communauté et la quête de transcendance et de sens qui vont donner la mesure d’une vie  » écrit-il. Tout ce personnel sans emploi, avec beaucoup de temps libre, va donc progressivement migrer vers l’économie sociale en gestation. « Pour les jeunes générations, l’économie sociale offre plus d’occasions de s’épanouir et promet des satisfactions psychiques plus intenses que l’emploi traditionnel sur le marché capitaliste  » affirme encore Rikfin.

Certes, mais si redonner du sens à sa vie en s’investissant pour la communauté est un beau programme, comment gère-t-on les laissés pour compte, tous ceux pour qui Révolution numérique rime avec perte d’emploi et précarité ? Comment fait-on en attendant que tous trouvent le chemin de l’épanouissement, en particulier les plus exposés et les moins armés pour survivre dans un monde en mutation permanente ?

 

« L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre »

Certains militent pour un revenu universel, un revenu de base accordé aux riches comme aux pauvres, le temps d’effectuer notre mue. La transition que nous vivons actuellement, entre cette crise de civilisation vers ce monde meilleur que nous appelons tous de nos vœux, sera possible seulement si nos systèmes de gouvernance permettent de faire entrer la société dans le nouveau paradigme en garantissant le respect de l’intérêt général.

Et, comme le dit aussi l’auteur, « pour transformer la menace en belle occasion d’avancer, il faudra davantage qu’un plan économique réalisable(…) Cela ne servira à rien sans un changement fondamental de la conscience humaine(…) Il nous faudra(…) penser et agir désormais comme une seule et même famille étendue vivant dans une biosphère commune. Pour la survie et l’épanouissement de notre espèce, nous avons aujourd’hui besoin, de toute urgence, d’une nouvelle façon d’habiter la Terre  ».

Antoine de Saint-Exupéry avait cette très belle formule : « L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre ». Alors permettons-le. Permettons à cette troisième Révolution industrielle avec ses communaux collaboratifs d’émerger. Permettons à cette ère en construction d’être plus durable, plus équitable, plus fraternelle. Changeons d’ère, ensemble.

 


 

[1] Collaborative commons  : terme traditionnel pour désigner les terres gérées collectivement, dont l’appropriation privée lors du « mouvement des enclosures » a donné le coup d’envoi de l’essor de l’économie de marché en Angleterre (note des traducteurs du dernier livre de J. Rifkin).

[2] Jeremy Rifkin désigne ainsi une troisième Révolution industrielle et économique, rendue possible par le développement des Nouvelles technologies de l'information et de la communication.

[3] Le coût marginal est quasi nul lorsque le coût de production d’une unité supplémentaire d’un bien ou d’un service ne coûte rien ou presque.

[4] Ces « données massives » (en français) sont traitées et analysées en temps réel par diverses applications en vue d’une exploitation commerciale, scientifique, ou pour toute sorte de besoins dans l’intérêt général ou à des fins privées. La démultiplication des outils de collecte sur les individus et sur les objets permet d’amasser toujours plus de données (plus d’explications sur : Wikipédia).

[5] Le coût marginal est quasi nul lorsque le coût de production d’une unité supplémentaire d’un bien ou d’un service ne coûte rien ou presque.

[6] Le cerveau planétaire (Seuil, 1988) ete L’Homme symbiotique (Seuil, 1995). Les Collaborative Commons, ou Communaux Collaboratifs, désignent les pratiques collaboratives actuelles du cyberespace.

[7] WWW ou World Wide Web.

[8] L'impression 3D permet de produire un objet réel (en 3 dimensions). L’utilisateur dessine l'objet sur son écran avec un outil de CAO (Conception assistée par ordinateur) et l’imprime Le fichier est envoyé vers une imprimante 3D, qui l’imprime couche par couche avec un matériau spécifique (recyclé ou non). On peut acheter sa propre imprimante 3D (de 500 et 2000 euros pour une machine grand public) ou utiliser une machine professionnelle dans un FabLab (ou laboratoire de fabrication).

[9] Massive Open Online Course : les cours en ligne ouverts et massifs (formation en ligne gratuite et ouverte à tous).

[10] Sites permettant aux internautes de partager des centres d'intérêts commun.

[11] Joël de Rosnay est docteur ès sciences, écrivain, scientifique, conseiller de la Présidente d’Universcience (Cité des Sciences & de l’Industrie et Palais de la Découverte) Claudie Haigneré, et Président exécutif de Biotics International. Il est, par ailleurs, l’un des Parrains du Forum Changer d’Ère.

[12] La nouvelle société du coût marginal zéro. L’internet des objets. L’émergence des communaux collaboratifs (LLL. Les Liens qui Libèrent. traduit de l'anglais par Paul et Françoise Chemla. 510 pages. 26 euros. Sortie en France le 24 septembre 2014).

[13] Citation extraite de son célèbre ouvrage, Utopia[13] paru en 1516.

[14] La France arrive en 4ème place, derrière le Royaume-Uni et l’Italie avec 345 millions de tonnes de CO2 (source : Eurostat, mai 2014).

[15] Éds. LLL (Les Liens qui Libèrent, 2005). Préface de l’ancien Premier ministre, Michel Rocard.

[16] Disparition de pans d'activité économique tout entiers simultanément à la création de nouvelles activités économiques.

_____________________
 

JEREMY RIFKIN ET LA NOUVELLE SOCIÉTÉ DU COÛT MARGINAL ZÉRO

Jeremy Rifkin est un économiste américain et l’un des penseurs de la société les plus populaires de notre temps. Il préside The Foundation on Economics Trends (FOET, la fondation pour les tendances économiques). Son travail porte principalement sur l’impact des changements scientifiques et technologiques sur l’économie, le travail, la société et l’environnement. Influent sur les politiques publiques américaines et européennes, il conseille notamment l’Union européenne, L’Allemagne, et en France la Région Nord Pas-de-Calais. Auteur d’une vingtaine de best-sellers : La Fin du travail (préfacé par Michel Rocard. La Découverte, 1997), Le siècle Biotech (1998), Le rêve européen (Fayard, 2004), Vers une civilisation de l’empathie ou La IIIème Révolution industrielle (LLL. Les liens qui libèrent, 2011) il s’impose comme une figure clé de la prospective mondiale. Dans La IIIème révolution industrielle, Rifkin décrit les mutations en cours de l’économie et propose les bases d’une croissance durable tout au long du XXIe siècle. Il démontre qu’après l’alliance de la vapeur et de l’imprimerie au XIXe siècle, et celle du moteur à explosion et de la télétransmission au XXe siècle, la troisième révolution industrielle basée sur la combinaison des énergies renouvelables et de la communication en réseaux dématérialisés a débuté. Sa biographie sur Wikipédia.

Crédit photo : Wikipédia pour le portrait de Jeremy Rifkin.

_____________________
 
 
Les Rendez-Vous du Futur du 24 septembre 2014 avaient pour invité exceptionnel l’économiste américain Jeremy Rifkin :

L’émission, diffusée en live sur internet et dans plusieurs lieux relais (Bordeaux, Marseille, Pau...) qui organisaient un débat autour de son dernier livre, La nouvelle société du coût marginal zéro, a été suivie par plus de 4.500 personnes.

Plus de 1.600 tweets ont été envoyés (dont 150 questions à l’auteur).

Forum Changer d’Ère était partenaire de cette 28ème émission organisée par Triple C et Le Cube, en association avec JD2 et 1R2tchat, aux côtés de L’Institut des Futurs souhaitables.

Et un grand coup de chapeau au talentueux interprète Michel Zlotowski (traduction simultanée en français et en anglais). Son interprétation a été rien moins que magistrale. Il intervient régulièrement sur France Inter et sur France Culture et dirige le pôle Interprétation et Traduction de TransMédia (missions d’interprétation pour des conférences internationales et pour les médias).

- Voir le replay de l’émission « Les RV du Futur » du 24 septembre avec Jeremy Rifkin au Cube et en podcast audio.

- Quelques photos de la soirée du 24/09/14

- Et aussi : tous les débats du Forum Changer d’Ère, partenaire des RV du Futur avec Jeremy Rifkin.

_____________________
 

LES RENDEZ-VOUS DU FUTUR

Ce projet collaboratif lancé en 2010 par l’agence de communication Triple C et Le Cube, centre de création numérique, est parrainé par Joël de Rosnay. Animées par Éloi Choplin (directeur de Triple C) et Nils Aziosmanoff (président du Cube), épaulés par d’autres personnalités (Marie-Anne Mariot, Charles-Antoine Berthonneau, Cyrielle Flosi...), ces émissions sont filmées en public au Cube par l’équipe de la JD2 et diffusées en direct sur plusieurs sites Internet grâce aux moyens conjugués de JD2 et de 1R2tchat. Les rendez-vous du futur interrogent la société qui nous entoure à travers des dialogues avec des personnalités phares de notre époque. Toutes les émissions sont consultables et « podcastables » sur les sites du Cube et des RV du Futur.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 29 septembre 2014 10:47

    vu le nombre d’andouilles qui sont inscrit sur fessebouc, c’est pas près de changer.


    • attis attis 29 septembre 2014 14:13

      Rifkin évoque-t-il la nécessaire abolition du concept de propriété intellectuelle, qui a ( quasiment ) remplacé la propriété des moyens de production dans le capitalisme moderne ?

      Alliés à l’Etat, garant de l’intérêt général, les individus organisés en associations ou coopératives seront-ils un contre-pouvoir suffisant pour parvenir à contrer les maîtres des communaux de demain, et faire en sorte qu’internet reste un communal ouvert ?

       
      L’état, garant de l’intérêt général ? huhuhuhu
      L’état, allié aux individus ? hohohoho
      M’est avis que l’état continuera à défendre les intérêts des détenteurs de brevets, ces clôtures électrifiées virtuelles qui bornent et limitent les possibilités de développement de l’esprit humain.
       
      « la France peut être le vaisseau amiral pour une société plus juste ». Avec sa tradition de coopératives et d’associations, héritée des associations ouvrières clandestines du début du XIX° siècle, la France peut montrer la voie.
       
      Le problème, c’est que la France du 19ème siècle n’existe plus, et que le peuple « français » d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui du 19ème siècle, d’un point de vue anthropologique. De plus, le réseau français d’ associations et de coopératives ne constitue qu’une forme atténuée du capitalisme pur et dur, vouée à se faire absorber par ce dernier à plus ou moins long terme, et en aucun cas une alternative. Il suffit de voir ce que sont devenues les banques mutualistes, qui participent de la même logique d’atténuation de la logique capitalistique.
      Faudra trouver un autre « vaisseau amiral » pour cette révolution communale, à mon humble avis.


      • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 29 septembre 2014 16:10

        Je suis loin d’être un anti-intellectuel primaire - je peux lire des philosophes ardus - mais la forme de votre propos me semble un peu lourde à force de vouloir évoquer de nouveaux concepts dans le vent. 


        Un seul exemple : une expression telle que les « Communaux Collaboratifs » n’a aucune chance de faire partie du français langue vivante, et pas davantage dans 5 ans ou dans 50 ans, parce que c’est abscons et contre-intuitif. 

        A l’arrivée, j’ai l’impression que vous avez forcées de nombreuses portes déjà grandes ouvertes depuis longtemps, mais que vous avez asticotées « pour le style » avec un trousseau de clés très compliquées et parfaitement inutiles. On peut toujours admirer l’élégance du tour de main. 

        Et j’ajouterai, si vous voulez bien me permettre ce trait d’humour tordu, que c’est un peu comme votre nom. Véronique Anger-de Friberg, est-ce que ce n’est pas un peu alambiqué, quand même ?  smiley

        • Robert Biloute Robert Biloute 29 septembre 2014 16:39

          haha il change pas le Rifkin, autant ce qu’il écrit est assez intéressant, autant ça a l’air d’être une espèce de gros mytho narcissique.

          Là en gros, il a l’air de reprendre 1% du boulot de marx (baisse du taux de profit) et il le réécrit à la sauce 2.0 en prenant bien soin de claironner partout « j’ai fait une découverte incroyable et inédite les gars !! »


          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 29 septembre 2014 16:49

            Merci à l’auteure pour cet article intéressant et fort bien fait sur la perspective ouverte par Rifkin.

            On y retrouve bien sûr l’enthousiasme candide et un peu marketing des aficionados de la futurologie mais, pour ma part, je ne déteste pas l’excès et je dois dire qu’un peu d’optimisme dans ce monde en déliquescence, ça offre au moins le plaisir du souvenir, de se dire : tiens, ça existe encore ?

            Je ne partage pas votre optimisme mais je l’avoue, j’aimerais bien y croire.
            Sauf que j’ai des raisons de n’y pas croire.
            Cette belle effervescence que vous pointez fort bien, je la vois aussi fragile qu’une nuée de têtards vibrillonnant dans une mare entre les tranchées allemandes et françaises de Verdun.

            C’est dire... Mais bon, même s’il est établi que les pessimistes sont davantage réalistes, il n’est pas assuré qu’ils aient raison de l’être.
            Alors, espérons et comme vous dites si bien, permettons à ce qui peut encore advenir de bon de se réaliser.


            • Old Dan Old Dan 30 septembre 2014 03:49

              Effectivement, cette conférence est assez bluffante d’intelligence...

              (Demain, passer 8 heures au boulot sera considéré comme aujourd’hui nous regardons l’esclava...)


              • julius 1ER 30 septembre 2014 08:49

                « IIIème Révolution industrielle[2]  », ces Communaux Collaboratifs en français prennent

                @l’auteur,
                communaux collaboratifs,....... je dois dire qu’en ayant écouté et lu Rifkin, j’ai pensé à ce qu’il ne fallait pas faire ou faire pour éviter le mot « taboo » de Communisme......
                car il ressuscite le questionnement originel de la naissance du communisme......
                s’approprier les moyens de productions et les mettre au service de tous, ainsi que l’usufruit bien sûr, la plupart des gens étant amnésiques ont oublié que cela a été le combat de la fin du 18ie au 19ie et une partie du 20ie siècle....les communistes ou socialistes à la différence du grand Capital ne cherchent pas ou ne cherchaient pas à s’approprier les moyens de production ou de distribution pour s’en faire un outil à leur profit mais pour le mettre au service de tous, et là en 2014, on revient au questionnement de départ puisqu’il faut vivre en société, comment faire en sorte que cela soit profitable à tous .......................

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès