• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Baisse du pétrole, jusqu’à quand ? et jusqu’où ?

Baisse du pétrole, jusqu’à quand ? et jusqu’où ?

Les prix du pétrole sont en forte baisse : l’on est passé d’environ 100 $ le baril à 60 $ en seulement quelques mois, et les bourses s’en ressentent désormais. Le CAC 40 a chuté de 7 % la semaine dernière, même chose aux Etats-Unis où les valeurs pétrolières plombent la bourse de New York. Comment s’est déclenché le phénomène et cela peut-il aller plus loin ?

Environ 60 $ le baril cela ne s’est plus vu depuis … 2009 ! Et pour cause, une chute aussi forte et rapide n’est pas bon signe pour l’économie mondiale. En 2008, lors de la première chute, c’était bien le signe d’une grande récession, et il est fort probable que cette fois encore, nous entrons dans une nouvelle perturbation économique forte.

Combien de temps cela peut-il durer ? Peut-être un an voir deux comme la fois précédente. Car la chute est dû à la faiblesse de la demande mais aussi à une augmentation (faible mais réelle) de l’offre. Les pays de l’OPEP pourraient abaisser leurs production, mais lors du dernier sommet, il n’en a pas été question : l’Arabie Saoudite a dit non (l’OPEP serait même prête à endurer un baril à 40 $) !

D’où vient l’augmentation de l’offre ? Des pétroles dit non conventionnels : le pétrole off shore en eau profonde, les sables bitumineux et le pétrole de schiste qui a connu une forte croissance aux Etats-Unis depuis 4 ans. Et c’est peut-être là que se tient une partie de l’explication. Certains estiment que la chute a aussi des raisons politiques et que l’Arabie Saoudite refuse de baisser la production et ainsi faire remonter le prix pour aider les Etats-Unis contre la Russie.

Mais ce peut être aussi parce que l’Arabie est mécontente que les Etats-Unis ne soient plus aussi dépendants qu’auparavant et risquent ainsi d’assurer une moins bonne protection du royaume !

Car, le constat est sans appel : le pic mondial de production de pétrole classique a été passé en 2005 selon l’ASPO (l’association d’étude du pic pétrolier) et en 2008 selon l’agence internationale de l’énergie (qui le reconnaît enfin !). Depuis ce sont les pétroles non conventionnels qui compensent la baisse des champs classiques et qui permettent même une légère hausse de la production mondiale. Même si l’on sait que cela n’est que du provisoire et que cela a un coût environnemental énorme.

Ainsi, de 2010 à 2014, la production mondiale de pétrole est passée d’environ 87 millions de barils par jours à 90 millions. Mais cette production a fortement augmentée aux Etats-Unis (qui ont ainsi recouvert une certaine autonomie énergétique) : elle est passée de 9,5 millions de barils jours à 14 millions. Soit une hausse de 50 % de la production alors que cette dernière était en diminution dans le reste du monde.

Le pétrole de schiste est donc bien à l’origine de la hausse, mais son coût de production est élevé : Une part importante de la production des pétroles non conventionnels a un coût supérieur à 60 $ le baril, plutôt autour de 70-80 $, ce qui signifie donc qu’une partie des compagnies pétrolières engagées dans ces productions seraient amenées à fermer les puits si le brut restait longtemps à un tel niveau.

Mais ce ne sera probablement pas le cas pour deux raisons : même si l’économie mondiale chute, les pays d’Asie de l’Est continueront à croître et leur demande avec, ensuite, la production de pétrole classique va continuer à chuter et nous seront de plus en plus dépendant des pétroles non conventionnels même si ces derniers ne sont qu’un feu de paille (voir http://www.christophebugeau.fr).

Car c’est la conclusion malheureusement logique de l’histoire, nous sommes condamnés à voir la production diminuer au long terme du fait du non renouvellement de la ressource et le prix lui, sera amené à s’envoler alors vers des sommets : ce qui est rare est cher. Alors profitons bien des soldes, elles ne dureront pas !


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Trelawney Trelawney 16 décembre 2014 19:01

    Certains estiment que la chute a aussi des raisons politiques et que l’Arabie Saoudite refuse de baisser la production et ainsi faire remonter le prix pour aider les Etats-Unis contre la Russie.

    Baisser le prix du pétrole et se mettre soi même (les américains) dans une situation économique délicate pour embêter les Russes est pour moi peu crédible.

    L’Arabie Saoudite est en train de dominer la blogosphère du pétrole. A 30$ du baril son pétrole reste compétitif. En dessous de 100$ du baril, la Russie est dans une situation délicate. En dessous de 60$ du baril, le royaume unis et la Norvège itou. En dessous de 80$ du baril le pétrole de schiste n’est plus rentable. Il faut savoir que ce pétrole de schiste (ainsi que les sable bitumineux) a été financé par des emprunts à remboursement in finé. Autrement dit on emprunte aux banques et on rembourse juste les intérêts le temps de produire et à la fin on rembourse le capital. Donc 80$ le baril vous rentabilisé l’outil. 100$ le baril (prévision commune) vous vous faite du cash pour rembourser le capital. 60$ le baril vous ne pouvez plus rembourser la banque et cette dernière se retrouve avec une quantité de compagnies pétrolière en faillite dont elle ne saura que faire. Sauf si le malin Al Saoud rachète ces compagnies qu’il a contribué à couler avec son pétrole à 60$. Les Russes risque de souffrir, mais les américains vont apprendre à leur dépend ce qu’est « la loi du plus fort » !

    En mars 2012 le gasoil s’achetait à 1.43 € dans les stations les moins cher. Aujourd’hui c’est 1.10€. Donc 33 centimes sur un réservoir de 50 litres c’est 16.5€ de gagné à chaque plein. Champagne !

    Nous avons la France dans une situation économique délicate avec un pétrole plus que bas (balance commerciale champagne), des taux d’intérêt à moins de 1% et un euro fort. Qu’est ce qu’on fait avec tout ça ?. On ne peut pas en profiter pour s’endetter à disons 10% de notre PIB et relancer la machine ? Ben bien sur que non, on va faire des réformes qui vont révolutionner notre pays comme 12 dimanches travaillé par an. Mais tuez les moi tous ces politiques !


    • Enabomber Enabomber 17 décembre 2014 14:39

      La dernière phrase en particulier ferait un bon programme.


    • armand 16 décembre 2014 19:50

      simple le niveau zero, voilà la limite


      • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 16 décembre 2014 22:10

        ça participe d’une attaque contre l’Iran et la Russie.

        Comme tout ce qui vient des Etats Unis ; c’est de la mehrde en boule qui ne durera guère !


        • Croa Croa 17 décembre 2014 09:07

          Non, personne ne contrôle plus rien. Ça durera mais pas des années !


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 décembre 2014 22:37

          Bonjour Christophe,
          .
          La première question qu’il faut se poser c’est :
          .
          Pourquoi le prix du pétrole est-il en forte baisse ?
          .
          Un accord secret a été établi entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite et nous en voyons peu à peu les contours se dessiner. C’est ce qu’expliquent à la fois le Wall Street Journal et plus en détail encore le blog spécialisé dans la finance Zerohedge, souvent très bien informé.
          .
          L’Arabie Saoudite a tout simplement décidé de faire baisser le prix du baril de pétrole, il lui suffit d’ouvrir un peu plus les vannes, pour peser économiquement et politiquement sur l’Iran et sur son allié et soutien la Russie.
          .
          Avec l’arme du pétrole, l’Arabie Saoudite entend contraindre l’Iran a limiter ses ambitions d’armement nucléaire et obtenir de la Russie qu’elle cesse de soutenir à bout de bras le régime de Bashar el-Assad. Deux objectifs que partagent maintenant l’administration Obama.
          http://www.slate.fr/story/93261/baisse-petrole-pacte-etats-unis-arabie-saoudite
          .
          Pour le magazine Forbes, la baisse des cours du pétrole est ainsi bien plus dangereuse pour l’économie russe qui est en récession et pour Vladimir Poutine que les sanctions financières décidées par les occidentaux après l’annexion de la Crimée et le soutien militaire aux indépendantistes de l’est de l’Ukraine.
          .

          Le prix du pétrole, une arme de plus contre la Russie
          .
          La Russie est le deuxième producteur de pétrole (12 % de la production mondiale).
          .
          L’économie russe est totalement dépendante du pétrole et du gaz : ces deux énergies représentent plus de moitié des recettes du pays.
          Or, à chaque fois que le prix du baril baisse d’un dollar, la Russie perd un milliard et demi de revenus.
          C’est le cœur économique du pays qui est donc touché. C’est ce qu’a dit hier la Banque centrale russe, dans un rapport qui a mis le feu aux poudres : si le baril se maintient au prix de 60 dollars, alors l’économie russe se contractera de près de 5%. C’est une récession violente, un choc terrible.
          http://www.franceinfo.fr/emission/le-decryptage-eco/2014-2015/le-decryptage-eco-du-16-12-2014-16-12-2014-08-10
          .
          Cette arme d’agir sur le prix du pétrole par des américains et de l’Arabie Saoudit est couple à la crise ukrainienne et les sanctions économiques prises par les Occidentaux contre la Russie.
          .
          Les États-Unis veulent étrangler l’économie Russe espèrent de déclencher ainsi à court terme des révoltes des la part de la population Russe pour faire tomber Poutine ...
          .
          Les investisseurs sont partis en courant : la fuite des capitaux attendrait 128 milliards de dollars cette année. C’est là aussi énorme, à l’échelle du drame russe.
          .
          La flambée des prix en Russie est vertigineuse. L’inflation devrait dépasser les 10%. Et certains produits manquent déjà. Plus de la moitié des Russes disent désormais que la chute du rouble affecte vraiment leur vie quotidienne. Le choc est d’autant plus violent que depuis 10 ans, les Russes avaient profité d’une croissance très forte, de 5 à 7% par an.
          .
          Les États-Unis ont notamment ajouté à leur liste noire le géant pétrolier russe Rosneft, dont les avoirs aux États-Unis sont gelés, tandis que les entreprises américaines ne seront plus autorisées à mener des transactions avec lui. Les Américains "causent des dommages à leurs plus grandes compagnies énergétiques.
          http://tempsreel.nouvelobs.com/ukraine-la-revolte/20140717.OBS3875/ukraine-les-etats-unis-durcissent-les-sanctions-contre-la-russie.html
          .
          La banque du géant gazier russe Gazprom, Gazprombank, et la banque publique russe VEB, qui compte le Premier ministre russe Dmitri Medvedev parmi ses dirigeants, figurent également parmi les nouvelles cibles américaines.
          .
          Peut-on réellement se jouir de la baisse du prix du pétrole dans le contexte actuel qui risque à nous conduire à une 3ème guerre mondiale provoque par l’OTAN ?
          L’avenir nous le dira ....
          .
          Michel Collon - l’Otan une association de criminel

          .


          • Trelawney Trelawney 17 décembre 2014 08:46

            Avec l’arme du pétrole, l’Arabie Saoudite entend contraindre l’Iran a limiter ses ambitions d’armement nucléaire et obtenir de la Russie qu’elle cesse de soutenir à bout de bras le régime de Bashar el-Assad. Deux objectifs que partagent maintenant l’administration Obama.

            Ce ne sont que des spéculations sans fondement. Allez dire cela aux pétroliers texans. S’ils ont de l’humour ils vont vous rire au nez. mais je pense plutôt que vous aurez droit à un bourre pif façon John Wayne. car en ce moment les texans sont à cran.

            On a eu la crise avec les subprimes, on va avoir la crise avec le gaz et pétrole de schiste et les faillite des banques qui les ont financées. Les banques qataries et arabes n’ont pas financé leur concurrents. Les banques américaines non plus parce que Dallas et Houston ne veulent pas. par contre les banques européennes et surtout anglaises ....

            L’Iran fait le dos rond en attendant que ca passe. la Russie va limiter ses exportations et c’est l’Europe qui va avoir froid. de toute façon ces deux pays sont des dictatures et comme la crise économique n’a d’impact que sur le peuple, ca ne se verra pas trop.


          • antyreac 17 décembre 2014 13:06

            On ne peut que se réjouir le dictateur russe est sur le point de vaciller

             que sa chute lui soit bien douloureuse... 

          • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 décembre 2014 02:42

            Bonjour Trelawney,
            .
            « Ce ne sont que des spéculations sans fondement. »
            .
            Non ce ne sont pas des spéculations... ! Lisez l’article suivant
            http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/10/17/laccord-secret-entre-les-usa-et-larabie-saoudite-article-en-cours/.
            .
            Ce qui renforce cet accord sont (entre autres) les événements du passé (2013)

            Poutine menace d’attaquer l’Arabie Saoudite en représailles



          • 4A+++ 18 décembre 2014 11:27

            Quelques éléments de réflexions,

            Peut être qu’effectivement il y a peut être une Deal entre l’ Arabie Saoudite et les USA, toutefois n’oublions pas qu’ en prenant cette décision, les Etats Unis se tire une balle dans le pied pour les Multinationales Américaines qui exploitent le Gaz et le pétrole de schiste sur le territoire US et Canadien, ce qui induit à mon avis vers une baisse temporaire 6 mois maxi environ.
            Toutefois si nous pensons, qu’effectivement cette baisse a été engagé pour amoindrir la capacité Russe sur du court terme pourquoi pas, plusieurs raisons pourraient être données notamment :

            - Lutter contre la nouvelle puissance des BRICS qui veut lutter contre la puissance du DIEU Dollar en créant son propre organisme (similaire au FMI).
            - Provoquer une déstabilisation du régime RUSSE en représailles au conflit avec l’ UKRAINE qui empêche le déploiement de l’OTAN en UKRAINE, n’oublions pas que les USA ont remis sur le marché une partie de leur réserve de pétrole stratégique pour faire baisser les prix.
            - Déstabiliser l’ Europe en nuisant sur la puissance de l’ Euro représentant 20 % dans les réserves de devise mondiale, en provoquant des risques de Guerre avec la Russie, obligeant les Européens à accepter le nouveau traité commercial TAF TA renforçant la dominance Américaine sur l’ économie Européenne. 
            D’autre part n’oublions pas que la Russie était un excellent client pour l’ Allemagne dans le cadre de la vente de voitures de luxes et le matériel de production industrielle.
            - N’ oublions pas que l’alliance Russe avec la Chine nuit aussi au commerce Américain, exemple l’accord de vente de 12 centrales Nucléaire avec la Chine, la création d’une ligne grande vitesse Moscou Pékin.

            Sur un point de vue de la finance :

            Redonner un ballon d’oxygène par la baisse des énergies pour relancer l’économie mondiale.
            Il est vrai, que l’augmentation des capacités d’exploitation du pétrole et du gaz de schiste provoque une augmentation des capacités mondiales voir de surcapacité, se qui engendre une baisse mécanique des prix.
            Il est vrai aussi que les économies de consommation réalisés par les pays développés provoque aussi une stagnation des ventes en raison d’une perte de pouvoir d’achat.
            Mais aussi le développement des nouvelles technologies de voiture hybrides, électrique.
            Et cette nouvelle crise du prix du pétrole pas cher est aussi un excellent moyen pour les banques de faire des bénéfices, de racheter des actions moins chers, et de prendre des participations dans les sociétés pétrolières qui auront des difficultés financières que du bonheur.
            Mais peut être aussi qu’il y a une grosse banque qui a des gros problèmes et qu’elle liquide en bradant ces actifs.

            Sur un point de vue militaire :

            - Nous savons tous que les états unis ont un budget militaire d’environ 570 Milliard de dollars, et que pour le marché de l’armement il est toujours intéressant de provoques quelques conflits larvés dans différentes zones du globe, après une destruction il y a toujours quelques choses à reconstruire et à vendre, surtout si ce pays à une certaine richesse dans ces sols.
             
            Mais de la, à provoquer un conflit mondial je ne pense pas.

            CONCLUSION :

            Nous voyons bien que l’ensemble de ces différents points pourraient bien profiter à l’oncle SAM mais de la à dire que c’est une feuille de route ? 


          • Tillia Tillia 17 décembre 2014 06:13

            « Baisse du pétrole, jusqu’à quand ? et jusqu’où ? »


            Jusqu’à ce que la Russie soit à genoux, il n’y a rien d’autre à en dire. 



            • Croa Croa 17 décembre 2014 09:17

              La Russie est plus solide que ce qu’en disent les médias. Le rouble est une vraie monnaie car liée à la richesse énergétique et c’est aussi pourquoi cette devise baisse mais ça ne durera pas des années. La Russie a tout de même un point faible c’est son manque d’autonomie... Mais ça lui servira de leçon et les russes ont des capacités de résistance bêtement un peu oubliées aujourd’hui.


            • Croa Croa 17 décembre 2014 09:21

              Dans les causes l’auteur a oublié le retour en production des pays déstabilisés par la guerre. Ce sont des bandes armées qui contrôlent maintenant ces puits et ces gens ont intérêt à que ça produise à donf !


              • BA 17 décembre 2014 10:28

                Mercredi 17 décembre 2014 :

                Le spectre d’un risque systémique éloigne Wall Street des 18.000 points.

                Wall Street se voyait déjà début décembre conquérir le Graal des 18.000 points mais la chute de l’or noir fait planer l’ombre d’un risque systémique sur des marchés américains angoissés par la perspective d’avoir trop misé sur l’énergie.

                http://www.romandie.com/news/Le-spectre-dun-risque-systemique-eloigne-Wall-Street-des-18000-points/546884.rom


                • ETTORE ETTORE 17 décembre 2014 11:41

                  Mais que fait la Chine ?

                  on dirait que ce pays n’existe pas !
                  et pourtant c’est un acteur majeur de l’économie mondiale
                  donc grand consommateur d’énergie.
                  Peut être en a t’elle marre de ses containers de billets verts, qui ne valent pas un Kopek ?
                  Peut il y avoir une sourde alliance entre ces deux mastodontes malgré les luttes de marchés] ?

                  • Montdragon Montdragon 17 décembre 2014 13:28

                    Et on apprend que le rouble se fait attaquer (-20% aux dernières nouvelles)..coïncidence ?

                    Ça est la réponse..qu’ils montrent leurs couilles les ricains on va rire.


                    • Tillia Tillia 18 décembre 2014 15:38

                      Et allons-y gaiement .... encore un complot 


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 décembre 2014 16:27

                      Certains pensent naïvement que c’est le fantôme « Opep » qui décide de tout cela ! C’est plus compliqué et la complication est à la hauteur du système de la finance mondialiste qui agit en dehors et à l’abri des États et des gouvernements : Les prix du pétrole ou d’autres choses, comme les céréales, peuvent grimper ou chuter selon la nature et le lieu de la crise envisagée !

                      Il est vrai que l’Arabie saoudite peut survivre avec un baril à 10 dollars, mais qu’en est-il des faux pays fortement endommagés par la corruption généralisée qui a engraissé les peuples en leur enlevant jusqu’à la volonté de travailler ! Une crise mondiale, peut-être pas, mais des crises et des faillites locales surement !!! La France se frottera les mains en voyant grelotter de peur des régimes qu’elle aura soutenu ferment et induit en erreur avec la plus sournoise des perfidies !!!


                      • BA 18 décembre 2014 10:52

                        Jeudi 18 décembre 2014 :

                        Baisse du pétrole : quelles conséquences ?

                        Lisez cet article :

                        Comment l’effondrement financier de la Russie va contaminer l’Europe.

                        http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-effondrement-financier-russie-va-contaminer-europe-atlantico-business-jean-marc-sylvestre-1911796.html


                        • lsga lsga 18 décembre 2014 11:04

                          Jean Marc Sylvestre, la nabila de l’économie... Ses analyses sont toutes plus stupides les unes que les autres...
                           
                          Pour rappel, le principal problème de l’Europe c’est qu’elle n’a pas de pétrole. Une baisse du prix du pétrole est excellent pour l’économie européenne.


                        • Tillia Tillia 18 décembre 2014 15:42

                          Le pétrole oui, mais tout ce que l’UE exporte lui reste sur les endosses ... la Belgique commence à s’en plaindre et les politiques veulent renouer avec la Russie. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Christophe Bugeau

Christophe Bugeau
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité