• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Arrêter de fumer : et si cela pouvait être facile ?

Arrêter de fumer : et si cela pouvait être facile ?

Dix fois, vingt fois, j’avais tenté d’arrêter de fumer. Sans succès : au prix d’indicibles souffrances, je tenais quelques heures ─ au mieux huit à dix ─ avant de replonger lamentablement, victime d’un manque de volonté rédhibitoire et malheureusement récurrent. Victime de ce que je croyais être ma dépendance. Jusqu’au jour où…

Jusqu’à ce jour de semaine où, m’étant levé pour aller travailler, je me souvins que j’avais fini mon paquet la veille en fumant ma dernière cigarette de la soirée. Pas de problème, je disposais toujours d’au moins un paquet d’avance dans ma réserve. C’est alors que je m’aperçus avec horreur que la cartouche était vide et qu’un individu négligent (moi en l’occurrence) avait omis de la jeter et de la remplacer. Contraint par la force des choses de me passer de ma clope matinale, je pris rapidement mon petit déjeuner avant de partir vers mon bureau, douché, rasé, habillé, mais curieusement pas plus gêné que ça de n’avoir pu griller ma première cigarette du matin, pourtant l’une des meilleures de la journée.

Trente minutes plus tard, je débarquai du métro à la station Bercy. Devant moi, la pyramide verte du POPB offrait aux premiers rayons du soleil ses pelouses vertes à 45° d’inclinaison. Sur ma gauche, le bar-tabac salvateur m’appelait de sa carotte tentatrice. J’avais tenu jusque là sans difficulté, je décidai donc de différer mon achat pour offrir quelques minutes de répit à mes poumons ; après tout, mon bureau était proche de la gare de Lyon et de ses buralistes. Tournant le dos au bar-tabac, je m’engageai résolument dans la rue de Bercy.

Parvenu aux abords de mon bureau, je fus confronté à un nouveau dilemme : devais-je aller me réapprovisionner immédiatement ou essayer d’atteindre la pause café. Bizarrement, je ne ressentais toujours aucune de ces horribles sensations de manque qui avaient marqué toutes mes tentatives de sevrage. Je résolus de poursuivre ma tentative jusqu’à la coupure du déjeuner, quitte à foncer entretemps au tabac de la Tour Gamma voisine si le manque ressurgissait et se faisait trop pressant.

Mais de manque, il n’y eut quasiment pas. Pas plus à midi qu’à 18 heures ou à 23 heures. Ou si peu. Je m’endormis sans problème. Le lendemain matin, je pris conscience que pour la première fois de ma vie, j’avais réussi, sans la moindre assistance extérieure, à tenir sans fumer durant 24 heures. Et surtout sans ressentir véritablement de gêne ni de frustration, excepté celle de ne pouvoir manipuler après chaque repas ma nocive et habituelle compagne.

Décider de poursuivre l’expérience s’imposa dès lors comme une évidence. Le 2e jour puis le 3e s’écoulèrent un peu plus difficilement mais sans que je sois à la torture comme par le passé. Et dès le 4e jour les difficultés s’estompèrent pour disparaître totalement au bout d’une semaine. Aussi surprenant que cela puisse paraître, j’avais arrêté de fumer !

Des années se sont écoulées, et je n’ai jamais recommencé, ni même eu la tentation de le faire, moi qui avais pourtant éprouvé les pires difficultés lors de mes nombreuses et pathétiques tentatives passées. Incroyable ! Et cela d’autant plus que ma consommation tabagique (un paquet par jour en temps normal et nettement plus les jours de ripaille) me valait un score de 7 sur l’échelle de Fagerström, synonyme de « forte dépendance » !

Il va de soi que ce sevrage aussi spectaculaire qu’inespéré m’a énormément questionné. Pourquoi avais-je réussi cette fois-là alors que toutes les autres tentatives s’étaient soldées par de cuisants échecs ? La réponse s’est imposée d’elle-même : parce que j’avais été pris par surprise, sans être passé par la phase de conditionnement qui avait précédé toutes mes tentatives antérieures, genre « cette fois, c’est dit, demain j’arrête » ou bien encore « je grille ma dernière samedi soir au resto et basta ! » Une phase de conditionnement qui, heure après heure, jour après jour, me mettait un peu plus la pression pour atteindre, sans que j’en prenne conscience, un paroxysme au moment crucial. A tel point que la souffrance du manque et la nervosité croissante qui le caractérisait commençaient en général dans l’heure qui suivait l’arrêt !

La grande révélation a bien entendu été que, contrairement à ce que je croyais dur comme fer et qui m’était confirmé par cet espiègle Fagerström, je n’étais pas accro à la cigarette. Pas plus que je n’étais accro au café, un breuvage dont je faisais pourtant une assez grande consommation et dont il m’était impossible de me passer lorsque j’étais en ville : café du p’tit dej’, de la pause matinale, du déjeuner, de l’après-midi, du dîner, du soir. Un café que j’éprouvais le besoin physique de consommer, jour après jour, au moins en toutes ces circonstances.

Un besoin de café qui, comme par enchantement, disparaissait totalement lorsque nous randonnions, mon épouse et moi, sur les immensités désertiques du Larzac ou des hauts plateaux du Vercors, lieux désespérément dépourvus de bistrots ! Ni dépendant du café, ni de la cigarette, mais uniquement d’habitudes, de rites, de routines plus ou moins compulsives, voila ce qui me caractérisait, rien d’autre !

Je terminerai ce papier en précisant que si mon titre est un peu provocateur, il ne reflète pas le fond de ma pensée, et je ne crois pas un instant que la dépendance soit une vue de l’esprit. Je crois au contraire que nombre de gens ─ la majorité des fumeurs sans doute ─ sont réellement accros et, pour la plupart, ont besoin d’une assistance pour réussir leur sevrage. En écrivant cet article, je voulais simplement leur montrer que le pire n’est jamais sûr et qu’ils doivent tout faire pour diminuer la pression psychologique à laquelle ils seront soumis lorsqu’ils décideront d’arrêter. Cela peut, entre autres, passer (comme dans mon cas) par l’effet de surprise, ou plus probablement par une décision prise ex abrupto et à effet immédiat, pour éviter toute pression en amont…

Quoi qu’il en soit, je leur souhaite sincèrement bonne chance !


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 5 janvier 2009 11:16

    Je partage exactement la même expérience. Je n’avais pas pensé que l’arrêt-surprise ait joué un rôle mais c’est bien possible. Par contre ce qui a forcément joué un rôle ce sont les nombreuses tentatives qui ont précédé et toute la prise de conscience qu’elles ont entraînées sur la dépendance et même sur des choses plus profondes, plus existentielles liées à la clope.


    • Alpo47 Alpo47 5 janvier 2009 11:23

      Il est vrai que l’on fait parfois "une montagne d’un trou de taupe"...

      Pour ma part, je suis parvenu à arrêter en utilisant un enregistrement, proposé sur le web que ma femme m’a offert l’année dernière. Une dizained’écoutes, on provoqué la perte de toute envie et le dégout de la cigarette. Depuis, je suis non fumeur.
      Si quelqu’un recherche une solution d’aide, je vous le recommande :
      http://www.synergies-psy.com/index.php?menu=shop&productCategory=2&productId=12&action=productShow

      Ce sera une grande satisfaction pour moi de permettre à d’autres fumeurs de se libérer de ce poison.


      • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:11

        le mieux est de tout arreter et de vivre dans une grotte .............
         smiley


        • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 12:35

          Cinq ans sans tabac !
          J’ai arrêté en trois jours en hiver , j’ai chopé une bonne crève, du coup, pas possible d’aller au tabac du coin et puis une toux impossible à calmer avec une taffe...
          en fait, j’ai remarqué que le manque est surtout situé dans la tête, en trois jours , j’étais défitivement débarassé du tabac (? ??) 
          je me suis demandé si en fait , on nous dit vraiment la vérité quand au sevrage, il serait tres dur et qu’il vous faut des patches et des visites chez le médecin, en fait entretenir un vrai marché !
          mais c’est un marché de dupes !
          ne vous faites pas avoir, on peut réèllement arreter en trois jours, oui oui trois jours, si vous passez ce cap, c’est fini, vous avez gagné !


          • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:56

            et le pot d’echappement, tu as arrete aussi ?


          • Fergus fergus 5 janvier 2009 13:55

            Il est vrai qu’il existe un véritable marché profitable aux laboratoires et aux tabacologues. De là à affirmer, comme le font parfois certains commentateurs, qu’ils font sciemment monter la pression, il y a un pas que je me garderai de franchir. Encore que...


          • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 13:00

            désolé, j’ai pas de voiture... (?)


            • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 13:01

              et puis quel rapport avec la clope ?


              • foufouille foufouille 5 janvier 2009 13:35

                tu marches a cote des voitures...........
                donc tu es un "fumeur" de pot d’echappement "passif"
                sans compter les autres trucs.........


              • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 14:05

                quel rapport avec la clope ???
                tu es grave, toi !


              • Gül, le Retour II 5 janvier 2009 13:03

                Fergus,

                Pourriez-vous retracer votre parcours ce matin là, cm par cm, s’il vous plait ?!!!!!!

                J’irais bien me mettre à l’endroit où vous avez reçu cette grâce !!! smiley

                Y en a vraiment qui sont chanceux, y a pas à dire.... smiley


                • Fergus fergus 5 janvier 2009 13:18

                  Bonjour Gül. Je suis effectivement d’autant plus conscient de ma "chance" que j’ai abondamment galéré avant et quelque peu chuté dans l’estime de moi au fil des échecs. Quant à la "grâce", elle n’est finalement due qu’à ma négligence de la veille.


                • Fergus fergus 5 janvier 2009 13:41

                  J’ai longtemps hésité à écrire cet article par crainte que mon expérience soit trop isolée. Et je constate par vos commentaires, JoëlP et Lowlow007, que ce n’est pas le cas. Merci pour vos commentaires.


                  • Adjo Adjo 5 janvier 2009 13:43

                    D’accoutumée assez peu tolérant envers les fumeurs en général (il y aurait tant à dire !), j’admets avoir pris du plaisir à lire ce topic, porteur d’espoir finalement.
                    Mais il est tellement plus simple de ne jamais commencer ... ! Peut-on encore être optimiste à ce propos ? J’y émets des doutes.


                    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 14:01

                      c’est sur que les non fumeurs ne sont pas tolerant..........
                      a peu pres autant que les cingles du sport ou autre anti-tout (pour les autres)


                    • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 14:07

                      tu ne serais pas un peu à côté de la plaque , mon garçon ?
                      tu mélange tout et est plein de lieux communs, c’est lourd...


                    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 15:07

                      c’est pourtant ce que disent les anti tabac......
                      quand tu regardes les stats, seul le tabac ou alcool sont montres du doigt.....
                      on pêut aussi faire le parrallele avec d’autre propagande


                    • totogore 5 janvier 2009 13:56

                      bravo a vous....demain j’arrete :/


                      • floruf floruf 5 janvier 2009 14:03

                        Oui , vous avez eu de la chance ! Fumeur moyen (10 cigarettes/jour environ), j’ai aussi arreté la cigarette par inadvertance un beau matin , et j’ai repris 6 mois plus tard ! Le plus difficile pour moi avait été la fin du 1er mois ! Bref , tout cela pour dire qu’il n’y a malheureusement aucunes regles en la matière ! Juste se dire que chaque jour sans clopes et un jour de gagné !!


                        • oncle archibald 5 janvier 2009 14:37

                           Quand j’ai repris au bout d’un an d’abstinence c’est parce que je croyais pouvoir fumer comme mon épouse, c’est à dire très occasionnellement, une ou deux clopes à l’apéro avec des amis, et puis plus rien de trois semaines ou plus. Ma femme fumait environ un ou deux paquets .. par an ! Hélas, au bout de quelques jours j’étais à nouveau à un paquet et au bout de quelques semaines à deux paquets comme avant ! Je crois qu’il faut faire comme les alcooliques repentis : zéro clope.

                           


                        • Fergus fergus 5 janvier 2009 15:49

                          Je pense que vous avez entièrement raison. C’est pourquoi je me suis bien gardé de retoucher une cigarette, inutile de tenter le diable qui habite en chacun de nous.


                        • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 15:54

                          Satan l’habite...


                        • oncle archibald 5 janvier 2009 14:33

                           J’ai partagé l’expérience de l’auteur. Gros fumeur invétéré pendant quelques 35 ans avec des doses de 1 paquet par jour au début (vers 18 ans) jusqu’à 2 paquets/jours à la fin, avec à plusieurs reprises des tentatives pour arrêter dont une qui a duré à peu pr§s un an. Je souffrais beaucoup d’ennuyer les autres, d’avoir des vêtements, des voitures, imprégnés de l’horrible odeur du tabac froid, que je ne supportais pas moi même, j’étais donc « mûr » pour une dernière tentative réussie.

                           

                          Je me suis arrêté lorsque ma belle fille a été enceinte de mon premier petit fils et s’est arrêtée de fumer. Lorsqu’elle me l’a annoncé je lui ai dit que j’en faisais autant, et j’ai écrasé ma dernière cigarette. Ce qui m’a manqué le plus c’est le geste machinal d’allumer la clope, que j’ai remplacé par une gorgée d’eau bue au goulot de la bouteille d’eau minérale qui a troné sur ma table à la place du cendrier… J’ai eu besoin de ce geste de substitution pendant quelques semaines et c’est tout…

                           

                          En revanche dès les premiers mois on se rend compte qu’on souffle beaucoup moins lors des ballades en montagne, on retrouve du goût à tous les aliments, on ressent à nouveau avec acuité toutes les odeurs…C’est la liberté retrouvée et je souhaite à tous les fumeurs de faire comme moi cette expérience ! 


                          • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 14:40

                            bravo ! tenez bon !


                          • Fergus fergus 5 janvier 2009 15:52

                            Comme vous, Oncle Archibald, la seule véritable gêne que j’ai connue était liée au geste.


                          • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 janvier 2009 17:26

                            Had, tu es décidement une vieille tige...
                            Bonne année quand méme. Loin des crabes et des tourteaux,mais le bras pas trop loin d’un Gevrey Chambertin , si possible.
                            Et puis quelques narticles de quelques sévèrement toqués de la plume, le retour d’Argo et ce serait Noel.


                          • Allain Jules Allain Jules 5 janvier 2009 17:49

                            @Fergus,

                            Bonjour.

                            Moi, je suis parvenu, après trois tentatives. La dernière tentative, une réussite, s’est faite toute seule. J’ai décidé un matin d’arrêter, avec une volonté de fer et voilà, je ne fume plus.

                            Bien à vous !


                            • Fergus fergus 5 janvier 2009 17:53

                              Toutes mes félicitations pour avoir réussi là où j’avais toujours échoué.


                            • oncle archibald 5 janvier 2009 19:31

                               Oui mais Allain Jules avait prié de toutes se forces la Madone du Poitou et voilà .... Pour celle qui fait marcher les paralytiques à la télé, ç’était vraiment trop fastoche ! Hop ! revêtue de sa tunique bleue, au Zenith de ses formes, la Capitaine du xx eme de cavalerie arriva à temps pour arrêter la fumée du militant enthousiasmé !


                            • blurpy 5 janvier 2009 18:20

                              Je peux temoigner aussi, presque 2 paquets par jour depuis 35ans et j’ai arreté il y a 6 mois sur un coup de tete, sans trop de mal et sans aller voir le médecin !
                              Je me suis aussi posé la question, est qu’on ne nous parle pas de ce manque insurmontable sans "aide" rien que pour faire du chiffre d’affaire ?
                              N’y pensez pas, et à la première bronchite dissuasive, hop on arrete !
                              Il n’y a qu’une chose qui me chagrine : sur les affiches des centres anti tabac, on peut souvent lire, arreter de fumer "utile". Moi je n’ai pas été utile, pas le moindre euro au médecin ni au pharmacien !


                              • Eloi Eloi 5 janvier 2009 18:58

                                Moi, j’essaye d’arrêter Agoravox !

                                Dur ! :-P


                                • Eloi Eloi 5 janvier 2009 19:16

                                  Même au risque de devenir Agoraphobe smiley ?


                                • oncle archibald 5 janvier 2009 19:19

                                   mouais, encore qu’avec AV avaler la fumée ne conduit pas automatiquement au service de radiothérapie pour chasser le crabe installé sur vos cordes vocales.... Car s’arrêter de fumer un peu trop tard nuit gravement à la santé.

                                  Et le pire, Capitaine, c’est lorsqu’une petite c... d’interne t’explique que "yo-oh-oh une bouteille de rhum" c’est terminé ! un verre de vin à Noel et un autre à ton anniversaire et basta... Imaginez Capitaine dans quel univers de désolation on se trouve devoir évoluer après pareille mésaventure... Voir le secret de la Licorne page xxx :


                                  - mon ancetre souffrait terriblement ..

                                  - ses liens étaient trop serrés ?

                                  - non Tintin, la soif !

                                  Pendant ce temps là les pirates, à bord de la Licorne, s’enivraient abominablement !

                                  Il me plaît bien votre pseudo, Capitaine !


                                • pallas 5 janvier 2009 19:40

                                  Bonsoir,


                                  En tant que fumeur de cigarette tres regulier. Entre Parenthese, je fume la, au moment ou j’ecris, en buvant ma petite biere, apres une journée au travail et avoir subi la neige, que du stresse, sa me fait du bien.

                                  Je tien a dire, que j’aimerai ne pas m’arreter, en effet, il est difficile de vouloir s’arreter de fumé, quand quelques extremistes anti tabacs, tout debout, tres stressant, car stresser, viennent vous dire que fumer, c’est tres mal, que c’est dangereux pour la santé, que je suis un egoiste, un assassin, un destructeur de la planete, a croire que c’est a cause de moi que le monde va mal, qu’il y a la pollution que l’augmentation des cancers, tel que le colon, les allergies, la destruction de la couche d’ozone, le dereglement planetaire, la pauvreté mondial, la crise economique mondial, la faim dans le monde, tout cela a cause de moi.

                                  Je sais, je porte sur moi tous les fleaux de la planete, mais, sa me stresse tout sa, je suis tellement culpabilisé de prendre un peut de bien etre pour destresser que devant toutes ces fautes que je commet, je me grille une clope, sa me calme.

                                  En toute franchise, les extremistes de l’anti tabac sevisse, sur internet, dans les medias, parcontre dans la realité, j’en est jamais vu, pas meme dans les bars ancien tabac ou la clientele a chuter de plus de moitier, créeant du chomage. Il est clair que le pauvre bougre qui ne supporte pas le tabac, travaillant en tant que serveur dans un bar tabac, il est enfin soulagé, mais maintenant, il peut rester chez lui, en effet, il n’a plus de travail, car il a perdu son travail, car le bar ancien tabac a fermer, deposer le bilan. Salaud de fumeur, tous des mechants pas beau.

                                  Une clope ?

                                  bien a vous


                                  • oncle archibald 5 janvier 2009 19:55

                                     Merci pour vos bons vœux Capitaine et lycée de Verasailles..

                                    Après es paroles péremptoires de l’interne appliquant ses cours à la lettre je suis revenu vers les "pontes" qui ont tempéré son "ordonnance" en me faisant remarquer qu’il était peut être préférable de savourer encore un bon whisky malgré le risque plutot que de sombrer dans la dépression... Il y a encore en France des médecins qui ont fait "philo" et non pas "maths elem" avant d’entreprendre leurs longues études !


                                  • StopLaClope 5 janvier 2009 20:04

                                    Excellent article !

                                    J’ai moi-même arrêté de fumé en juillet 2007. J’ai profité des vacances pour passer à l’acte. Ma copine a fait de même. Chacun avec sa méthode. Pour elle ce fut patch. Pour moi Champix

                                    Je suis entièrement d’accord avec l’auteur de cet article sur le rôle psychologique que de se dire que l’on va arrêter de fumer à une date définie. L’avantage du Champix est que l’on fume normalement pendant 15 jours tout en prenant le traitement. L’arrêt de la cigarette se fait naturellement, par dégoût de la cigarette.

                                    Aujourd’hui, on ne fume plus smiley & on vient même de lancer un site sur le sujet intitulé StopLaClope.fr

                                    En cette période de bonnes résolutions, je souhaite bonne chance à celles et ceux qui tenteront de fumer. Vous verrez, ça vaut vraiment le coup !


                                    • maharadh maharadh 5 janvier 2009 21:32

                                      Bonsoir Ferguson j’aime beaucoup cet article qui sent le frais et pas le tabac ce qui nous change des sujets sempiternels qu’agora raffole d’hab.
                                      Mon témoignage n’est pas aussi glorieux, j’ai arrèté de fumer le 1er janvier 2000 , après plusieurs essais infructueux, j’ai profité de la période des bonnes résolutions de la fin de l’année mais il m’a fallu l’aide de patchs.

                                      Je n’ai plus jamais touché à une clope depuis et je suis très heureux de ma liberté retrouvée comme la plupart d’entre vous je récupère des sens que le tabac avait supprimé insidieusement, le goût, les odeurs etc...

                                      Par contre je suis tolérant envers les fumeurs je me rappelle trop comment j’étais auparavent !

                                      Par conséquent je vais souhaîter une très bonne année à tous fumeurs ou non surtout que celle-ci nous promet d’être très embrumée ( je parle de l’année qui nous attend)
                                      cordialement.


                                      • Fergus fergus 6 janvier 2009 09:16

                                        Merci pour ce commentaire. Comme vous, je suis très tolérant à légard des fumeurs. Je leur reconnais parfaitement le droit de fumer s’ils le désirent.


                                      • miwari miwari 6 janvier 2009 00:14

                                        Moi je suis un "petit" fumeur, une dizaine de cigarettes par jour et je ne compte pas arrêter, pourquoi me priver d’un plaisir, la vie est déjà assez emmerdante comme ça.

                                        C’est bête, mais je crois que je continue a fumer aussi par contradiction, la société veut régenter la vie des gens elle est devenue tellement omniprésente par toutes ses interdictions, c’est ma façon a moi de dire NON


                                        • Fergus fergus 6 janvier 2009 09:13

                                          Votre opinion est respectable, chacun doit pouvoir trouver un petit espace de liberté personnelle dès lors qu’il n’est pas potentiellement attentatoire à la vie des autres comme peut l’être par exemple la conduite automobile à risques. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès