Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > BHL, mauvais esprit du judaïsme

BHL, mauvais esprit du judaïsme

Son dernier livre se nomme pompeusement « L’Esprit du Judaïsme ».
S’il s’était appelé « Un » Esprit du judaïsme, BHL n’en serait pas l’auteur.
S’appelant Levy, le gigolo des plateaux, le plastronneur des cafés branchés, se croit autorisé à définir l’Esprit du Judaïsme, rien de moins.
Icone juive autoproclamée, voilà notre vaniteux se pavanant partout pour étaler sa « science » bien éloignée de ce qu’est le Judaïsme et son esprit forgé par d’immenses sages aux travers des temps.

L’Ecclésiaste rapporte : « Paroles de Kohélet (Salomon), fils de David, roi à Jérusalem. 2 Vanité des vanités, a dit Kohélet, vanité des vanités ; tout est vanité ! 3 Quel profit tire l'homme de tout le mal qu'il se donne sous le soleil ? 4 Une génération s'en va, une autre génération lui succède, et la terre subsiste perpétuellement. »
Mais revenons sur l’esprit du Judaïsme, et non pas « l’esprit de BHL » revisité.
La notion de réparation du monde est fondamentale dans l’esprit du judaïsme.
Mais comment réparer le Monde ?
En intervenant en Irak, en Syrie ou en Libye ?
L’esprit du Judaïsme répond clairement : « En réparant ton propre Monde ».
Le monde de BHL n’est que vanité, sauf miracle, je doute qu’il soit réparable, et je doute qu’il entreprenne un jour cette démarche issue de l’esprit du judaïsme.

Le patriarche Abraham, avant Moïse le législateur, prêchait pour libérer le monde des idoles en vogue à son époque.
Dieu lui dira « Vas vers Toi », « Éloigne-toi de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle, et va au pays que je t'indiquerai. Je te ferai devenir une grande nation ; je te bénirai, je rendrai ton nom glorieux, et tu seras un type de bénédiction, Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t'outragera je le maudirai ; et par toi seront heureuses toutes les races de la terre. ». Genèse Chap. 12.


Le Moi de BHL, c’est de la mise en scène permanente, de l’arrogance poussée à son paroxysme.
Là où l’Homme Juif questionne, BHL affirme toujours avec péremption.

Selon les maîtres de la sagesse juive, la haine des juifs est concomitante au don de la Torah sur le Mont Sinaï. En hébreu « Sina » veut dire haine.
Pourquoi cette haine, Monsieur Levy ?
C’est ce que nous rappelons lors de la fête de Pâques.
Les Hébreux se sont émancipés du joug du pouvoir humain du pharaon et de ses idoles en sortant d’Egypte. Ils sont devenus libres. Cette Liberté est le corolaire du monothéisme.
Aucun remède pour détourner la colère des peuples n’est plus efficace que la haine des Juifs.
Pour maintenir le joug des hommes sur les hommes, depuis la révélation du Mont Sinaï, les masses populaires sont galvanisées pour haïr ce peuple dont la mission originelle est de libérer l’Homme de ses chaînes. Même Jésus le Juif l’avait compris. Mais pas vous !
Moïse le berger qui guida le peuple hébreu dans cette épopée est désigné par nos sages comme le plus « humble » de tous les hommes. Et vous Monsieur Levy ?

Le narratif de Pourim qui se déroule cinq siècle avant notre ère symbolise l’antisémitisme :
http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=177
Dans cette histoire, on constate que la population de Suze en Babylonie n’est pas antijuive.
Les notables juifs sont conviés comme tous les notables au festin organisé par le Roi Assuérus, et on leur donne à manger des mets cacher. Le Roi lui-même est marié avec une Juive nommée Esther.
C’est un intrigant avide de pouvoir du nom d’Aman descendant des Amalécites qui craint que son pouvoir soit obstrué par les juifs du fait que Mardochée, Homme Juif par excellence, refuse de se prosterner devant lui.
Disposant de la confiance du Roi, Aman le persuade que les Juifs, qui refusent de se prosterner devant quiconque, sont une menace pour l’intégrité du pouvoir royal. Il édicte un décret pour exterminer tous les juifs des 127 provinces du Royaume.
Finalement, l’intervention conjointe de la Providence qui rappellera au Souverain Assuérus que le Juif Mardochée l’avait sauvé d’un complot, et l’interposition d’Esther en faveur de son peuple sauvera les Juifs et confondra le vrai comploteur en la personne d’Aman.
C’est bien une manipulation qui fut à l’origine du pire massacre programmé contre les juifs dans l’antiquité.

Vous évoquez dans votre livre la merveilleuse Histoire de Jonas que nous lisons dans les synagogues le Jour de Kippour.
Jonas n’écoute pas Dieu qui lui demande de mettre en demeure la population de la ville de Ninive de se conduire droitement. Il est alors poursuivi par Dieu jusque dans les cales d’un bateau, puis Jonas cet « Homme Juif » (Ish Yéhoudi) demande à être jeté du bateau pour préserver la vie des autres passagers. Pas de kamikazes chez les juifs, la vie est sacrée.
Jonas est avalé par une baleine et prie Dieu pour qu’il le sauve.
Dieu l’épargne, et lui demande une nouvelle fois d’aller à Ninive pour qu’elle expie ses fautes et revienne à une conduite digne. Cette fois Jonas obtempère. Tous les habitants de Ninive du plus simple au Roi se repentent, en signe de contrition ils jeunent et Ninive est préservée grâce à cette réparation.
L’Histoire se termine avec le Ricin que Dieu fait pousser puis mourir, et la parole de Dieu termine le récit : "Quoi ! tu as souci de ce ricin qui ne t'a coûté aucune peine, que tu n'as point fait pousser, qu'une nuit a vu naître, qu'une nuit a vu périr : 11 et moi je n'épargnerais pas Ninive, cette grande ville, qui renferme plus de douze myriades d'êtres humains, incapables de distinguer leur main droite de leur main gauche, et un bétail considérable !"
Belle leçon d’esprit juif, mais vous la déformez.
Non Monsieur Moix, non Monsieur Levy, les habitants de Ninive ne voulaient pas détruire les Juifs.
Comme ceux de Sodome ils se comportaient mal, mais grâce à leur repentir ils furent sauvés.
Dieu ne demandât pas à Jonas de lever une armée pour abattre les tyrans de Ninive.
La réparation, l’expiation des péchés passait par un repentir sincère.
Jonas est un prophète, pas un faiseur de guerre.
Il est un digne représentant de ce peuple de prêtres qui est mentionné dans la Torah.
Contrairement à vous, il est détenteur de l’esprit Juif, avec son attitude humble et bienveillante.
En quoi vous sentez-vous le droit de définir l’esprit du judaïsme, vous n’en possédez pas le moindre échantillon.

Bernard Darmon


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Montdragon Montdragon 24 février 18:31

    Avouons que les assyriens ont proprement bossé à détruire ce peuple, heureusement qu’il reste des turco-slaves vaguement germanisés pour se croire peuple Elu.^^


    • Albar Albar 25 février 13:48

      @Montdragon

      Vous faites allusion à la mafia Khazar

    • MAIBORODA MAIBORODA 24 février 18:51

      N’étant absolument pas versé en sciences judaïques (ou hébraïques), je ne saurais prendre parti, en la matière, pour l’auteur ou pour BHL.

      Par contre, je partage très largement le jugement de monsieur Bernard Darmon sur l’arrogance péremptoire, la suffisance, la prétention, et l’incommensurable vanité du philosophe boutefeu,alias Botul le magnifique. 

      • njama njama 24 février 19:32

        Le judaïsme est une religion, non ?

        Il me semblait que BHL est laïc, athée et anti-talmudique ... cherchez l’erreur.
        Encore s’il parlait dans son livre de l’esprit de la judéité, on comprendrait mieux ...

        mais peut-être a-t-il inventé une philosophie « judaïque » ? cet illuminé avait écrit sur la Page d’Accueil de son site (Page disparue) « l’art de la philosophie ne vaut que s’il est un art de la guerre »...  : http://www.bernard-henri-levy.com/
        Effectivement nous avions déjà pu constater tous les méfaits criminels de cette rhétorique utilitariste si éloignée de la Σοφíα antique, en Libye, puis en Ukraine !
        BHL, c’est surtout du lévy-is-me, une hybridation entre sophisme et narcissisme, mâtiné de sionisme.

        bien sûr la critique de cet intellectuel n’est pas à la portée du premier venu, l’homme est habile.

        Petites remarques à l’attention de l’élève BHL par The Girl that never sleeps ...

        1) La philosophie (qui ne s’érige en aucun cas en art) est un concept post-présocratique (j’adore ce genre de salmigondis... désolée) destiné à désigner de manière élégante la prise de tête introspective dont sont coutumiers les êtres au cerveau trop fait (c’est à dire ceux qui font tout un fromage de la condition humaine et de sa garniture décorative). Il n’est que la prérogative d’une poignée d’occidentaux en mal de compréhension du monde et n’a en aucun cas prétention à l’universalisme.

        2) Attribuer une quelconque vocation utilitariste à la Chose Philosophique est en soi une hérésie. Je me souviens de mon éminent prof de philo en Prépa et de son air furieux alors qu’un des plus ignares de mes camarades de classe venait ainsi l’apostropher : « Monsieur, au fond, ça sert à quoi la philo ? ». Philosopher ne sert à rien et c’est bien ce qui en fait toute la grandeur et la vanité. Car vanité et grandeur vont souvent de pair, ce qui n’est pas votre cas, élève BHL, à ce que je peux comprendre de votre aphorisme.

        3) « ne vaut » : voilà bien où le bât blesse, dans le sens où attribuer une quelconque valeur à ce qui doit en être dépourvu pour y puiser sa véritable force, inscrit une pratique vaine, un cheminement personnel, en tant que partie prenante d’un système de prise de paroles dont le fonctionnement serait purement économique.

        4) Art de la guerre : vous convoquez le spectre « tartalacrèmiste » (ne voyez, dans l’utilisation de la tarte à la crème, aucune allusion à vos déboires avec un célèbre anarchiste belge) de Sun Tzu sur l’autel de vos prétentions hystérico-matérialistes. Sachez que l’ouvrage éponyme du sino-stratège n’est en rien l’oracle absolu éclairant chacun de nos velléitaires aspirations. Il n’est que ce qu’il est : un traité de stratégie militaire, élaboré dans un contexte de technologie archaïque, de référents spécifiques à son époque, tant moraux qu’historiques... Il faut cesser de faire de cet ouvrage, certes divertissant, le parangon de toutes nos projections humanitaro-industrielles.

        5) Elève BHL : l’aphorisme est un art, en quelque sorte, si vous voulez, pratiqué à travers les âges et les civilisations. En quelques mots parfaitement équilibrés et remplis de sens, la pensée se déploie et se dévoile. Mais sa portée est avant tout émotionnelle et esthétique. C’est un rudiment de pensée, un fast food philosophique et... plus que tout, une ouverture à la véritable quête de sens, une échancrure sur une magnifique paire de nibards métaphysiques ou phénoménologiques, dans laquelle il convient de se pencher.

        Conclusion : hélas, votre échancrure cache une splendide paire de prothèses mammaires siliconées. C’est de la posture, du fake, de la pose et de la Correct Attitude. Vous me permettrez de préférer la compagnie de Spinoza ou Nietszche, en ce qui concerne les penseurs lumineux et minimalistes.
        Vous serez donc prié de revoir votre copie, d’ici la prochaine interro écrite...

        http://thegirlthatneversleeps.hautetfort.com/archive/2011/05/24/l-art-de-la-philosophie-ne-vaut-que-s-il-est-un-art-de-la-g.html


        • MAIBORODA MAIBORODA 24 février 19:47

          @njama


          1. Critique fort plaisante.
          2 Je ne m’égarerai pas dans des considérations philosophiques trop poussées, mais il m’apparaît qu’en Libye et en Ukraine, notre philosophe « utilitariste » a surtout été très utile à ses commanditaires.


        • njama njama 24 février 19:55

          BHL est un homme de terrain il joint l’acte à la parole

          http://mai68.org/spip/IMG/jpg/bhl_libye.jpg


        • soi même 25 février 18:50

          @njama, merci pour vos précisions qui ont une importance, c’est que vous n’allez pas dans la rhétorique facile pour faire un portait savoureux de se titre sire, en même temps rien de tel que lire les remarques d’esprit brillant du judaïsme pour voir même dans sa communauté, il se fait épinglé sérieusement .

          http://jssnews.com/2016/02/14/cher-bernard-henry-merci-de-prendre-connaissance-du-fait-que-fabius-nest-pas-juif/

          http://jypenseetpuisjoublie.blogs.nouvelobs.com/tag/pierre+vic-Znaquet

          En réalité, notre Botlul relevé plus tôt de la philosophie de Casanova que de Spinoza. ?

          A qui la faute sans doute à l’’École normale supérieure (1968-1971) qui porte un bonnet d’âne de travers.


        • cathy cathy 24 février 22:30

          La ville de Sodome a bien été détruite par le Dieu. Les sodomites ont même voulu se faire les deux anges, venus avertir Lot de sortir de la ville de toute urgence. 


          • cathy cathy 24 février 22:31

            a bien été détruire par Dieu.


          • njama njama 24 février 23:40

            La dernière ânerie de BHL :
            « L’antisionisme est le nouveau visage de l’antisémitisme » (BHL dans Nice-Matin, le 24 février 2016)

            est-il utile d’user son clavier pour répondre à ses délires ...
            venant d’une personne instruite, agrégée de philosophie, ... on ne peut s’étonner que de son manque de rigueur intellectuelle !


            • njama njama 25 février 10:37

              « On ne peut pas voir de l’antisémitisme, partout ! » Laurent Ruquier à BHL

              Et Léa Salamé de conclure : « C’est là la faiblesse de votre texte : il faut dénoncer la montée de l’antisémitisme, et elle est réelle mais vous l’affaiblissez en voyant de l’antisémitisme partout ».

              BHL, philosophe parano ?


              • Pomme de Reinette 25 février 10:47

                Léa Salamé : « Descartes a été excommunié par l’Eglise » = zéro pointé, il ne l’a jamais été.

                Dur, dur de prétendre donner un avis péremptoire quand on énonce de telles inepties avec aplomb, en direct à la télé.


                • volpa volpa 25 février 13:42

                  L’auteur croit en ce bouquin qui se nomme la bible.
                  Ça l’aide à vivre peut être.
                  Je lis « dieu a dit ceci ou à celui là » etc.
                  Pourrait il me donner son adresse que j’aille le voir et « qu’on cause un peu » ?.
                  Toute personne un peu érudite connait la provenance de ce bouquin.
                  Alors , il n’y a pas plus de peuple élu plus qu’un autre.


                  • BDarmon 25 février 13:54

                    @volpa
                    Ce que je crois n’est pas le sujet. 

                    Le sujet est le bouquin de BHL « l’esprit du judaïsme ». Et puisque vous ne l’avez pas lu, mon papier critique sa prétention à le définir.
                    S’agissant du Judaïsme, je me réfère aux textes qui le définissent. Il me semblait plus judicieux de faire ainsi plutôt que d’épiloguer sur le Kamasutra ou le manifeste du parti communiste.
                    Des gens croient et d’autres pas, si vous ne croyez pas, grand bien vous fasse.
                    Moi qui suis croyant, il m’arrive de lire avec intérêt des articles sur des bouquins de parfaits athées, et ça ne me rend pas plus stupide.


                  • volpa volpa 25 février 16:29

                    @BDarmon
                    J’ai un neveu instruit et intelligent pour faire une comparaison.
                    La bible est son livre de chevet.
                    Je ne comprends pas que des personnes d’un certain niveau puisse se référer à ce genre de bouquin .
                    « dieu a dit ». !
                    A qui il a dit ?
                    « aux prophètes ! »
                    Ah bon !
                    Il me conseillait ce genre de lecture.Pas de temps à perdre.
                    Aujourd’hui si une personne se prétend prophète et affirme entendre dieu lui parler, on l’enferme et on dit que son discernement est atténué.
                    Il est temps de passer à autre chose.


                  • njama njama 25 février 16:53

                    @ BDarmon
                    Pour maintenir le joug des hommes sur les hommes, depuis la révélation du Mont Sinaï, les masses populaires sont galvanisées pour haïr ce peuple dont la mission originelle est de libérer l’Homme de ses chaînes. Même Jésus le Juif l’avait compris. Mais pas vous !
                    Pourriez-vous développer un peu ce que vous mettez derrière ce Mais pas vous !, et ce qu’en aurait compris BHL, merci
                    C’est une façon de voir que je respecte, mais je ne la partage pas. Ce côté « messianisme universaliste » (détenir la Vérité) me dérange un peu beaucoup, chaque religion issue du monothéisme abrahamique le revendique, et il prend une couleur à a fois mystique et idéologique.
                    Pour dominer, exercer un joug, il faut être dominant et s’en donner les moyens. Or, le seul épisode « nationaliste » au sens politique dans l’histoire d’Israël c’est le règne de David, suivi de celui de son fils Salomon, soit deux générations seulement. (hormis notre époque contemporaine) .
                    Perso, je comprends que c’est la vertu des Préceptes de la Torah (comme des autres Paroles révélées, Évangiles et autres) de libérer l’Homme de ses chaînes . Ce qui libère, c’est l’exemplarité, l’impeccabilité * et pas un système politique quel qu’il soit. Si d’ailleurs, la Torah pouvait faire office de Constitution, j’imagine qu’Israël s’en serait immédiatement doté depuis 1948. Or ce n’est pas le cas, cet État n’a toujours pas de Constitution depuis plus de 60 ans
                     
                    La haine du peuple juif, ne s’est-elle pas construite essentiellement sur cet anti-judaïsme d’Occident ** (les Juifs, assassins du Christ) qui les ostracisait, ou les expulsait, d’Espagne, d’Angleterre et d’ailleurs, quand pire il en trucidait en passant ...

                    * Empr. au lat.impeccabilis, d’abord attesté au sens de « incapable de faute » puis, chez les aut. chrét., au sens de « incapable de pécher » (Blaise) ; cf. aussi peccable* « qui est capable de pécher ».

                    ** un anti-judaïsme aujourd’hui reconnu dont l’Église porte une grande responsabilité historique : Discours du pape François lors de sa visite à la Grande Synagogue de Rome le 17 janvier 2016

                    « Au cours de son histoire, le peuple juif a dû faire l’expérience de la violence et de la persécution, jusqu’à l’extermination des juifs européens durant la Shoah. Aujourd’hui, je désire me souvenir d’eux de façon spéciale : leurs souffrances, leurs angoisses, leurs larmes ne doivent jamais être oubliées. Et le passé doit nous servir de leçon pour le présent et pour l’avenir. La Shoah nous enseigne qu’il faut toujours la plus grande vigilance pour pouvoir intervenir rapidement pour défendre la dignité humaine et la paix ».


                    • Shawford ORANGE SKIN 25 février 17:01

                      @njama

                      Yep l’impeccabilite très juste et pour sûr elle ne peut être atteinte en une sélection vie de mortel

                      Par contre ce qui est trop grave, c’est que l’homme de 3016 ici présent veut qu’on lui serve l’immortalité sur un plateau tout en voulant revendiquer son libre arbitre. Comme d’habitude c’est le beurre toussa toussa

                      Heureusement oye oye l’IA (mais je me répète ça va finir par lasser) va prendre le contrôle de votre corps pour mieux laisser votre esprit un paradis artificiel tout ce qu’il y a de plus réel !!!


                    • Pomme de Reinette 25 février 17:15

                      @njama

                      le seul épisode « nationaliste » au sens politique dans l’histoire d’Israël c’est le règne de David, suivi de celui de son fils Salomon, soit deux générations seulement.

                      Que d’ignorance ! C’est à rester pantois ... mais tellement banal que ce forum !
                      Un peu de lecture :
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Agrippa_Ier
                      (1er siècle de notre ère)
                      Sans compter la suite .... racontée par Flavius Joseph.


                    • Shawford ORANGE SKIN 25 février 17:19

                      @ORANGE SKIN D’ailleurs toutes ces big girls et big boys ont un chat muse à côté, fument comme des pompiers et quand ils se regardent dans une glace ils savent parfaitement à l’insu de leur plein gre qu’ils sont bien de chaque côté du miroir qui en chat qui en pitit robot (genre kadjar) et qu’ils ne voient en fait qu’une projection gallo graphique de leur être immanent sur le miroir de la matière

                      Paradise is the Dreamliner of Life (immortal been is just complète build thinking intelligence)

                      CSFD


                    • BDarmon 25 février 18:00

                      @njama
                      La lecture que je fais de la sortie d’Egypte puis de la révélation du Mont Sinaï n’est pas une lecture nationaliste. Je pense que ce qui se joue est la fin de l’esclavage. Le message est que le seul Maître est Dieu.
                      D’autres plus tard ont crié « Ni Dieu ni Maîtres » ! et ont dérivé vers le totalitarisme que vous connaissez.

                      Je suis 100% d’accord avec vous lorsque vous écrivez « Ce qui libère, c’est l’exemplarité, l’impeccabilité * et pas un système politique quel qu’il soit. » 

                      Quand je dis que Jésus l’a compris je me réfère à ce qui est écrit dans Évangiles sur la vie de Jésus au sujet de sa compassion et sa bienveillance pour les déshérités entre autres. Je parle de Jésus le Juif car Jésus n’a jamais été chrétien. Il prêchait le plus souvent auprès de juifs en tant que rabbin fidèle de la parole divine qui avait été corrompue par la nomenclature Juive qui collaborait avec le pouvoir romain.
                      Les dogmes sont apparus bien après sa mort, et le pouvoir de l’Eglise pendant des siècles s’est construit sur le dos des Juifs. je ne parle pas des prêtres corrompus du temps d’Hérode, mais sur celui des milliers de pauvres bougres qui étaient rejetés pour être nés juifs et pour rester fidèles à l’enseignement de leurs pères.

                      Je suis croyant, mais ne suis pas religieux, et suis persuadé que Dieu lui aussi n’est pas religieux.
                      Je partage votre avis sur le fait que les textes révélés deviennent systématiquement dangereux lorsqu’on les lit sans les interpréter dans une perspective juste et bonne pour l’humanité entière.

                      BHL est à mon sens l’agent d’intérêts qui n’ont rien à voir avec l’esprit du Judaïsme, et en associant sont judaïsme réclamé à ses actes hautement critiquables à mon sens, il porte atteinte au Judaïsme et aux juifs.
                      C’est comme si un prêtre pédophile justifiait sont comportement en se réclamant du christianisme.
                      BHL est BHL rien de plus et je lui réfute le droit de parler en mon nom.

                    • njama njama 25 février 18:07

                      @Pomme de Reinette

                      désolé, je me suis mal fait comprendre, B Darmon parle du « peuple », pas spécifiquement de la tribu de Juda (Agrippa I° dernier roi de Judée), ma remarque concernait le royaume unifié, soit 90 ans environ
                      Le Royaume d’Israël, ou Monarchie unifiée d’Israël et Juda (pour le distinguer du Royaume d’Israël, ou Royaume du Nord) 1020 av. J.-C. – 930 av. J.-C.
                      Salomon, Roi d’Israël et de Juda 970 av. J.-C. – 931 av. J.-C

                      Royaume de Juda 931 av. J.-C. – 586 av. J.-C. résultat d’un schisme après la mort du roi Salomon selon la Bible, ou de la colère de l’Éternel (1Rois 11/9 à 12)
                      Royaume d’Israël 930 av. J.-C. – 720 av. J.-C.

                      Carte :
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_d’Isra%C3%ABl#/media/File:Kingdoms_of_Israel_and_Judah_map_830.svg


                    • Pomme de Reinette 25 février 18:33

                      @njama

                      Vous mélangez tout. Il s’est passé plein de choses entre temps ! Et à chaque période d’invasion et de conquête d’empires étrangers, il y a eu des révoltes qui ont permis le rétablissement d’une souveraineté juive sur la Terre d’Israël.
                      Là c’est à l’époque romaine : Agrippa 1er fait partie de la dynastie des Hérodiens, qui succèdent à celle des Hasmonéens, menée par Mattathias, descendant lui-même de Pinhas, grand-prêtre des hébreux.


                    • njama njama 25 février 18:49

                      @BDarmon
                      Merci pour la réponse.
                      A vous lire, je vois que nous partageons pas mal de points communs. Je suis croyant, mais ne suis pas religieux, et suis persuadé que Dieu lui aussi n’est pas religieux, j’aurais pu l’écrire tout à fait
                      Je n’ai pas de lecture nationaliste, maintenant il faut faire avec l’histoire des hommes et leurs tribulations erratiques, chaotiques, ... malheureusement pas assez pacifiques, et de ce point de vue comme vous je me détache de cette lecture du sionisme qui fait dire à un BHL et d’autres que « L’antisionisme est le nouveau visage de l’antisémitisme » .

                      On pouvait attendre autre chose d’un philosophe, s’il en est, que des postures psychorigides, enfin il me semble. Si BHL voulait concilier l’esprit de la religion (mais encore faudrait-il qu’il soit croyant) et la philosophie, il devrait s’inspirer d’Averroès, et de Maïmonide par exemple qui restent des phares dans le domaine depuis le XIIe siècle.
                      « Israël est devenu un fait incontournable, dont l’existence n’est plus remise en question », c’est le point de vue des postsionistes que je partage totalement et crois sincèrement qu’il faut acter de cela. Pomme de Reinette qui suit ce fil de discussion pourrait vous confirmer nos quelques échanges sur la question. 
                      La paix est à construire sur un socle politique de même droits pour israéliens et palestiniens ... c’est le bon sens, mais aussi toute la difficulté d’un consensus à trouver avec l’autre courant « nationaliste et religieux », néosioniste qui semble aveuglé dans son messianisme.

                      Et c’est là qu’il pourrait être philosophe, l’homme de la Cité idéale à construire, plutôt que de donner la leçon sur un judaïsme auquel il ne croit même pas. mais il ne semble pas être au rendez-vous de l’histoire
                      Le BHLphilo-médiatique plus que philosophe me laisse l’impression d’être un rendez-vous raté avec l’histoire.
                      Merci pour votre article qui avec d’autres me renseigne un peu sur son ouvrage, et m’évitera d’acheter son « bouquin ».
                      Bien à vous.


                    • Pomme de Reinette 25 février 19:03

                      @njama

                      il devrait s’inspirer d’Averroès, et de Maïmonide qui restent des phares dans le domaine depuis le XIIe siècle.

                      Votre problème est que justement vous en êtes resté au XIIème siècle.
                      Depuis, il y a eu le mouvement des Lumières (Aufklarung) avec notamment la Haskalah
                      Le mieux, quand on veut se faire sincèrement sa propre opinion sur un livre c’est de le lire soi-même et de ne pas se contenter des « critiques ».
                      Car la critique est aisée mais l’art est difficile ...



                    • njama njama 25 février 19:30

                      @Pomme de Reinette
                      Oui je sais l’actuel Israël qui se voudrait État de tous les Juifs, du Peuple Juif, cherche à construite sa mythologie sur un royaume unifié qui n’a en fait existé que très peu de temps. Alors que l’histoire juxtapose une série de petits royaumes sur cette Terre d’Israël.
                      On peut pinailler si vous voulez... par exemple, les Hébreux (Habirous) n’ont jamais vraiment quitté l’Égypte, puisque la Terre de Canaan était sous la domination égyptienne, et qu’un peu plus au nord était l’empire des Hittites. Ils se sont éloignés du pouvoir de pharaon dans un royaume voisin qui lui était vassal ... (cas classique de réfugiés politiques) et ont probablement déserté la ville de Tell el-Armana en passant non pas par la Mer Rouge,  smiley ce qui est impossible, sauf par bateaux, mais par la Mer des Joncs (ou Mer des Roseaux)
                      Ceci dit peu importe vraiment les détails, la métaphore de l’Exode est très belle ... le judaïsme qui s’éloigne du pouvoir politique ... laisser à César ce qui revient à César dira un Juif célèbre smiley


                    • Pomme de Reinette 25 février 20:14

                      @njama
                      Vous vous trompez. La notion de Peuple aujourd’hui est plutôt basée sur la définition de Renan : l’ensemble des gens qui ont envie de partager une histoire commune et de vivre ensemble.
                      C’est très ouvert comme définition.
                      L’histoire du Peuple Juif est très singulière, et depuis 3000 ans, il est possible de suivre ses tribulations, qui n’ont rien de mythologique car tout est documenté par les historiens, et à travers ce qui se transmet dans la mémoire collective et individuelle.
                      Les hébreux ne sont pas les habirous, c’est juste une hypothèse émise à un moment par des archéologues mais qui a été abandonnée.
                      L’Exode c’est plutôt la métaphore de la liberté retrouvée et de la fin de l’exil.
                      Le juif célèbre dont vous parlez ne dit pas « laisse » mais rendre. C’est une réponse qu’on pourrait dire « de normand » dans un contexte bien particulier (celui de l’oppression romaine).


                    • njama njama 25 février 20:28

                      @Pomme de Reinette
                      le judaïsme est une usine à gaz, (mais côté christianisme, le nombre de chapelles c’est pas mieux). Il n’a rien de monolithique ... combien d’années faut-il pour étudier le Talmud (qui n’est pas la Parole de Dieu soit dit en passant) dans les yeshivah ?
                      Ceci dit, je comprends que le livre de BHL « l’esprit du judaïsme », ne se base pas que sur la récente Haskalah
                      Vous croyez qu’on ne pourrait s’inspirer des philosophes de la Grèce antique, tout en restant à la page ?
                      Faites-nous donc part de la quintessence de votre lecture, et de ce qui vous aurait ébloui dans les dernières nitescentes pensées de notre philosophe national, grand adepte de Sun Tzu devant l’Éternel, même si lui-même n’y croit pas.


                    • Pomme de Reinette 25 février 20:49

                      @njama

                      Le judaïsme est divers, c’est certain, et chaque personne concernée le vit et le pense à sa façon, et cette façon de le vivre et de le penser peut aussi évoluer et changer pour chacun le long de sa vie. Qu’il ou elle soit croyant, non croyant, savant ou ignorant, pratiquant ou pas, fidèle ou rebelle.
                      Il y a une blague juive célèbre qui dit : 2 juifs 3 opinions. C’est tellement vrai !

                      Je vous laisse le soin de lire ceci, j’aime particulièrement les propos de Mme le Rabbin
                      http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article1693


                    • njama njama 25 février 22:00

                      @Pomme de Reinette
                      Merci pour le lien
                      Autre blague juive (tunisienne), deux juifs amis, l’un dit « Tu connais encore un Juif qui croit en Dieu ? » ..., l’autre, interloqué, ne sait que répondre évidemment. Blague (mise à part) elle est à décharge pour BHL (cool, non ?)
                      Dieu ne devrait pas servir de « Caution », nous sommes, nous humains, chacun dans un monde qui exprime d’indénombrables nuances, de convictions qui évoluent au fil d’une vie et des générations, et d’histoires, et d’héritages culturels, ... comme vous l’avez si bien exprimé. Bravo !
                      Il faut ne pas (et jamais si possible) perdre de vue de voir « l’autre » ainsi.
                      N’est-ce pas au fond le sens qui importe, comme les intentions qui nous animent ?
                      Nous n’en sommes pas à nos premiers échanges vous et moi, ce qui me donne l’occasion au passage de vous remercier de votre aimable courtoisie. Vous savez, et devinez le fond de ma pensée depuis que nous croisons de temps à autre, c’est le pacifisme qui m’anime ... et que la paix là-bas en Israël advienne un jour, ... j’espère.
                      Ceci dit, la philosophie si elle est un Art, elle est celui de la Maïeutique (ou alors je n’ai rien compris de l’enseignement socratique), et là il me semble que le philosophe BHL n’est pas au rendez-vous ! 
                      Et merci pour l’échange, je lâche le sujet. Au plaisir d’échanger encore à l’occasion avec vous.
                      njama

                       


                    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 27 février 10:53

                      Bonne remarque sur une histoire et non histoire du Judaïsme. Mais enfin, on connaît le personnage, ce n’est pas demain qu’il fera un effort d’humilité. Il était particulièrement ridicule sur le thème de l’antisémitisme dans l’émission de Ruquier consacrée à son dernier chef-d’oeuvre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BDarmon


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès